L’UTILITÉ D’APPROFONDIR LES PRINCIPES…

UNE NÉCESSITÉ QUI FAVORISE L’OEUVRE DE LA LUMIÈRE SPIRITUELLE À TRAVERS SOI

Nul n’a besoin d’apprendre pour être, même s’il a bien des choses à découvrir de lui-même, à l’intérieur de lui-même, de vie en vit.  En principe, il n’a qu’à se laisser être et à accepter que la Lumière divine le guide, dans le moment présent, à travers les expériences agréables qui l’instruisent sur lui-même et lui révèlent les transactions à mener dans l’immédiat.  Même qu’un esprit encombré de croyances, soit de principes mentaux rigides sans trop de fondement, peut représenter un obstacle à l’intuition et devenir un frein de l’évolution personnelle.  Sauf que la Vérité sort d’un Puits mystérieux…  Dès lors, même si nul n’a besoin connaître tous les principes et toutes les lois, pour s’initier ou s’illuminer, cela peut lui faciliter la tâche de confronter son point de vue à celui d’autrui, surtout s’il s’agit d’un Instructeur avéré.  Nul ne peut facilement passer d’une manière traditionnelle de se former, devenue presque atavique, à une autre, diamétralement opposée, sans devenir, pour un bon moment, perdu, confus et s’y démotiver.

Il n’empêche que celui qui prend le temps de considérer correctement chaque élément de l’immense puzzle de la Vérité cosmique raccourcit sa quête et amplifie autant sa plénitude que son bonheur, parce que, l’approfondissement, il échappe à la précipitation qui maintient dans la superficialité et dans l’ignorance alors qu’il évite de prendre des raccourcis qui le gardent éloigné de la réalité de son existence.  Autrement  dit, celui qui sait prendre le temps puitsd’approfondir dans l’immédiateté chaque situation écarte la nécessité de reprendre encore et encore une leçon de vie.

En fait, aucun principe ne peut servir utilement l’évolution personnelle à moins qu’un être ne le comprenne et ne le maîtrise parfaitement.  Alors, pourquoi chacun ne s’y mettrait-il pas à son rythme et à sa manière, une fois pour toute, mais de manière sérieuse, pour s’assure que, lorsqu’il se met au façonnement d’une nouvelle maille, dans la chaîne des principes spirituels qu’il se fabrique, celle-ci présente autant de force que les autres.  Car une chaîne ne détient jamais que la force de son maillon le plus faible.

Dans ce contexte, dans l’ordre de la spiritualité, comment une personne peut-elle atteindre la Sagesse si, dès le départ, elle croit, forcément à tort, tout savoir d’un sujet particulier, alors que, dans sa révélation, la Vérité évolue sans cesse.  Autrement dit, comment peut-elle accéder à la Vérité absolue si, jour après jour, elle ne lit que les articles qui aiguisent sa sensibilité ou servent ses fins à courte vue, s’empêchant de confronter son point de vue actuel à d’autres points de vue éclairés, sous le prétexte qu’elle croit tout en savoir, tout en avoir compris ou qu’elle ne sent pas l’intérêt de mieux se renseigner sur un sujet particulier?

Le pire piège du chercheur spirituel c’est de croire que, dès qu’il croit avoir compris mentalement un texte, il en détient la part de Vérité utile, alors que la certitude ne surgit jamais de la compréhension mentale, mais de la mise en pratique, donc de l’expérience personnelle.  Ainsi, trop lire ou lire de manière hâte peut mener à la stagnation et à la régression, puis au découragement et au désir d’annihilation, l’envie de quitter ce monde apparemment trop compliqué.

Pour ajuster la révélation de la Vérité au dénominateur commun de l’humanité, un Initié véritable l’exprime oralement ou littéralement à parti d’un propos didactique, qui se présente souvent sous la forme d’un exemple ou d’un aphorisme, qui comporte quatre degrés de compréhension, dont le moins valable est celui du message contingent, exprimé au pied de la lettre, et le plus valable, parce que transcendant, celui du symbole, qui vibre dans le plan purement spirituel.

C’est la raison pour laquelle la majorité des Sages ont toujours recommandé qu’un être lise au moins douze fois le même message, même davantage s’il peut se le permettre, étalant cette activité dans le temps, faisant suivre sa lecture d’une méditation adéquate, en lien avec son Centre divin, pour permettre que s’éveille en lui la part d’intuition lui permettant autant de décanter la part de certitude qu’il contient que de procéder au tri de ce qui est pertinent pour lui ou de ce qui peut mieux le servir dans l’immédiat.  Dans ce contexte, il vaut mieux lire moins et bien saisir chaque lecture que de beaucoup lire, jour après jour, en cultivant l’illusion de s’initier ou de s’illuminer.  Car le mental ne peut s’illuminer qu’à partir de l’intuition, qui est d’un autre registre plus difficilement accessible au commun des mortels, surtout de celui qui ne prend pas le temps de méditer sur ses expériences du quotidien.

Formé à cette contrainte salutaire, c’est la raison pour laquelle, après deux ans d’hésitation à nourrir un babillard que nous avions ouvert il y a quelques années, nous nous sommes enfin résigné à le faire, en y insérant les textes que l’inspiration nous fait reconnaître comme majeurs, donc comme des prérequis à une véritable compréhension du Sentier spirituel, mais sans laisser croire qu’ils sont nécessaires ou qu’ils comportent la Vérité absolue.  C’est aussi la raison pour laquelle, à l’occasion, nous reproduisons un texte d’importance, déjà publié dans le passé, mais souvent en le modifiant selon le besoin du moment, même si c’est très peu, sachant que la plupart des lecteurs considèrent rapidement les textes antérieurement présentés comme désuets, ce qui les amène à rarement procéder au défilement qui leur permettrait de revenir sur des principes que chacun gagne à bien comprendre ou à maîtriser parfaitement afin de s’assurer de détenir tous les maillons de la chaîne de la compréhension spirituelle.

D’ailleurs, ceux qui s’astreignent au devoir d’approfondissement qui passe par l’expérience personnelle noteront que, chaque fois qu’ils relisent un texte qu’ils peuvent avoir même relu nombre de fois, ils y découvrent, avec satisfaction, une nouvelle parcelle de Lumière qui les fait soudainement vibrer, ce qui démontre qu’ils ont simplement agrandi leur conscience connaissante entre les deux lectures, ce qui leur permet de capter une plus grande part de la Lumière spirituelle qu’il contient.

En toute humilité, la vertu qui n’invite pas à s’effacer, mais à occuper sa propre place, dans la reconnaissance de ses acquis et de ses limites, sans en ajouter ni en soustraire, trop de lecteurs me rappellent, presque quotidiennement, la pertinence de mon choix, quand ils me confient qu’un aspect ou l’autre d’un principe cosmique leur avait échappé jusque là parce que, à ce jour, ils n’avaient jamais découvert d’enseignant qui, malgré l’objection des pressés, prenne le temps d’approfondir chaque sujet ou de textes aussi complets et variés, surtout authentiques, que les miens, pour décrire la dynamique de l’Évolution cosmique.

À ce propos, c’est souvent le petit élément d’un principe spirituel, celui qui est considéré comme anodin ou insignifiant, qui peut expliquer un blocage prolongé et un apparent retard évolutif, à la manière que le scrupule dans un soulier peut causer plus de mal qu’une grosse pierre ou un gros objet qui s’y serait inséré, parce que, détectant immédiatement sa présence, son propriétaire ne tarde pas à l’enlever et à l’écarter.

Tout cela pour dire que le fait de se hâter lentement peut devenir une maxime tutélaire pour la majorité des auditeurs ou lecteurs contemporains, trop visuels et trop projetés vers l’extérieurs, ce qui les amène à négliger ce qui importe le plus, l’approfondissement.  En effet, personne ne perd jamais de temps à aller au fond des choses, ce qui, dans le contexte, signifie à sonder ou scruter un principe spirituel dans tous ses aspects, avant de passer à un autre.

En tout cas, même si on disait l’animateur de ce site vieux-jeu et hors des normes de la mode actuelle, sachant que c’est la démarche la plus salutaire, dans le périple spirituel que chacun poursuit, nul ne m’empêchera jamais d’écrire des textes de la longueur qui permet d’en rapporter la majorité des implications, à multiplier les textes sur un même sujet, à partir d’un point de vue différent, ou à reproduire encore et encore, donc au besoin, des textes que je sais fondamentaux dans la compréhension de la dynamique de la Vie divine.  Par la suite, au lieu de spéculer dans le vide, il ne reste à chacun qu’à méditer sur mes écrits pour en découvrir personnellement, par l’intuition, le degré de certitude, au lieu de simplement en contester mentalement le contenu, de réagir de manière impulsive et de le rejeter.

Par expérience, l’auteur des textes de ce site sait fort bien que c’est souvent l’aspect d’un principe spirituel auquel un lecteur s’oppose mentalement, en le contestant, ce qui empêche de le saisir et de l’intégrer, qui explique les complications douloureuses qui, au quotidien, s’amplifient dans son parcours évolutif.  En clair, il s’agit de la bouchée de nourriture saine, à laquelle il n’est pas habitué, qu’il a encore du mal à avaler et à assimiler.

© 2013-15 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

Note: Crédit de l’image principale: Au fond du puit by William-D-WILD, sur Deviant-Art.

A propos de l'auteur