Cliché énergétique du 13 avril 2015.

Vous continuez de vivre dans l’Ère de Grâce dont un trop grand nombre d’entre vous ne savent pas tirer tous les avantages, les bénéfices et les trésors parce que, dans leur mentalité trop intellectuelle et matérialiste, ils restent les prisonniers de leur ancienne histoire, avec tous les souvenirs douloureux de leur long passé en incarnation.  Ainsi, ils continuent de se croire impuissants, petits, limités, séparés de l’Absolu, dans la conception trop humaine qu’ils se font d’eux-mêmes et qui retarde l’émergence de leur divinité.

Ainsi, pendant que certains, qui ont renouvelé leur alliance avec leur Centre divin et qui se sont résolument reliés à la nouvelle trame atmique de leur planète, tout abandonnés sans condition à la Lumière spirituelle, filent un bonheur de plus en plus grand et avancent de succès en succès, dans une sérénité joyeuse qui ne cesse de s’affirmer, d’autres, dans le maintien du statu quo, qui les garde dans leur ancienne zone de confort, mènent une existence de plus en plus morne, problématique, frustrante, douloureuse.

Au point que l’humanité a atteint, les énergies nouvelles propulsent toujours de plus en plus haut, au-delà des voiles, ceux qui se laissent porter par son cours puissant, mais elle présente aux autres des défis sans cesse renouvelés, toujours plus complexes, parce qu’ils s’agrippent aux conceptions et aux structures qui ne leur appartiennent pas et ne les servent plus.

Selon son degré de résistance, chacun est mis de plus en plus sévèrement à l’épreuve dans ce qui lui assure apparemment la sécurité, ce qui commence avec ses relations les plus proches, ses possessions les plus précieuses, sa vitalité et son apparence physique et ses réserves d’argent, afin de le délivrer de ses croyances stériles, de ses vains attachements, de ses attentes égocentriques, de son esprit dominateur, de ses relents de peur et de ses traumatismes du passé, soit de tout ce qui le lie à la densité, à la mondanité et à la dualité au détriment de son expansion spirituelle.

Chacun doit comprendre qu’il ne détient plus la liberté de revenir en arrière quand tous les ponts avec la troisième dimension achèvent de brûler, que toute mission terrestre de l’ancien genre lui a été retirée et que son ancienne histoire s’évanouit, car le moindre attachement dans ces domaines pourrait lui attirer une multiplication de misères ou l’expulsion prématurée de la planète terre, dans la mesure qu’il entretien des espoirs et des aspirations qui ne peuvent plus y avoir cours.

C’est d’abord dans le nombre des déceptions et des frustrations dont il fera l’expérience qu’il pourra mesurer ses incohérences, son degré d’écart avec sa vérité intime et son inadéquation à la Réalité nouvelle, ce qui l’amènera à se dégoûter de son cynisme, de se doutes, de ses dénis, de ses jugements de valeur, de la projection de ses torts ailleurs et de ses mensonges à lui-même, découvrant de mieux en mieux que, dans ses choix erratiques, ne pouvant tromper l’Absolu, il n’abuse que lui-même, alors qu’il est entré dans un cycle qui impose une vie d’Amour pur exprimée dans la générosité, la collaboration, l’authenticité, la lucidité, l’intégrité, la simplicité, la pureté, l’aspiration à l’Unité, avec des choix conformes à la Vérité, à l’Amour et à la Sagesse.

En ce moment, après vous être tirés de phases de vertiges, de peurs inexplicables, de maux au bas du dos, avec impression de chocs électriques dans la colonne vertébrale, et de grandes difficultés de concentration, vous pouvez commencer à éprouver des problèmes de digestion et d’élimination , constipation ou diarrhée, connaître des phases de déshydratation et des problèmes aggravés des sinus.  Vous devez savoir que c’est ainsi que vous continuez à vous ajuster aux changements majeurs qu’ont imposés les rehaussements énergétiques consécutifs aux éruptions solaires, aux deux récentes éclipses et au passage en mode rétrograde de certaines planètes.  Vous continuez à incorporer ces changements profonds jusque dans vos os et vos molécules au gré de votre train-train quotidien.

Pourtant, si vous vous accorez un moment de pause, vous ne pouvez que reconnaître le nouveau sentiment que vous portez de pouvoir explorer de nouveaux possibles.  Quelque chose vous dit intérieurement : «Uni à mon Centre divin et en collaboration avec les autres, je peux tout accomplir.»  En fait, vous devenez de plus en plus vivant et constructif, plus lucides et transparents que jamais, au constat des progrès substantiels que vous faites dans plusieurs domaines de votre vie.  Mais il vous faut rester sur vos gardes parce que, au moment où tout semble être entré dans un nouvel d’équilibre, de nouveaux éléments déconcertants peuvent surgir et vous plonger dans un état de surcharge et de panique, surtout quand il vous faut prendre des décisions importantes auxquelles vous ne vous sentez pas préparé.

Dans l’étrange phase que vous traversez, alors que vous êtes porté à vous isoler, que les aspects matériels vous rebutent et que les aspects subtils de l’interpénétration des divers plans de conscience vous étonnent ou vous confondent, le fait de réfléchir aux nouvelles décisions que vous devez prendre et de devoir les actualiser vous rend presque malade.  Vous êtes un peu porté à atermoyer et vous n’avez pas toujours tort, car vous ne pouvez qu’éprouver un grand stress physique et de la contention psychique lorsque vous tentez d’activer de manière prématurée les processus vitaux ou les démarches concrètes.  Même si les choix que vous faites vous semblent les bons, il reste des impondérables et des imprécisions qui vous mettent les nerfs en boule et vous irritent à la manière d’une poussière dans un verre de contact.

On pourrait dire que la majorité des décisions qui appellent votre attention comportent diverses couches ou strates, touchent divers plans de conscience.  Ainsi, si vous pouviez obtenir au préalable à vos prises de décision les éléments clés susceptibles de les éclairer, le choix final vous deviendrait facile.  Mais, à défaut de les obtenir, toute prise de décision devient pratiquement impossible, d’où vous ne pouvez aller de l’avant : il peut s’imposer que vous laissiez certaines d’elles en suspens ou que vous deviez vous résigner à les réviser, alors que vous devez veiller à en changer d’autres que vous venez à peine de prendre.

Très souvent, votre tâche se complique par le fait que vous vous êtes engagé à mener des projets en cours à leur terme.  Mais, surprise, l’implication dans cette entreprise se prolonge ou se complique au-delà de ce que vous aviez prévu.  Vous découvrez des aspects que vous n’aviez pas bien gérés à la première entreprise, ce que vous devez rectifier, ou il s’en ajoute que vous venez à peine de découvrir parce que, jusque-là, vous ne pouviez pas les saisir ou les prévoir.

Dans l’actuel climat de tension, vous ne pouvez qu’éprouver de la frustration et, parfois, exploser, si vous ne savez pas couler avec les énergies et vous contenter de faire votre mieux, en vous maintenant dans un état de neutralité et d’abandon.

À travers des maux physiques d’un nouveau genre, mais heureusement épisodiques, qui peuvent disparaître après quelques heures ou quelques jours, ce qui vous a habitué à éviter de vous inquiéter inutilement et de leur accorder trop d’attention, vous parvenez difficilement à vous dégager de cette impression de vivre une phase un peu chaotique ou désordonnée qui échappe trop largement à votre contrôle.

Certains jours, vous pouvez avoir l’impression de vivre à l’intérieur d’une boule à neige, de dimension cosmique, vous savez ce bibelot de porcelaine ou de plastique bon marché, rempli d’eau et de poudre, qu’il faut remuer pour donner l’impression qu’il neige sur un décor célèbre, une scène de circonstance ou sur un monument renommé, jusqu’à ce que les éléments en suspension se redéposent au fond, mais dans une nouvelle ordonnance.  Sauf que vous n’avez rien à faire d’autre que de les laisser répondre au mouvement que l’énergie leur a inculqué jusqu’à ce que, au bon moment, ils trouvent leur véritable position.

Somme toute, à travers des explosions qui peuvent se produire à tout moment et n’importe où, soulevant le compost en décomposition du vieux monde, vous traversez de nouveau une phase éprouvante, un peu sauvage, de défis nouveaux, mais de nature à mieux assurer l’enfantement de la Réalité nouvelle.  Votre pire erreur consisterait dans le fait de concentrer votre attention davantage sur les événements du vieux monde à l’agonie que sur la vie nouvelle, pimpante de fraîcheur et de lumière, qui continue d’émerger.

Vous vivez à une époque où, pour vous orienter, vous ne pouvez plus faire confiance qu’à vous seul dans la mesure que vous savez vous aimer et vous faire confiance et, dans l’esprit d’enfance, vous restez à l’écoute des messages de votre Cœur sacré.

© 2015 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

Etiquettes

A propos de l'auteur