L’OUROBOROS, UN SYMBOLE MAJEUR DE LA SPIRITUALITÉ INITIATIQUE…

ouroboros

L’Ouroboros constitue l’un des symboles majeurs de la spiritualité initiatique.  Il sert de symbole à l’Alchimie européenne exprimant l’interrelation de la matière et de la conscience.  C’est le Serpent qui se mord la queue, image de la Roue de la Création et des Cycles successifs de L’Émanation, de l’Éternité sans fin.  Il évoque On l’appelle aussi «Pistis Sophia» ou Serpent du Monde.  Il symbolise la Sagesse et l’Initiation.  Il donne l’image du retour du multiple à l’Un.  Unité primordiale et finale.  C’est le symbole alchimique de l’accomplissement, du contentement de soi, du retour à la Demeure céleste.  Le Moteur unique qui engenourobourosdre la Réalité ou le Pouvoir de la Nature, qui agit d’Alpha à Omega.  Les Principes éternels en action par l’Œuvre du Soleil cosmique central.

 L’Ouroboros, une cercle d’énergie relié à la Grande Spirale cosmique, entoure la Terre pour éviter qu’elle ne se désintègre.  C’est un symbole de la continuité créatrice, associé au Temps infini, cyclique et universel.  Il englobe la manifestation et la résorption cycliques. Il exprime une qualité exceptionnelle de vol et de conscience, la véritable connaissance de soi.  Il désigne la Déesse, avec sa vulve, et la gestation de la vie.  La circonférence complète ici le centre pour suggérer l’idée même de Dieu.  En lui-même, il constitue l’union sexuelle lui permet de se féconder par lui-même en permanence.

Ce serpent allégorique est perpétuelle transmutation de mort en vie puisque ses crochets injectent son venin dans son propre corps.  À moins qu’il enlève les dernières peaux durcies, accumulées d’année en année, qui empêchent de percevoir la réalité.  Il illustre la dialectique de la vie et de la mort, la mort qui sort de la vie et la vie qui sort de la mort.  Il est la Première Roue, d’apparence immobile, parce qu’elle ne tourne que sur elle-même, mais dont le mouvement est infini, parce qu’il se conduit perpétuellement en lui-même.  C’est l’Animateur de la Vie universelle, le Promoteur de la vie et la Durée de celle-ci.  Il crée la vie et le temps en lui-même.

Pour l’individu, il exprime un sujet qui fait peau neuve.  Encore, il exprime une unité du mental et de l’Esprit en regard du but à atteindre.  On est prêt à explorer un tout nouveau cycle de conscience, car on a dépassé les blocages mentaux et les tensions internes.  On est mieux au fait du courage qu’il faut pour purifier son mental des pensées négatives et son psychisme des émotions dissolvantes.  Mais le Cercle de la Vie recommence sur une nouvelle spirale, et il faut repartir à l’aventure.  Quand surgira une crise ou un conflit, on saura désormais ce qui est à faire : on se servira de la sagesse acquise à travers l’expérience de son passé pour éclairer sa voie.  On mérite la récompense d’une étoile, car on a appris à mieux aimer.

L’Ouroboros forme un cercle, résumant le Macrocosme et le Microcosme.  Sa moitié noire représente l’hémisphère féminin (équinoxe d’automne), tandis que sa moitié blanche représente l’hémisphère masculin (équinoxe de printemps).  La ligne qui le divise au milieu révèle la Porte des Dieux (solstice d’hiver) et la Porte des hommes (solstice d’été).

Ce Serpent mythique représente la Création terrestre manifestée, ave le pouvoir de perpétuer son propre corps et sa propre existence.  Pour l’âme, il rappelle qu’elle tourne dans un cercle vicieux ou dans un perpétuel recommencement.  Ce reptile correspond à la Roue des existences du Tarot qui laisse entendre qu’un être ne peut atteindre définitivement les plans supérieurs tant qu’il n’a pas épuisé toutes ses dettes karmiques.  Sa devise est : «Tout est en Tout

Les Initiés expliquent ce symbole par l’idée d’une réintégration progressive de l’être dans la Lumière divine.  Pour eux, il faut joindre le haut et le bas, les deux extrémités du spectre de la conscience, pour se réaliser, se retrouver «à l’image et à la ressemblance de Dieu».  Cet animal est entouré de sept éléments, dont l’Éther, l’air, le feu, l’eau,  trois restant secrets.  Figure de la chaîne des transformations de la Matière, sa tête réfère à l’Esprit;  son corps, à l’âme;  et sa queue, au corps.  Il éclaire donc comment établir des contacts par le mariage mystique.  Il a joint les deux aspects de la pourobouros1olarité, le masculin et le féminin, pour que les énergies cosmiques circulent à l’infini.  Il explique que l’adepte doit se faire successivement ligne sinueuse, spirale, puis cercle parfait.

Voilà ce que dit de l’Ouroboros l’Antique Commentaire : «Que le disciple saisisse la queue du serpent de la Sagesse et, la tenant fermement, qu’il le suive jusqu’au centre le plus profond de la Salle de la Sagesse.  Qu’il ne se laisse pas prendre aux pièges posés pour lui par le serpent de l’illusion.  Qu’il ferme les yeux aux dessins colorés de son dos.  Qu’il ferme le regard sur le joyau qui resplendit sur le front du serpent dont il tient la queue et, guidé par son rayonnement, qu’il traverse la salle boueuse de Maya.  Ainsi, la nature latente non développée trouvera sa pleine expansion.»

Ce Serpent magique, qui entoure la Terre pour éviter qu’elle ne se désintègre, livre ce message que tout est neutre dans la Manifestation, que le candidat peut manger, ingérer, intégrer, transmuter ce qui semble empoisonné, s’il maintient les bonnes dispositions d’esprit.  Â l’être qui fait peau neuve, il sert de symbole alchimique de l’accomplissement total, du contentement de soi, du retour à la Demeure céleste.  Emblème d’unicité primordiale et féconde, il donne l’image du Retour du multiple apparent à l’Un, de l’Illusion à la Réalité cosmique.

Pour les satanistes, ce symbole le démon-dieu Léviathan, le Serpent du Vide et du Chaos initial, mais il s’agit d’une récupération odieuse pour se donner de la crédibilité, comme ils osent emprunter tous les symboles légitimes, mais en les inversant, pour rappeler leur résistance à l’Absolu et leur désir illusoire de le détroner et de le vaincre un jour.  Car si Satan existe, il ne peut être l’égal de Dieu, il ne peut être qu’une de ses créatures mal comprises, ce qui finira par se révéler à leur courte honte.

© 2009-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.