TOUT IMPOSSIBLE PEUT DEVENIR POSSIBLE, À PART L’ILLUSOIRE OU L’IRRÉEL…

Commençons par le proverbe, ce truisme éculé, qui dit: «À l’impossible, nul n’est tenu.»  Et on peut ajouter cet autre truisme un truisme un peu chauvin qui dit que le mot «impossible» n’est pas français.  Du reste, ce dernier peut contenir plus de vérité qu’on ne le pense puisque le mot «impossibilité» semble impliquer la seule chose qui ne puisse pas exister, à savoir le fait qu’une chose ne puisse se produire, être atteinte ou réalisée.  L’impossible devient souvent le possible de l’avenir.  Car, si Dieu existe, à titre de Perfection des Perfections, tout, en lui, devient possible, même, paraiimpossible1t-il la quadrature du cercle.  Tous les possibles s’expriment quelque part.  De ce fait, si un être accepte d’entreprendre l’impossible apparent, le Divin possible fera le reste.

 L’impossible exprime le caractère de ce qui ne peut pas être fait, compris rationnellement ou conçu logiquement.  Mais, bien des choses qui apparaissaient impossibles à nos ancêtres sont devenues d’une grande facilité, voire d’une extrême banalité, de nos jours et il y a fort à parier qu’une large part de nos impossibilités deviendra de même nature pour nos descendants.  Paul Ricœur a su écrire : «Le désir est l’épreuve présente du besoin comme manque et élan, prolongé par la représentation de la chose absente et l’anticipation du plaisir.»  Dans cette brève, mais magnifique, explication de la dynamique du désir, ce philosophe français, presque contemporain, donne une bonne clef.  Il laisse entendre que c’est la force du désir qui détermine le degré de motivation qui finit par rendre les impossibles possibles.  De par sa nature, le désir n’apprécie pas de rencontrer une limite, d’où la quête de l’inaccessible le stimule.  Ce n’est pas la banalité du réel qui peut servir de stimulant à un être, si ce n’est pour la changer de sorte que la vie prenne du sens ou de la saveur.

L’impossible représente moins une catégorie objective qu’un ressenti subjectif, donc intérieur, ce qui amène les gens à appliquer ce mot à des réalités différentes, d’un individu à un autre.  Du reste, pour ainsi dire, il existe sur terre des âmes avortées et des âmes aventureuses de naissance, ce qui en fait changer la notion et le degré de stimulation selon le degré d’effort qui est requis.  Tant qu’un être continue de désirer sans fin, il continue à éveiller l’ingéniosité et à repousser les frontières du possible.  De tout temps, il y eut des êtres qui se sont ingéniés à réaliser ce à quoi tout le monde avait renoncé parce que les croyances ou le sens commun l’indiquaient comme irréalisable.  Le désir de réaliser l’impossible ne ressort pas de la raison, mais précisément d’une pulsion irrationnelle, car, d’un point de vue logique, il serait suspect qu’un être se laisse attirer par ce qui serait, de toute certitude, inaccessible, puisque cela exposerait à vivre dans la torture de l’insatisfaction permanente.  Cela ne laisse-t-il pas entendre que, dans nombre de cas, le frein au progrès puisse se trouver dans l’entendement qui éveille la peur?  L’impossible, c’est ce qui ne peut pas être.  Mais il faudrait savoir qui a appliqué cette étiquette à une réalité particulière pour déterminer clairement s’il s’agit d’un impossible réel ou d’un impossible présumé.  Reste simplement impossible ce qu’un être ne tente pas de faire devenir réel.  Refuser de tenter l’impossible ne contribuerait qu’à mettre l’espèce humaine dans une situation de soumission ou de sujétion permanente en regard du monde et des choses.            impossible

Rien n’est impossible.  Chacun porte en lui tous les possibles, tout ce qu’il voudrait être, d’où il ne doit jamais abandonner ses rêves les plus fous.  Il dispose de toute l’énergie pour accomplir ce qu’il veut réaliser.  Il suffit qu’il s’imagine comme il voudrait être en faisant ce qu’il voudrait faire en avançant d’un pas vers son but chaque jour.  Il doit avoir le courage de croire en lui-même et en ses rêves à travers toutes les difficultés.  En tenant bien les rennes de son destin, il se réveillera un bon matin en découvrant qu’il est devenu ce dont il avait rêvé, qu’il a accompli ce qu’il voulait.  L’être humain se croit trop d’impossibles. Il ne cesse de répéter, diversement : «Je ne suis pas capable»,  «Je n’y arriverai jamais», «C’est trop beau pour moi», «Je suis mal luné», «Je suis né sous une mauvaise étoile», «Ça ne se peut pas», «Telle limite m’empêche de…».  Il devrait écouter ces sages avis: «On ferait beaucoup plus de choses si l’on en croyait moins d’impossibles. (Malesherbes)  Rien n’est impossible: il y a des voies qui conduisent à toutes choses; et si nous avions assez de volonté, nous aurions toujours assez de moyens.» (La Rochefoucauld)

Quoi qu’il en soit, si un être humain se croit des impossibilités, qu’il n’en prête aucune à son Dieu.  Pour celui qui crée avec l’énergie et la lumière, tout devient possible, pouvant se produire comme par miracle.  C’est une question d’amour, de créativité et d’imagination.  Il s’agit de refuser les suggestions des autres lorsqu’ils disent que ce que l’on conçoit est impossible.  L’impossibilité se présente souvent comme le seul prétexte de ne pas agir, de ne pas même essayer.  À l’inverse, parfois, il faut se montrer son propre héros!

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.