LE SYMBOLISME DES ARBRES FRUITIERS ET DES FRUITS…

a-fruits-images

En principe, le fruit désigne tout produit de la Terre qui peut servir de nourriture ou la production des plantes apparaissant après la floraison.  Dans le langage courant, il représente notamment le végétal comestible, bien sucré, qui peut se consommer comme dessert ou servir de base à une compote.  En ce sens, il devient le symbole des résultats avantageux ou d’un effet bon ou mauvais.  Il est associé à la loi de la Causalité, aussi appelée loi de la Moisson ou de la Récolte, donc du Juste Retour des œuvres.

ABRICOT : Fruit d’un arbre de la famille des rosacées donnant des fleurs blanches qui sortent avant les feuilles.  On le consomme, mais on s’en sert également pour confectionner des crèmes de beauté.  Il symbolise la Lumière impatiente de s’exprimer et d’accomplir son œuvre évolutive.  Dans un sens plus psychique, il évoque la satisfaction de soi, le contentement dans ses expériences quotidiennes, le désir de renouveau.  Il annonce une amitié sincère, des relations tendres, un amour passager, un partenariat favorable.  En lui-même, l’abricot évoque l’amour timide et la fertilité.  Dans son sens inversé, donc négatif, il souligne que des dehors plaisant, mais illusoires, voilent un fond d’amertume et de tristesse.  On traverse probablement une phase de circonstances contraires qui nourrissent un sentiment de déplaisir.

AIRELLE (Vaccinium myrtillus) : Fruit d’un petit arbrisseau des montagnes ou des régions nordiques d’Europe, à feuilles vertes un peu luisantes, donnant des fleurs blanches ou rosées en clochettes dispersées, produisant des baies rouges, bleues ou noirâtres, de la famille des vacciniées, sous-classe des éricacées.  Associé à Jupiter et à Vénus, comme au Sagittaire et à la Balance, il symbolise les bonnes occasions et les aspects aigres-doux de l’existence à travers ses contacts humains, ces aspects qui apportent du piquant dans la vie et tirent de la monotonie.  On associe cette plante protectrice à la magie du rêve, aux plaisirs simples, à la jeunesse et à l’innocence, à l’humilité.  Dans son sens inversé, on lui attribue la dureté et la traitrise.  En tairellehérapie, on recommande la consommation des baies mûres ou de l’infusion de feuilles pour leurs propriétés toniques et astringentes.  On le conseille notamment dans les cas de diarrhée, de dysenterie, d’artériosclérose, de diabète, de cystite, de troubles oculaires, d’hypertension, de couperose, de cirrhose.  Cette plante augmente la résistance des capillaires, draine l’urée et décime les bacilles.  En décoction ou en teinture, on en badigeonne la peau ou on l’utilise en gargarisme dans les cas d’aphtes, de muguet et d’eczéma. On déconseille d’en donner aux nourrissons.  En Europe, on appelle souvent son fruit «myrtille» et, au Canada, «bleuets» ou «bluets».  Pourtant, en Amérique, il s’agit surtout de la plante qu’on appelle en anglais «huckleberry», non du blueberry.  On lui donne aussi les noms d’«asaret», de «brimbelle», de «raisin des bois» ou de «vigne des montagnes».

ANACARDE : Fruit d’un arbre de l’Amérique tropicale, de la famille des térébinthacées, parfois appelé l’arbre à pommes, cultivé pour ses fruits succulents, les anacardes, populairement appelés noix de cajou ou acajous.  Comme arbre, il symbolise l’élévation du cœur vers les sphères lumineuses pour trouver la nourriture d’immortalité.  Quant à son fruit, il symbolise, dans le registre populaire, une fierté, un orgueil, une vanité, une prétention peu appréciés dans son entourage.  Dans le registre mystique, il symbolise plutôt un bien précieux que l’on peut utiliser avec satisfaction parce qu’on l’a bien mérité.

ANANAS : Plante d’Amérique tropicale, de la famille des broméliacées, produisant un gros fruit oblong, écailleux, composé, d’un brun rouge, qui porte à son sommet une touffe de feuilles, à pulpe sucrée et savoureuse.  Il symbolise les délices condensés du Soleil et il annonce de bonnes occasions.  Il prévient généralement du bonheur et de la gaieté à ananascause d’événement familiaux agréables, de rentrées d’argent, d’invitations ou de rencontres stimulantes ou de la surprise d’apprendre à devoir effectuer un déplacement lointain dans une région qu’on affectionne.  Certains le relient diversement à la chasteté, à l’ambition, à la confiance en soi qui mène au succès.  Il témoignerait de l’assurance dans ce qu’on fait.  Dans son sens inversé, il pourrait évoquer des problèmes sexuels ou une perte de maîtrise.  L’ananas est un fruit reminéralisant, tonique de l’instinct génésique, désintoxiquant, légèrement diurétique et antidépresseur.  Très riche en minéraux (iode, magnésium, manganèse, potassium, calcium, phosphore, fer et soufre), il contient en plus de la broméline, une levure servant de ferment digestif des protéines et des vitamines.

BANANE : Fruit d’une plante herbacée et arboricole aux longues feuilles, de la famille des scitaminées ou musacées, qui donne des fruits en longs régimes, les bananes.  Dans certaines mythologies, c’est l’arbre auxbananier fruits d’or qui contient en lui l’essence de toutes les herbes.  Associé à la vigueur, à la fertilité, à la prospérité, même à l’efficacité, il symbolise le don de soi et le service désintéressé.  Dans son sens inversé, il prend un sens de fragilité, d’impermanence ou d’instabilité, associé aux réalités négligeables ou aux constructions mentales vaines.  On l’associe alors à un travail difficile qui rapporte un piètre gain, peu de résultat, de satisfaction, de mérite, de récompense.  Son fruit est associé au Principe nourricier, qui nourrit jusqu’à satiété.  Il exprime la satisfaction et le contentement.  Il peut exprimer un besoin sexuel réprimé.

CANNEBERGE (Vaccinium commune) : Plante des marais et des tourbières, de la famille des éricacées, arbuste à feuilles persistantes donnant des baies comestibles rouge acidulées.  Les Scandinaves ont inventé la confiture de canneberge, désormais répandue dans le monde, surtout en Amérique, où on la consomme avec la viande des volailles.  Plante de la médecine naturelle qui annonce la guérison.  Elle exprime la beauté cachée, la puissance latente, la sensibilité innée qui mènent à la joie de vivre et aux délices de l’Esprit.  Elle annonce canneberge qu’on trouvera un remède pour son cœur.

En thérapie, en raison de sa haute teneur en vitamine C et ses flavonoïdes, des antioxydants, on la recommande pour le traitement de l’appareil urinaire.  Elle protège contre les maladies des gencives et les ulcères d’estomac, contre les maladies cardiaques et contre certaines formes de cancer.  Par sa pro-anthocyanidine et ses tannins concentrés, elle aide à éliminer la bactérie E coli.

CARAMBOLE : Fruit étoilé, en coupe, associé à Uranus et au Verseau.                carambole

CERISE (Cerosus vulgaris) : Fruit d’un arbuste bien connu de la famille des rosacées, à fleurs blanches ou rosées, qui produit des petits fruits rouges à noyau comestibles, en grappes.  Il symbolise la générosité du cœur et la félicité de l’existence terrestre.   Il annonce la lumière nouvelle, préfigurant la béatitude intemporelle qui atteint tout être au terme de son évolutcerisierion.  A son contact, ses perceptions se développent, éveillant le désir de partager le meilleur de soi, d’avancer en s’impliquant dans des expériences nouvelles, de mieux croire à la merveille du temps présent pour mieux préparer son avenir.  Il peut annoncer la prospérité, des communications imprévues, des rencontres impromptues, des contacts spontanés, des surprises amusantes.  Il garde un lien avec les arts et la musique.  Il confère un sens exceptionnel de l’analyse, amenant à raisonner clairement les divers aspects de sa vie.  Il établit toujours des correspondances agréables, du genre connivences et complicités.  Dans son sens inversé, il peut souligner une propension à la provocation.

Dans les textes mystiques, on associe toujours son fruit, la cerise, aux joies intimes, au bonheur affectif, à la complicité du cœur, aux souhaits réalisés, au langage du silence, au partage des souvenirs heureux.  Elle exprime diversement l’amour, l’honnêteté, la véracité, la douceur, la bonne fortune, la jeunesse d’esprit.  Elle incline à prendre le temps pour apprécier les échanges qu’on se permet dans la vie.  Elle annonce que tout s’ajuste, révèle sa réalité, se fait mieux ressentir.  Elle dispose à la délicatesse des sentiments, à la noblesse du cœur, à accepter l’expérience sensuelle de la vie.  Elle supporte les sentiments amoureux d’abord perçus par le cœur.  Parfois appelée le vitriol des sages, elle porte à chercher l’Invisible par la voie intérieure et à dévouer sa vie à l’évolution spirituelle.  Elle aide à dissoudre les illusions amenant à faire le sacrifice du sang et de la chair qui permet d’atteindre l’Esprit.  On l’associe alors à la vocation guerrière du combattant pacifique.  Pour leur part, les fleurs du cerisier symbolisent la pureté intérieure, la beauté spirituelle et le bonheur.  Elles traduisent la précarité de l’existence qui amène à accepter la mort idéale (la mort initiatique) dans le détachement des biens de ce monde.  Elles révèlent tout ce qui enivre l’âme.  Dans la culture populaire, on les associe à la bonne éducation.

En thérapie, on attribue au cerisier des vertus antigoutteuses, diurétiques, fébrifuges et rafraîchissantes.  On recourt aux pédoncules ou queues pour obtenir une boisson fortement diurétique.  Dans les autres cas, on se sert de l’écorce.  On tire de ses fruits un sirop acidulé.  En thérapie, on reconnaît que la cerise contient de la vitamine A, du potassium, du calcium, du fer, du magnésium, du phosphore et du cuivre en portion plus élevée que la majorité des petits fruits.  Des recherches récentes ajoutent au cerisier des propriétés sédatives, laxatives, antirhumatismales.  On s’en sert comme rajeunissant cellulaire, régulateur gastrique et hépatique et comme anti-tenseur.  On recommande une mono-diète de ses fruits de deux à trois jours pour nettoyer tout l’organisme.

On connaît aussi le cerisier à graffes ou grapiets, soit le prunus virginiata, diversement appelé cerisier à cochons, cerisier à vaches, cerisier sauvage, cerisier tardif ou étrangles.  Il s’agit d’un arbuste présentant une écorce à odeur prononcée, d’un brun gris tacheté de jaune, à feuilles finement dentées et ovales, à fleurs blanches en grappes, donnant des fruits juteux, rouge foncé, presque noirs à maturité.  Ses feuilles contiennent beaucoup d’acide cyanhydrique, ce qui en fait d’abord un tonique.  On tire également une infusion calmante de son écorce interne.  On l’utilise dans les affections des bronches.  Son sirop de cerises entre dans la composition de nombreux médicaments au goût désagréable pour l’atténuer.

CITRON (Citrus limonium) : Fruit d’un arbre du genre citrus (agrumes), cultivé dans les régions méditerranéenne et subtropicale, dont on utilise le bois en ébénisterie.  Il appartient à la famille des hespéridés.  On l’associe diversement à Uranus, à Neptune et aux Poissons ou au Soleil et au Lion.  On le relie diversement à l’amour, à l’amitié, à la longévité, à la citronnier  purification, à la discrétion.  Sa fleur pourrait évoquer le zèle.  Il peut suggérer le besoin de se nettoyer ou l’envie de guérir.  À cause de la forme de son fruit, esquissant un sein, on le relie au monde féminin.  Aussi, dans le registre populaire évoque-t-il l’amertume des détachements.  Parfois, il peut évoque une réalité de moindre qualité.  En fait, il symbolise la réflexion sûre et rapide ou une vue claire et lucide des choses et des événements.  Son fruit acide, mais rafraîchissant, sert d’antiseptique, d’astringent, de carminatif et de tonique.  On peut s’en servir comme attendrisseur de la viande ou pour mariner divers aliments.  Riche en vitamine C, en acide folique et en potassium, on lui attribue encore des propriétés expectorantes, antiscorbutiques, antirhumatismales.  Il est très utile dans les cas d’angine pseudomembraneuse, d’apoplexie et de rhumatisme.  Bien qu’il puisse corriger l’indigestion, on doit éviter d’en abuser, car il fatigue et irrite l’estomac.  Le citrus medica détient les mêmes vertus et les mêmes usages.

CITROUILLE (Cucurbita pepo) : Plante annuelle à tige herbacée piquante, rampante et souple de la famille des cucurbitacées.  Elle produit des feuilles larges et très dentées et des fleurs jaunes.  Plante consacrée à Neptune et aux  Poissons, elle symbolise une transformation radicale et extraordinaire des circonstances de sa vie résultant d’une profonde mutaticitrouille-1on de sa réalicitrouille té intérieure et qui se répercutera puissamment sur son évolution.  Elle évoque des potentialités particulières qu’on a à peine exploitées.  On semble détenir les moyens de concilier ses ambitions matérielles et ses aspirations spirituelles.  Si on souhaite se réaliser  pleinement sur tous les plans, le temps est venu de se lancer.  Elle parle d’ouverture qui rend réceptif aux nouvelles idées ou aux nouvelles expériences.  Elle peut prévenir d’une ascension sociale fulgurante ou d’une nouvelle orientation engendrant par ricochet une force ascendante dans sonparcours de vie.  On peut s’attendre à des éléments inattendus, comme à des amitiés nouvelles ou à des relations qui transformeront complètement sa manière de vivre ou de voir.  Celles-ci permettront d’exprimer pleinement ses potentialités qui seront sincèrement appréciées.  Elle peut encore annoncer une grande protection ou des gains.  On la relie parfois à la sexualité féminine.

En thérapie, on suggère de consommer ses graines, riches en vitamines A et du groupe B, en lipides, en glucides, en protéines, en calcium, en fer, en phosphore, en potassium et en zinc.  Par exemple, elles peuvent enrichir  les salades et les boissons préparées au mélangeur électrique.  Ces semences sont du reste vermifuges et ténifuges.  Elles donnent une huile comestible qui peut encore servir pour l’éclairage.  Voir à Potiron.

DATTE (Phoenix dactylifera) : Fruit d’un palmier des régions chaudes et sèches, mais irriguées, dont les fruits, les dattes, poussent en régime.  Il symbolise la victoire, la force, la vigueur et la fertilité.  Dans le registre populaire, son fruit  exprime la compréhension mutuelle, les pensées sincères et profondes, le bonheur affectif durable, l’harmonie conjugale, le dattierconfort au foyer, la prospérité certaine.  Il invite à se détendre et à vivre dans la paix d’esprit, en appréciant ce qu’on est et ce qu’on possède.  Mais il semble s’agir de la projection de désirs de la part d’êtres qui mènent une expérience de vie décevante.  Au premier chef, le dattier symbolise le juste ou l’élu, l’être qui aspire à la vision béatifique plus qu’à l’accomplissement matériel et qui conforme son agir à cet idéal de réalisation.  Il symbolise ensuite les bénédictions prolifiques de Dieu pour toutes ses créatures.  Relié au premier mois de l’année, les Celtes lui attribuaient un sens de réveil à la Lumière.  Il prenait pour eux un sens de début, de commencement, d’initiation, même d’impatience à agir.  En Égypte, où on le considérait comme le modèle par excellence de l’Arbre de vie, de support du Monde, on s’en inspirait pour ériger des colonnes dans les temples.

En thérapie, on reconnaît à l’infusion de dattes des vertus adoucissantes et à ses fruits des vertus vitalisante et nutritive.  La datte constitue une bonne source de fer, de magnésium, de cuivre, de vitamine B6 et de niacine.

FIGUE (Ficus carica) : Fruit d’un arbre originaire du Proche-Orient, de la famille des moracées ou urticées, à feuilles lobées et aux fleurs attachées à la paroi interne d’un réceptacle charnu piriforme qui, après fructification, donne la succulente figue.   Voilà l’arbre de la Science ésotérique, de la Connaissance cachée ou du Savoir, symbolisant l’accomplissement de tous les désirs ou la joie de se réaliser à sa manière.  Il exprime la divination, la fertilité et l’amour.  Pas étonnant que Bouddha ait pu parvenir à l’illumination sous cet arbre, après y avoir enseigfiguierné toute sa vie à ses disciples.  Image d’abondance, il donne la nourriture des ermites.  Il est dédié à Vénus et au Taureau.  En Égypte ancienne, on consacrait cet arbre à Isis, la maîtresse des secrets initiatiques et alchimiques.  En Grèce, on le réservait plutôt à Athéna.  On le relie au mental supérieur et aux pouvoirs du cerveau.  Dans le registre des symboles populaires, le figuier désigne un être rempli d’amour pour sa famille, de forte personnalité, très sensible, mais un peu complexé, qui ne se plaît pas n’importe où, qui a besoin d’espace, de liberté, de chaleur humaine.  Plein de bonnes intentions, tantôt il paresse et se perd dans le rêve tantôt il s’active et ploie sous le labeur.  Il passe sa vie à faire des concessions et des compromis, mais ses efforts n’en portent pas moins toujours fruit.  L’homme de la rue le considère comme un présage de sentiments heureux et d’occasions profitables.

Pour sa part, en mystique, ce fruit annonce un don de l’Invisible.  On l’associe diversement à la science religieuse, au lien de l’initiation, à la connaissance de la sagesse.  Elle donne l’assurance que tout tournera pour le mieux, annonçant notamment le retour à la santé.  À moins qu’on ait choisi de garder son secret, qu’on tienne à avoir une discussion, qu’on se prépare une dispute.  On assure que ce fruit donne accès à la mémoire de ses plus anciennes origines.  Ainsi, quand la figue qu’on a placée au-dessus de sa tête s’ouvre, elle révèle les fruits et les nectars conservés en réserve dans son âme.  Dans le Bouddhisme, elle évoque l’immortalité et la connaissance supérieure.  En psychologie, pleine de graines fécondes innombrables, on l’associe au testicule, à l’érotisme et à la fécondité virile.  Dans la culture populaire, on l’associe au mariage.

En thérapie, on considère surtout les avantages de la figue, fruit de longévité très riche en sucre, en minéraux et en vitamines.  On la considère comme pectorale, émolliente et laxative.  En décoction, on la recommande comme gargarisme dans les cas de fluxions douloureuses de la bouche.  Elle élimine les déchets organiques et enraie la constipation occasionnelle.  Au niveau spirituel, elle symbolise la paix, la prospérité et la fertilité.  Pour les gens ordinaires, elle évoque l’abondance, la détente, la joie au foyer ou la réalisation d’un projet agréable.

FIGUIER DESSÉCHÉ : Cette expression désigne tantôt un être spirituellement stérile, tantôt une église hérétique, tantôt la Synagogue de Jérusalem qui n’a pas reconnu le Messie en Jésus.

FIGUIER  PERPÉTUEL : L’Arbre éternel du Monde, l’Axe cosmique.

FIGUIER SACRÉ : Synonyme d’Arbre sacré ou de Colonne vertébrale illuminée.

FIGUIER et OLIVIER : En Islam, cette expression désigne la dualité de la nature humaine.

FIGUIER (Ceinture de feuilles de) : La ceinture dont Adam et Ève couvraient leur nudité.

FRAISIER (Fragaria vesca) : Fruit d’une plante rampante à feuilles ternées et basilaires, dentées, et à fleurs blanches à cinq pétales, groupées et terminales, qui se propage par stolons.  Elle donne une drupe à akènes supportée par un réceptacle charnu et  juteux.  Elle appartient à la famille des fragariées ou rosacées.  Elle symbolise la joie et l’enthousiasme de l’Enfant intérieur, toujours curieux, serein et rieur.  Elle aide à inclure de la fantaisie dans sa vie et à s’accorder des moments de plaisir dans le quotidien.  Elle dispose à œuvrer harmonieusement au sein d’une collectivité et à bien  poser les fondements de sofraisiern avenir.  Protectrice et réconfortante, elle dissout le chagrin des promesses non tenues, de la faillite à la parole donnée, de la difficulté à se pardonner.  Elle libère doucement du sentiment d’impuissance.  Elle attendrit un caractère sarcastique, narquois, hostile ou blessant.  Elle arrondit les angles aigus de la personnalité.  Elle annule le ressentiment.  Elle dissout les fausses attentes.  Elle attire l’abondance.  Son parfum rehausse la chaleur humaine, éveille la créativité et développe le sens de l’organisation  physique et de la discipline mentale.  En songe, son fruit exprimerait le désir de petites aventures fantaisistes pour rompre la monotonie de son quotidien ou d’e petites aventures amoureuses pour compenser à un manque de stimulation sexuelle dans le couple.  Relié à Vénus et à la Balance, il évoque la bonne saison, ce qui peut se traduire par un amour tendre, un succès inespéré, un gain inattendu, le témoignage de sentiments sincères, un réconfort amical, de la satisfaction au milieu des  êtres chers, une expérience amoureuse stimulante.

On associe la fleur du fraisier aux qualités féminines, à la vision d’avenir, aux prévisions à long terme, à l’atteinte de ses buts.  Quant à son fruit, la fraise, on relie à l’amour et aux bonnes occasions, parfois aux tentations sensuelles ou aux invites sexuelles.

En thérapie, on recourt aux feuilles et aux racines du fraisier comme astringent, diurétique, dépuratif et stimulant.  En usage externe, on utilise l’infusion comme gargarisme dans le cas d’angine ou l’injection dans le cas de flueurs blanches.  En boisson, on s’en sert dans les cas de diarrhée bénigne, de gravelle, de goutte et d’affections cutanées.  Le fruit lui-même produit des effets bénéfiques dans les cas de goutte, de gravelle et de rhumatisme.  En fait, on l’utilise pour à réduire les symptômes de la tristesse ou de la mélancolie, pour prévenir l’évanouissement, pour réduire l’inflammation et la fièvre, pour corriger les inflammations de la gorge, pour soigner les maladies du sang, pour traiter les maladies du foie, pour éliminer les pierres aux reins, pour prévenir les crises de goutte et pour éliminer l’halitose.  En confiture, on apprécie son suc  nutritif.  On peut poser des feuilles fraîches  pilées sur les ulcères cutanés.

FRAMBOISIER (Rubus idoeus) : Fruit d’un arbrisseau de la famille des rosacées à grandes feuilles simples et lobées, à grandes fleurs roses, plus ou moins foncées, donnant des drupéoles nombreux formant un fruit rouge.  Son symbolisme se rapproche beaucoup de celui du fraisier, exprimant la joie de vivre, la gaieté, le plaisir des situations stimulantes, la framboisier  protection et l’amour.  Il ouvre le cœur et assouplit l’esprit.  À certains égards, il rappelle la fragilité de la vie ou les petites contrariétés qui se glissent même dans les évènements les plus heureux.  Il peut exprimer une affaire dangereuse, mais fort intéressante ou la détresse qui surgira de rumeurs malicieuses répandues autour de soi.  Plante de Vénus et de la balance, il est lié aux  joies  affectives et à la versatilité du caractère.  On associe plus précisément sa fleur aux remords et à la pénitence.

Parce qu’il contient de l’acide citrique, son fruit est classé comme laxatif, diurétique et rafraîchissant.  Le framboisier rouge convient particulièrement bien à la femme, contenant dans ses feuilles des hormones féminines.  On s’en sert pour traiter un grand nombre de problèmes féminins, autant pour régler le cycle des règles que pour renforcir les parois de l’utérus avant l’accouchement.  On dit que, pris tout au long de la grossesse, il peut éviter une présentation en siège du fœtus.  Ailleurs, on s’en sert dans les cas de dysenterie et de diarrhée bénigne.

GRENADE (Punica granatum) : Fruit d’un arbre du pourtour de la Méditerranée, d’Afrique et d’Asie (myrtacées), au tronc tortueux, à rameaux épineux, recouverts d’une écorce grisâtre, à fleurs écarlates à l’extrémité des rameaux, produisant la grenade, un fruit de la grosseur d’une orange.  En Grèce antique, ce fruit était considéré comme infernal, et on l’associait à la déesse des morts, Kore (Perséphongrenadiere), la Porteuse des Clés de l’Autre Monde et du Ciel.  La Mythologie raconte qu’un jour, aux Enfers, Proserpine goûta aux grains de ce fruit.  Aesculapios (Esculape), qui la vit faire, la dénonça, d’où il lui enleva  tout espoir de remonter un jour sur terre.  Chez les premiers Chrétiens, il symbolisait la perfection et les délices du Paradis.  Pour les Initiés, sa structure intérieure évoque le Gouvernement universel fondé sur une Hiérarchie synarchique.  Pour les Alchimistes, ce fruit rappelle l’Œuvre au rouge, donc la transmutation par le feu.  Ils recommandent donc de se méfier de l’éclat meurtrier de la flamme pervertie, soit utilisée  à des fins perverses ou jouissives.

La grenade recouvre un symbolisme étendu.  On l’associe à la Lumière qui illumine les Ténèbres, à la divination, à la vie, à la fertilité, à la santé, à la longévité, à l’imminence des bonnes occasions, à l’aisance dans la vie.  Elle établit un lien avec le sang.  On la considère comme le fruit de la connaissance, de la fécondité, de la féminité généreuse et de la puissance, qui sert de pont entre les mondes, qui engendre la lumière dans le Labyrinthe de l’inconscient, qui permet de traverser la Chambre des Renaissances, qui aide à découvrir les joyaux de la Terre.  Elle porte les semences des nouvelles possibilités et elle évoque le renouveau personnel.  Elle fournit un rempart entre le feu et l’eau.  Sous ce dernier rapport, elle symbolise l’unité intérieure, la fusion de la chair et de l’Esprit.  Elle évoque les plus hauts mystères divins, ses plus profonds jugements et ses plus sublimes valeurs, qui ont amené l’âme à descendre dans la chair pour s’y incarner.  Fruit des souhaits, la grenade évoque la protection de la Terre Mère et elle offre un hommage à la Femme cosmique.  En effet, on dit que son fruit lui-même rappelle son sein;  ouvert, il dévoile sa vulve qui comble les souhaits.  Par sa rondeur, il exprime l’éternité de la Manifestation divine.  Par son jus suave, il éclaire la jouissance de l’âme aimante et connaissante.  Par ses grains, décrits comme des parcelles de feu souterrain, source de renouveau, il illustre les perfections divines dans leurs effets innombrables.  Réunis en une seule masse, ils décrivent l’Église universelle qui unit dans une seule foi les peuples divers.  Par sa saveur, il souligne qu’on attise sexuellement quelqu’un.  Dans le registre populaire, on croit que la grenade annonce le bonheur en amour, l’harmonie affective, la compréhension mutuelle, des moments tendres.  On la considère comme le fruit de l’amour conjugal et, paradoxalement, de la mort.  Dans un sens inversé, on l’associe aux rapports féminins d’amitié qui prêtent à soupçons ou à commérages, aux douceurs maléfiques, à la séduction sournoise et au plaisir éphémère.  Nous préférons résumer qu’elle décrit l’Univers fertile, création de l’Intelligence universelle, plein de possibilités créatrices.  La fleur du grenadier évoque la perfection universelle et, par ricochet, la grâce et l’élégance de la femme qui a atteint la maturité.

         En thérapie, on considère l’écorce de la grenade et les fleurs du grenadier comme astringentes.  Les écorces de ce fruit et de la racine de l’arbre servent comme ténifuge et acaricide.  L’infusion de fleurs est utilisée dans les cas de maux de gorge (gargarisme) et de diarrhée bénigne.  La décoction de l’écorce de fruit sert dans le cas de leucorrhée (injection).  Cet arbre contient de la pelletiérine.

GROSEILLE (Ribes ribrum) : Fruit d’un arbuste des régions tempérées, parfois épineux, de la famille des saxifragées, cultivé pour ses fruits solitaires, les groseilles, ou ses fruits en grappes pourpres (cassis) ou rouges (gadelles).  Pour les Celtes, il symbolise la longévité et correspond au son OI.  Dans les croyances populaires, on l’associe à la fidélité amoureuse, à l’harmgroseillieronie conjugale, à  l’amitié franche et dévouée, à la joie du cœur, à la plénitude des sentiments, à des moments heureux.  On dit qu’on offre des fleurs de groseillier pour rappeler une présomption, à savoir qu’on n’appartient pas au même monde.  Les groseilles à grappes donnent des fruits qui semblent porter un regard sévère qui voudrait détruire.  De ce fait, on dit qu’ils émettent ce message : Votre air sombre va finir par me tuer.  Pourtant, les groseilles à maquereau sont reliées à l’attente et à l’anticipation d’une perspective meilleure suivant une phase remplie de problèmes.  On va échapper au travail forcé et avancer sur le sentier du plaisir ou de la joie.  En Amérique francophone, on appelle le groseillier rouge gadelier.

En thérapie, on attribue à cet arbuste des propriétés diurétique, laxative et rafraîchissante, du fait qu’il contient de l’acide citrique.  On obtient une excellente gelée de ses fruits.

KAKI : Fruit d’un arbre du Japon, plus riche en fibres que la pomme, qui contient de la vitamine C, du potassium, du magnésium, du calcium et du manganèse.  On le relie aux vertus kakidu cœur, générosité, altruisme, croissance et expansion.  Il supporte le cœur, évitant les problèmes cardiovasculaires.  Voir à Planqueminier.

KIWI : Fruit de l’actinidia, reconnaissable à sa peau marron couverte d’une pilosité soyeuse.  Associé à Uranus et au Verseau, il symbolise les modalités de l’Amour pur.  Il annonce généralement des petites aventures piquantes, vécues à l’extérieur du foyer, qu’il faut vivre dan la discrétion, sans abuser ni sortir de l’ordre.  Dans son aspect inversé, il rappelle que les fascinations de l’extérieur restent souvent fragiles et trompeuses.  Symbole d’amour et de vitalité, elle exprime la lascivité et elle favorise la divination.

 kiwiCe fruit contient des antioxydants qui servent à détruire les radicaux libres; de la lutéine qui protège contre le cancer de la prostate, tout en améliorant la digestion et en nettoyant le système;  de l’inositol qui prévient la dépression chez l’adulte;  de l’arginine, un acide aminé qui prévient l’impuissance.  Riche en fibres, en raison de ses hydrates de carbone, de ses vitamines et de ses minéraux, il réduit la tension et le stress et il maintient l’équilibre des électrolytes .

LIME ou LIMETTE (Citrus aurantifolia) : Variété de citronnier donnant des petits fruits de couleur verte, à peau lisse, à chair sans pépin, très juteux, qu’on devrait appeler citron vert.  Cet arbre est dédié à Uranus et au Verseau et il symbolise l’amour, la protection, la guérison.  Il exprime une période passagère de difficultés dont on sortira aguerri, plus riche et conscient.  Voir à Citronnier.

MANDARINE : Fruit d’une plante du genre citrus (rutacées ou agrumes) qui produit la mandarine, un fruit doux et parfumé, plus petit que l’orange, mais dont l’écorce est plus facile à enlever.  Elle symbolise l’imagination vive, la créativité originale, la gaieté de cœur.  Elle peut annoncer diversement une promesse d’union, une perspective de bonheur, une joie sentimentale, une réussite affective, de tendres projets, une voie plus ensoleillée.  Son fruit renforcit la santé des femmes.

MANGUE : Fruit d’un arbre des régions tropicales (térébinthacées ou anacardiacées),  nombreux en Inde et en Amérique du Sud, qui produit la mangue, un fruit charnu dont la pmanguierulpe jaune est très parfumée et savoureuse.  Ce fruit succulent est justement en relation avec l’énergie d’amour et il symbolise diversement la fertilité, le désir sexuel et, à l’extrême, la luxure.  En Inde, surtout, il constitue l’arbre de l’amour qui peut réaliser les vœux et assurer une abondante postérité.  De ce fait, il invite à laisser aller ce qui ne plaît pas ou perturbe et à poursuivre sereinement sa route.  Quant à l’arbre, on le considère comme le protecteur des Initiés.  Il symbolise la fertilité à tous les niveaux et il célèbre une naissance.

En thérapie, on s’en sert pour corriger la stérilité.  La mangue contient de la vitamine A, de la vitamine C et des vitamines du groupe B.

 

MELON (Cucurbita ou Cucumis melo) : Plante tomenteuse grimpante ou rampante (cucurbitacées), à feuilles arrondies ou découpées, rugueuses au toucher, à fleurs monoïques jaunes.  Plante associée à Neptune et aux Poissons, elle symbolise la réceptivité passive qui permet l’éclosion des facultés spirituelles et l’expansion de la conscience.  Elle pallie la nostalgie du Royaume perdu, cette sensation de se sentir exilé du Royaume céleste.  Elle annonce généralement des changements salutaires, sous l’aspect public, ou une grande poussée spirituelle (pas vers l’Illumination).  Elle parle toujours de fécondité.  Dans son sens inversé, elle souligne parfois une part de crédulité, d’inexpérience, d’illusion qui mènent à manquer de prudence melons  dans ses rapports avec les autres.  Elle peut indiquer l’ignorance de faits ou d’éléments qui peuvent entraîner des désagréments.

En thérapie, on considère son fruit comme anaphrodisiaque  (réduit la libido), rafraîchissant et laxatif.  On  le recommande aux sujets bilieux.  Ingéré pendant ou après un repas, il prévient les coliques et la diarrhée.  Il contient notamment, outre les fibres alimentaires, de la vitamine C, de la vitamine A, de la lycopène, un anti-cancérigène, du calcium et du fer.

Le melon d’eau est cueilli sur une plante à rameaux grêles, longs et rampant, donnant un fruit charnu, ovoïde, à peau lisse plus ou moins verte et à chair rouge ou verdâtre.  Souvent appelée pastèque, elle symbolise la fécondité et l’évolution sereine.

MÛRE (Morus nigra) : Fruit d’une plante des régions tempérées garnie d’épines de la famille des urticées ou moracées.  Sa longue tige porte des feuilles caduques trifoliées et dentées et donne des fleurs blanches à pétales plus court que les sépales.  Ouverte, elle laisse suinter un suc laiteux.  Elle produit des fruits comestibles noirs ou pourpre bleuâtre, drupes à petits grains durs entourés d’une chair délicieuse.  Certaines variétés donnent une fleur rouge lumineuse dans la nuit.  Arbrisseau du soleil levant, le mûrier est dédié à Jupiter et au Samuriergittaire, symbolisant l’expansion de tout projet bénéfique, la protection, la force, la sagesse..  En effet, on dit que tout ce qui pousse ou se prépare à l’ombre de cette plante ne peut que prospérer.  Même que les amours qui y naissent ne pourraient qu’engendrer une grande progéniture.  Pourtant, certains opinent que ses influences diurnes restent nettement inconciliables avec la vie sentimentale ou affective.  Quant à son fruit, la mûre, elle est associée à l’insouciance et elle annonce des petites douceurs amoureuses, rafraîchissantes et piquantes.  Souvent, elle révèle des désirs sexuels cachés.  Il assure une forte protection contre les forces de l’obscurité.  Pour notre part, nous croyons que cette plante sert de lanterne pour retrouver la voie de ses origines cosmiques et pour réintégrer le Royaume perdu.  Le mûrier noir peut évoquer une tristesse telle qu’on pense ne pas pouvoir survivre à un événement malheureux.  La maladie ou les obstacles occasionnent des retards.  Les événements provoquent des désappointements amers.  C’est le mûrier blanc qui exprime surtout la sagesse, la guérison, la prospérité, la protection.

En thérapie, on considère le sirop acide tiré du suc des mûres comme astringent.  On le recommande comme gargarisme dans les cas de maux de gorge tenaces.  On devra retenir qu’au Canada, on confond facilement le mûrier avec la ronce.  Le mûrier européen ici décrit appartient strictement à la famille des moracées alors que la ronce se range dans la famille des rosacées.  Heureusement, cette confusion ne présente aucun danger.

MYRTILLE : Fruit d’une plante voisine de l’airelle qui détient à peu près le même symbolisme et les mêmes propriétés thérapeutiques et alimentaires.  Symbole de vitalitmyrtilleé, de protection et de jeunesse, elle évoque une régénération physique ou psychique, la montée de l’optimisme en regard de l’avenir.  Dans son sens inversé, elle exprime la tristesse, la mélancolie, un état dépressif.  Voir à Airelle.

ORANGE (Citrus aurantium) : Fruit d’un arbre fruitier des régions chaudes de la famille des aurantiacées.  Il porte des feuilles persistantes unifoliées et ovales, donne des fleurs blanches et produit l’orange.  Plante dédiée à Pluton, au Soleil et au Lion,  elle symbolise les noces de l’homme avec son Dieu intérieur.  Elle donne le fruit de l’Arbre de Vie, le fruit de l’immortalité qui engendre l’oubli du passé, prodigieuse source de fécondité.  En spiritualité, l’orange évoque précisément la pureté, l’innocence, la divination et la fertilité.  Il apert que les pommes d’or du Jardin des Hespérideorangers étaient des oranges.  Dans son contexte pratique, ce fruit évoque l’amour conjugal, le bonheur affectif, la prospérité au foyer, la joie de vivre, l’individualisme, l’indépendance.  Il peut annoncer une demande en mariage ou une proposition avantageuse.  Dans son sens inversé, il peut prévenir d’une joie contrariée par un chagrin ou d’un geste de séparativité.  Mais il garde généralement un sens positif relié à la lumière solaire, éclairant des sentiments vifs, chaleureux, fondés sur la sincérité et le discernement.  Les fleurs d’oranger entrent dans la composition du diadème de la fiancée, soit de l’âme.  Par distillation, elles produisent l’eau de fleur d’oranger et l’essence de néroli.  Dans la culture populaire, son fruit, l’orange, évoque la santé, la prospérité, les bonnes occasions.  On offre sa fleur pour évoquer un amour éternel, la chasteté ou on l’associe à une fête de fiançailles.

En thérapie, on utilise l’écorce d’orange comme fébrifuge, tonique amer, stimulant et apéritif.  Contenant de l’acide citrique et de la vitamine C, le fruit lui-même donne une boisson rafraîchissante et vitalisante.  L’infusion des feuilles et des fleurs sert de calmant.  On s’en sert dans les cas de migraines, de palpitations et de digestion difficile.  Le jus frais contient des vitamines C (antiscorbutique), A (facteur de croissance et de bien-être) et B (antibéribérique, utilisée contre la gingivite et la carie dentaire).  En cas d’apoplexie, on sert le jus en boisson chaude.  Le jus contient également de la vitamine G.  Il est antitoxique.  Il fortifie l’estomac et les intestins.

PAMPLEMOUSSE (Citrus grandis) : Fruit d’un arbre des régions chaudes donnant la pamplemousse, un fruit acide, aussi appelée pampelo ou grapefruit.  Plante de Jupiter et du Sagittaire, elle symbolise la générosité, l’abondance, la vision claire et lucide, les réflexes qui stimulent à mieux agir et les vertus féminines.  Pour chacun, elle réfère aux fruits du labeur pamplemousse personnel et au système de valeurs particulier.  Elle traduit une sensation de bien-être et un état d’esprit frais.  Elle peut évoquer les bons procédés ou souligner les talents.  Elle indique que le moral commence à remonter ou que la régénération physique s’opère.  Dans l’esprit des gens, elle annonce des rapports affectifs soumis aux humeurs de l’autre ou aux aléas de la vie quotidienne.

PÊCHE (Amygdalus persica) : Fruit d’un arbre rustique des régions tempérées qui s’acclimate assez bien dans des pays un peu plus froids.  C’est une rosacée qui donne l’excellent fruit duveteux qu’est la pêche.  Arbre consacré à Vénus, il symbolise le lien d’amour entre le Ciel et la Terre.  On le relie d’abord aux arts, à la musique, à l’amour tendre et sincère, à toutes les relations affectives de qualité, à la réussite sentimentale, à la joie du cœur, au bonheur profond et calme, donc au contentement amoureux.  En Magie, on s’en servait dans les rituels d’exorcisme.  Il annonce toujours des événements très favorables particulièrement empreints de douceur.  Il protège contre les influences néfastes.  Sa fleur symbolise la virginité, la pureté, la fidélité, l’extase mystique.  On doit entendre cette dernière expression comme un retour au Centre divin ou à l’état édénique.  Autrement dit, elle aide à s’intérioriser et à fusionner avec son Centpêcherre divin.  À cause de son éclosion précoce, elle évoque le printemps, la fécondité, le renouvellement, l’immortalité.  On l’associe souvent au mariage.  Chez le peuple, on l’offre pour exprimer qu’on se sent captif de l’être aimé, pour témoigner de sa générosité ou de sa tendresse, pour révéler un espoir de mariage, pour souhaiter un rétablissement dans la santé.  Son bois dégage un magnétisme particulier, très libérateur.  Dans certaines traditions, on s’en servait pour fabriquer les arcs (Europe) ou des baguettes magiques (Chine).  Le pêcher aide à faire resurgir des images de son inconscient pour mieux se connaître et se comprendre.  Il amène à approfondir ses connaissances permettant de sonder le courant inconnu de la vie.  Il invite à faire prendre de la maturité à son mental dans la détente pour mieux consolider ses assises.  Quant à la pêche, fruit de longévité, elle exprime l’amour, l’amitié, le désir, le plaisir, la sensualité, l’objet des vœux ou souhaits.  Elle souligne qu’on réussit à prendre du plaisir dans les petits faits de la vie.

          En thérapie, on considère le pêcher comme sédatif et laxatif (surtout pour les enfants).  Dans ce dernier cas, on prépare un sirop comme suit : on fait infuser dix grammes de fleurs dans 150 grammes d’eau bouillante pendant six heures;  on passe;  puis on fait fondre 250 grammes de sucre dans ce liquide.  L’infusion de fleurs sert dans les cas de constipation, de coqueluche et de néphrite.  On a recours à la décoction de son écorce dans les cas d’affections vésicales et utérines et dans les cas d’intoxication.  On peut en consommer pour former une masse stomacale.  La pêche est un facteur de longévité.  Elle nettoie l’organisme et protège  le psychisme contre les influences pernicieuses.  On lui confère une valeur d’exorcisme.

POIRE (Pirus communis) : Fruit d’un arbre fruitier de la plaine (rosacées), à fleurs fugaces et fragiles, cultivé pour ses fruits très doux, les poires.  Il symbolise le choix déterminé de vivre heureux dans la paix et la sérénité et en harmonie avec le principe féminin.  Dédié à Uranus et au Verseau, il évoque les changements rapides, la fragilité extrême de la vie, le caractère éphémère de l’existence.  Il annonce un moment opportun d’agir en se fianpoiriert à la puissance de sa pensée pour explorer des avenues nouvelles et produire des efforts encore jamais tentés.  Il exprime un grand désir de partager ses découvertes, son besoin d’aimer et d’être aimé, l’efficacité dans l’action qui rend tout plus facile.  Il parle diversement d’amitiés sincères et profondes, d’inspiration et de succès, de bonnes nouvelles engageant son avenir en concordance avec ses aspirations, de la réalisation de ses souhaits, de belles perspectives qui émergent, de relations affectives comblées à tous égards.  C’est peut-être pourquoi certains préfèrent le dédier à Vénus et au Taureau, lui donnant un sens érotique et sensuel plein de douceur et de délicatesse.  Il aide à se situer dans un circuit prometteur de réalisation pour concevoir des projets à plus long terme.  Son fruit, la poire, évoque la matrice ou le ventre fertile de la Nature et il symbolise le règne de la féminité en soi.  Associé à la longévité, à l’affection, parfois à la lascivité, il annonce une nouvelle occasion de se réjouir et de progresser.

POMME (Pirus malus) : Fruit d’une plante de la famille des rosacées qui donne la pomme, un fruit semi acide, dont on tire le cidre par fermentation.  Dédié à Vénus et au Taureau, on associe cet arbre fruitier au feu, à l’Autre Monde, à la lettre Q et à un cycle descendant, dans le sens d’une manifestation matérielle, d’un accomplissement concret, de la certitude d’un aboutissement dans le monde visible.  En Grèce, il symbolise l’abondance de la vie.  Pour les Celte, il désigne la connaissance que l’esprit peut acquérir dans son exploration de l’Autre pommier   Monde.  Mais en général, il symbolise l’immortalité, la vie éternelle, la connaissance des secrets et la clairvoyance.  Il évoque l’assurance d’être entouré d’affection et de sécurité, la chaleur de l’intimité au foyer, la certitude de la réalisation de ses désirs, la fertilité intérieure, une sexualité saine et naturelle, la protection dans toutes ses démarches, surtout dans ses aspirations spirituelles.  Il illustre l’amour qui illumine les points obscurs et qui invite à ouvrir tout grand son cœur.  Il annonce toujours une conclusion avantageuse et une grande réussite prochaine.  Le pommier exprime un message de douceur, de beauté et de générosité.  Il aide à s’harmoniser et à assouplir son caractère.  Il parle d’un printemps à faire renaître dans son cœur en s’ouvrant davantage à l’échange égalitaire et au partage désintéressés, en se rapprochant des autres sans arrière-pensée.  Il permet de prendre contact avec ses limites présentes, à les aborder en douceur, armé de patience, afin de simplifier les situations qui paraissent plus difficiles ou compliquées.  Il amène à retrouver la confiance en soi-même, la joie d’être soi, le plaisir d’être où on est et à croire à la prospérité.  Dans l’opinion populaire, le pommier identifie un être sentimental et sensuel, intelligent et réfléchi, tendre et généreux, qui pense sans cesse à l’amour.  Il a acquis cette sagesse qui amène à vivre dans la confiance au jour le jour.  C’est un philosophe fantaisiste, un peu poète, parfois extravagant.  Souvent perdu dans le monde de ses rêves et de ses sentiments, il est porté à négliger les aspects concrets et contingents de sa vie.  En général, on consacre le pommier sauvage à Mercure.  Quant à la fleur du pommier, on l’attribue assez largement à Uranus et au Verseau.  Nous ne comprenons pas trop le pourquoi de ces variantes.  La fleur de pommier évoque une promesse, la concorde perpétuelle, l’alliance qui ne se dément jamais.

En thérapie, on recommande de consommer la confiture de pommes comme laxatif.  Pour écarter les moustiques de soi, lorsqu’on décide de prendre des vacances à la campagne, surtout près de cours d’eau, on recommande de faire une cure de pommes deux semaines avant son départ, ainsi que des vitamines C et B1.  On rappelle que la consommation d’une pomme par jour est un gage de santé et de longévité.  Les acides du cidre de pomme peuvent agresser l’estomac et les dents.  En revanche, le vinaigre de cidre, parce qu’il alcalinise, contrairement aux autres vinaigres qui sont très acides, peut aider à éliminer l’acidité corporelle et à guérir les ulcères d’estomac.  À cause de son symbolisme très étendu, selon les diverses traditions mystiques, nous consacrerons maintenant tout un article à la pomme elle-même.

En fait, la pomme, fruit du désir, exprime tout ce qui est amoureux, beau, jeune, innocent, frais et éternel.  C’est le fruit du jardin magique qui assure la guérison et la régénération, avant de conférer l’initiation.  Fruit d’immortalité, facteur de longévité, symbole de fécondité, de Savoir, de Science, de sagesse, la pomme exprime le désir de connaître, inférant la nécessité de choisir entre la voie des désirs et la Voie de la Réalisation.  Voilà pourquoi elle est en même temps associée à la chute de l’humanité et à la Lumière solaire, révélant la saveur et le parfum du Verbe divin lui-même.  Source de magie spirituelle et de révélation, elle aide autant à se densifier davantage qu’à mieux entrer en contact avec les mondes subtils.  C’est tantôt le fruit de l’amour sensuel, qui évoque la descente en incarnation et la séparation des sexes, tantôt le fruit de l’amour spirituel, qui évoque la réintégration du Centre divin.  On pourra un peu mieux comprendre cette dynamique en allant lire les autres significations de la pomme, particulièrement de la pomme séductrice du Jardin d’Éden.  La pomme donne l’image de l’homme terrestre qui doit se révéler à lui-même dans sa divinité en cultivant l’amour et en faisant fleurir la quintessence.  Pour y arriver, il doit extraire de l’énergie de ses quatre éléments fondamentaux.  Dans sa phase involutive, l’humanité doit faire éclore la sagesse en utilisant les éléments denses de l’horizontalité comme un ferment pour trouver la voie de la verticalité.  Comme nous l’avons dit, la pomme symbolise la connaissance intuitive qui confère l’immortalité, dans la mesure où l’être humain choisit l’évolution spirituelle plutôt que l’involution matérielle, ce qui le densifierait davantage.  Par les alvéoles de son cœur, contenant cinq pépins, ce fruit forme une étoile à cinq pointes : c’est la meilleure image pour confirmer qu’il symbolise le Savoir et la liberté.  Quiconque en consomme, au sens figuré, n’a plus jamais soif, n’a plus jamais faim, n’éprouve plus jamais de faiblesse ni de maladie, ne peut plus jamais diminuer.  Ce fruit régénérateur entretient la jeunesse et renouvelle l’être.  Dans son sens involutif, la pomme représente le fruit de l’amour sensuel qui a conduit à la séparation des sexes, découpant l’androgyne primordial.  Elle figure alors les désirs terrestres et la complaisance dans ces désirs.  En songe, on doit la percevoir aussi comme le fruit d’amour qui éclaire sur la qualité de sa vie évolutive, de sa vie de couple, de sa vie sentimentale ou de sa vie végétative.  En psychologie, on dit qu’elle exprime l’image des seins de la femme.  La pomme explique le désir d’entrer en relation avec l’autre sexe.  C’est le fruit de la tentation au Jardin d’Éden, mais c’est aussi le fruit du Savoir initiatique du Jardin des Hespérides, symbole de connaissance intérieure, de victoire de l’Esprit sur la matière.  Nous croyons cependant que le fruit du Jardin des Hespérides, appelé fruit d’or, correspond plutôt à l’orange.  Le parfum de la pomme éclaircit la vision des événements, aide à établir des complicités dans l’amitié et la tendresse et réussit à fixer l’amour.  Il évoque la perpétuelle fraîcheur, la jeunesse, le renouvellement constant.  La consommation des pommes prévient l’insomnie.  Dans la culture populaire, la pomme sauvage dénote l’irritabilité ou l’esprit d’aventure.

POMME DE DISCORDE : Attribut de Pâris, un héros grec, elle révèle un sujet de litige ou de contestation entre deux sujets.  En soi, la pomme évoque la dualité de l’être.  Voir ci-après.

POMME D’OR : C’est le fruit d’immortalité cultivé par les Nymphes dans le Jardin des Hespérides.  On les associe à la Balance, le signe de l’équilibre, au milieu du Ciel.  Elle exprime le dépomme d'orsir de l’homme de retrouver le Paradis perdu, de retrouver sa conscience d’une vie infinie.  Elle symbolise l’amour et la concorde.  Dans la mythologie grecque, toujours, c’est le fruit que Gaïa offrit à Zeus et à Héra en présent de noces.  Dans la guerre de Troie, elle devient la pomme de discorde, symbole d’orgueil, de jalousie et de convoitise.  C’est le fruit de  l’Arbre de Vie qui confère l’immortalité et l’oubli du passé.  Nous soumettons qu’il s’agit de l’orange plutôt que de la pomme.

POMME SÉDUCTRICE (POMME DU JARDIN D’ÉDEN) : C’est le fruit de la connaissance distinctive qui provoque la densification.  Il exprime le désir de connaître de façon individuelle les différents aspects de la vie et les divers plans de conscience.  C’est le fruit de la chute, soit de la descente en incarnation.  Il explique le phénomène lointain de la séparation des sexes.  Au début de l’humanité, avant la densification de l’espèce humaine, chaque être humain, androgyne, se reproduisait de lui-même, sans contact extérieur ou sans contact avepomme séductricec un partenaire.  Chaque être humain n’était alors constitué que d’une masse de substance subtile ou protoplasmique.  La pomme séductrice figure donc le désir de l’autre sexe après la condensation ou la densification des corps.  En effet, depuis que l’incarnation est réalisable, chaque être laisse dans l’invisible la polarité inverse du sexe qu’il choisit dans le corps qu’il revêt.  Ainsi, un homme détient une âme féminine tandis que la femme détient un Esprit masculin.  Il est donc normal et naturel pour chacun d’entre eux, une fois incarné, de ressentir l’attrait pour l’autre sexe, son contact avec sa polarité invisible s’avérant fort subtil, donc très peu concret.  En ce sens, la pomme séductrice décrit à la fois l’attirance pour l’autre sexe et les désirs terrestres qui, parce qu’ils sont très tangibles, induisent dans la complaisance (esprit de domination ou jeu de pouvoir, esprit de possession ou convoitise, liens d’affection, attraction ou amour et répulsion ou hostilité).  Au lieu de chercher à retourner à son Lieu d’origine, l’être humain, une fois incarné, préfère s’attarder dans la matière, où il se densifie toujours davantage, fasciné par les plaisirs de la vie.  Oubliant la mission qu’il est venu exercer sur terre, il cherche à s’y édifier un paradis artificiel qu’il voudrait faire perdurer au lieu de chercher à rétablir le Paradis sur terre.

POMME (Croquer dans la) : Ce geste exprime la participation volontaire à la vie terrestre, des décisions prises librement, mais avec détermination.  Il évoque les ententes tacites, les intentions voilées, les actions anticipées, déterminées dans la pureté d’intention.  Il révèle l’action immédiate du principe de causalité (loi d’action et réaction ou de cause à effet).  Il exprime la complicité du cœur résultant de liens antérieurs menant à des ententes implicites qu’on n’a pas besoin de verbaliser, le goût de vivre de nouvelles expériences, ses passions secrètes, la qualité de sa nature mentale et spirituelle.  Il traduit un ajustement vibratoire qui implique un détachement ou une implication.

POMME (Manger une) : Les Élises chrétiennes expliquent ce geste comme un abus de son intelligence pour connaître le mal, un abus de sa sensibilité pour le désirer, un abus de sa liberté pour le faire.  A notre avis, il exprime tout simplement l’involution de l’Esprit divin dans la matière charnelle (descente en incarnation).  En choisissant d’explorer le monde de la densité, l’homme est venu affiner son discernement et sa sagesse en apprenant à mieux aimer et à vivre dans la paix.  Né de l’Arbre de Vie, il voulait explorer son reflet inverse, celui de l’Arbre des opposés compatibles et complémentaires, que les Églises appellent tout à fait à tort l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal.  L’Arbre des opposés compatibles et complémentaires éclaire la dualité des Forces créatrices (énergie yin et énergie yang) dans les sphères de la Manifestation.

POTIRON : Plante potagère rampante voisine de la courge, dont on consomme l’énorme fruit à chair orangée, plus gros que la citrouille.  Plante associée à Neptune et aux Poissons, c’est le fruit que la Bonne Fée de Cendrillon métamorphosa en carrosse pour lui permettre d’assister au bal organisé par le Prince Charmant.  Dans ce conte, la Bonne Fée figure l’âme de Cendrillpotironon (l’être de cendre, donc l’être incarné), qui désire aller au bal (prélude aux fiançailles et aux épousailles cosmiques) du Prince Charmant (l’Esprit divin ou le Maître intérieur).  Le potiron symbolise ainsi le véhicule de la conscience qui conduit à l’Illumination au moment de la fusion avec son Dieu intérieur.  Le véhicule figure les apprentissages de la vie à travers les expériences du quotidien par lesquels la conscience s’affine et s’illumine.  Et la baguette magique qui transforme ce véhicule, c’est l’Amour pur et paisible.

PRUNE (Prunus domestica) : Fruit d’un arbre fruitier (rosacées) dont les fleurs apparaissent avant les feuilles qui donne les prunes et les pruneaux (prunes séchées ou déshydratées).  Cette plante symbolise au sens concret, un printemps hâtif, et, au figuré, le renouveau, la longévité ou l’immortalité, la fécondité (parfois prolifique), la jeunesse, la pureté, la beauté.  On assure que c’est une plante du meilleur augure.  Elle évoque un rajeunissement intérieur par un surcroît de vitalité et d’ardeur.  Emblème de la fidélité, on estime en Chine que les Immortels se nourrissent de sa fleur lumineuse.  Dans ce même pays, elle symbolise la pureté de la pensée et l’incorruptibilité de l’Univers.  Plante consacrée au Soleil, le prunier émet des forces équilibrantes qui apaisent l’agitation mentale et libère des désordres émotionnels.  Porteur d’un message de paix, il confère le sang-froid.  Il amène à ne plus se craindre soi-même, à cesser de lutter contre soi, à dégager la violence  réprimée et les peurs cachées.  Il enseigne la relativité de toute chose amenant à un plus grand détachement.  Il apporte du réconfort aux prunier   sujets victimes de violence et d’abus de pouvoir.  Il émet un baume sur les vieilles blessures, en libère en douceur, inclinant au pardon des offenses.  Il suggère de tout prendre avec un grain de sel, avec humour.  On offre ses fleurs pour inviter à garder ses promesses et à témoigner de fidélité.

En thérapie, on conseille de consommer assez souvent ses fruits, les prunes, qui sont laxatives et diurétiques.  On considère ses amandes comme vermifuges et sédatives.  L’infusion des feuilles exerce une action bienfaisante sur les poumons et les voies respiratoires.

Le prunier de Damas évoque la richesse et il annonce la récompense méritée.

En fait, la prune et le pruneau symbolisent la fécondité de l’esprit, les délices célestes et l’immortalité.  Dans la conception populaire, ils évoquent les plaisirs intimes, les jeux érotiques, la satisfaction et le contentement, la joie de vivre.  Ils parlent de la beauté, de l’innocence, de la vitalité et de l’indépendance de la jeunesse.  Ils donnent une image de soi, surtout celle de la manière dont on perçoit son corps.  En psychologie, ils expriment le désir de la jouissance sexuelle, désir plutôt impétueux, sans trop de raffinement ni de noblesse.  Ils assurent qu’on surmontera ses difficultés présentes.  Quant au pruneau, à l’occasion, il évoque un blocage émotif ou créatif et il s’appuie sur une peur de vieillir.

RAISIN (Vitis vinifera) : Fruit d’un arbrisseau sarmenteux et grimpant, la vigne, muni de vrilles, à fruits en grappes, cultivé pour ses fruits, les raisins, et pour la production du vin (ampélidacées ou vitacées).  C’est l’Arbre sacré qui donne le raisin, le fruit de la longévité, et le vin, la boisson des Dieux.  En général, la vigne symbolise la source de la spiritualité et de l’amour : la vigne elle-même évoque l’âme et le Paradis;  le raisin, l’amour, la lumière dans l’âme de l’Initié;  le vin, la boisson de vie, source de la Lumière, le Feu divin qui anime la vie, engenvignoble-henri_martin_Vignes-en-Provencedrvigneant l’ivresse mystique.  Mais nous reprendrons un à un ces éléments.  Et nous commencerons par la vigne.  La vigne est diversement dédiée à Mercure, à Saturne, à Neptune, à Vénus et au Taureau.  On l’associe diversement à la sensualité, aux émotions, à l’endurance, à la longévité, à la grâce de Dieu.  Elle évoque souvent un équilibre qui se fait entre la Lumière et les Ténèbres, l’immortalité et la mortalité, mais qui peut ne durer qu’un bref moment.  Les Celtes la reliaient à la lettre M.  Tous l’associent au Feu divin.  Elle figure les Forces fécondantes et ordonnatrices du Ciel, la Vérité sans cesse en expansion et la Vraie Religion unique.  Elle évoque l’Énergie en spirale qui suggère le mûrissement, l’ardeur sacrée, l’ivresse, la gaieté, la joie.  Elle donne l’image des vendanges, donc des  moissons et des récoltes.  Et pour récolter, il faut une propriété;  elle figure par là l’assurance de la vie et ce qui en fait le prix.  Comme Israël se dit la propriété de Dieu.  Dans nos recherches, nous avons constaté tellement de sens divers à la vigne que nous ne savons pas trop comment les colliger et les rapporter.  Elle désigne tantôt l’âme humaine, tantôt le Royaume de Dieu, tantôt un envoyé céleste, tantôt le Père divin en tant que Vigneron, tantôt l’Arbre de Vie, tantôt la Connaissance des mystères de la vie, tantôt la renaissance et la résurrection, tantôt l’immortalité ou la vie éternelle, tantôt la jeunesse, tantôt l’herbe de vie.  Dans son sens inversé, elle peut dénoter un égarement dans les ténèbres qui amène à céder à des pulsions sombres.  Et on associe sa sève à la Lumière de l’Esprit et son vin au Savoir ou à la Sagesse.  En Perse, la vigne serait née du sang du taureau de Mithra, après son égorgement.  En Grèce, on en fait l’attribut de Dionysos, le Dieu du feu et du vin.  Par exemple, ce dernier emprunta un jour un navire pour se rendre à Naxos.  Ses marins, des pirates, s’enivrèrent et l’attachèrent au mât, probablement pour  aller le vendre comme esclave sur les marchés d’Asie.  Entre autres prodiges, pour se libérer, il paralysa le bateau au moyen de guirlandes de vigne, appelées aussi lianes.  Au sens ésotérique, le vin, produit de la vigne évoque la Force de Dieu et la crainte qui doit en écouler.  Le raisin constitue pour sa part le fruit de la vie.  Les raisins mûrs suggèrent la maturité, l’Initiation.  Les raisins verts rappellent la tentation de manger du fruit de la Connaissance avant qu’il ne soit mûraisin1r ou qu’il ne soit temps.  La grappe de raisins, en plus de symboliser l’abondance, désigne les Éclaireurs qui ont ramené de la Terre promise un symbole montrant qu’elle valait la peine d’être conquise.  Quant aux grains de raisin, ils identifient les étoiles qui veillent sur l’Humanité.  La vigne est reliée à la mémoire universelle de l’âme qui éclaire son sentier pour engendrer des progrès évolutifs notables.  Elle exprime la racine de son origine universelle et elle conduit à des rencontres qui permettent d’harmoniser certaines dettes karmiques.  Elle décrit les potentialités innées qui se manifestent dans sa présente phase de vie par un retour sur ses expériences passées, par un contact avec la Sagesse profonde.  Elle illustre son véritable lien avec l’Univers.  Elle propage et instille des énergies divines pour accroître son rayonnement spirituel et aider à mieux comprendre sa mission et la vie.  Elle révèle les rayons lumineux qui éclairent son trajet évolutif, émanant soit de ses valeurs inhérentes soit d’accompagnateurs sur sa voie.  Elle identifie sa famille planétaire et universelle.  Elle annonce qu’on reçoit présentement des forces exceptionnelles, par  une reconnaissance d’âme à âme, afin de mieux s’accomplir et de mieux atteindre ses buts dans ses expériences à travers le temps et l’espace.  Ne travaille-t-on pas tous à la vigne du Seigneur en étant un sarment?  Le fruit de la vigne, le raisin, évoque la vitalité, la fertilité, tous les aspects de la magie duvigne3 jardin.  Emblème de la valeur d’échange, il représente la récompense du travail et il évoque le degré de prospérité, voire une certaine opulence.  Il amplifie les pouvoirs mentaux.  On l’associe à la réalisation des désirs.  Il évoque souvent l’ascension à une position élevée ou l’expression de la reconnaissance de la part des autres.  Dans la culture populaire, la vigne sauvage évoque la charité ou l’hilarité.  Dans ce dernier sens, on peut l’offrir pour ridiculiser un prétendant.  Pour sa part, la vigne vierge (parthenocissus) dit : Je m’accroche à vous.  Voir à  pampre.

En thérapie, on utilise la vigne pour ses propriétés diurétiques et astringentes dans les cas de dysenterie, de diarrhée, de rétention d’urine, de goutte et de jaunisse.  On considère le raisin comme le fruit le plus reconstituant, d’où on conseille occasionnellement une cure complète par un régime de quelques jours pendant lesquels on ne consomme que ce fruit.  Ce fruit laxatif peut servir dans les cas de constipation ou de dyspepsie  gastro-intestinale.  Rafraîchissant, il agit dans les cas de maladies inflammatoires et d’engorgements  du foie et de la rate.  Pectoral, on le prend en décoction dans les cas de toux et d’affections de la poitrine.  La cure de raisin peut également aider dans les cas de goutte, de gravelle, d’affections rénales et de constipation, si ces problèmes ne sont pas trop avancés.

La vigne rouge améliore la circulation sanguine.  Elle sert de tonique veineux et capillaire et de diurétique.  On s’en sert dans les cas de jambes lourdes, de varices, d’hémorroïdes, de suites de phlébites et de troubles de la ménopause.

VIGNE BLANCHE DES BOIS : Dédiée à Pluton.

VIGNE DU SEIGNEUR : Elle désigne la fécondité de la Vie spirituelle.  Elle donne les fruits de l’amour.  Cette image appelle au service désintéressé et amoureux pour cueillir les fruits mûrs (élection) qui serviront à faire du vin (attiseront le Feu sacré).

VIGNE (Travailleurs de la) : Ceux qui comprennent tôt les principes de la Loi de la Vie et qui peuvent aller plus loin que ceux qui les comprennent sur le tard de leur vie.  Le point d’aboutissement est le même pour tous.  Les premiers n’y arriveront que plus tôt.  Dieu donne à chacun aussi vite qu’il peut recevoir et autant qu’il peut accueillir.  Et il amènera tous les êtres à se sauver tôt ou tard.  Le royaume spirituel existe hors du temps et de l’espace.  Le tôt et le tard n’y existent pas.  Obtient-on moins parce qu’un autre obtient autant que soi?  Le Réservoir de la vie est inépuisable.  Tous n’ont pas à étudier les principes de la Loi et les règles du jeu de l’existence à la même heure ou de la même manière.  Mais tous doivent travailler, selon leurs talents, à la manifestation du Royaume divin sur la Terre et à l’avènement de la Religion unique, la Religion de l’Amour.

RHUBARBE (Rheum ponticum) : Plante vivace à grand développement (polygonées), à rhizome charnu, à très grandes feuilles rugueuses et découpées, portées par de forts et longs pétioles, donnant des petites fleurs en grappes disposées sur des tiges uniquement florales.  Plante dédiée à Uranus et au Scorpion, liée au principe de la causalité qui amène à faire des choirhubarbe1xrhubarbe conscients dont on accepte les conséquences.  Elle sert d’agent stabilisateur pour éviter les écarts dans les extrêmes.  Elle libère des émotions fortes et de la dépendance aux drogues.  Elle aide à préparer une séparation nécessaire, à opérer une transition en douceur, à traverser une période de deuil, aussi à changer sa perception de la mort.  On dit même qu’elle aide àvivre sa propre expérience de la mort pour renaître au sens véritable de la vie.  Elle incline vers le détachement et le lâcher prise, préparant le terrain dans tous les processus de la vie à la mort ou de la mort à la vie, donc très utile à l’approche de l’accouchement.  Elle agit sur les intestins, souvent appelés le labyrinthe obscur, porté à trop retenir les souffrances, facilitant leur élimination.  Elle libère de la mentalité de victime.  Symbole de protection fidèle, elle annonce quelques moments plaisants qui pourraient être accompagnés ou suivis de situations aigres menant au désappointement.

En thérapie, on se sert de la poudre de ses feuilles comme stomachique (infusion).  Ses feuilles et ses pétioles contiennent de l’acide oxalique et de l’acide malique.  On s’en sert en confiserie pour son goût acidulé agréable.  On considère la rhubarbe de Chine (rheum officinale) supérieure à notre plante des jardins.

RONCE (Rubus fructicosus) : Arbuste souvent épineux (rosacées), à feuilles trilobées et à fleurs blanches donnant des baies noires (drupes) rafraîchissantes.  Liane redoutable  parronce sa vigueur et ses épines, comme la femme, dit-on, elle étouffe les autres plantes, comme le maternage mal compris et mal prodigué.  Elle symbolise la sainteté et elle exprime la vigilance, la productivité, la force intérieure pour réussir.  Associée à l’élémental air, reliée au dixième mois lunaire, elle exprime l’alimentation maternelle dans la joie et la gaieté ou l’amour maternel qui distribue ses bienfaits naturels.  Curieusement, elle est liée, en même temps, à l’esprit de famille et au patriarcat.  Elle invite au mûrissement intérieur, sans quoi on s’expose à la mort.  Dans la perception populaire, elle représente ce qui est mal ou sans valeur.  C’est du reste sa signification, dans son sens inversé, d’où elle évoque souvent les remords.

En thérapie, on recourt à l’infusion de ses feuilles, reconnues comme astringentes et diurétiques.  On s’en sert comme gargarisme dans le cas d’un mal de gorge.  Cette plante est parfois improprement appelée «mûrier», confusion heureusement sans danger

© 2009-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.