TROIS ÉCLIPSES RAPPROCHÉS DANS LE COLLIMATEUR, EN 2011…  ET APRÈS?

 

   Dans une séquence de temps assez courte, la Terre a connu trois éclipses : une éclipse solaire partielle le premier juin 2011 (visible dans les contrés nordiques, donc en Alaska, au Canada, au Groenland, en Islande et en Scandinavie, de même qu’en Asie septentrionale);  une éclipse totale le 15 juin (visible en Australie, au Japon, en Inde et dans les autres pays d’Asie de ce couloir, ainsi qu’en Afrique, en Europe, en Amérique du Sud);  et une éclipse solaire partielle le premier juillet (visible dans une partie de l’océan entre l’AntarctiÉclipse1que et l’Afrique du Sud).  Bien sûr, il s’en est produit beaucÉclipseoup d’autres depuis.  Mais, ne s’agissait-il pas une occurrence assez remarquable pour qu’on fasse un retour sur ce phénomène qui n’est pas sans effets physiques, psychiques et spirituels?  On aurait pu se passer de souligner les phénomènes récurrents, mais particuliers, de 2011, si on avait ignoré que, dans le présent contexte ascensionnel, ils ont accéléré par vingt la vitesse d’expression des énergies de transformation et de transmutation sur la planète Terre, ayant fait des mois de juin et juillet et, par répercussion, du reste de l’année, le moment propice d’un bond quantique.

   En termes simples, l’éclipse désigne une occultation passagère d’un astre, complète ou partielle, produite par l’interposition d’un autre corps céleste entre cet astre et la source de lumière ou entre cet astre et le point d’observation.  L’éclipse de Lune, qui se produit lorsque celle-ci passe dans le cône d’ombre de la Terre, a donné lieu à nombre de superstitions.  Dans l’Antiquité, on croyait notamment que, dans cette phase d’assombrissement, elle devenait en danger d’être dévorée par des monstres.  Alors, on venait à son secours en poussant des cris et en lançant des flèches vers le ciel.  Quant à l’éclipse éclipse de Soleil, elle se produit par l’interposition de la Lune entre l’étoile de notre système et la Terre.

   Comme les éclipses se produisent en six mois, sur des cycles de dix-neuf ans, on peut les considérer comme des phénomènes naturels récurrents, mais ce serait à tort qu’on leur attribuerait un sens anodin.  En effet, à toute éclipse, la Terre, avec toutes ses créatures, fait un pas dans son renversement vers la pleine conscience.  Car, alors, il se produit un alignement subtil et, par des changements brusques et soudains, relatifs à l’importance de l’occultation,  une accélération des événements qui nécessite, chez tous ceux qu’elle affecte, un changement rapide de conscience.  Chacun est appelé à s’ouvrir à l’exploration de nouveaux concepts et à la modification de son mode de vie, sinon, il s’expose à une régression plus ou moins importante et, par sa résistance, à plus de souffrances.

   En cela, toute éclipse affecte tous les gens de la planète, voire toutes les créatures, même ceux qui ne se retrouvent pas dans le cône d’ombre.  En réalité, en phase d’éclipse, la Terre reçoit un déversement de Lumière d’origine interplanétaire et interstellaire qui imprime et encode de nouveaux archétypes dans la matière, engendrant un changement dynamique profond.  Selon le degré d’occultation qu’elle produit, l’éclipse donne le signal d’un cycle qui s’achève partiellement ou complètement afin de faire place à un autre.  C’est ainsi que, lors de l’alignement du Soleil, de la Lune et de la Terre, il se forme  toujours un Portail d’énergie qui permet de passer, à travers les octaves dimensionnelles de l’existence, du Cœur de la Création au cœur de la Terre-Mère.

   Dans le domaine personnel, ce phénomène révèle les aspects qu’un être ne souhaite pas reconnaître parce qu’on les craint, mais qu’il devrait résoudre, parce qu’ils empêchent la Lumière de jouer pleinement son rôle à travers lui.  Il s’agit d’un aspect sombre de sa réalité qui l’empêche de vivre sa vérité profonde.  En général, ces ombres sont formées par les acquisitions de l’éducation et de l’instruction, les assomptions gratuites, les préjugés, les formes de pensées rigides, les peurs, les doutes et les résistances qui mettent le mental en esclavage, bloquent la communication et la circulation.  Dans un sens plus vaste, les éclipses ont trait à tout ce qui entrave l’échange avec les autres et qui brouille le contact avec la Source intime de sagesse.  De ce fait, un être tente d’échapper à sa responsabilité de répondre à l’Amour pur, impersonnel et inconditionnel, en se laissant plutôt gagner par un sentiment d’impuissance et l’apathie.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur