Dans la mythologie grecque, plus précisément dans l’Odyssée d’Homère, Pénélope désigne l’épouse fidèle d’Ulysse et la mère de Télémaque.  Pendant les vingt années d’absence d’Ulysse, durant et après la guerre de Troie, cette dame garda à son époux une fidélité à l’épreuve de toutes les sollicitations.  Il faut dire que, outre le trône d’Ulysse, sa beauté  attirèrent à Ithaque, de nombreux prétendants, au nombre de cent huit.  À chaque proposition, elle sut toujours éluder leur poursuite et les déconcerter par de nouvelles ruses.  Sa première astuce fut de s’attacher à faire sur le métier un grand voile, en PENELOPE-TRAVAILdéclarant aux prétendants qu’elle ne pouvait contracter un nouveau mariage avant d’avoir achevé cette tapisserie destinée à envelopper le corps de son beau-père, Laërte, quand il viendrait à mourir.  Ce n’est pas difficile à comprendre puisqu’elle défaisait la nuit ce qu’elle avait fait le jour.

Ainsi, pendant trois ans, elle allégua cet ingénieux prétexte, sans que sa tapisserie ne s’achevât jamais.  Quand on lui apprit que son époux était de retour, elle refusa de le croire, craignant qu’on ne voulût la déjouer, comme l’arroseur arrosé, par des apparences trompeuses.  Mais, bien sûr, après qu’elle se fût assuré, par des preuves non équivoques, qu’il s’agissait réellement de son véritable époux, elle se sentit revivre et elle se livra aux plus grands transports de joie et d’amour.  La culture mondiale a tiré de cette légende l’expression «la toile de Pénélope», qui désigne un ouvrage auquel quelqu’un travaille sans cesse, mais qu’il ne termine jamais.

En spiritualité, ce travail de jour qui se défait la nuit, en attendant le retour de l’amant idéal, le Maître intérieur, afin de ne pas tomber dans les bras d’importuns ou d’imposteurs, évoque le subconscient, plutôt mécanique et, souvent, tyrannique, qui défait l’œuvre du conscient, chez celui qui n’y prête garde.  C’est ce qui se produit notamment dans le dialogue alors que, dans un monologue intérieur, on affirme le contraire de ce que l’on expose extérieurement.  C’est encore ce qui se produit lorsqu’un être proclame une réalité, mais que, en raison de ses expériences antérieures malheureuses, ne parvenant pas à croire aux rêves les plus fous qu’il fait, il les annule.  Ainsi va la vie : par la loi d’Attraction, chacun se retrouve là, en vibration, où il centre son attention.  Son destin devient ce qu’il vibre le plus puissamment, consciemment ou inconsciemment.  Autrement dit, à chaque instant, il récolte selon ce qu’il a semé.

© 2014-15 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.