UN MANTRA, DES MANTRAS OU DES MANTRAM…

Le mot sanskrit «mantra» signifie «instrument de la pensée» et il donne un «être libre de ses pensées» ou un «être libre de l’asservissement de ses tendances acquises».  Il désigne un mot de pouvoir ou une formule rituelle que le chercheur répète mentalement ou verbalement à plusieurs reprises pour influencer les vibrations cosmiques et mettre en communion avec le Cosmos.

  Le mantra sert à attirer la force de ses vibrations à lui, par exemple pour se purifier mentalement.  Car il existe des langues, parentes de la Langue des Anges, qui détiennent, en elles-mêmes, une portée vibratoire.  Dans la Tradition orientale, le son est à la fois Essence ou aspect de l’Essence, constituant l’origine d’une réalité, ce qui lui confère une puissance spirituelle.  Le mot exprime l’être dans un son qui est à la fois cet être même et l’Être d’où tout dérive et en quoi tout se résorbe.  De ce fait, exprimer le son de l’Être suprême, c’est appeler à soi les Énergies divines, ce qubouddhai amène à se diviniser soi-même.

Pour un Oriental, le mantra exprime le son pur d’une réalité, quelle qu’elle soit, manifestant l’essence de sa vibration, ce qui l’engendre et la maintient en forme.  Ainsi, il est la «chose» en elle-même, le mot de passe particulier, un son qui représente une expérience et qui a le pouvoir de la reproduire, de révéler le sens total.  Car il déclenche des forces dans les plans supérieurs.  Pour être efficace, il doit devenir le son de sa matière propre pour remplir le corps de conscience.  Il doit se cristalliser pour faire taire toutes les autres vibrations discordantes et contradictoires.  Avec le temps, s’il est puissamment utilisé, il écarte les maladies, les accidents, jusqu’à la mort même.  Toute chose se meut en se fondant sur un son particulier qui est le mouvement des forces qui la composent.  Ce mot de valeur spirituelle, par sa vibration, libère l’être en purifiant son mental.

Le mantra le plus connu est «Om», souvent prononcé «AUM» (illustré ci-haut, mais détaillé plus bas), le son qui équilibre les vibrations de la Terre, AUMchange la programmation individuelle, aidant à s’accomplir selon la Volonté divine.  Le mantra développe le détachement qui amène à faire l’expérience du Soi intérieur.  Il supprime les désirs qui obscurcissent la vision humaine.  Il purifie le mental pour qu’il réfléchisse clairement la réalité ou les vérités spirituelles.  Il procure la paix, la béatitude, l’illumination, la conscience.  Il ouvre la porte de l’intuition qui inspire la raison.  Il porte l’attention sur le Divin plutôt que sur le je.  Il déclenche la pensée créatrice.  De ce fait, il sert de clef sonore aux répercussions magiques.

En lui-même, chaque mantra interprète diversement le Verbe originel de sorte que, prononcé correctement, il attire en soi des forces cosmiques.  Chaque individu possède un semblable son.  À ce propos, Satprem précise : «On peut lire des mantras dans un livre et les répéter tant qu’on veut, ils n’auront de pouvoir ou de «force active«, à moins qu’ils n’aient été donnés par le Maître ou Gourou.»  Car un mantra ne prend sa force que lorsqu’il est activé par un membre de la Filiation spirituelle légitime.

En raison de leur endoctrinement, le chant des mantras sacrés est souvent perçu, par les intellectuels, comme une activité pusillanime qui ne peut apporter aucun bien, donc juste bonne pour les faibles d’esprit.  C’est sottement prétendre que la Source, par ses Maîtres réalisés qui les donnent, ne leur a pas prévu un dessein divin et une action spécifique.  Cela ne revient qu’à dire que le Plan divin n’est pas à son goût.  Celui qui n’exerce pas le pouvoir du Verbe par ce moyen devient une île au cœur d’un Océan de Flammes.  De par le libre arbitre, la Flamme ne peut être cristallisée et former une spirale autour de lui sans qu’il en donne le commandement.  La Flamme demeurera inconnue jusqu’à ce qu’il la fasse sienne.  La répétition d’un mantra purifie les «nâdis» ou méridiens du corps et il ouvre les portails du Ciel.  Car le son affecte la Matière et finit par oblitérer les portails.

Dans ce contexte, le mantra personnel désigne le son qui exprime la fréquence sonore divine qui relève de l’Om primordial et qui individualise cette sublime Réalité.  Pour cette raison, il commence généralement par ce son totalisant.  Il sert de mot de passe cosmique pour vivre l’expérience à poursuivre jusqu’à la Perfection.  Il sert en quelque sorte de propulseur sur l’Échelle évolutive, permettant de révéler le Sens total de l’Être-Un.  Celui qui répète assidûment son mantra personnel porte le nom de «mantrin».

L’«OM» PRONONCÉ, DE PRÉFÉRENCE, «AUM»

D’entrée de jeu, il faut préciser que tout mantra exprime une plus grande puissance globale s’il est simplement pensé à répétition, que s‘il est répété à répétition.  Sauf que, s’il est prononcé de façon audible, il fait vibrer plus intensément le véhicule physique, le dégageant de ses blocages et de ses scories.  Pour favoriser la concentration et le décompte de sons, on peut se tulsi-malaprocurer une «mâlâ» (mot qui signifie «guirlande» et qui désigne un genre de chapelet de 108 grains, souvent divisé en 9 sections de douze grains, qui, avec le temps, devient un instrument magique de protection et de réalisation parce qu’il s’est chargé d’effluves spirituelles très pures, selon les mantras qu’on a retenu de répéter en s’en servant.

Dans la Tradition hindoue et bouddhique, le Verbe primordial, le Logos suprême, le Grand Sceau cosmique, le Centre-Un, d’où tout vient, où tout passe et auquel tout retourne, qui révèle la Nature de Dieu.  Il s’agit du Pouvoir vibratoire cosmique derrière toute énergie atomique plus prosaïquement appelé le «vrombissement créatif du Moteur cosmique».  C’est le mantra par excellence pour rehausser ses vibrations personnelles et voguer sereinement vers la Maîtrise totale ou la Réalisation transcendantale.  On pourrait l’identifier au Cycle cosmique qui va de l’Alpha à l’Omega.  On le représente graphiquement par un point carré («sattva»), un croissant rouge («tattvam») et une espèce de trois bleu et stylisé (le Trident de la primauté sur les trois plans de conscience), muni d’un crochet ouvert ou fermé, figurant l’hameçon des âmes (vert).  Souffle de l’Absolu à travers l’Univers et dans les différents plans de la Manifestation, ce Son contient le cycle entier de l’existence cosmique éternelle.  C’est le Pont d’Unité entre le Ciel et la Terre, la Mélodie de la Sainte Alliance mystique, le Chemin court qui mène à Dieu, capable de tout harmoniser et équilibrer.  Il produit un choc en retour contre celui qui l’utilise de façon malveillante.  Mais pour celui qui s’en sert avec bienveillance, désintéressement, compassion, clémence, compréhension, en gardant l’idée de se purifier et de tout purifier, il produit des miracles.

On peut considérer la voyelle «A» comme l’Énergie solaire, rouge, active, émissive, mâle, électrique du Père divin, le Créateur originel, le Commencement.  Relié à l’Ère originelle d’avant l’Émanation, c’est le Feu primordial ou la Vie qui, se reflétant dans le foie, sort de l’indifférenciation, transmutant le plan physique.  La voyelle «U», prononcée «Ou», comme le Fils spirituel, l’Homme universel, la Lumière de vie ou l’Âme omniprésente, de couleur jaune, fusion du Père divin et de la Mère céleste.  C’est le son de l’Amour, l’énergie de cohésion et de liaison, l’énergie qui propulse vers l’avant, qui organise la Création et qui régit le plan mental.  Quant à la consonne «M», elle représente l’Énergie lunaire, bleue, passive, réceaumptive, femelle, magnétique de la Mère céleste, l’Océan cosmique à fertiliser, la Finalité de l’Œuvre universelle.  Son de l’expansion de la Création, de la mort ou de la renaissance, il s’en va à l’infini, donnant accès aux plans spirituels.  Énergie de l’achèvement suprême, qui libère, il fait entrer dans l’Illumination.

Symboliquement, au plan de l’être humain, la première lettre rappelle le cri primordial, le son de l’Enfant qui vient de naître;  le deuxième, la vie continue ou la durée de l’existence;  la dernière, le terme de la vie, l’expiration finale, la transition dans un autre plan de conscience ou la transformation dans un état d’être supérieur.  Et, dans son ensemble, toutes les lettres réunies, il reproduit le son qu’émet éternellement la Vache mugissante.

En Inde, ces trois lettre désignent respectivement Shiva, le Temps, le mental, les extérieurs en succession et le Véda;  Vishnou, l’Espace, le cœur, les intérieurs en simultanéité, Deva;  et Brahmâ, le Possible, l’Unité en soi, les ensembles en coopération, le Ciel suprême.

Dans le domaine initiatique, associé au chakra frontal, il figure la syllabe initiale qui engendre le Fil d’or ou le Fil d’Ariane auquel le yogi recourt pour se hisser jusqu’à la Divinité afin d’y recouvrer sa plénitude et sa liberté hors de la Roue des Existences.  Car ce son permet à l’âme de remonter à sa Source divine, l’aidant à briser toutes ses chaînes terrestres pour retrouver le Pôle sublime du Moment d’Éternité.  Il libère de la douleur, de la souffrance et du remords d’avoir fauté, il écarte les malheurs, il dissout les obstacles, il éloigne les démons ou les convertit, il abrège les tourments de la terre et des enfers, il élimine le doute et il abolit le désespoir.  Il donne la vie, élève au-delà des oppositions apparentes, procure la vitalité et la santé, attire l’abondance, engendre les bonnes occasions, instille la joie et procure le succès.

À la vérité, ce son active l’Énergie du Kundalini, la Shakti du «Pranava» logée en soi-même, qui permet de transcender les vingt et un plans de conscience de l’Échelle évolutive pour accéder à la Source de toutes les Lumières, au-delà des Quatre Temps.  Distillant l’Amour et l’Information, détruisant l’ignorance, l’illusion et le mal, il emporte dans l’Illumination totale de la conscience sublimée par l’ascension spirituelle progressive.  Il permet de purifier le corps, le psychisme et le monde environnant, élevant instantanément le taux vibratoire.  On peut l’associer au «bruit des grandes eaux qui enseigne toutes choses» de la Bible.  Dans ce son prononcé au complet, d’un seul souffle, il n’y a ni destruction ni naissance, car il élève et maintient au niveau de la Réalité suprême.  Source de toutes les Saintes Écritures, ce chant de l’Unité indivisible est susceptible de fournir la rasade quotidienne de Nectar de l’Absolu.  Il émet la Lumière blanche de cristal qui engendre l’arc-en-ciel de l’Alliance.  Il exprime la plus haute Réalité spirituelle, la Force universelle qui exprime la plus haute conscience, l’état de Conscience cosmique.

Pour tout dire, ce son représente le Support des Forces qui président à la création, à la préservation et à la transformation du Monde, fournissant la clé du passé, du présent et de l’avenir.  Aussi gagne-t-on à le répéter.  Chanté à haute voix, il purifie l’ambiance autour de soi, chasse les entités sombres, calme la tension et l’angoisse et cristallise les bonnes vibrations.  Murmuré à voix basse, il calme le mental, stimule à guérison et favorise la concentration.  Pensé mentalement, il assure la protection, libère de l’attachement, facilite la concentration, dispose à l’introspection ou à la méditation, fournit l’énergie intime qui libère et délivre l’âme.  Surtout, il libère de l’illusion de la mort comme néantement.

En réalité, la répétition de ce son fait vibrer le liquide céphalo-rachidien, la masse cérébrale, l’épiphyse et l’hypophyse, réorganisant toutes les molécules de l’organisme.  Il engendre le rugissement du Grand Feu, il rétablit l’Âge d’or et induit dans l’Âge de diamant, rapprochant les hommes, unifiant les peuples et apprivoisant les règnes.  Il accélère les communications par voie télépathique.  Appelé le Flambeau des Ténèbres, on le dit encore le Troisième Œil de Hamsa qui déchire les voiles d’imperfection et ouvre à la Langue universelle des vibrations.  Car, capable d’éveiller toute chose, il constitue l’Essence de la Réintégration ou de l’Ascension.

Ainsi, l’AUM devient le symbole de tous les sons les plus diversifiés, condensant toute la série possible de tous les mots imaginables, dans toutes les langues et les registres.  C’est le mot qui rehausse le plus rapidement et le plus puissamment le taux vibratoire individuel ou collectif.  Traversant tous les mots et, de ce fait, tous les êtres, il se déploie dans un mouvement créatif perpétuel, universel, infini et illimité, supportant l’Univers manifesté.  Il figure le résumé de toute science et le réservoir du Savoir.  C’est la vibration de la Lumière primordiale qui constitue la seule réalité de la Manifestation.

L’OM ou AUM contribue largement à l’évolution dans les mantras AUM TAT SAT (qui signifie «Je Suis Cela» ou «Je Suis l’Être» et qui accélère le Retour à la Maison du Père-Mère céleste);  AUM SAT-CHIT-ANANDA, parfois mieux employé dans l’expression AUM-SACHCHIDANANDA, qui évoque une salutation à la Trinité divine et favorise l’intégration des Trois Rayons primordiaux, ramenant dans la Conscience de l’Unité;  AUM SHANTI SHANTI SHANTI qui proclame la «Paix suprême» appelée Sérénité et, du même coup, la Santé parfaite ou radieuse);  et AUM MANI PADME HUM, le grand mantra de la Compassion, qui appelle l’«Harmonie parfaite», l’Accord idéal avec son Centre intime et divin, la Fusion dans le Néant cosmique.   Dans ce verset spirituel en sanscrit, «OM» purifie, exprimant la félicité et la fierté (Royaume des dieux);  «MA» purifie, exprimant la jalousie et la nécessité de divertissement (Royaume des dieux jaloux);  «NI» purifie, exprimant la passion et le désir (Royaume humain);  «PAD» purifie, exprimant l’ignorance et les préjugés (Royaume animal);  «ME» purifie, exprimant la pauvreté et les désirs de possession (domaine des faims fantômes);  enfin, «HUM» purifie, exprimant l’agressivité et la haine, plus précisément le vide (domaine de l’enfer).  On prononce souvent AUM MANI PADME HUM, TATWAN ASI, ce qui signifie : «Ô Toi, le Joyau dans le Lotus, Toi et Moi, nous ne faisons qu’un».

     

© 2009-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.