LE SYMBOLISME DU LOTUS, LA FLEUR DES MYSTIQUES

 

Il s’agit du lotus, fleur d’une variété de lotier («nelumbo coerulea»), une plante dicotylédone (nymphéacées) semblable au nénuphar blanc, à feuilles arrondies imposantes et aux grandes fleurs.  Emblème de l’Égypte antique, on disait que, de la coupe épanouie du lotier, sortait  Horus, le Soleil levant, symbole de la résurrection.  Il représentait également Nefu-Tem, comme attribut de la Déesse du Nil, qui tendait le plateau de ses dons à l’humanité.  S’ouvrant au soleil levant et se fermant au soleil couchant, il figurait la matrice du Soleil.  Dans les marais, Ra sortait souvent d’une fleur de lotuslotus-dominant-images, posant ensuite cette fleur sous ses narines.  Elle figure le Nil supérieur, soit la Source céleste ou le Ciel.  Il exprime les degrés de l’expansion de l’âme et il symbolise la beauté, la pureté, la croissance.  Dans l’expérience quotidienne, il exprime la pureté qui émerge des eaux troubles ou l’espoir qui surgit même dans les conditions difficiles.  Le lotus Sesen, le motif symbolique relié à la Haute-Égypte, symbolise le Soleil, la Création et la Renaissance.  C’est la fleur qui surgit du Chaos, au commencement, pour donner naissance à la première étoile.

On ne peut passer sous silence la variété de lotus asiatique («nelumbo necifera»), déjà mentionnée dans l’«Atharva-Veda», un livre antique de la Tradition hindoue, une plante appelée «la fleur née de la lumière des constellations».  Elle symbolise alors le cœur humain.  Dans les «Brâhmanas», elle est associée à la Création, ce qu’on expliquera un peu plus loin.  Stylisée, elle devient le siège des Divinités et elle figure l’Initiation qui signale la naissance de la Lumière céleste et qui exprime la protection, la compassion et la longévité.  Par exemple, Bouddha est à peu près toujours représenté assis en lotus ou monté sur un piédestal de lotus.  Pour les anciens Aryens, le lotus symbolisait le surhomme dans le sens de naissance divine de l’homme ou de naissance de l’homme à sa divinité.  Sortant à la surface des eaux, il illustre l’émanation des formes subtiles à partir du Chaos  primordial.  Il exprime ainsi que, quel que soit l’environnement d’un être, sa vérité spirituelle latente peut s’épanouir sans contamination s’il reste tourné vers la Lumière céleste et s’il reste tourné vers elle dans la persévérance.

Cette variété de lotus représente l’un des principaux symboles de l’Hindouisme, exprimant la coupe de la réceptivité, associée à chacun des centres énergétiques de la colonne vertébrale (chakras).  Il résume toute la Manifestation, issue des Eaux primordiales, au-dessus desquelles il s’élève et s’épanouit.  Il révèle la liberté de l’âme une fois qu’elle s’est délivrée du corps terrestre et mortel.  Le lotus fleurit, curieusement, plus aisément dans les eaux marécageuses, car il y puise une énergie qui affermit sa volonté de s’élever au-dessus du monde grossier.  Bien qu’il sorte de la boue, il se présente pur, lumineux, rayonnant, gracieux.  Justement, il plante ses racines dans la vase, pousse sa tige à travers les eaux, les perce et il finit par s’épanouir à la surface, à l’air libre, à l’orée du Ciel.  C’est en ce sens qu’il illustre la première apparition de la vie sur les Eaux primordiales qui participe désormais à tous les règnelotus-dominant-eauxs.

Dans l’Hindouisme toujours, le lotus correspond à la Matrice primordiale ou archétypale, gage de la perpétuation des naissances et des renaissances.  Image de perfection, il figure l’âme qui n’est jamais souillée par les contingences du monde.  Il servit de berceau au Soleil, le Premier Matin.  Il est l’attribut de Vishnou, le Trône de Brahmâ.  C’est la fleur à la fois cosmique, vitale et sexuelle par excellence qui exprime toute la manifestation de la Vie.  Même s’il pousse dans les eaux les plus sales et les plus fangeuses, le lotus reste toujours pur.  Bien que sa feuille repose sur l’eau, elle ne devient jamais humide, ce qui donne un signe de détachement, de maîtrise des émotions et de sublimation des appétits génésiques.  Cette fleur lumineuse, perdue dans les marécages de la vie, attend de recevoir les précieuses gouttes de vérité que le Ciel a préparées pour elle.  Son parfum doux et délicat adoucit tous les sens, stimule le désir de pureté et incline vers la quête de l’Infini et de l’immortalité.

Pour résumer, on peut dire que le lotus annonce le développement d’une conscience plus élevée en l’homme.  Il symbolise la réalisation spirituelle du Sage dont l’âme pure ne se laisse plus souiller par les influences délétères et grossières.  Il figure la potentialité de chaque être d’atteindre la plus haute perfection.  Associé à Jupiter, il exprime la pureté, l’action désintéressée, la nature vierge, ce qui calme les sens, ce qui rend la justice avec clémence, ce qui cherche avant tout l’harmonie suprême.  Il permet d’ouvrir les cadenas.  Il parle de sobriété, de tolérance, de rectitude, de fermeté, de prospérité, de postérité nombreuse, de rencontre des trois temps (passé, présent et avenir), d’épanouissement spirituel, de réalisation des potentialités d’un être, d’harmonie cosmique, de perfection possible.  Autrement dit, il exprime le sens des valeurs qui permet de rester intègre et intact au milieu de la société sans avoir à se retirer en un lieu désert pour le maintenir.  On ne peut qu’ajouter qu’il servira de symbole à la génération du nouvel Âge d’or, comme le flambeau et le papillon.

 

LES RÉFÉRENCES AU LOTUS

 lotus-1000-pétales

LOTUS AUX MILLE PÉTALES : Cette expression désigne le centre coronal ou centre christique, de couleur pourpre, au sommet du crâne.  C’est le «Sahasrara» des Hindous qui exprime la totalité de la Révélation.

LOTUS AUX PÉTALES OUVERTS : Il identifie la Roue solaire ou le Soleil tournoyant.  S’enracinant dans l’eau, sortant de l’océan, elle explique la Naissance du Monde.

LOTUS BLEU : Expression exprimant le parfum de la Vie divine, la délectation en Dieu, la magie de la renaissance.  C’est un symbole shivaïte lunaire.

LOTUS CLOS  ou FERMÉ : Lotus en bouton, image du cœur.lotus-clos

LOTUS D’OR : En Chine, il s’agit d’une courtisane idéale.  En mystique, il identifie le Cœur de la Ville Lumière.

LOTUS DU JOYAU : En termes occidentaux, on pourrait dire qu’il s’agit de Dieu qui exprime sa Lumière dans le cœur, le Lieu d’éveil de l’Esprit ou de l’Essence originelle et originale.  La Lumière axiale, la Vie de toute vie, l’Omniscience.

lotus qui s’ouvre : Il évoque le «yoni», soit la matrice, de la Mère divine.

LOTUS SECRET : Centre énergétique (chakra)  mineur rouge, à douze pétales, à la racine du palais.  Pour les Orientaux, il régit la foi, le contentement, le discernement (souvent appelé le sens de l’erreur), la maîtrise de soi, l’affirmation de soi, l’affection, la pureté, le détachement, le dynamisme et l’appétit.  Il est probablement associé à la production des sentiments et des affections nobles.joyau-dans-lotus

LOTUS SYNTHÉTIQUE : Expression d’une bonne intention, un peu sophistiquée, pour désigner le «Sahasrara» ou «Lotus aux mille pétales», soit le centre coronal.

LOTUS (Le Joyau dans le) : Expression désignant la Conscience divine, le Maître intérieur, l’Amour spirituel, le Génie divin personnel, la Monade spirituelle.

 

© 2010-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur