LE LABYRINTHE ÉVOQUE LE PARCOURS SINUEUX DE LA VOIE ASCENSIONNELLE…

Labyrinthe

Le labyrinthe désigne une construction composée d’un grand nombre de galeries dont la disposition est telle qu’on peut difficilement en sortir.  On peut aussi l’appeler dédale, du nom de son antique concepteur grec.  On l’associe à la constellation de la Vierge, image du ventre qui opère une gestation.

Le parcours complexe du labyrinthe sert à conduire un candidat de la périphérie de son être jusqu’à son centre local, son Centre invisible, sa Source sacrée, son Point unique.  Il illustre le processus de l’intériorisation, qui force un retrait du monde extérieur et qui ramène au Royaume du Père-Mère.  Il permet de dissoudre l’illusion de la puissance pour accéder au Savoir,  Labyrinthe2  fondement du véritable pouvoir.  Car on ne peut en sortir en suivant son parcours sinueux, toujours déconcertant et fourvoyant, du monde de l’ignorance, mais en prenant de l’altitude, soit en s’élevant pour accéder à la Connaissance véritable.  Le parcours du labyrinthe illustre le passage des ténèbres à la Lumière qui marque la victoire du spirituel sur le matériel, de l’éternel sur le périssable, de l’intelligence sur l’instinct, du Savoir su la violence aveugle, de l’Amour sur la haine.

Par définition, le labyrinthe évoque les constructions du mental et de l’ego.  Il évoque l’entrée dans des territoires inconnus, ce qui rend apparemment le parcours compliqué et difficile.  Il implique le croisement de chemins dont certains ne comportent pas d’issue et à travers lesquels il faut découvrir la route qui conduit au centre.  Par essence, il circonscrit, dans le plus petit espace possible, l’enchevêtrement le plus complexe de sentiers qui retardent l’arrivée du voyageur au centre qu’il veut atteindre.  Il doit à la fois permettre l’accès à un centre par une sorte de voyage initiatique et l’interdire aux prLabyrinthe5ofanes et aux imposteurs, soit à ceux qui ne sont pas qualifiés.  Voilà le Sentier sinueux et tortueux qui défend la Cité sainte contre l’adversaire humain et contre l’influence maléfique de l’Ombre.  Il figure l’épreuve discriminatoire préalable au cheminement vers le Centre sacré qui départage les bons et les mauvais.  Il annonce la présence d’une réalité précieuse, cachée quelque part, dont l’accès n’est possible qu’à ceux qui connaissent le plan secret pour s’y rendre.  Ce plan révèle la manière de pénétrer, sans s’égarer, dans le parcours même de sa vie d’ici-bas, soit dans le territoire de la mort.

Ainsi, le labyrinthe évoque le voyage de l’âme, le passage entre le monde concret et le monde subtil à travers lequel tout être poursuit son périple évolutif, de ce monde à l’autre, pour en revenir encore et encore, jusqu’à ce qu’elle connaisse la libération finale, après l’épuisement de ses dettes karmiques et la réalisation de son illumination.  À un autre degré, il peut figurer les méandres intestinaux, les circonvolutions du cerveau ou le monde astral avec ses multiples pièges factices.  À ce propos, il peut ainsi illustrer la projection illusoire des pensées qui résulte du fait que le mental cherche à analyser l’être au lieu de tenter de se fondre avec lui.  Par ses errements, le mental enfonce l’être à travers les méandres de la personnalité humaine qu’il renforcit sans cesse.  Mais, qu’est-ce que connaître, si ce n’est co-naître, donc fusionner avec une réalité?  En ce sens, l’aller et le retour dans le labyrinthe servent d’allégorie à la mort symbolique, suivie de la résurrection ou de la renaissance spirituelle.

Autrement dit, le labyrinthe désigne le chemin ou le sentier qui conduit de la matérialité du corps à la subtilité de l’Esprit, donc un pur fruit de l’imagination.  Pour le comprendre et en abattre les cloisons trompeuses, il faut oser s’y enfoncer, même s’il conduit dans les profondeurs des ténèbres.  Car, lorsqu’il est enfin purifié, il devient le fondement sur lequel le Roi bâtit son Royaume étLabyrinthe4ernel.  Alors, l’Initié, accouché de la Vierge, découvre la face cachée de la Lune, la Lumière véritable, la Splendeur cachée de lui-même.  Tout au long de son parcours, l’astre de la nuit l’éclaire en accentuant les contrastes pour révéler les illusions latentes des profondeurs.  On parle ici du plan astral, celui de l’inconscient personnel, lié à l’inconscient collectif, ce vaste plan vibratoire dans lequel tous les êtres baignent.  L’âme doit pouvoir le traverser de nuit pour ramener au corps des énergies supérieures, plus intenses, qui lui inculqueront une poussée spirituelle.  Le labyrinthe réfère donc à une technique holistique des plus anciennes qui permet de régler les problèmes émotifs ou physiques en remontant à leur origine, là où l’être peut se libérer totalement des vieux schèmes de pensée et de comportement.  En retrouvant son individualité, délivré des voiles, il peut enfin vivre libre.  Car c’est uniquement par un contact avec ses forces intérieures qu’on peut trouver l’issue qui met un terme à toutes les comédies et à tous les drames.  Toute personne qui se fixe un but doit traverser en elle le labyrinthe qui lui permet de l’atteindre.  Par sa recherche, qui doit devenir un cheminement intérieur, elle arrive à s’élever pour permettre de le percevoir et de prendre la bonne direction pour l’atteindre et le dépasser.  Mais, pour s’élever dans la Lumière, au bout des méandres, il faut apprendre à voir au-delà des apparences, maintenir son idéal, s’élever suffisamment haut pour obtenir une vue d’ensemble du plan qui mène à son but. Labyrinthe1

Dans un sens pratique, on comprendra que le labyrinthe correspond, pour un sujet particulier, à une période de sa vie dans la limite de laquelle il donne tout pouvoir aux forces extérieures du monde, conduit par la croyance au hasard.  Alors, sa vie se complique et l’oblige à cheminer dans l’angoisse et la confusion tant qu’il n’accède pas à la maturité spirituelle qui lui permet de reconnaître le sens sacré de la vie.  Le labyrinthe suggère un besoin de se concentrer sur soi-même à travers les mille chemins des sensations, des perceptions, des émotions et des idées, en supprimant tout obstacle à l’intuition pure, pour revenir à la clarté sans se laisser prendre aux détours du chemin.  Il éclaire la transformation progressive de l’ego (le petit moi ou la personnalité).

Mais, dans le labyrinthe, plus l’ego est gonflé, plus les obstacles se multiplient et plus le voyage y est long et difficile.  Le détachement s’impose au vaniteux!  Il doit explorer les replis secrets de son esprit pour résoudre des schèmes karmiques ou des peurs inconscientes.  Il doit découvrir la manière de se réajuster aux situations de la vie qui le font passer à travers une période éprouvante, non pour le punir, mais pour lui faire comprendre les lois.  Il découvrira la lumière au bout du tunnel dans la mesure où il avancera avec sérénité et prudence.  Mais il ne devrait pas s’y aventurer seul, il risquerait de s’y perdre à tout jamais.  Toutefois, s’il réussit à s’en sortir, il sera devenu un Initié.

© 2009-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.