LE HATHA-YOGA, LE YOGA PHYSIQUE, UNE TECHNIQUE POUR RÉTABLIR L’HARMONIE DANS L’ÊTRE…

Le Haṭha-yoga est une forme particulière de Yoga qui s’est développée d’abord en Inde, avant d’atteindre, au XXᵉ siècle, l’Occident où il s’est popularisé en raison d’une quête de mieux-être individuel.  Le texte référent de cette discipline, le «Haṭha Yoga Pradipika», est de nature pratique et il accorde une large place aux postures («āsanas») et au contrôle du souffle (« prânayamâ») qui sont les troisième et quatrième membres («anga») du Yoga indien.

En effet, dans la Tradition hindoue, il s’agit du Yoga des postures physiques et des exercices respiratoires («pranayamas») ont été conçus pour aider à découvrir la perfection du corps physique, à stabiliser le mental et à débloquer les centres d’énergie («nâdis»).  Il implique une prise de conscience du véhicule concret pour lui redonner sa souplesse et amener à expérimenter en lui le bien-être.  Facteur de vitalité, de vigueur et de santé, voire de longévité, sa pratique régulière régularise notamment les mouvements du cœur, des poumons et du cerveau, favorisant la dhatha-yogaigestion et la circulation générale.  Dans son expression la plus pure, il implique l’abstinence, l’observance des directives du guide, la pratique des postures physiques, la direction du souffle et le détachement des possessions.

Ainsi le Hatha-yoga désigne cette pratique des diverses postures qui permettent de découvrir la perfection physique et la maîtrise du mental, soit la stabilisation du corps et du mental, pour obtenir une meilleure maîtrise de soi, une meilleure circulation, une vitalité accrue, tout en favorisant son expansion spirituelle. Ces postures, appelées en sanscrit «asanas», qui évoque la position rigide, donc la posture stabilisée dans sa position idéale, permettent une meilleure circulation des énergies dans le corps.  En fait, la position recommandée, une position idéale, que chacun doit trouver par lui-même à partir d’un modèle de base, aide à clarifier et à corriger la pensée en recréant les énergies.  Voilà pourquoi le «sadhaka», celui qui s’adonne au Yoga, doit veiller à obtenir un degré de stabilité avancé des postures, mais en évitant de dépasser le sentiment d’agrément et la sensation de bien-être.

Dans la Tradition hindoue, les Textes sacrés identifient 8 400 000 postures physiques qui auraient un fondement universel, bien qu’elles puissent encore varier selon l’individualité de celui qui les pratique.  De cet ensemble, les Maîtres yogis déclarent 1 600 de ces postures comme excellentes, bien qu’ils les résument à 84 pour le «chela» ordinaire, en retenant 32 comme particulièrement bénéfiques pour l’humain.  Outre les exercices d’assouplissement et d’élongation (étirements), ils préconisent notamment l’usage du «baddhapadmasana» et du «myktapadmasana» (deux variantes de la position de l’adoration, le seconde étant qualifiée d’ordinaire), le «trikonasana» (postures en triangle), le «mayurasana» (posture du paon), le «bhujangasana» (posture du cobra), le «siddhasana» (la posture parfaite, dite de l’adepte) , l’«ugrasana» (la pose noble ou féroce), le «svastikasana» (posture du barde porte-chance) et le «padmasana» (la position du lotus).

Dans la population, quand on pense au yoga, on voit une personne vêtue d’un pantalon qui reste assis en tailleur des heures à méditer.  Sauf que, même si le yoga considère la méditation comme importante, ce n’est pas sa priorité immédiate.   Même qu’il y a plusieurs types de yoga assigné à ses spécificités.  Ici, il est question du «Haṭha yoga», la forme de loin la plus pratiquée en Occident.  Celui-ci recourt au corps comme instrument fondamental pour mieux se connaître par la pratique de postures, appelés «asanas», d’exercices de respiration («pranayama) et d’intériorisation.  Cette technique, indépendante de toute religion, ne propose aucun dogme, même si ses origines remontent aux textes sacrés de l’Inde.  En revanche, il peut amener à une approche spirituelle en ce sens que, par une meilleure connaissance du corps et de son souffle, un être peut en arriver à prendre conscience de sa véritable place dans l’univers et de son lien avec lui.  Ainsi, dans une pratique très personnelle, il peut aider à ouvrir au monde et aux autres.

hatha hatha-yogaGrâce à ses nombreuses postures, le Haṭha-yoga permet de gagner grandement en souplesse, notamment dans les étirements qu’il faut idéalement parvenir à tenir de une à trois minutes.  Comme on le sait, la souplesse aide à gagner en mobilité, à augmenter l’amplitude articulaire et à éprouver un plus grand bien-être dans le quotidien.  Au point de vue psychique, une plus grande souplesse permet de se mieux se concentrer sur ses projets sans que le corps soit un obstacle par les malaises qu’il fait éprouver.  Ces mêmes postures permettent encore de gagner en force, faisant travailler spécifiquement un secteur du corps, par exemple la ceinture abdominale, le dos, les bras ou les jambes.  Contrairement au renforcement musculaire, où on fait travailler les gens en dynamique, le yoga physique fait travailler en excentrique, en isométrie : un être se sert de la force d’attraction, source de la pesanteur, pour s’enraciner dans la Terre et se détendre.

Accessible à tous, cette discipline peut se pratiquer comme activité physique principale ou comme activité complémentaire.  Il n’est pas rare que les gens qui s’adonnent à du renforcement musculaire ou à de l’entraînement cardiaque, fatigués, incluent la pratique du yoga physique dans leur horaire, après avoir assisté à une séance complète.  Certains n’hésitent pas à s’ajouter une séance sur deux de Haṭha yoga afin de refaire leurs énergies.

Cette technique ou cet art s’adresse à tous les gens de toutes les classes sociales.  On sait notamment que, dans le monde des stars, Madonna, Sting et Jane Fonda s’y sont adonnés avec délectation.  Contrairement aux autres pratiques corporelles, il n’existe pas en lui de concurrence, ni avec soi ni avec les autres.  Alors, au début, pas besoin d’être déjà souple, cet attribut viendra progressivement avec les séances.  Il suffit de donner le meilleur de soi-même dans le moment présent.  Puis, petit à petit, de séance en séance, les gens en viennent à se sentir mieux et ils voient leurs motivations changer.  Elles en viennent à s’adonner au yoga simplement parce qu’il améliore la santé et qu’il construit un pont avec l’aspect spirituel, dans une recherche d’harmonie entre le corps et l’Esprit.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur