L’ATHLÉTISME, COMME NOMBRE DE SPORTS, NOURRIT LA PERSONNALITÉ ET LE CULTE DU CORPS…  

L’athlétisme désigne l’ensemble des disciplines physiques individuelles auxquelles se livrent les athlètes, amateurs de sport.  Les grands sportifs et les athlètes de haut niveau deviennent rapidement des stars, du moins tant qu’elles excellent dans leur domaine, battent des records, décrochent des trophées ou des médailles.  En améliorant leurs performances musculaires et la coordination des gestes, les sports assistent la construction d’une meilleure image d’eux-mêmes, et il permet de prendre conscience de leurs capacités et de leurs limites, sauf que plusieurs s’abiment la santé, physiquement et psychiquement, dans la pratique intensive de leur discipline.   En outre, des révélations récentes sur le comportement des dirigeants des Fédérations sportives, comme des athlètes, démontre qu’il ne s’agit en rien d’une contribution à un monde idéal.saut-a-la-perche

En effet, les sports ne représentent pas toujours le meilleur moyen de conserver la santé et il existe une longue liste des dangers, tels les commotions cérébrales, les claquages, les élongations musculaires, les hernies discales, l’usure des articulations, les séquelles du dopage  et la fatigue chronique, pour n’en mentionner que quelques-uns.  Soumis de puis leur tendre enfance à un entraînement intensif, à des régimes alimentaires et à une constante discipline, ils ont largement passé à côté de la vie, ne pouvant se permettre les expériences des gens de leur âge.  Au moment de la retraite, le retour à la réalité est difficile : ils ne savent plus trop quoi faire d’autre, surtout qu’ils perdent presque tous leurs amis, qu’ils avaient recrutés dans leur sport, ce qui fait sombre dans l’angoisse et la dépression.  Obligés d’éliminer, au moins partiellement les mauvaises habitudes, ils en viennent à mener une vie spartiate.  La plupart des athlètes sont conscients de ces dangers et de ces inconvénients, pourtant, ils n’en prennent pas moins le risque pour faire de l’argent, gagner des médailles ou obtenir une visibilité.  Pourquoi donc?

On ne peut complètement dénigrer l’athlétisme du fait qu’il aide à développer le corps, à discipliner l’esprit et à développer la sociabilité, surtout dans les sports d’équipe.  En outre, il affermit le caractère, il accroît l’estime de soi, il favorise la confiance en soi et il augmente le dynamisme vital.  Mais il ne faut pas sombrer dans les stéréotypes.  Ceux qui ne s’adonnent pas au sport sont portés à le déprécier en dénonçant son aspect tyrannique et hautement compétitif, attribuant aux athlètes un caractère impérieux, insensible, brutal, arrogant.  D’autres vantent leur beauté, leur souplesse, leur agilité, leur robustesse, leur énergie, leur virilité, leur distinction, leur entregent.  Où donc se situe la vérité par rapport à cette activité?

Il faut admettre que, en général, l’athlète démontre des qualités notables de direction, d’initiative, de valeur personnelle, de confiance en soi, d’efficacité intellectuelle, de sens de l’entreprise, de sociabilité.  Il apparaît plus amical, plus enthousiaste, plus aventureux, plus tenace, plus souple, plus ouvert à la pensée de groupe que la moyenne.  On peut même le croire plus brillant, plus magnétique, plus sûr de lui, plus stable émotionnellement.  Souvent, il néglige plus facilement les règles sociales et les règlements de groupe, plus personnel dans ses choix et ses décisions, moins conformiste et routinier, plus audacieux, extraverti et assuré que la majorité.  En revanche, dans son désir de gagner et de réussir, il devient très manipulable, s’exposant au danger d’êtres abusé, tyrannisé ou exploité.  Mais réussit-il à garder les pieds sur terre?  Et qu’arrive-t-il quand tombe le rideau de la popularité?  Pour lui, le sport reste-t-il un plaisir ou s’il devient une torture à laquelle il s’est habitué par entraînement progressif?

D’autre part, il faudrait se demander si les aspects de la personnalité de l’athlète proviennent de son entraînement ou si c’est sa personnalité qui l’a porté vers le sport qu’il a choisi.  Dans l’entraînement régulier, intensif, discipliné, il a pu affermir certains traits de sa personnalité, mais il n’y a sûrement pas formé sa personnalité entière.  Il paraît plus plausible qu’un sport particulier attire un candidat qui a certains traits de caractère commun avec les autres qui le pratiquent.  On notera facilement que certains traits de personnalité varient chez les adeptes d’un sport à un autre et que detail of the legs of runners at the start of a marathon racecertains sports attirent des athlètes qui ont un nombre de points communs, bien que chacun ait sa personnalité propre.  Ainsi, on choisit un sport selon des inclinations, des dispositions et des affinités naturelles comme, à l’inverse, on s’en prive par répulsion, par manque de dispositions et d’attirance naturelle.  Il faut comprendre clairement la cause d’un effet au lieu de juger de façon partiale et subjective.

Mais cela n’empêche pas que l’athlétisme amène à observer à outrance les apparences du corps : il lance dans un véritable culte du corps.  Il  amène l’ego à se gonfler et il l’esprit de concurrence et de performance, rendant plus souvent agressif et tricheur que combattif.  Dans le culte de la performance, s’installe la concurrence et la rivalité, ce qui fait qu’un être ne cherche plus le dépassement de lui-même, mais le dépassement de l’autre ou des autres.  Il ne s’agit plus simplement de prendre part à une activité et d‘y trouver du plaisir, il s’agit de gagner à tout prix.  Du reste, la rentabilité financière l’exige pour attirer des commanditaires (sponsors).   Alors, il peut développer un appétit excessif du gain.  Il peut aussi amener à planer au-dessus des autres, les gens ordinaires.  Enfin, dans le sport, on croit pouvoir se passer de Dieu et de la spiritualité, sauf peut-être chez ces superstitieux de charbonniers qui prient et se signent avant une rencontre ou une épreuve, comme si le Créateur pouvait accepter de se ranger du côté d’un participant ou d’une équipe plutôt que des autres concurrents.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur