LA VÉRITABLE NOTION DE LA SPIRITUALITÉ

La spiritualité évoque la qualité de ce qui est esprit, soit de ce qui est dégagé de toute matérialité.  Elle désigne ce qui concerne la vie spirituelle ou l’attachement aux valeurs spirituelles.  Elle amène à l’étude de la Cause qui produit les effets, afin de mieux orienter les choix de l’être incarné dans le sens d’assurer son bonheur et d’exprimer sa Perfection innée.  Elle implique une force dynamique au-dessus de la personne qui procure la vie, qui permet l’individualisation, le devenir et l’accomplissement dans la plénitude.  Il s’agit d’une quête individuelle pour trouer Dieu en soi par la Voie de l’amour et de la dévotion.  Elle sert de moyen d’établir un pont entre le corps, l’âme et l’Esprit.  Elle définit la fonction intrinsèque et éternelle du Soi en quête de son origine, de son lien et de la communication avec la Supra-conscience appelée Dieu.  Dans les religions, il s’agit plutôt de la théologie mystique qui s’occupe de la direction de l’âme dans les voies présumées de la perfection et qui implique le détachement de la vie matérielle.

spiritualitéC’est le Soi qui relie l’être incarné à une Source spirituelle d’énergie, donc à la spiritualité.  Mais, au sens propre, il n’existe pas de spiritualité.  Soit que tout soit considéré comme naturel ou surnaturel, mais il n’existe pas un monde profane et un monde sublime, il n’existe qu’une Réalité multidimensionnelle.  La spiritualité représente uniquement une rencontre avec la Lumière des lumières tapie dans les ombres personnelles qui fait découvrir que, derrière le mental, l’illusionniste, se cache le Maître intérieur.  Ainsi, on ne doit pas parler de spiritualité, mais d’ouverture de conscience à sa propre réalité, à la Réalité divine.  Car l’être humain a été créé à l’image et à la ressemblance de son Créateur et il existe en Dieu, puisque, hors de Dieu, rien n’existe.  Elle consiste à vivre intérieurement une force particulière qui unit le Ciel et la Terre.  Elle se vit dans le service amoureux et le travail sur soi.  Elle consiste à vivre la vérité qui consiste à voir Dieu en tout et partout par l’œil de l’amour, de la compréhension et de la compassion.

Autrement dit, la spiritualité incline à vivre des expériences propres à confirmer que, malgré son incarnation dans un corps de chair, tout être humain reste un être spirituel, que chaque instant est spirituel, comme tout ce qu’il y fait et tout ce qui y est.  En fait, l’être humain n’a qu’une conscience, de nature spirituelle, qu’il focalise et développe à divers niveaux.  Elle sert à éveiller l’autre sens, l’intuition, ou l’autre regard, la vision intérieure, à ce qu’il est déjà de toute éternité.  Elle ne doit pas servir à accumuler des données intellectuelles qui font plaisir à la bonne conscience et permettent de faire des rencontres lumineuses, parce qu’on y parle des réalités sublimes.  Mais elle invite à se connaître soi-même, non à chercher un sens ou un itinéraire à sa vie, mais à découvrir une essence et à porter une part du fardeau de l’autre, de l’illuminer de son amour ou de son écoute et de participer à la remise ne équilibre de l’environnement.  Trop de gens y cherchent un moyen d’ouvrir le bon œil pour se ranger parmi les justes qui ont tout compris, refusant de mettre les mains à la tâche, pour collaborer à fusionner l’Ombre et la Lumière.

Il existe en chacun une Conscience divine qu’il est nécessaire d’éveiller et d’exprimer dans la vie.  Ce développement, naturel ou spirituel, apporte une vision intérieure plus claire et plus pénétrante du grand phénomène de la Vie, une manifestation de l’Amour pour.  Alors, peu à  peu, on voit les choses à partir d’une point de vu élargi, plus élevé, soit plus vrai et plus sage.  Ce n’est pas seulement le psychisme qui se développe et le physique qui se vitalise, c’est un degré supérieur de réalisation qui s’accomplit, transmutant le physique et le psychique.  C’est une ouverture progressive à l’Esprit de Vie pour connaître plus d’être jusqu’à vibrer à plein cintre dans la Conscience cosmique qui confère la toute-puissance, la plénitude et la béatitude, ce qui s’opère par l’expansion de l’âme par la voie du cœur.  Dans ce processus, la Lumière divine se dévoile progressivement, développant les talents, les potentiels et les facultés de l’être qui, devenant plus lumineux, ne doit pas garder la lumière qu’il acquiert sous le boisseau, mais doit la rayonner vers les autres avec discernement et sagesse.

Alors, la spiritualité s’exprime en vibration subtile, en bonnes pensées, en bons sentiments, en bonnes paroles et en gestes créatifs, dans un service détaché et fraternel.  Le rayonnement de pensées aimantes et d’une compréhension compatissante, qu’ils s’expriment en suggestions subtiles et silencieuses, en paroles encourageantes, en conseils réconfortants, en aide sincère, en soutien détaché, exercent une influence subtile puissante qui motive au dépassement et à fusion dans le Tout.  C’est en oubliant les erreurs, en se faisant compréhensif et tolérant, en favorisant ce qui unit les êtres, plutôt qu’en retenant ce qui les oppose ou les divise, qu’on exprime le mieux l’amour impersonnel et inconditionnel.  Pour cela, pas besoin d’églises, de dogmes ni de rituels, simplement d’ordre et d’organisation intelligente, comme dans toute entreprise.  Chacun peut accroître ses vibrations en purifiant ses mobiles et en clarifiant son but ultime.  Jésus a dit qu’il pouvait résumer tous les enseignements anciens par un seul mot : Amour.  Or, aimer, c’est vouloir son bien et celui des autres, coopérer avec les Forces cosmiques et les Forces naturelles pour faire avancer la cohésion des êtres, favoriser leur évolution, en même temps que la réalisation de l’Être-Un au-delà des intérêts personnels et des préférences humaines.  C’est ainsi que chacun peut servir le Grand Plan de révélation de la Lumière et qu’il peut s’accomplir lui-même en lui-même, en acceptant la responsabilité de son destin.

Dans cette perspective, la spiritualité se comprend comme la science de l’art d’être qui révèle comment développer un nouveau mode de vie, dans tous les aspects de la conscience, en concentrant son attention sur l’instant présent afin d’en extraire la quintessence.  Certains opinent que le chercheur peut devenir trop spirituel et tenter de fuir en Dieu.  C’est une pensée qui émane de la densité humaine et qui cherche à briser l’effort de l’être évoluant en l’invitant à dilapider ses meilleures énergies dans la quête d’un paradis artificiel illusoire.  L’être humain ne peut jamais trop demander ni trop obtenir de son Créateur.  Il s’agit de marcher du même pas que lui, avec son amour, en s’établissant des objectifs évolutifs réalistes.  Personne ne peut couvrir le Sentier à sa place, d’où il faut le faire à sa manière et selon ses conceptions et ses moyens.  Chacun passera les différents portails seul, alors inutile d’attendre les autres.  Chacun peut comprendre par lui-même comment il peut faire face aux dragons de la défaite et aux anges de la noirceur pour les terrasser dans l’arène de ses pensées et de ses sentiments par le truchement du discernement spirituel et muni de l’arme supérieure de l’amour.  Chacun doit veiller à se libérer des énergies gênantes et se conquérir sans cesse, car dans la Réalisation réside dans la redécouverte de ce qui se trouve, déjà tout fait ou accompli, derrière le voile des illusions : l’Être vrai.

Aujourd’hui, l’Esprit semble avoir fui la spiritualité, avoir déserté les bancs des théologiens, des mystiques, des ascètes, des ésotéristes.  Mieux dit, l’attrait pour l’Esprit semble en banqueroute.  Pas étonnant puisque la spiritualité consiste à trouver la Lumière là où elle est dans l’apparente insignifiance du quotidien, en vivant divinement l’ici et le maintenant.  Vivre divinement, c’est voir Dieu agir en toute chose de façon amoureuse, donc également à travers soi, au-delà des apparences, et agir à son exemple, donc à éviter de lui mettre des entraves.  C’est apprendre à être, à savourer chaque instant, au lieu de chercher à avoir, à faire, à dominer et à paraître.  C’est réprimer la morale qui a broyé le cœur et brimé les libertés, tarissant le cœur, la source de l’amour.  Elle s’est desséchée et désagrégée pour avoir tissé des barrières et avoir imposé un esprit inquisiteur et dominateur.  L’Esprit vit pour avoir été simplement réveillé, en s’affranchissant de soi-même, de son ego, pour se soumettre à son Individualité.  La vraie spiritualité réside dans l’amour qui amène à évoluer en conscience et à s’ouvrir au service désintéressé exercé dans l’innocuité.

 

© 2011-15 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur