LA BOUSSOLE AIDE À DÉTERMINER LOCALEMENT L’EXACTE POSITION DES POINTS CARDINAUX DE LA ROSE DES VENTS…

La rose des vents désigne une étoile à trente-deux divisions, appelées aires des venets, donnant les points cardinaux et les directions collatérales, sur le cadran d’une boussole, une carte marine, etc.  On réduit souvent cette étoile à seize branches qui identifient tous les azimuts, même, subtilement, le zénith et le nadir.  Elle permet l’analyse complète d’un espace ou d’un milieu, comme le Rayonnement du Grand Soleil cosmique central, source de toute manifestation.  La rose des vents, c’est d’abord un cercle imaginaire figurant la Terre et comportant 360 degrés. Chacun de ces degrés correspond à une direction. Avant d’étudier la boussole et ses nombreuses applications, il importe de bien connaître la rose des vents. Elle comporte en premier les quatre points cardinaux principaux : le Nord, l’Est, le Sud et l’Ouest.  En plus de chacun de ces points cardinaux, il en en existe plusieurs autres.  En réalité, il en rose-des-vents rose-des-vents-1existe 360, mais on se tire d’affaire avec beaucoup moins.  On parle de subdivisions de la rose des vents. Comme il a été dit, ceux qui sont utilisés régulièrement sont au nombre de 16.

Puisque toute étoile désigne un rayonnement sphérique, plutôt que plan, ce symbole représente l’Étoile du Grand Équilibre, le Fondement du Premier Cube, qui figure les activités créatrices habituelles, même les activités quotidiennes routinières des êtres animés.  Elle réfère à la Tour d’Ivoire qui sert à illustrer les Grands Pouvoirs divins de Manifestation en équilibre, mais qui est devenue, pour l’Humanité, la Tour de Babel, dans son imitation caricaturale de Démiurge qui opère dans la séparativité (coupé de Dieu).

Employée de façon évolutive, cette Étoile engendre la Destruction de toute construction qui n’est pas imprégnée de l’Essence et de l’Amour divins.  Voilà comment elle a engendré le Déluge parce que l’Homme avait défié les Grands Pouvoirs du Créateur dans son oubli de ses origines spirituelles et dans son choix de s’édifier un paradis artificiel, fondé sur la domination et l’asservissement, les vices (corruption, sédition, concussion), la peur, donc dans son ignorance téméraire de la Vérité.

À ce moment, elle correspond à la «Tour foudroyée» du «Tarot», balayée par une inondation (effondrement dans la Mer) parce qu’elle avait été construite hors des règles de l’Ordre, de l’Harmonie et de l’Union.  Image de fragilité humaine, elle exprime le besoin d’accroître son expérience, à travers les échecs et les réussites, les tâtonnements et les avancées sûres, pour évoluer.  Elle explique comment une fausse interprétation de la Loi divine et des principes cosmiques peut conduire à des constructions éphémères, à l’image des édifices élevés sur le sable (les acquisitions matérielles putrescibles) ou à l’invention de projets chimériques (matérialisme outré) appelant, sur celui qui s’est investi à les réaliser, une chute vertigineuse (perte de position) et l’effondrement de ses buts illusoires.

En définitive, la rose des vents désigne le recours à la puissance de manifestation matérielle qui peut s’épanouir, mais seulement de façon temporaire, en marge de la Puissance divine, ramenant à l’ordre de ne combler que les besoins légitimes et les désirs licites, ceux qui amènent à mieux se connaître en tant que Dieu-homme en expansion et à s’accomplir spirituellement à travers ses œuvres terrestres.  Elle peut encore désigner l’Abîme matériel et le Cercle vicieux des renaissances et des recommencements, fondé sur le principe de la construction et de la destruction, qui mène, d’une réalisation à une autre, toujours plus complète et achevée, à la Maîtrise totale et à l’Illumination.  L’Étoile  de l’Autorité divine devient alors l’Étoile de la Purification progressive.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur