LA PRÉDESTINATION, LE FAIT D’UN CRÉATEUR DIVIN ARBITRAIRE…

La prédestination désigne la théorie philosophique ou religieuse selon laquelle Dieu aurait été animé d’une intention quand il a, de toute éternité, déterminé le destin de l’Humanité et l’avenir du Monde.  Dans le Calvinisme et le Jansénisme, il s’agit de la doctrine du décret éternel de Dieu concernant la fin dernière de la créature humaine par lequel il aurait déterminé de toute éternité, de façon infaillible, tous les futurs libres.  Ainsi, par avance, Dieu aurait élu certaines de ses créatures pour les conduire au salut, par la seule force de sa grâce, tandis qu’il aurait déterminé de vouer les autres à la damnation éternelle, sans considération de leur foi ni de leurs œuvres.  En conséquence, le salut d’un individu dépend non de ses efforts personnels, mais dePRÉDESTINATION la Volonté divine.  Elle divise l’Humanité en deux classes, l’une prédestinée à la peine (les damnés), l’autre prédestinée à la gloire (les élus).

Pourtant, selon les prophètes et les disciples, émissaires de Dieu, par la grâce et le libre arbitre, toutes les créatures peuvent se sauver par la foi intègre et les bonnes œuvres.  Dans la vie, il n’existe que des prédispositions, puisque chacun détient la maîtrise potentielle de son existence.  Un programme se change, se modifie, s’annule.  En fait, Dieu veut et entend sauver toutes les créatures humaines et il a missionné le Christ d’organiser un plan en conséquence de ce décret éternel.  Comment Dieu pourrait-il punir un être qui s’est sacrifié, s’imposant la descente dans la densité,  pour valider les concepts divins dans l’expérience concrète de la matière, du seul fait qu’il est devenu apparemment peccable, par l’oubli que lui impose son involution?  En vérité, la prédestination n’a d’autre nom que le libre arbitre.

La prédestination et la destinée existent-elles?  Cela dépend du point de vue.  Si l’on définit la prédestination comme le phénomène par lequel Dieu a décrété de toute éternité la destinée des créatures raisonnables, il faut commencer par s’entendre sur le sens qu’on donne à ces mots.  Il est absolument certain que Dieu a inscrit dans le Cosmos une Finalité ontologique, un Plan d’ensemble, parce qu’il est, par essence, ordre et méthode. Mais la liberté de l’homme n’est pas illusoire.  L’être humain ne peut échapper à la Volonté de Dieu qui le mène impérieusement à porter à son accomplissement la semence ou le germe divins qu’il représente, mais il conserve la faculté de choisir les moyens d’y parvenir.  Autrement dit, Dieu n’a sûrement pas entièrement réglé d’avance la conduite de sa créature humaine.

Il est certain que le Créateur a inscrit dans le Cosmos une Finalité ontologique, un Plan d’ensemble, parce qu’il est, par essence, ordre et méthode.  Mais il n’a pas doté l’être humain d’une liberté illusoire.  Ainsi, l’être incarné ne peut échapper à la Volonté divine qui le mène impérieusement vers son accomplissement, mais, par le libre arbitre, il conserve le choix sur les moyens d’y parvenir.  Dieu n’a pas réglé d’avance la conduite de sa créature humaine.  Même que, si Dieu est de toute éternité, il se fait également, lui-même, par l’expérience de l’Évolution cosmique.  On appelle encore la prédestination, prédétermination.

En fait, au premier chef, le Destin évoque la Loi divine ou supérieure qui semble établir et régler le cours des événements vers une fin ultime à travers l’Évolution.  Il s’agit de la Puissance souveraine considérée comme fixant d’avance tout ce qui doit être.  Accessoirement, il s’agit de l’ensemble des événements composant la vie d’un être, le cours de l’existence humaine en tant qu’elle est prédéterminée, déterminée d’une façon irrévocable et indépendante de sa volonté.  Dans ce contexte, les notions de «destin» et «destinée» se confondent.  Mais, en spiritualité, le destin représente l’ensemble des événements contingents qu’un être s’attire consciemment et inconsciemment conformément à la loi de la Causalité ou de la Justice immanente.  

Dans ce dernier sens, tous ont un destin, mais nul n’a de destinée.  Autrement dit, chacun peut déterminer sa destinée.  Chacun peut écrire ce qu’il veut sur le sable blanc de son destin.  À proprement parler, aucune autorité céleste ne file ni ne tire les fils du destin.  Autrement dit, il n’existe pas de sort fatal.  Les astres peuvent incliner, mais l’être humain et Dieu disposent.  Avant de s’incarner, chaque être s’est engagé à concevoir des événements de nature à mettre en fonction ses codes génétiques ou les plans directeurs destinés à activer ses souvenirs, pour évoluer, ce qu’il oublie au moment de sa naissance.  Ces codes déterminent des situations particulièrement stimulantes dans lesquelles il doit s’élever au-delà de ce qui a été établi comme la limite du possible.  Chacun est venu sur cette planète à dessein, soit afin de se présenter à lui-même un défi de sorte qu’il puisse produire une provocation harmonique propre à élever sa fréquence vibratoire.  Ainsi, le destin le pousse toujours sur des routes qu’il ne semble pas connaître.

On peut compléter cette lecture en se référant à l’article sur le destin et la destinée.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.