LA POSITION SOCIALE OU LE RANG SOCIAL N’ONT AUCUNE IMPORTANCE…

social-position

Pour l’être conscient et amoureux, la position sociale d’un être humain reste toute relative dans son appréciation.  Ce qui importe pour lui, c’est le fait que, aux yeux du Créateur, tous les êtres sont égaux en dignité et en potentialités, s’ils ne le sont pas encore en conscience.  Le reste, c’est question de destin, dans une incarnation particulière, pour tirer une leçon de vie : la compatibilité et la complémentarité des rôles fonctionnels apparemment opposés.

 Il n’empêche que, en principe, c’est le degré de conscience qui devrait déterminer la position sociale d’un individu, non pas son degré d’éducation, sa capacité financière, la qualité de ses réussites concrètes, son aptitude à dominer par la force.  Aussi, pour obtenir l’aide cosmique dans son accomplissement humain, faut-il vivre dans une perspective spirituelle, toute inclusive et amoureuse.  Dans toute demande d’assistance, le motif joue un rôle important.  L’avancement social et la renommée doivent être des rmaison-insalubre-taudis-208ésultats de l’ouverture de conscience personnelle.   Ce sont des moyens de supporter son confort matériel et son bien-être psychique, non des fins en eux-mêmes, surtout pas un moyen d’écraser les autres ou de les dominer.  Autrement dit, ils sont la réponse naturelle à la bonne orientation de sa conscience, donc à son taux énergétique d’amour et à sa pureté d’intention.

À cet égard, certaines notions doivent être révisées.  La concurrence, la performance, la productivité, le prestige ne reposent pas sur des fondements spirituels, mais sur des préoccupations humaines.  Le succès et la réussite sont légitimes pour autant ils découlent du respect des lois de la Nature et de la juste application des Lois cosmiques et qu’ils ne sont jamais cherchés pour eux-mêmes.  Ainsi, si on est confronté à un concurrent actif, ami du progrès, qui applique bien sa pensée, la garde éveillée, pour hâter le développement de ses affaires et obtient, comme résultat de sa clairvoyance et de ses justes entreprises, le succès ou la réussite, en toute justice, nul ne peut faire appel aux forces cosmiques afin qu’elles retardent ses progrès ou freinent ses élans pour se ménager une place au soleil.  L’autre détient autant que soi le droit de réussir et les forces cosmiques n’interviendront pas dans une juste et loyale concurrence où chacun reçoit des occasions égales de réussir.  Un tel désir est injuste et égoïste du fait que la concurrence elle-même est pernicieuse.

Dans toute entreprise humaine, c’est le plus sage et le plus conscient qui remporte la victoire.  Une personne sage et consciente ne penserait pas à se lancer dans une entreprise qui double, dans un territoire, un service efficace déjà existant.  Trop de commerçants, qui voient une affaire prospérer, pour faire de l’argent rapidement, s’installent en concurrence, dans la seule intention de profiter de la demande, d’une manne qui tombe, coupant ainsi l’herbe sous les pieds des autres ou réduisant mesquinement leur rentabilité.  On ne peut se permettre de redoubler un service déjà existant que si on lui apporte une amélioration significative, qui servira à l’avancement de toute la collectivité.  L’aspect financier, voire mercantile, doit rester une considération fort lointaine.  La première chose à considérer, dans une entreprise commerciale, c’est le service fraternel et le progrès social de la collectivité.  La deuxième chose, c’est l’originalité du service, en termes d’amélioration, d’invention, de créativité, de rôle constructif, d’épanouissement personnel.

S’établir en concurrence, imiter, c’est toujours une erreur.  C’est se limiter par la compétition !  La concurrence ne peut que fragmenter les marchés.  L’imitation témoigne d’un esprit servile, d’un manque d’imagination.  Penser concurrence, c’est s’installer dans les affaires en rival, donc dans l’esprit de séparativité.  Le Soleil brille pour tout le monde, pour les bons comme pour les méchants.  En cela, il reste toujours impartial et impersonnel.

Un autre aspect important, c’est que tout ce qui concerne l’économie et le commerce est une institution humaine.  Les questions qui s’y rattachent ne dépendent donc en aucune façon des Lois cosmiques.  De là, nul ne peut s’attendre à ce que ces Lois interviennent en sa faveur si on ne respecte pas les règles humaines élémentaires ou faites appel à elles prétentieusement sous le couvert de son mysticisme ou de sa religiosité.  La mafia, toute charitable qu’elle soit n’obtiendra sûrement jamais son salut de ses largesses et de ses dévotions.

Si quelqu’un se lance dans une affaire sans expérience et aboutit à l’échec, il ne peut pas espérer que les Lois spirituelles viennent à son secours pour remédier à sa témérité ou à son manque de connaissance.  Dieu ne compense jamais à l’indolence ou à l’incurie.  Chacun doit se préparer au succès par ses propres efforts.  Chacun doit commencer par s’aider lui-même en épuisant toutes ses connaissances et ses ressources commerciales, financières et humaines avant de faire appel aux instances invisibles pour recevoir de l’aide.  Pour réussir, chacun doit respecter toutes les coutumes commerciales et financières, mousser sa publicité, s’investir avec énergie.  Aucune supplication ne conduira le Ciel à faire exception dans un cas de complication financière ou commerciale.  Surtout, chacun gagne à être et rester juste, honnête, loyal, sincère et équitable pour progresser.

Même chose pour les affaires légales et juridiques.  Dieu, comme le Guide spirituel, ne fournira jamais d’avis légaux ou juridiques.  Cela est du ressort exclusif d’un homme de loi qu’il faut bien choisir.  En ces matières, nul ne pourra obtenir l’aide de Dieu que s’il respecte les coutumes légales et juridiques du lieu où il opère et que s’il est véritablement lésé dans ses droits par des lois iniques ou des manœuvres louches.

Également, quelle que soit l’importance de sa situation sociale, chacun doit toujours tenir compte des divers facteurs humains, les principaux relevant des domaines de la religion, de la politique et des conventions sociales.  Il détient le droit d’agir conformément à leurs prescriptions ou de s’y opposer, selon qu’elles le restreignent vraiment dans son accomplissement humain ou son évolution spirituelle, mais il doit se garder de s’opposition-socialeposer à elles de façon ouverte et hostile.  La paix sociale et la paix d’esprit personnelle sont à ce prix.  Nul ne peut s’opposer à ces prescriptions, de façon licite et adéquate, que si elles briment ostensiblement son bonheur et limitent réellement sa liberté.  Encore là, même si ses convictions étaient heurtées, il ne peut s’imposer en réformateur des us et coutumes.  On gagne plutôt à les ignorer ou à s’appliquer mentalement à les faire avancer, mais on n’a pas le droit de les défier à moins que sa vie, son bonheur ou sa liberté soient en péril.  On peut s’appliquer, par des voies admises, toujours pacifiques, à transformer les conventions sociales et religieuses, mais sans se montrer trop indépendant, trop inamical ou diviseur, comme en partant en campagne contre elles.

Pour résumer, toute personne peut s’investir à améliorer sa position sociale par des moyens licites et admissibles, mais elle ne doit pas s’en faire un objectif absolu, y mettre toute sa force de bras et de poignets.  La situation sociale d’une personne doit découler d’une implication sage et intelligente, mais pas comme une priorité, plutôt comme une réponse normale et naturelle de sa pensée éclairée, de ses efforts légitimes et de son ouverture de conscience.  Nul ne peut tenter d’en obtenir des avantages ou des privilèges.  Nul ne peut non plus chercher à en tirer du prestige: nul ne gagne à recourir à la condescendance et à la prétention.  Si haut qu’un être s’élève, il lui faut toujours rester amoureux, donc bon, juste, compatissant, charitable, simple, naturel.  C’est la loi de la Roue de la Vie : qui s’élève sera tôt ou tard abaissé pour parvenir à connaître tous les aspects de la Réalité cosmique.

 

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.