LA NÉGATIVITÉ, MIEUX DIT L’«ESPRIT NÉGATIF», ASSOMBRIT LA VIE INUTILEMENT…

La négativité exprime la propension à tout prendre à rebours, à tout percevoir en noir, plutôt que d’y trouver des occasions d’avancer, de progresser ou d’évoluer.  Ce penchant découle de la dualité qui entretient entre l’ombre et la lumière et qui engendre cette propension à mettre l’accent sur les aspects apparemment sombres, néfastes ou tristes de la vie, une conséquence de la loi de la descente et de l’inertie.  Elle dénote généralement la mentalité de victime, une attitude servile de refus, de négation, de déni.  Pour l’être peu évolué, perdu dans les niveaux de l’énergie dense de la planète, tout doit être vrai ou faux, bien ou mal, bon ou mauvais, noir ou blanc, négatif ou positif, orienté vers le haut ou tiré vers le bas, découvrant peu de nuances entre les extrêmes.

L’esprit négatif voit la difficulté et une raison de démissionner dans chaque occasion qui lui est offerte alors que l’esprit positif trouve une occasion d’avancer ou de grandir dans chaque difficulté qui se présente à lui.  En effet, pour un être créatif et constructif, ce qui importe danimages (1)s un phénomène ou une expérience, ce n’est pas la part de négativité qu’ils contiennent, mais la part de lumière qu’ils recèlent et qui peut instruire, formant le discernement et la sagesse.

Chacun gagne à trouver les leçons évolutives des événements qui se présentent puisqu’il s’attire des événements négatifs quand il refuse de s’accorder le temps et l’espace nécessaires pour considérer les faits d’un autre œil, se ravivant le cœur, le corps et l’esprit.  Nul ne peut s’attirer le meilleur sans abandonner ses perspectives limitées, sans agrandir sa vision de la vie, sans comprendre les raisons salutaires de tout ce qui arrive.  Surtout que l’être négatif affaiblit ses corps émotionnel (astral), éthérique et physique.  En formulant une pensée négative ou en engendrant un sentiment négatif, en se trompant ou en trompant, en mentant, il abaisse son taux énergétique, ce qui modifie son magnétisme personnel.  Alors, il attire à lui des personnes et des circonstances qui amplifient cette chute d’énergie.  Il en vient à ne désirer que des échanges avec des personnes de taux négatif inférieur.

En se concentrant sur un aspect négatif de son expérience, un être intensifie cet aspect, par sa résistance, l’amenant à perdurer, amenant tout à se détériorer petit à petit.  Plus il se concentre sur ce qui ne tourne pas rond, plus ses réalités et ses relations se dégradent.  Alors, celui qui s’aime gagnerait à s’écarter des personnes qui se prennent pour des victimes du sort, qui s’apitoient sur leur sort et qui se plaignent constamment, ou les arrêter d’agir ainsi, s’il le peut.  Et s’il ne le peut pas, il devrait se rappeler que nul n’est chargé du devoir d’écouter celui qui râle et ronchonne, exprimant toujours de l’ombre et du fiel.  Qui écoute les tristes histoires des autres se concentre sur leur personnalité, ce qui ne les aide pas à se tirer de leur drame et à prendre de l’expansion.

Tous peuvent comprendre que les gens des générations antérieures ont été élevés de façon sévère et négative, à cause des normes de la morale et de la bienséance qui se fondaient sur une conception impérieuse de l’autorité.  Ils ont été formés à la dure école de l’ordre et de la discipline dans laquelle on revalorisait la bonne conduite à rebours.  Les parents et les personnes établies en autorité encourageaient rarement, pour la démonstration des qualités ou pour la pratique de la vertu et du devoir, mais ils réprimaient durement les défauts, la pratique du vice et du laisser aller.  On ne valorisait que relevait que rarement les bons coups et les bons services, ce qui était considéré comme normal, mais on reprenait sévèrement les moindres erreurs, les étalant souvent devant le public.  Cette éducation a formé des gens austères, graves, sévères, compassés, rigides, figés, portés à fixer davantage leur attention sur leurs défauts qu’à apprécier leurs qualités.  De toute manière, on manquait d’humilité, disait-on, si on soulignait ses forces.

C’est ainsi que ces personnes sont devenues dures avec elles-mêmes, perfectionnistes aussi.  Mais leur perfectionnisme s’applique davantage à balayer leur obscurité qu’à chercher à illuminer leur conscience.  Quand on a grandi ainsi, on continue à attirer des personnes plus portées à faire ressortir les mauvais côtés de ce que l’on porte en soi que les bons.  Mais il faut savoir gré aux personnes qu’on attire d’agir en miroir, car, consciemment ou inconsciemment, ils contribuent, au nom de la loi évolutive, à aider à comprendre qu’on est encore trop négatif dans ses efforts pour grandir et qu’on agit assez sûrement comme eux pour ceux qui vivent autour de soi.  Ou encore, on est porté à entretenir un souvenir négatif de certains êtres avec lesquels on a grandi et on a oublié de faire des corrections au niveau de sa perception personnelle à leur endroit.

En conclusion, on devrait retenir que la négativité pousse du côté de l’obscurité.  Ainsi, si on en vient à croire qu’un autre ne peut pas changer, on se refuse le droit de changer pour soi-même.  Par le jeu de la Causalité universelle ou de la Justice immanente, la négativité amène à se détruire à petit feu.  Car, comme il n’y a rien de statique, on ne peut que régresser de plus en plus, jusqu’à sombrer dans la confusion et le désespoir.  Pour sa part, le chercheur spirituel n’est ni négatif ni positif, il se montre constamment constructif et créateur.  Il n’est ni pessimiste ni optimiste, il entretient une vision réaliste.  Ainsi, il peut toujours être en paix parce qu’il reste serein, bien établi sur la Voie royale, entre les deux extrêmes apparents.  Car, dans la vie, il ne faut emprunter ni le sentier de la gauche, celui de la descente ou de la perdition, ni celui de droite, celui ce l’irréalisme, de l’illuminisme fumeux, du paradis artificiel.

Depuis toujours, chaque jour se déroule au rythme des pensées profondes, des paroles, des actions et des ressentis de celui qui les exprime, même si plus de quatre-vingt-dix pourcent de ce qu’il fait reste inconscient!   Il forme et émet des milliers de pensées qui passent, qui se créent et s’effacent tout en produisant un résultat dans sa vie.  Parfois, un son, une image, un contexte esquisse une pensée qu’il entretient, lui rajoutant des détails.  Ainsi, il lance tout un scénario dans notre esprit.  N’est-ce pas le cas de ces balades mielleuses, un véritable poison par leurs paroles, qui reviennent sans cesse à l’esprit à cause du lyrisme de la musique?  Et voilà qu’un autre son ou autre fait attire son attention, qui se superpose à la première pensée, ce qui l’amène à l’oublier.  Mais ce qu’on a aimé est porté à revenir, portant ses semences, pour le meilleur ou pour le pire.

La plupart du temps, chacun reproduit les mêmes scénarios qui, petit à petit, gravent un sillon d’informations ou un profond engramme dans son esprit.   Pour un peu qu’elle y ajoute une émotion, elle enclenche à son insu une création, surtout s’il la redoute.   Par exemple, quelqu’un suit un reportage choc à la télé ou il regarde une image saisissante d’horreur dans un magazine, ce qui l’amène à se projeter en eux.  Il souffre dans la même mesure qu’ils le gênent et alimentent son incompréhension, sa peur, sa frustration, sa colère.  Alors, son taux vibratoire chute.  Par la suite, dans la mesure que les images l’ont impressionné, il pourra revivre la scène en pensée ou en rêve.  S’il entretient assez longtemps ce contexte, rempli de sensations négatives, celui-ci pourra lui revenir de façon tangible sous la forme que l’esprit aura trouvée pour le manifester.

Voilà comment s’élaborent les différentes expériences de vie pour servir une leçon. Cela explique pourquoi il importe de veiller sur ses pensées, ses paroles, ses ressentis et ses actes!   Plus un être devient conscient, moins d’impondérables relevant de la création inconsciente parviennent à se manifester à son détriment.   Dans le processus d’éveil de la conscience, la neutralité représente une grande force qu’il convient d’acquérir le plus rapidement qu’on le peut.  Elle évite de sombrer dans des créations négatives.  En effet, il importe au plus haut point d’apprendre à observer tranquillement un contexte, sans s’y impliquer, pour envoyer à la place, dès que cela devient possible, des ondes positives d’harmonisation, de guérison, de libération ou d’autres vibrations constructives du genre.

Par exemple, quand il se produit un fait horrible, que faut-il faire?  Juger, critiquer, s’apeurer, pleurer, se mettre en colère, se voiler la face?  Tout ceci relève du domaine de la troisième dimension humaine et alimente la négativité.  Certes, il s’agit de réactions normales, mais celles-ci alourdissent le taux énergétique de l’évènement et lui rajoutent une couche d’un aspect sombre.  Les Maîtres réalisés ne réagissent absolument pas de cette manière; au contraire, ils préfèrent observer pour déterminer comment ils peuvent intervenir pour améliorer la situation.   Sans juger, ils émettent des ondes constructives, ils formulent des suggestions bénéfiques, ils recommandent le pardon, ils réduisent la causalité, ils aident les êtres évoluants à s’élever.  Ils savent qu’ils deviennent maitres de l’énergie contextuelle dès qu’ils maîtrisent leurs émotions et les orientent correctement.  De la sorte, ils donnent une belle leçon d’apprentissage évolutif.  Le monde a plus  besoin de personnes sages, constructives, sereines, conscientes, respectueuses, paisibles et pacifiques que de personnes négatives au point de semer la destruction.

À chaque instant, chacun détient un rôle important qu’il doit effectivement jouer au meilleur de sa compréhension et de ses moyens afin de changer les paradigmes antiques et régressifs.  Il contribue à changer le monde pour le mieux quand il sait rester constructif et créateur.  Et c’est son devoir de le faire puisqu’il est appelé, par la connaissance de lui-même, à rayonner toujours davantage de Lumière afin de dissoudre les ténèbres.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.   

A propos de l'auteur