LA MÉDIUMNITÉ

La médiumnité désigne le fait de pouvoir communiquer avec les esprits et les entités invisibles.  Elle représente la connaissance intuitive ou connexion directe avec un esprit ou avec Dieu  Quant au médium, il sert d’intermédiaire entre le monde des vivants et le monde des esprits.  Chacun gagnerait à comprendre que si un médium a besoin d’un support pour se renseigner (boule de cristal, cartes, Tarot, baguettes, marc de café, feuilles de thé, et.), il ne puise pas très haut son inspiration, car le véritable médium n’a besoin d’aucun support, pas même pour rassurer ses clients.  Et on peut douter de la valeur d’un médium qui revêt un costume particulier, par exemple celui d’un  mage ou d’une bohémienne, pour rehausser artificiellement sa crédibilité.

En fait, il s’agit d’une personne qui a développé l’une des facultés de son âme qui permet de percevoir de façon accrue les ceintures de la Terre et les êtres qui y évoluent.  Au cours de cette vie ou de ses vies antérieures, elle a développé des qualités de perception extrasensorielles difficilement accessibles à la majorité des êtres humains.  Ceci peut englober des états de modification de la conscience et le recours à la Pensée Superconscience.  La médiumnité, la métaphysique et la parapsychologie opèrent sur le plan astral inférieur où s’établissent des liens puissants avec des entitémédiumnités des plans inférieurs.  À ce niveau, la sélection des éléments de l’information est loin d’être fiable.  Ces êtres retardent leur développement spirituel et le moment de leur union avec Dieu.

Personne ne peut dire à un autre comment les choses vont se passer pour lui, car chacun crée son destin jour après jour, ce qui devient encore plus vrai dans une phase d’intensité énergétique très intense et puissante.  En fait, il est possible qu’un être obtienne des intuitions de ce que l’autre attend, mais l’autre peut changer le cours de sa vie presque en un instant, de sorte que toute révélation vaut ce qu’elle vaut, se démontre souvent oiseuse.   Puisque la Hiérarchie divine prépare présentement une grande rénovation des énergies, nul être, même pas l’Esprit, ne peut prédire les actions personnelles et le futur de la planète.  En ce moment, nul devin ou prophète ne peut induire une conclusion fondée sur cette énergie mouvante.  Actuellement, chacun œuvre à co-créer cette nouvelle énergie que même l’Esprit ne peut définir.  Son avenir personnel est sans cesse en rénovation.  En vérité, trop de gens se fient à un médium pour se faire conseiller, diriger ou se faire confirmer leurs points de vue.  Chacun devrait commence par écouter la sagesse intuitive dans son cœur, là où l’Esprit parle.  Pour sa conduite, les sources d’inspiration peuvent parvenir, dans sa vie, sous diverses formes, mais il ne peut rien recevoir qui ne soit déjà en sa possession.  Le trésor est déjà en soi.  Un autre ne peut qu’aider à avoir accès à sa richesse intérieure.  On peut écouter attentivement ceux qui parlent d’expérience, accueillir la sagesse là où elle se trouve, mais on ne doit jamais oublier de confronter les conseils qui proviennent de l’extérieur à la sagesse de son propre cœur.  Quoi qu’il en soit, un véritable médium ne joue jamais avec le libre arbitre d’un autre, il n’envahit jamais ses pensées, il ne viole jamais son espace psychique, il n’interfère jamais avec la voie qu’il parcourt, il ne divulgue pas d’informations de nature personnelle ou privée sur quiconque, il ne recourt à aucun support extérieur, il ne demande pas de support emprunté à un autre pour capter ses effluves intimes et ensuite les faire connaître.

Ces affirmations n’entendent pas nier l’existence des médiums, des êtres humains qui, du fait d’une sensibilité particulière, sont en mesure de recevoir des messages, de capter des images ou de saisir des vibrations en provenance d’un autre plan d’existence.  Une telle sujet est doté de l’aptitude à sortir de son expérience limitée pour parvenir à une vision élargie en prenant du recul, en acceptant de sentir plus que ce que sentirait l’individu limité qu’il imagine être.  Il peut puiser à même la vérité la plus grande qui l’entoure ou sentir une énergie différente.  Capable de communiquer avec l’au-delà, il croit pouvoir servir d’intermédiaire entre le Monde spirituel et l’Humanité.

Cependant, le médium de naissance s’oppose tout à fait à l’adepte ou à l’initié en cela qu’il ne s’est pas donné la préparation spirituelle et qu’il n’a pas développé de technique lumineuse pour interagir avec les forces qu’il met en branle ou avec lesquelles il entre en contact, de sorte qu’il devient progressivement, en général, l’instrument illusionné d’influences étrangères dont il ne connaît pas l’authenticité.  Sans s’en rendre compte, il peut même s’exprimer sous l’influence des formes-pensées de son client ou des siennes qu’il ne sait pas diriger.

De ce fait, nombre de médiums restent des instruments inconsciemment manipulés par des forces invisibles qui doivent avoir un intérêt.  La plupart du temps, leurs connaissances ne peuvent provenir que du niveau astral, le plan par excellence des illusions.  À ce niveau, existent les prototypes de toutes les réalités qui existent, qui peuvent se mêler aux formes de pensées qu’il crée lui-même instantanément dès qu’il leur porte la moindre attention.

Au début, les forces subtiles qui habitent ce plan, espiègles ou malfaisantes, donnent des informations pertinentes et véridiques, bien que limitées, pour mieux tromper un esprit naïf.  Mais, avec le temps, elles savent désinformer, en mêlant adroitement des faussetés à une grande part de vérité, pour mieux méduser ou tromper.  Elles ne tardent pas à tendre des pièges pour s’amuser à ses dépens, le ridiculiser ou le confondre.

Un médium pur peut établir des contacts avec des esprits-guides intègres, mais, de par leur nature, ceux-ci sont portés, s’il n’y porte garde, à considérer ceux qui travaillent avec eux comme des prolongements naturels de leur être, les dépersonnalisant involontairement.  Donc, même en pareil cas, la  médiumnité peut présenter des inconvénients sérieux.

Le problème de la majorité des médiums, ce n’est pas surtout qu’ils inventent des histoires, bien qu’il y ait en ce domaine plus de charlatans que d’êtres intègres et sincères, mais qu’ils essaient de rendre compte de réalités qu’ils comprennent mal, parce qu’ils n’en connaissent pas les lois fondamentales.  Ainsi, ils dénaturent toujours, jusqu’à un certain point, leurs communications.  Parce qu’ils ne sont pas guidés, ils entrent en communication plus spontanément avec des entités grossières qu’avec des entités lumineuses.  Alors, ils témoignent d’expériences incomplètes, mal rattachées au principe originel de la Conscience cosmique.  Aussi font-ils bien souvent, sans le savoir eux-mêmes, du travestissement mental, de la dissection psychique, de la vulgarisation frauduleuse.  En outre, plusieurs ne parviennent qu’à donner une lecture unidimensionnelle de la réalité, tenant compte davantage des expériences du moi inférieur.  Autrement dit, ils perçoivent ce qui se passe à l’orée de la forêt, mais ils captent difficilement ce qui s’y cache.

Dans leurs lectures, les médiums ne parviennent pas à tirer profit de l’intégration continuelle de l’âme avec le Moi supérieur.  Ainsi, le point de vue de la Monade spirituelle, qui se regarde d’en haut vers le bas, du plan de la Cause à celui de l’effet, leur échappe.  De ce fait, en général, ils ne sondent que le corps astral et la ceinture astrale de la Terre, donc la conscience humaine, dans les aspects astrologiques personnels et planétaires.  Ils n’évoquent que des séquences émotionnelles incapables de reproduire le ravissement de l’âme qui se transcende elle-même dans la Conscience supérieure opérant le dénouement victorieux de sa traversée de la Nuit obscure.

Tout bien compris, bien souvent, les médiums ne perçoivent que ce qui leur apparaît évident, comme le décor à l’orée de la forêt, mais ils ne parviennent pas à percevoir ce qui se passe derrière les arbres, un monde qui comporte une mine de renseignements plus importants que ceux qu’ils perçoivent et de nature à modifier complètement leur verdict.

Toutefois, on peut se fier davantage à ceux qui peuvent fournir des lectures provenant des Maîtres réalisés.   Celles-ci sont fournies à un disciple pour qu’il puisse apprendre des leçons, se fixer des objectifs et faire des choix judicieux.  Les Maîtres proposent ces choix en se fondant sur la totalité du tableau de la vie d’un candidat, incluant ses dettes karmiques, les priorités de la maîtrise de soi, son service aux côtés de la Flamme jumelle et une vision de sa liberté à venir.  La réalisation de cette liberté reste conditionnelle à la détermination du candidat de faire les sacrifices requis dans le présent, en acceptant de plein gré les obligations et les dettes, dans un effort exclusif pour atteindre le but.  Au moment d’une lecture, le Maître en donnera l’explication au candidat qui veut vraiment savoir, non pour satisfaire sa curiosité et sa vanité, mais pour veiller à payer le prix de la rupture de son âme avec la Loi cosmique, pour compenser sa dette, pour sortir de la Roue des existences, pour servir la Cause et ses entreprises en faveur de l’Humanité, pour s’unir de nouveau à sa Flamme jumelle et pour faire son ascension vers Dieu.

En général, par le canal clair, le Maître présente une estimation précise de l’intégration de l’âme à son Moi christique sur les quatre plans de la Matière.  Il ravive le souvenir du plan divin pour cette vie, informe son disciple de ses progrès sur la Voie évolutive, le renseigne sur ce qui est le plus important pour son salut.  Il s’appuie sur l’évaluation des Seigneurs du Karma, révélant ce qui est absolument essentiel à la conversion de l’être, puisant directement dans le Livre de Vie.

Normalement, la médiumnité illustre une phase négative, donc indésirable, de la connaissance.  La clairvoyance est reliée à l’ouverture du plexus solaire et la clairaudience à l’ouverture du centre sexuel, deux points en bas de la ceinture psychique, pour ainsi dire.  De ce fait, les révélations ne sont pas puisées directement dans les Archives akashiques, mais elles sont fournies sous la direction d’une entité étrangère.  Seules les informations en provenance du plan christique peuvent tenir la route.  La médiumnité réelle découle de l’alliance du ressenti, des images subtiles et des pensées que l’oracle interprète et verbalise.

En conclusion, il faut savoir que, dans la présente phase accélérée de l’Ascension collective et planétaire, les informations, mêmes vraies, provenant de la médiumnité, ne servent qu’un bref moment, tout étant modifié en quelques minutes selon l’état d’esprit du consultant.  Alors, à moins d’y recourir pour éclairer des éléments intrigants, refoulés ou pénibles de son passé, quelle en est la réelle utilité?  Mais elle peut aider des imposteurs à bien vivre aux frais des naïfs et des crédules.  Il faut écouter un peu une émission télévisées de fin de soirée ou de nuit de présumés médiums pour s’en rendre compte, car, pour celui qui sait lire entre les lignes de ce qu’ils disent, il n’en ressort jamais rien de bien valable.  Jamais un médium véritable n’accepterait de répondre qu’à des questions touchant les affaires de relations humaines, de cœur, d’emploi ou d’affaires ou de finances des gens, trop soucieux de leur rappeler l’essentiel qui est leur But ultime et que tout ce qui n’y concourt pas ne vaut pas la peine d’être vécu.

Selon les textes, on appelle diversement le médium «oracle», «spirite», «voyant», «clairvoyant», «extralucide», «ultra-lucide».

 

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.