BIEN IDENTIFIER LES IMPOSTEURS ET LES VENDEURS DU TEMPLE… CES GENS QUI DIENT VOULOIR VOTRE BIEN, MAIS QUI VEULENT VOUS PARASITER, VOUS TRANSFORMER À LEUR IMAGE OU VOUS PRENDRE VOS SOUS!

loup-agneau-1

Ce qu’il y en a, présentement, de présumés instructeurs et mentorssur la place publique!  Oui, ce qu’il y en a des gens qui disent  vouloir vous aider, des gens qui prétendent savoir laquelle manière d’évoluer est la meilleure pour vous.  Bien souvent, ils sont inconsciemment au service des Forces sombres qui n’espèrent qu’une chose, soit que votre crédulité vous maintienne dans l’enfermement, vous mène à votre perte et contribue au chaos.  Car, trop souvent, manquant d’amour et de pureté d’initention, ces gens sont davantage des êtres bouffis d’ego ou stimulés par l’appât du gain, qui ont besoin de vous, probablement de votre estime, de votre affection, de votre considération, de votre adulation, mais encore plus de votre crédulité, de votre temps et de votre argent.

Comme certains disent parfois en boutade, se faisant des plus mystérieux et amicaux, ils veulent d’abord votre bien, une intention que vous saurez découvrir dans la mesure où vous saurez découvrir le sens du mot «bien» qu’ils veulent vous soutirer.  S’agit-il de vous offrir ce qu’il y a de meilleur pour vous ou de subtilement vous prendre ce qui vous appartient, notamment vos bonnes vibrations?  Et le plus drôle, c’est que, bien souvent, ces illuminés ou ces farfelus, qui tentent de se garder un rôle le plus longtemps qu’ils le peuvent dans votre vie, spposément pour vous rendre positif, vous pour vous redonner confiance en vous, vous tirer de vos cercles vicieux et vous instruire sur les rouages de la vie, enseigent très souvent que vous n’avez besoin de personne pour gérer votre vie, ce qui laisse sous-entendre, sauf d’eux…

Dans l’irresponsabilité des temps présents, imaginez un instant la prétention de leur rôle, simplement par leurs titres prosaïques ou décadents de sorciers et de sorcières, de voyants, d’astroloques, d’extralucides, de tireurs de Tarot, de diseurs de bonne aventure — comme si un véritable voyant avait besoin d’un support et de costumes étranges pour capter les messages du Ciel ou se donner de la crédibilité — parfois de chamanes et, pire, de coachs de vie ou d’âme, des êtres formés sur le tas ou formés rapidement en quelques sessions, par des ignorants et des inconscients de leur genre — les semblables s’attirent –, comme si ces expressions ne revenaient pas aux mots «instructeur» ou «guide spirituel», qui n’ont plus droit de cité, dans l’Ère nouvelle, usurpant ainsi subtilement la place des Initiés, à la faveur de l’inconscience généralisée et d’une perte de sens, en le nappant de la sauce de la confusion des temps présents pour mieux séduire, méduser ou tromper.

Bien souvent, ces intervenants n’ont pas d’autre certitudes que cellle de leur imposture et d’arme que leur charisme.  Ils disent savoir pour vous alors qu’ils ne savent même pas pour eux-mêmes et que leur enseignement est truffé de croyances glanées au cours de conférences ou de sessions de formation, du «coaching de coachs» et de lectures rapides d’articles dénichées sur Internet, mais qu’ils n’ont jamais validé par l’expérience personnelle jusqu’à la maîtrise, ce qui seul rend crédible, permettant de se réaliser soi-même et de collaborer ensuite à l’ascension  planétaire.  Moins un être sait, plus il doute de lui, plus il se fait une carapace de certitude et plus il sait se faire convainquant auprès des autres, par la répétition de ses faussetés et de ses hérésies, ce qui entretient le reliquat du voile ténébreux qui couvre la Terre.  Les politiciens ne le savent que trop: un mensonge longtemps répété avec force finit toujours par prendre les apparences de la vérité!

Au fond, par manque de maturité spirituelle et pour maintenir leur goût de vivre, les instructeurs de tous acabits ont besoin de croire détenir un rôle, qu’ils appellent fDirection sign under sunonction ou, plus insidieusement «mission», ou présenter une certaine importance à vos yeux, ce qui est des plus régressifs, puisque plus personne ne détient plus de rôle auprès d’autrui, à part celle de rayonner dans le silence sa propre lumière.  Ce qui ne rend pas caduc le rôle du relai des Maîtres sur la Terre, mais le transforme et le transfigure, en faisant des Veilleurs silencieux.

Pourtant, en principe, dans les temps présents, en raison de la puissance de la Lumière spirituelle, nul d’entre vous n’a besoin de qui que ce soit, à part lui-même, et il est plus que probable que vous vous limiteriez en continuant de chercher dans autrui, donc à l’extérieur de vous-mêmes, la moindre direction ou guidance.  Car votre but est d’être pleinement, ce qui ne peut se découvrir qu’à l’intérieur de vous.  Ainsi, le chercher ailleurs, ce serait la pire erreur que vous pourriez commettre, car, par la dépersonnalisation, vous vous retarderiez dans la découverte de vous-mêmes.

La vérité de l’autre, qui reste plus ou moins limitée, ne peut en rien vous orienter sur la Voie puisque chacun de vous, dans sa rareté, a été chargé, dès les origines, de valider un aspect particulier et unique de Dieu.  Ainsi, celui qui insisterait pour s’immiscer dans votre vie, ne pourrait que vous dévoyer, car il n’est possible pour personne d’atteindre son but unique en étudiant le but d’un autre.

Pour comprendre le destin de chacun, on pourrait donner l’exemple d’une sphère dont chaque être incarné occuperait l’une des points de la surface, une position d’où il est appelé à atteindre le centre, considéré comme la Réalité éternelle, soit la Vérité des vérités.  Si proche que se trouvent les points de conscience, ils n’occupent pas le même espace, ce qui, déjà les distingue, non dans leur essence, mais dans leur expérience.  Ils ont beau se retrouver très près, dans leur parcours, qui implique une expansion, ils ne pourront que s’écarter et, dans la même mesure, développer des conceptions différentes.

En fait, il n’existe pas deux destins similaires, ce qui fait que, à part le Créateur, aucun être incarné ou désincarné, ne sait et ne peut vraiment savoir le trajet évolutif qu’un autre doit suivre.  Cette proposition a été confirmée par la légende de la Quête du Graal.  Au Moyen Âge, quelqu’un a nommé «Graal» l’objet précieux dont le mystère et la recherche a orienté l’aventure des chevaliers de la Table ronde de la cour du roi Arthur.  Le mot, dont des auteurs ont attesté l’existence au XIe siècle sous sa forme latine «gradalis», existe également en provençal («grazal») et il se confond souvent avec le terme qui désigne la «corbeille» qui sert à faire lever la pâte («cratis»), la «coupe» («crater») et, même, la «pierre philosophale» des alchimistes.

Mais là n’est pas notre première intention que d’en préciser l’étymologie exacte.  Alors, passons plutôt au vif du sujet, soit au récit de l’aventure de ces preux chevaliers.  Leur Quête désignait la mission que le Roi Arthur, considéré par plusieurs comme  le Créateur lui-même, leur assignait de retrouver le Vase d’élection par excellence, auquel les divers auteurs ont attribué divers autres sens, par exemple la coupe dans laquelle Joseph d’Arimathie aurait recueilli le précieux sang de Jésus;  son épouse secrète, Marie-Madeleine, à titre de sein qui a permis la conception de sa progéniture;  ou sa progéniture elle-même, dotée d’un ADN particulier destiné, par sa propagation dans le monde, à son salut monde.

Tout ce qu’on leur apprenait, c’était que sa découverte importait au plus haut point, autant pour l’individu, qui recevait la mission, que pour l’humanité.  Ainsi, au péril de leur vie, désertant leur milieu et leur famille, les chevaliers, dont seul le plus pur d’entre eux pourrait parvenir à découvrir le précieux objet, se lançaient dans un long voyage dans des contrées remplies de multiples dangers.  Au terme d’un périple épuisant, s’ils n’avaient pas péri, été emprisonnés ou soumis à un charme, ils devaient revenir bredouilles à leur point de départ.  Mais pourquoi?

Tout simplement parce que le Saint Graal ne représentait rien d’autre que ce que la Tradition appelle depuis longtemps le Temple de l’Esprit, c’est-à-dire le corps personnel de tout être incarné, qu’une âme habite, comme émissaire de l’Atome divin individuel.  Ainsi, la Quête du Graal ne pouvait que représenter la découverte que le véhicule extériorisé, peut mener, par une quête intérieure, donc une quête à l’intérieur de soi-même, à l’accomplissement personnel dans la Lumière originelle.  Il révélait ainsi que l’Initiation procède d’une exploration personnelle de son être, selon l’adage mystique : «Connais-toi toi-même, à l’intérieur de toi-même, et tu connaitras le Ciel et les Dieux, te découvrant leur égal

Cette vérité initiatique s’est toujours confirmée par le fait que tout Maître avéré, qui prenait apparemment un être à sa charge pour un temps plus ou moins long, lui faisait parcourir toutes les voies illusoires qu’il pouvait être susceptible de vouloir entreprendre, par les affinités de ses expérience antérieures, pour finir, au terme de sa dernière illusion ou «Dernière Sédition», par le retourner à lui-même.  Il agissait ainsi parce qu’il ne savait que trop bien qu’il fallait délivrer son disciple de toutes ses croyances trompeuses, en les épuisant dans sa conscience, en le faisant passer par les sentiers les plus douloureux et souffrants, jusqu’à ce qu’il entende raison et accepte la vérité telle qu’elle est.

Le premier rôle d’un Maître authentique n’est-il pas d’amener un être sincère à s’assumer pleinement, donc à se détacher entièrement de lui et de son enseignement, afin qu’il entreprenne la seule voie qui puisse le mener à la Réalisation, celle qui passe par le centre de lui-même, où tout se trouve?  Après environ sept ans d’instructions, c’est notamment ce que faisaient les Maîtres hindous authentiques qui, dans les années soixante, accueillaient tant d’Occidentaux, soudainemenarticles-de-dévotiont curieux de l’expérience spirituelle, les retournant dans leur pays, après s’être identifiés comme les Pères adoptifs de ces âmes errantes et après leur avoir révélé que c’était là que leur Véritable Maître se trouvait et s’était toujours trouvé.  Le Maître qu’un être cherche, il se trouve déjà en lui.

Alors, vous qui croyez gagner du temps auprès d’un maître extérieur, peu importe le titre ou la fonction qu’il s’attribue, sachez que, d’abord, vous transgressez un interdit de la nouvelle démarche initiatique de l’Ère du Verseau, qui doit se démontrer toute individuelle, et que, en plus, à votre insu, vous vous compliquez l’existence, en rallongeant votre Sentier spirituel.  Quant à celui qui se mêle de vous enseigner, il s’engendre une dette karmique sévère qu’il devra tôt ou tard expurger.  Car, dans l’Initiation, qui permet la Sortie de la Roue de la Vie, il n’existe pas de raccourci évolutif.  La seule Voie authentique et directe qui mène à la Libération, c’est celle qui passe par le Centre de vous-mêmes, que vous devez emprunter seuls et explorer à votre manière, à votre rythme, au meilleur de vos moyens et de vos connaissances.  Et, en cela, la Clef des clefs, c’est l’Amour, qui surgit de l’exploration de la Voie du Cœur Sacré, le Véritable Saint-Graal, qui pulse au plus profond de vous!

Note: À ce propos, pour vous assurer que je ne suis pas le seul à avoir pourfendu certains travers et certaines dérives de la spiritualité, mon article ayant été originellement publié en 2013, vous pourrez prendre connaissance d’un article de «La Presse» du 10 juin 2015, dont je vous fournis le lien: http://www.lapresse.ca/vivre/201204/02/01-4511569-la-derive-des-coachs-de-vie.php.  Si cet article vous intéresse, comme ce lien paraît invalide, parce que désactivé, vous pouvez le reproduire en appel sur «Google», qui va vous donner accès à lui.

© 2013-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

2 Responses

  1. LEBEGUE Chantal

    Bonsoir Monsieur Bertrand Duhaime,
    Un message bien édifiant !
    Donc en cette nouvelle ère de Grâce, les soins de libération karmique ne sont
    plus nécessaires ? Nos mémoires …. ?

    Merçi à Vous.

    Répondre
  2. Claudine

    Merci Bertrand,ça me semble très juste de revenir en soi et oui j’ai eu récemment une
    Proposition d’une coach de vie ,j’ai immédiatement sentie que non ce genre de démarche ne me parlait pas du tout .merci de confirmer ,c’est très intéressant, il y a du
    Monde sur le marché dit « spirituel  » personne ne sait pour personne ….et tant mieux…
    Merci pour le partage.
    Claudine…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *