SE CONFORMER AUX EXIGENCES DES TEMPS PRÉSENTS…

   Les notions les plus précieuses, dans le nouveau paradigme, sont la quête d’Unité, de Lumière, d’Amour, d’Intégrité, de Vérité, de Paix, de Renouvellement, de Liberté dans la fraternité et la solidarité, tous ces facteurs qui permettent l’unification et l’élévation, voire l’ascension, de la conscience, permettant d’être pleinement et d’agir en Être vrai en toutes circonstances.  En réalité, le temps s’est arrêté ou figé dans l’Instant d’éternité, le Moment éternel, tirant du temps linéaire et de l’espace fermé pour lancer dans l’expérience de la multidimensionnalité.

   Ainsi, si vous êtes de ceux qui cultivent encore des dépendances ou des addictions;  qui vivent dans l’égoïsme, l’égocentrisme, l’individualisme et l’indifférence à l’endroit du sort d’autrui;  qui recherchent encore la gloire, la notoriété, la célébrité, la renommée, la popularité;  qui tiennent à posséder beaucoup et à accroître leurs possessions;  qui cherchent le succès et la réussite dans un domaine mondain, commercial ou matériel;  qui aspirent au pouvoir; qui croient en des réalités comme le couple, la famille, les amitiés humaines indéfectibles;  qui se cherchez un maître pour obtenir une direction sablierspirituelle;  qui comptent poursuivre leur évolution dans une quête d’abord extérieure et intellectuelle, allant d’un cours ou d’une lecture à l’autre; si vous cherchez un salut par procuration ou pour échapper aux misères du monde sans participer à l’élévation du monde, vous ne correspondez pas beaucoup au profil du véritable chercheur spirituel et de l’élu des temps présents et vous risquez de vous attirer bien des misères, par votre résistance au courant de la vie.  Et vous auriez tort de rire de cette affirmation ou de vous mentir et de vous cacher la vérité.

   Présentement, chacun est invité à faire table rase du passé et à construire son nouveau destin dans la joie, son attention rivée sur le moment présent, dégagé du passé et de l’avenir.  Même qu’il ne peut que l’inventer pas à pas, à sa manière, à son rythme et selon ses moyens réels, constamment centré dans son cœur.  Ceux qui ne vivent pas ainsi ne peuvent qu’accuser du retard par rapport au calendrier de la Nouvelle Réalité, s’exposant à se retrouver bientôt fort loin du but qu’ils comptaient atteindre.  Il n’y a pas de mal en cela, sauf que chacun doit déterminer si c’est ce qu’il souhaite qu’il lui arrive.

   En ce moment, du point de vue évolutif, il n’existe plus que deux camps, celui des chercheurs qui maintiennent une vibration élevée parce qu’ils aspirent à l’Ascension et celui des chercheurs qui maintiennent une vibration basse en poursuivant des objectifs dépassés, comme le matérialisme, la domination, l’hédonisme, l’épicurisme, bref l’édification d’un paradis artificiel. S’il n’y a de mal en quoi que ce soit, l’intention vile et l’abus écartent du juste milieu.  Incessamment, les premiers accéderont au cinquième plan de la conscience, ou plus haut, tandis que les autres accéderont à peine à la troisième dimension unifiée.

   Car, récemment, il y a une porte qui a été fermée, c’est celle du retour à la falsification par un enfermement malveillant, produit par une courbure de l’espace-temps.  À leur su ou à leur insu, un Portail spirituel s’est ouvert qui peut accueillir tous les êtres humains dans un nouveau degré de conscience, celle de la Conscience unifiée.  Sous peu, tous y accéderont, qu’ils le souhaitent ou non et plus jamais personne ne pourra régresser plus bas que ce point.

   Mais cela ne signifie pas que la masse des gens ordinaires va demander de s’élever plus haut que ce point dans la présente moisson de la fin d’un Temps.  Dans la présente phase évolutive, chacun se dirige où sa vibration ou sa conscience le porte.  N’empêche que, bientôt, chacun accédera à la fin de la séparation, même s’il devait rester dans la troisième dimension, car il se retrouvera dans une dimension de moindre intensité, mais tout de même imprégnée de vérité, qui ne pourra plus jamais être dominée.

   C’est dire qu’un être incarné ne pourra plus jamais rencontrer de fermeture, par une falsification insidieuse, même s’il avait encore à vivre plus de densité ou de matérialité pour compléter sa compréhension de la vie.  S’il devait tenir à son choix, il serait tout simplement transporté dans une autre galaxie où l’expérience de la matière peut se poursuivre sans inconvénient.  Car bientôt, la Terre n’accueillera plus personne en incarnation.

   Dans la présente phase, les plus grands pièges que l’être humain pourrait se tendre, ce serait de se chercher une mission ou de se chercher un maître.  L’un et l’autre vont de pair dans une humanité qui a longtemps agi dans un monde où de faux maîtres se cherchaient des êtres à dominer, pour se valoriser, tandis que de faux esclaves se cherchaient des maîtres, pour se sécuriser, transférer sur lui le poids de leur destin ou pour se rassurer à travers sa présence et ses œuvres.

   Pourtant, tout être incarné détient la même part de divinité qu’un autre, même s’il paraissait le plus grand de ses semblables.  La différence, c’est que les uns laissent s’exprimer leur divinité tandis que les autres l’ignorent ou la répriment.

   La volonté d’accompagnement, comme le désir d’accomplir une mission, découle de l’inclination à faire le bien, d’aider et de servir l’autre, ce qui peut souvent relever d’une bonne intention et, dans cette mesure, être considéré comme louable.  Mais cette volonté, qu’elle aille dans un sens ou dans l’autre, engendre un monde de dominants et de dominés.   Elle maintient une relation de dépendance qui résulte de l’exercice d’un pouvoir qui assujettit toujours à divers degrés.  Car la volonté de bien, qui s’oppose à la volonté de mal, ramène dans la dualité.  En outre, elle n’est pas forcément la Volonté de la Lumière divine.

   Celui qui s’est élevé dans la Lumière ne poursuit nulle motivation de bien ni de mal, car il ne cherche plus à s’amuser dans les plans de la dualité, mais à s’exprimer dans l’Être.  Il met tout en œuvre pour se situer dans l’Unité.  De là, il rayonne la Lumière, pas une quelconque volonté.

   Quant à celui qui en suit un autre, un aidant, un facilitateur, un guide, un maître, il suit une entité extérieure à lui, d’où il ne suit pas sa propre voie.  C’est la même chose pour celui qui cherche toujours des explications à l’extérieur de lui, par paresse atavique, parce que cela lui simplifie la vie, au lieu de les chercher en lui-même.  Car pendant qu’il néglige de développer ses propres facultés latentes, qui régressent ipso facto, il aide les autres à pousser plus loin leur maîtrise.

   Le meilleur service à rendre à celui qui cherche de l’aide à l’extérieur de lui, c’est de le retourner à lui-même.  Celui qui demande à trouver la Lumière doit moins être dirigé vers un guide ou un enseignement que ramené à son destin propre qui est de trouver sa propre Lumière intérieure à sa manière et à son rythme.  La vibration intérieure n’a pas besoin d’enseignement compliqué, qui donne la vision du mental plutôt que la fréquence de la Vérité ou de l’Être.  C’est l’ego qui attire vers des enseignements extérieurs puisque l’enseignement doit être transcendé par l’expérience, par le vécu direct de la vibration intérieure.

   Ce qui importe le plus, pour passer à travers les séditions et les tourmentes qui s’annoncent, c’est d’accéder au royaume du cœur.  Or, nul ne peut accéder au royaume du cœur sans passer par le renoncement complet à toute velléité de la personnalité, donc sans passer par un abandon total, donc inconditionnel, à la Lumière.  La Lumière désigne la vibration de la Conscience unifiée présente dans tout ce qui existe.   Ainsi, s’abandonner à la Lumière consiste à s’ouvrir à comprendre par la conscience plutôt que par le mental, car la conscience évite de s’identifier à quoi que ce soit.

   En cela, l’atteinte de la conscience unifiée n’impose pas un dégagement ou une dissolution de la personnalité, mais un éclairage de la personnalité.  De même, l’objectif de l’évolution, ce n’est pas d’abord de faire taire le mental, qui engendre la personnalité, mais d’ouvrir l’être à la Lumière omnipotente, omnisciente et omniprésente.  Plus un être s’établit dans la Lumière, moins de choses inhérentes au monde de l’Ombre ou des Ténèbres peuvent se produire dans sa vie.  Surtout, il s’assure que, à son insu, toute purification se produise d’elle-même pour l’amener dans l’état dans lequel il aspire à se retrouver, la complète transparence du diamant.  N’a-t-il pas été dit de chercher le Royaume de la Lumière et que le reste serait donné par surcroît?

   Du reste, pour le chercheur, ce n’est plus le temps de chercher la Lumière, mais d’être la Lumière.  Rien d’extérieur, même pas la direction spirituelle ou l’enseignement, ne peut aider un être à trouver cette Lumière qu’il est de toute éternité.  En vérité, nul ne peut accéder à cette Lumière qu’en fuyant ce qui l’éloigne de Ce qu’il est.

   Tant qu’un être suit un maître ou un enseignement extérieur, il s’écarte de lui-même.  Car c’est dans son propre cœur qu’un être peut trouver sa Lumière.   Toutefois, la Lumière ne peut grandir dans un être que s’il accepte de ne plus être rien, dans le royaume du relatif, du contingent et de l’éphémère, car c’est le seul moyen d’accéder à son Tout dans la Conscience cosmique.

   Il a été dit que, au Jugement dernier, celui qui se serait élevé serait abaissé et que celui qui se serait abaissé serait élevé.  Il ne s’agit pas de sombrer dans le dolorisme ascétique et la fausse humilité, mais de situer toute chose dans sa juste perspective : qui se veut grand dans le monde matériel ne peut devenir grand dans le monde spirituel, car il ne pourrait passer de l’un à l’autre dans la nécessaire inversion.

   En ce moment, tout être doit aller à l’essentiel et accepter de tout perdre dans ce monde pour tout gagner dans une autre dimension.  Car bientôt, par un changement de densité temporelle et spatiale, il n’existera plus de dehors, rien que l’en-dedans, puisque les deux auront fusionnémoment_present.   Pour passer à travers ce qui vient, c’est la préparation intérieure qui doit devenir la priorité et occuper tout le champ de la conscience individuelle.  C’est une invitation à privilégier de plus en plus l’intériorité pour laisser un dévoilement se produire dans l’instant, dégagé de tout passé et de tout avenir.

   Dans la présente phase, la meilleure manière de vivre la vie de l’instant, c’est d’entrer dans un état méditatif en s’oubliant complètement, en cessant de se projeter dans le passé ou de projeter quoi que ce soit dans un futur hypothétique, de manière à se centrer en totalité dans le présent.  Il faut chercher à percevoir l’Être, rien d’autre, en le laissant agir.  Alors, on en profite pour respirer calmement et profondément, mais de façon naturelle, sans tension, et pour prendre conscience de sa respiration.  On s’ouvre à sentir l’air qui passe par le nez, en imaginant la Lumière et les vibrations inhérentes qu’il contient.

    Dans les circonstances présentes d’une Ascension accélérée, pour évoluer, nul n’a besoin de rien d’autre que de se relier ainsi à la Lumière et de se laisser imprégner et traverser par elle, afin de devenir toujours plus vibrant, transparent, lumineux et de se découvrir l’Étoile de Lumière qu’il a toujours été.

© 2014-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur