DEPUIS 2013, PAR RAPPORT À CE QU’IL VEUT SAVOIR À PROPOS DE L’ASCENSION, TOUT A ÉTÉ DIT, IL N’Y A PLUS GRAND CHOSE À AJOUTER…  Il NE RESTERA QU’À PRÉCISER LE SENS DES VARIATIONS ÉNERGÉTIQUES QUI DEVIENNENT DE PLUS EN PLUS DIFFICILES À PRÉVOIR À LONG TERME, POUR ÉVITER LES INTERPRÉTATIONS FAUSSES ET LES ERRANCES DANGEREUSES QUI POURRAIENT EN DÉCOULER.

Tout a été dit : les messagers n’ont plus rien à dire ou à partager, à part ponctuellement situer les êtres incarnés dans la dynamique d’expansion des énergies cosmiques qui affectent de plus en plus la Terre ou préciser la réelle portée des messages antérieurs sur le plan de l’Esprit.  C’est ce qui justifie ce dernier rappel que, pour exercer sa liberté et sa souveraineté, chacun détient tout en lui, d’où il gagne à se dégager des enseignements de toute sorte pour y plonger et y récupérer son pouvoir.  Et cet autre que, par les choix qu’il fera au quotidien, il se situera dans la joie de vivrebibliotheque ou la résistance à la vie, sans possibilité de projeter ses torts sur autrui.  Comme l’a bien dit André Gide: «Tout a été dit, mais comme personne n’écoute, il faut toujours répéter.»

Car, depuis que la Lumière a proclamé sa Victoire, chacun doit cesser de tant agir, faire, chercher, réfléchir, s’agiter en tous sens, s’extérioriser à outrance, dans la compréhension qu’il n’a plus rien d’autre à faire que d’être et nulle part où aller, à part plonger en lui-même, dans la foi en son pouvoir créatif, par lequel il engendre sa réalité de chaque instant, en des formes qu’il ne cesse de déployer, afin d’explorer l’Océan cosmique.  Dans sa quête de Salut, la véritable clef réside dans la réduction de son ego, l’effacement de sa personnalité, le silence de son mental, l’ouverture de son cœur, l’écoute de l’Infini qui vibre en lui.  Par sa pensée errante, son imagination fertile, ses fausses croyances, l’entretien d’illusions, la culture des apparences, qui l’entraînent dans des impasses, éveillant la peur et le doute et suscitant des émotions négatives intenses, l’amenant à se troubler et à se perdre dans l’impuissance, pour avoir coupé tout lien avec sa Réalité éternelle, l’être humain s’est enfermé dans la densité et la dualité, ne trouvant plus la voie de la Libération.

Pour cette raison, son Salut, celui d’un être qui n’est jamais jugé, mais se juge lui-même très sévèrement, et qui est sauvé depuis toujours, parce qu’entier, complet, total et parfait de toute éternité, réside dans le rétablissement de l’Amour pur et de la Vérité toute faite qui l’habite, mais qui ne se justifie pas, ne s’attrape ni ne s’accapare, puisqu’elle est depuis toujours et pour toujours, se laissant vibrer et entendre seulement dans l’état de neutralité, de vacuité, de sérénité, de silence, de parfaite transparence.  Être tout simplement, voilà la Voie qui, par allégorie, ramène à la Maison des origines.  Pour l’être humain, cela signifie laisser être Qui il est, un Être d’Amour et de Lumière, au lieu de continuer à tenter d’être ce qu’il veut être ou paraître ou ce que les autres requièrent qu’il soit.  C’est la condition de l’Ascension, vivre dans le moment présent, l’Instant éternel, faire table rase du passé, abandonner toute croyance, s’aimer de tout son être, tout se pardonner et tout pardonner, s’accorder la première place, cesser de rendre des comptes, éviter de suivre un agenda, abandonner l’effort, ne plus répondre à des obligations, ces «il faut» et «on doit», des exigences mentales inutiles, afin d’entrer dans la Grâce de la Providence.

La libération de chaque être incarné ne peut commencer que dans sa compréhension qu’il est entièrement responsable de son destin, mais jamais de celui des autres.  C’est pourquoi le Créateur a aboli la règle du service et de la compassion, telle qu’elle s’exprimait dans son ancienne dynamique de la vieille trame terrestre, qui consistait, pour le Phare de Lumière, à jouer un rôle d’Instructeur spirituel et à se charger d’une part du fardeau d’autrui, afin d’accélérer l’Ascension planétaire et collective.  Mais, désormais, la Lumière a triomphé et les Forces des Ténèbres ont fui, ce qui le dispense désormais de jouer quelque rôle que ce soit, à part de servir de modèle d’être conscient qui laisse rayonner sa Lumière intérieure sans frein et sans filtre.

Du reste, le service envers Dieu et ses créatures n’a jamais impliqué un don de soi à sens unique, surtout pas le don de sa vie au sens de se sacrifier ou de mourir pour les autres, il n’a jamais qu’impliqué l’application du principe de l’échange et du partage d’égal à égal, entre des frères et des sœurs qui se sentent en Unité et en solidarité, parce qu’ils se savent membres d’une seule et unique Famille d’âmes, l’Humanité.  Le service d’Amour et de Dévotion a toujours requis une collaboration mutuelle, un donnant-donnant, qui permet la circulation libre de l’énergie cosmique, qui empêche de se dévitaliser et de s’étioler de façon prématurée, dans l’Amour pur qui, au contraire, rapporte plus de vie.

Ainsi, tout être humain est appelé à accepter qu’il n’a plus à se devoir aux autres, mais uniquement à lui-même, par lui-même, en union avec son Centre divin, se dégageant de l’obligation fictive de répondre à ses semblables qui ne veulent pas  accepter ce qui les amènerait à cesser de tourner en rond, par le dépassement de ce qu’ils vivent, parce que ce n’est qu’en acceptant de vivre uniquement pour lui-même, ce qui n’enlève rien à personne, que l’Esprit de Vie peut œuvrer à travers un être, de manière à aider ceux qui peuvent venir vers lui.  Nul n’est plus appelé à prendre en charge qui que ce soit, si cher qu’il soit à son cœur ou si précieux qu’il soit dans son affection, car chacun doit puiser en lui-même, autonome et indépendant, les ressources dont il a besoin pour accomplir son destin, le seul moyen de se connaître lui-même à travers lui-même et de découvrir son Pouvoir et sa Gloire.  Ainsi, chacun est impérieusement appelé à ne plus s’impliquer auprès de qui que ce soit, ce qui reviendrait à faire ombrage à son Centre divin, ni dans quoi que ce soit, ce qui amènerait à agir et à faire, plutôt qu’à être tout simplement.

En effet, c’est par le simple fait de récupérer son Identité cosmique, soit de vibrer en pleine conscience de l’Être divin que l’être incarné est, le laissant agir à travers vous dans le détachement, la simplicité, l’humilité, la transparence, l’esprit d’enfance, qu’il instille dans le cœur de tous les êtres qu’il côtoie ou rencontre, même de l’ensemble de ses semblables, le plus d’Amour pur, donc impersonnel et inconditionnel, dépourvu de jugement.  Et c’est bien la réalité qui peut le mieux le motiver à accepter de ne plus chercher à être utile aux autres, ce qui est du ressort de l’ego, parce que s’il parvient à être, en œuvrant sans cesse dans cet état amoureux, il se met déjà, en se servant d’abord lui-même, au  service de tous les êtres humains et de toute forme de vie qui peuple son Univers.  Alors, tout être incarné désireux d’accomplir son Ascension en se tirant de la densité et de la dualité, gagnerait à cesser de croire qu’il se doit aux autres, qu’il leur est redevable de quelque chose, pour mieux accepter de prendre soin de lui, de se choyer, de se combler, de procéder à son rythme et à sa mantout-a-ete-ditière, en refusant de s’investir dans ce qui le rebute, ne le satisfait plus, pour choisir plutôt de faire ce qu’il a envie de faire, comme il pense devoir le faire, détaché du regard d’autrui, insensible aux insultes comme aux éloges, l’accomplissant avec tout l’Amour dont il est capable, afin de restaurer sa vitalité, d’exprimer son authenticité et son intégrité, d’améliorer la qualité de sa vie,  d’augmenter son goût de vivre et, justement, de vivre dans la joie sereine.

Car chacun est responsable des pièges qu’il se tend et dans lesquels il sait si bien tomber, et de la prison qu’il se crée et sait si bien entretenir, en continuant d’errer dans toutes les directions, hors de lui, au lieu de se diriger vers son Centre, finissant par oublier qu’il en est l’auteur, ce qui épaissit le voile d’Illusion et son inconscience.  Il n’en tient qu’à chacun de continuer à chercher la Vérité à l’extérieur, dans le tumulte et le chaos du monde, une entreprise vaine, une mission impossible, plutôt qu’en lui-même, ce qui ne fait que prolonger son drame, plutôt que dans le silence et le secret,  histoire de se relier à l’Onde de Vie unique et d’entrer de plain-pied dans la Danse de l’Émanation, pour réintégrer doucement la Maison de la Paix suprême dans le Cœur de l’Absolu et finir par vivre la Réalité du Ciel sur Terre.

Il faut fermer le Livre du passé et ouvrir celui de l’avenir, laisser la tête se reposer et le cœur s’ouvrir toujours plus.

© 2013-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

5 Responses

  1. beba

    merçi mr bertrand douhain je suis pret a s’integre’ mais je n’est pas assez de connaissance a l’internet je vous ai dit autres fois que j’ai besoin de materiel comment procede’ a ça sans complexe de tout

  2. garbez

    MERCI POUR TOUT Monsieur Duhaime !

    vous êtes un grand MONSIEUR !

    Charline……. France

  3. Fabienne

    Bonjour Bertrand Duhaime,

    J’ai hésité longuement avant de laisser ce commentaire mais cela pourra peut-être parler à certains.
    Depuis 2007 où je me suis retrouvée dans une situation où tout s’écroulait autour de moi : professionnel, sentimental, matériel et santé. J’étais totalement perdue et malgré tout loin d’une certaine spiritualité qui m’aurait permis de comprendre pourquoi tout cela m’arrivait.
    Maintenant avec toutes ces années d’introspection, je comprends qu’ il s’agissait d’une “pression” pour revenir vers moi…
    Mais cela ne s’est pas fait sans de nombreuses expériences plus ou moins douloureuses. J’ai avancé longtemps à taton, donnant mon pouvoir aux autres puisque incapable de me situer.
    J’ai donc écouté toutes les personnes autour de moi (dans des stages, des formations, les amies) : que j’étais faite pour aider les autres. J’y ai donc cru de plus en plus au point de m’oublier totalement, de ne plus savoir faire chanter mon coeur.
    Bien sûr, j’ai donné le meilleur de moi même dans l’écoute, le partage, l’aide et le conseil mais tout cela à sens unique.
    Et pendant ce temps, je continuais à m’oublier, à me voiler la face. Car finalement, en aidant les autres, ce n’était que moi que j’essayais d’aider. Et inconsciemment, dela m’arrangeait de donner mon pouvoir aux autres en les laissant diriger ma vie, en laissant mon égo écouter leur flatterie. Que j’étais extra ordinaire…
    Mais le temps passant, les quelques petits boulots précaires me permettant de subvenir à mes besoins (Car bien sûr toutes mes aides étaient “gratuites” et à sens unique) la conscience commençait à monter en moi.
    Maintenant, je comprends qu’effectivement je dois cheminer en tant qu’ âme aimante, bien sûr, mais qui est là pour se connaître, et pour savoir par elle même ce qu’elle a à être.
    Pardonnez moi de ne pas m’exprimer aussi bien que vous.
    Mais ce que je veux tenter de dire aujourd’hui c’est que je cesse de répondre aux sollicitudes (je ne suis pas un sauveur…), j’ai des “besoins” (je sais je suis encore dans l’égo). Je chemine beaucoup seule, lisant des textes, méditant dessus.
    Je sais qu’il me reste une très longue route à parcourir pour devenir un jour un être lumineux. Je le désire comme chacun d’entre nous le souhaite plus ou moins consciemment.
    Depuis ces 9 ans, que de chemins parcourus. A me voir “matériellement”, on pourrait penser que non…. (sourire)- car malgré tout on ne peut pas imaginer n’être que dans le spirituel car nous avons besoin d’un toit, de nourriture et de certaines choses pour vivre – mais je pense qu’intérieurement, je me suis approchée d’un début d’une certaine sagesse qui me permet d’appréhender les événements de la Vie d’une autre façon. La recherche de l’équilibre entre le “haut et le bas” est ce qui me paraît le plus fastidieux.
    Un grand merci à vous de nous aider à grandir à travers vos écrits.

    Une chercheuse de Lumière.

  4. Bertrand Duhaime

    J’apprécie d’autant plus ce commentaire qu’il me ramène à des «erreurs» personnelles du passé, alors que je me donnais sans compter et sans m’évaluer. J’ajouterais simplement que l’ego n’est pas à détruire, parce qu’il se dissoudra de lui-même à son heure, mais à mettre à sa place de serviteur de l’âme ou de levier des aspirations naturelles et spirituelles (ce qui ne fait qu’un), plutôt que des ambitions, des passions, des fantaisies et des futilités, même si elles ne sont pas toutes à rejeter. N’est-il pas l’agent du discernement dans les expériences pratiques? Pour le reste, l’expérience spirituelle, qui doit être d’abord naturelle, vise la fusion du Ciel et de la Terre, de l’Esprit et de la Matière, non la fuite dans l’Esprit ou, à l’inverse, la fuite dans la matérialité. Tout compté, vous êtes sûrement sur la bonne voie en suivant votre vérité, au sens du langage du cœur. Merci du partage réconfortant.