SAVOIR PARDONNER ET, SURTOUT, SAVOIR SE PARDONNER

LES TECHNIQUES SPIRITUELLES DU PARDON

La catharsis mentale et spirituelle

 

La première technique spirituelle consiste, dans un premier temps, à écrire, sans ménagement et sans censure, avec toute la charge émotive qu’ils suscitent, les épisodes dramatiques qu’on a vécus dans sa vie.  Puisqu’on ne s’y met pas pour faire du mal, mais pour se libérer enfin de façon définitive, on peut y aller à fond de train, sans la moindre retenue.  On ne doit pas craindre d’inclure des personnes, de leur dire sa façon de pensée, de leur exprimer toute sa colère, sa rancœur et sa rancune.  On peut projeter ses torts à volonté, ne trouver que les autres coupables de son destin malheureux.  Si on s’en sent la capacité, on peut écrire une lettre aux personnes qui ont été la cause de ses pires souffrances, si elles sont encore vivantes, mais on devra la fermer par l’admission de ses torts et par une invitation à la réconciliation dans l’amour.  Si elles ne le sont pas, on leur parle dans l’invisible et on leur dit son fait.  Ceci fait, on va brûler ce document, à l’extérieur de la maison, dans le délai le plus bref, de préférence immédiatement après son exercice de purgation ou de catharsis.  Pendant que le document brûle, on demande aux Sylphes et aux Sylphides d’emporter ces miasmes dans l’air, pour qu’en retombant plus loipardon-imagesn, la Terre-Mère s’en charge et les transmute, ce qui est l’une de ses principales fonctions, et de faire retomber sur soi et sur ses ennemis apparents une pluie de Lumière d’amour et de bénédictions en gouttes multicolores.  Pendant ce temps, on demande au Christ et à Saint-Germain d’insinuer en soi l’énergie du Grand Pardon par la dispensation de la Lumière violette argentée.  Par exemple, on peut s’imaginer devenir un buisson ardent de Flamme violette argentée de sorte que toutes ses scories négatives soient éliminées, avec tous leurs souvenirs pénibles, jusqu’au plus profond de ses mémoires cellulaires.

L’exercice du pardon doit se poursuivre en trois étapes.  Dans la première, on exprime sa colère et ses frustrations et on le brûle à l’extérieur de chez soi.  Dans la deuxième, on se pardonne ses erreurs et on pardonne celles des autres avec le Christ et Saint-Germain.  Dans la troisième, on se remercie de son courage et de sa grandeur d’âme, on s’exprime de la reconnaissance et on se félicite pour les leçons de vie ou les prises de conscience qu’on a tirées sur le Sentier évolutif qu’on a choisi, on exprime sa reconnaissance à tous les gens qu’on a rencontrés au cours de ses multiples incarnations, qui ont tous contribué à l’expansion qu’on a prise et on leur envoie ses bénédictions les plus sincères et les plus amoureuses, leur souhaitant tout le bonheur qu’elles méritent désormais.

On ne sera jamais pardonné si on omet d’inclure tout l’Univers et tous les êtres vivants dans sa demande de pardon, car, en fautant, on a agressé tout ce qui est et il faut savoir s’en excuser.  En outre, on doit comprendre qu’on n’est pas capable de se pardonner et de pardonner si on ne perçoit pas Dieu comme l’Artisan même du Grand Pardon.  Si on se contente de se pardonner soi-même et de pardonner aux autres sans y inclure l’intervention de Dieu, il restera toujours, en séquelles, dans une part de soi, des secteurs d’ombres.

La liquidation des bulles karmiques 

La deuxième technique consiste à procéder à la liquidation des bulles karmiques de noirceur.  On imagine qu’on rencontre, une par une, les personnes qui ont amplifié ses difficultés évolutives.  On leur exprime toute sa colère, ses frustrations et sa rancœur.  Ensuite, on les imagine entourées d’un halo de noirceur qui équivaut à la responsabilité des troubles qu’elles ont provoqués dans sa vie.  On s’unit à son Dieu intérieur et on projette sur elles un puissant rayon de Lumière blanche cristalline pour faire éclater et disparaître complètement ce halo d’ombre qui les entoure.  Ensuite, on se pardonne à soi-même de les avoir attirées dans sa vie, on leur pardonne le tort qu’elles ont causé, on les remercie pour le rôle évolutif qu’elles ont joué dans sa vie, on les entoure d’amour, on les bénit et on leur souhaite tout le bonheur qu’elles méritent désormais.  Mais on en profite pour les informer qu’il y a des jeux inharmonieux ou disharmonieux qu’on n’acceptera plus jamais de jouer avec elles.  Alors, on les informe psychiquement (par télépathie) qu’elles peuvent revenir dans son ambiance, si elles acceptent cette condition, mais qu’elles doivent s’écarter et se maintenir désormais à l’écart, si elles ne l’acceptent pas.  On les prévient qu’on place en permanence entre elles et soi le Créateur, le Christ et Michaël (avec son Épée Excalibur ou son Épée des Sept Vertus) pour les empêcher de s’approcher de soi ou de nuire à soi, dans le sommeil comme dans l’éveil, dans la conscience comme dans l’inconscience, dans le visible comme dans l’invisible et dans la présence comme dans l’absence.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur