L’Amour et la peur ne peuvent jamais cohabiter, ils ne peuvent exister dans le même espace. Ainsi, celui qui a toujours peur sait où réside son problème : en raison de la fermeture de son cœur, de sa difficulté d’accueil, il vit dans ses ténèbres et il craint d’y rencontrer les monstres qu’il ignore créer de toutes pièces.

   Dans l’ancienne vie, lancés dans le service de la sueur de bras ou du dur labeur, vous vous cherchiez toujours quelque chose à faire ou à accomplir parce que vous aviez peur du manque, qu’il vous fallait commencer par combler vos besoins primaires, qu’il vous fallait vous protéger du monde ambiant, qui vous craigniez de faire des erreurs et d’en subir les conséquences, qu’il vous fallait faire votre propre salut. Maintenant, vous devez oublier ce rôle dépassé et comprendre que Dieu a repris les rênes de la planète, qu’il veille à tous vos besoins, qu’il vous protège, qu’il vous a élevé dans un Monde nouveau. Désormais, ce qui compte, ce qui détient de la valeur, c’est d’accepter, simplement, le service de l’Amour dans la joie, la sérénité et l’insouciance, soit d’apprendre à être ce que vous voulez être et d’exprimer ce que vous avez envie d’exprimer, en redécouvrant votre Pouvoir et en exerçant votre créativité spirituelle. Pour vous, il n’existe pas d’autre manière d’accomplir le Plan de votre âme, car c’est l’état dans lequel elle vous a élevé, puisque c’était ce qu’elle avait toujours voulu pour vous.

   La trame de la densité et de la dualité a été remplacée par une trame cristalline de sorte que, désormais, tout peut de nouveau se déplacer fluidement ou librement et que tout peut fonctionner parfaitement, réintégrer l’Ordre parfait. C’est justement ce qui permet maintenant, pour qui le veut, de dépasser ses anciennes limites. Chaque cellule quantique de la nouvelle matrice cristalline constitue une forme de vie sensible et intelligente qui peut tout pénétrer, irriguer, vitaliser, restaurer dans la perfection. Il ne reste plus que celui qui se maintient dans sa vieille histoire, qui continue de vivre dans l’ancienne trame de distorsion, qui peut, en vain, tenter de lui dicter sa conduite ou la critiquer, révélant qu’il a accompli le saut quantique qui s’imposait dans les plans supérieurs, où tout est intentionnel et instantané. Votre aptitude à le vérifier à travers vos expériences ne dépend plus que de votre foi, de votre présence à la Vie, de votre ouverture, de votre capacité d’accueil, de votre volonté de vivre autrement que vous avez vécu jusqu’à ce jour, de libérer ce qu’il reste en vous qui ne s’harmonise pas avec la Lumière de la Pure Source qu’est votre âme.

   Chacun a désormais récupéré sa Souveraineté entière, sa Liberté totale, de sorte qu’il ne lui reste qu’à comprendre et à exercer son Pouvoir. Plus aucun être incarné n’a besoin ni ne doit tolérer de se faire dire comment être ni accepter de se soumettre à une telle attente. Dans la Réalité nouvelle, plus personne ne dirige ou ne commande, plus personne n’a quoi que ce soit à faire. Chaque âme détient sa propre valeur, égale à toutes les autres, et, sur son rayon, elle fait, à sa manière, la différence qu’il lui revient de faire dans le collectif de l’humanité. Sur ce nouveau plan de conscience supérieur, il n’existe plus de séparation que dans les esprits endormis ou illusionnés, de sorte que personne n’a plus besoin d’un dirigeant pour lui dire ce qu’il lui convient de faire. Dans ce contexte, chacun ne peut qu’assumer la responsabilité de ses choix sans plus jamais se croire une victime du sort ou se complaire dans un sentiment d’impuissance.

   Dans la mesure que vous libérez des anciennes couches illusoires de la troisième dimension, vous faites de l’espace aux Codes vibratoires supérieurs de la Lumière qui peuvent alors s’intégrer à votre être et vous révéler que vous vivez déjà dans le Monde nouveau auquel vous aspirez.

L’autorité ne peut appartenir qu’à un être simple, humble, détaché, sincère, authentique, intègre, sage, donc pur de cœur, c’est-à-dire à celui qui s’est conquis lui-même. Tout autre être qui convoite l’autorité ne peut l’obtenir ou la garder, artificiellement, que par la manipulation et les abus de pouvoir.

   Si vous ne savez pas vous conformer aux Lois de la Vie, vous ne pouvez vivre dans l’harmonie et atteindre le Sommet de la Montagne sacrée. Plutôt, vous oscillerez sans cesse entre la motivation et la démotivation, l’ardeur et le découragement, l’assurance et l’incertitude, la confiance et la peur. Vous restez partagé entre l’attraction et la répulsion, car vous vivez dans la dualité. Dans un tel mouvement intime de va-et-vient, vous ne pouvez pas vous assurer de progrès, soit de l’ouverture de conscience progressive, qui vous assurerait de parvenir au Triomphe.

   Vous appelez la Lumière. Vous dites : «Oui, toujours plus de Lumière! De la Lumière encore et encore!» Mais vous déchantez lorsque vous constatez qu’avant de parvenir à l’Illumination suprême, soit avant de vous rétablir dans la Lumière originelle que vous êtes, cette Lumière, que vous ne croyiez que douce et bienfaisante, commence à faire remonter à la surface de votre conscience les ombres plus ou moins denses que vous portez, pour savoir de vous ce qu’elle doit en faire, mais qu’elle ne peut tolérer, parce qu’elle ne peut cohabiter avec elles. Ainsi, certains jours, dans la Lumière qui s‘installe, vous pouvez vivre les pires maux physiques, psychiques ou émotionnels, au point de vous demander si vous n’allez en mourir, devenir fou ou si vous avez fait le bon choix de tant l’avoir appelée. Et le plus surprenant, c’est qu’une fois qu’elle vous a touché, elle ne vous lâche plus, elle ne vous quitte plus, jusqu’à ce qu’elle ait complété son œuvre de nettoyage et de purification, même si vous la boudez, la haïssez, en venez à appeler de tous vos cris qu’elle vous déserte ou vous laisse choir. Alors, il n’y a que dans la cessation de toute lutte et l’abandon à la Vie que vous pouvez trouver le Salut! Ainsi, c’est bien plus tard que vous finissez par comprendre que ces multiples passes difficiles représentaient pour vous les plus beaux présents que la Lumière pouvait vous faire.

   Mais qui êtes-vous? Oui, certes, vous êtes des Atomes divins!   Mais, en incarnation, vous êtes ceux qui avez dire «Oui» à l’Amour, qui avez accepté de le rayonner, de porter son Flambeau dans la dimension où vous vous trouvez. Vous habitez présentement cette planète sur l’appel de votre âme pour, par Amour, ouvrir une Nouvelle Porte, pour obtenir une nouvelle compréhension de votre identité, qui a déjà débuté sa manifestation, son extériorisation, pour chacun de vous. En cela, vous êtes le Maître incontesté et absolu de votre Royaume intérieur. Pour cette raison, aujourd’hui même, comme tous les jours d’après, il vous est demandé de vous accueillir sans condition comme le Roi de votre Royaume intérieur, un Royaume rempli d’aventures, de magie, d’illimité et d’infini. Vous voici appelé à explorer ce Royaume, non pas à partir de votre mental, de votre entendement, qui ne comprend presque rien à ce qui le dépasse, mais avec votre cœur. Et vous saurez que vous l’explorez ainsi si vous vivez dans la joie, l’innocence, l’humilité, la confiance en votre Pouvoir. Car c’est par le cœur, non le cœur physique, mais le cœur énergétique, que vous êtes branché à la Grande Vie, à cette Partie sublime de vous qui agit et vibre à l’intérieur de vous. Ainsi, n’acceptez plus d’autre appréciation que celle que vous savez faire de vous-même parce que vous êtes égal à tous les autres, différent simplement dans votre rôle fonctionnel, unique, à l’intérieur de l’Économie cosmique. Acceptez votre Gloire et redécouvrez votre propre valeur d’être irremplaçable, et le Bonheur vous échoira bien plus tôt!

   Vous cherchez dans tant de fausses explications ce qui entrave votre ascension spirituelle. La véritable raison, c’est que vous êtes un Tout parfait, apparemment composé de plusieurs couches ou plans de conscience, mais que vous prenez rarement le temps de ressentir Qui-Vous-Êtes, Cela-Que-Vous-Êtes, de même que ce que vous vivez à l’intérieur de vous. Accordez plus de temps à votre intérieur et vous verrez votre expérience en incarnation changer pour le mieux. Ne pensez pas à ce qui vous entrave, pensez à Cela qui vibre derrière ce qui semble vous entraver, et laissez-le émerger dans toute sa Puissante Lumière, comme le Soleil finit par dissiper les plus épais nuages.

   Ne perds pas ton temps à chercher l’Absolu, le Dieu des Dieux, Celui qui est au-dessus de tout et inclut tout, car tu es déjà et a toujours été cet Absolu que tu cherches. Toute Voie, toute quête que tu mènes, toute recherche que tu poursuis, toute projection dans le passé ou le futur, tu es déjà tout cela dans l’immédiat. Ainsi, toute quête ne peut que t’éloigner de l’Absolu qui ne peut être connu, il ne peut qu’être reconnu et éprouvé. Pour vibrer de nouveau à son unisson, il te faut commencer par réfuter tout ce que tu crois connaître, mais qui n’est qu’approximations. Ainsi, tu te rapprocheras bien davantage de l’Absolu en réfutant tout ce que tu crois savoir, par ton mental, ce qui a donné ta personnalité, ton ego, même ton apparente individualité, avec son histoire. Le problème, c’est que le phénomène de la conscience fait des projections, qu’il te place et te ramène toujours dans l’ordre du relatif, du partiel, du limité, du fragmenté qui comporte le besoin de la possession, d’une attribution, d’un rôle ou d’une fonction, d’une appartenance à quelque chose, peu importe à quoi. Quand tu auras réfuté tout ce qui est illusoire et irréel, tu te retrouveras dans ta Totalité, tu te retrouveras dans l’Absolu, tu te retrouveras l’Absolu.

   Pour descendre dans ton cœur, commence par te détendre et par respirer profondément. Puis, en conscience, rempli d’Amour, descend avec respect l’escalier de cristal qui te mène à ton Cœur sacré, soit à ta Cathédrale de Lumière, au centre de ton Être. Au cours de ta descente, imagine la lueur qui s’échappe du Portail de ton Cœur sacré, vois-la s’amplifier, devenir toujours plus brillante et scintillante. Rapproche-toi toujours de cette Cathédrale subtile de plus en plus doucement. Puis, vois-toi arriver devant la Grande Porte de Lumière, cette Porte sainte qui garde pour toi cet Espace sacré et divin qui t’es réservé à toi seul. À ton arrivée, vois-la s’ouvrir pour te laisser passer, puis se fermer derrière toi, puisqu’elle ne peut accueillir que toi. Puis, t’assoyant sur ton Trône lumineux, unis–toi à la Conscience d’Éternité et séjournes-y le temps qui te convient, conscient que tu peux y imaginer toutes les merveilles que tu souhaites vivre, dont tu souhaites faire la découverte ou l’expérience. Car rien de ce qui est appelé dans l’Amour ne peut t’être refusé!

   Le Bonheur revient au gré du développement de l’aptitude de profiter de l’Instant présent, d’être dans l’immédiateté, soit dans l’ici et maintenant. Le désir est probablement le plus grand obstacle au bonheur parce qu’il ramène dans la souffrance du manque, parfois dans le sentiment d’impuissance à en atteindre l’objet. Il se situe au fondement de toute séparation et de toute hostilité. D’une part, il peut amener à se projeter dans un futur, à y imaginer une part de joie ou de satisfaction qui semble échapper. Ou il projette dans le passé à défaut de pouvoir intégrer des expériences révolues ou de pouvoir s’inventer, dans l’immédiat, des plaisirs d’antan. Mais il peut aussi river sur un présent stérile celui qui laisse les stimulations externes attirer, comme une lampe, les papillons de nuit de ses attentes inassouvies. Car, pour bien vivre l’instant présent, il faut l’accueillir tel qu’il est, non penser pouvoir l’agrémenter de ses fantasmes. Chacun vit bien son moment présent lorsqu’il s’affranchit de ses désirs car, alors, il accepte le monde tel qu’il est.  S’affranchir du désir, c’est accepter le monde tel qu’il est, c’est accepter que les moyens sont aussi importants que la fin, bien qu’ils lui restent subordonnés, comme c’est reconnaître chaque expérience, agréable ou désagréable, comme un Don de Dieu qui instruit, qui ouvre la conscience, qui sert à révéler une plus large part de sa Réalité totale. Tout est toujours là, déjà, entier, complet, total et parfait, à chaque instant, car l’Énergie de la Vie y reste constamment disponible.

   Essentiellement, la Nature, comme l’Univers, sont vivants et des plus bienveillants, puisqu’ils ne fournissent rien d’autre, à l’être humain, que des expériences dont il peut tirer de grands enseignements de sagesse, s’il vit dans l’Amour et la Vérité.  La Nature n’est-t-elle pas le fondement de l’Univers et une condensation de l’Essence de l’Absolu?

   Qu’on soit affligé d’une douleur physique ou qu’on fasse l’expérience d’une souffrance morale, ce n’est surtout pas le moment de l’amplifier en y ajoutant ses peurs, son impatience de s’en tirer, ses jugements erratiques ou, peut-être, sa culpabilisation. À trop vouloir qu’un état change, on engendre de la tension et on le renforce. La solution réside dans son aptitude à prendre le temps d’accueillir ce qui est, tel que cela est, pour remonter à sa cause. Tout devient une invitation à s’arrêter, à accueillir dans la bienveillance ce qu’offre l’instant, sans la moindre projection, sans rien d’autre que d’être là avec ce qui est et de respirer calmement, afin que la Lumière se fasse et que la meilleure solution se propose. Cette solution ne peut venir que de Celui qui sait tout, en soi, de son Centre divin. Même quand tout devient le plus sombre, nul n’est jamais seul dans son expérience, quand lui seul peut en faire un drame, parce qu’il se désole au lieu de comprendre qu’il lui est suggéré de trouver une solution à une incurie qui a assez duré. Dans la résistance, chacun empêche la Vie d’agir correctement en lui et il aggrave ses maux!

   N’attendez plus le Grand Changement promis depuis si longtemps, car ce Grand Prodige que vous attendiez s’est déjà produit! Trop d’êtres humains se perdent dans l’attente de ce qui est déjà accompli, donc est déjà disponible, mais sur un plan supérieur, ce qui appelle à la transcendance du plan où il se maintient.  Ainsi, ils continuent de se priver de vivre chaque nouveau jour comme il se doit, soit dans l’amour et la joie sereine, plutôt que dans l’attente, un peu frustré et démotivé, parce qu’ils croient constater que la Grande Transformation ne pourra jamais, du moins pour eux, se produire.

   Oui, le Grand Événement est là, il se passe ici et maintenant, donc vous êtes au cœur de sa pleine manifestation! Nous le savons, suite à cette affirmation, plusieurs vont immédiatement s’exclamer : «Mais, moi, je n’ai rien vu de cela, je ne vois toujours rien de tellement nouveau! Je continue à mener ma petite vie, plutôt banale et coutumière, même, parfois, un peu misérable.»

   Ce qu’il vous faut comprendre, c’est que le temps linéaire n’est plus et que, désormais, vous allez vous éveiller, de plus en plus, à votre réalité multidimensionnelle. Alors, ne perdez plus de temps à vivre à l’horizontale, vivez plutôt à la verticale.

   Évidemment, le monde terrestre, dans sa partie physique, n’a pas disparu et il ne va pas disparaître, mais vous allez de plus en plus lui échapper, dans la mesure que vous parviendrez à transcender les apparences. Pour le moment, le besoin est moins de voir que de ressentir. Et, si vous êtes le moindrement sensible, vous ne pouvez que ressentir cette Énergie d’Amour, en provenance directe du Grand Soleil central, qui vous inonde, comme une pluie agréable, parce que lumineuse, douce, chaude, apaisante, au point, parfois, de vous enivrer.

   En fait, le seul obstacle à ce ressenti,ne peut qu’être vous, dans la mesure que vous résistez, que vous redoutez ou que vous continuez d’attendre ce qui est déjà là, au lieu de le ressentir, pour le savourer pleinement. Dans ces conditions, vous devez cesser de vous opposer en continuant de contempler vos limites apparentes.

   Plus vous vous opposez ou luttez, plus le temps semble s’étirer, plus les événements semblent se compliquer, parce que vous refusez ce qui est. Mais plus vous vous abandonnez à Ce-Qui-Est, plus le temps raccourcit, en venant presque à disparaître. Dès lors, vous pouvez amener votre existence à devenir ce que vous voulez qu’elle soit, une Histoire de Grand Bonheur. Pour y arriver, vous devez dépasser l’intellect et entrer dans votre cœur pour réaliser ce qui est désormais, tel que cela est.

   Vous pouvez donc abolir le temps en acceptant Ce-Qui-Est, tel que c’est, sans attente, sans peur, sans résistance. Ensuite, recherchez la magie et la joie partout, en tout temps. C’est-à-dire que vous devez constamment, sans attendre, rechercher ce qui vous fait vibrer de joie, ce qui vous enthousiasme, et abandonner ce qui diminue votre joie. Pour le reste, vous devez réitérer votre confiance en Dieu, donc en l’Univers, tout à fait disposé à vous guider vers ce qui peut vraiment vous combler. En conséquence, ne cherchez plus à savoir comment les manifestations vont se faire. Décidez plutôt, pour vous, d’emprunter la Voie de la Joie pure, qui porte le nom de Félicité.

   Vous pouvez toujours demander à vos Guides subtils, et vous en avez tous, de vous suggérer, à tous égards, les meilleures solutions. Ensuite, sans tension ni contention, restez réceptif à leurs signes qui vont clairement apparaître dans votre parcours. Écoutez vos ressentis et votre intuition. Plongez dans votre cœur pour découvrir, sans savoir comment ni pourquoi, comment les événements vont tourner à votre avantage, toujours vous apporter, à votre grand étonnement, l’incroyable ou l’imprévisible. Faites parfaitement confiance que la Grande Vie, qui sait tout, vous guidera toujours vers ce qui est le mieux pour vous. Laissez la Magie opérer! Car seul, vous ne parviendrez jamais à dépasser de beaucoup vos apparentes limites présentes, tellement elles sont bien enracinées en vous.

   Le temps est venu de vivre l’imprévu, d’attendre l’impossible, de célébrer l’Illimité. Désormais, soyez, soyez pleinement, conscient de votre Grandeur, de votre valeur et de la récupération de votre Pouvoir. Pensez sans cesse que, pour vous et pour tous, tout est parfait, parfaitement parfait, en tout temps, en tous lieux, à tous égards!

   Parce que vous conservez votre notion étriquée de l’Amour, que vous confondez avec l’affection, qui n’est qu’accaparement de l’affectivité, vous ne comprenez rien au langage du cœur et vous ne l’entendez plus. Le langage du cœur est celui de l’intuition : il procède du ressenti exact de la Vie en vous et autour de vous, donc de la perception des énergies du moment telles qu’elles sont, qui vous permet de vous relier à la Grande Vie et de rester uni à elle. Il s’agit d’un langage d’unité, donc d’un langage inclusif, qui dispose à l’accueil, à l’union, à la réunion. Il ne peut qu’amener à vivre dans l’émerveillement constant du fait qu’il permet de capter en tout et partout, sans aucune notion de séparation, l’Énergie de la Vie en action. En effet, il traduit la beauté, la magie et la puissance de la Création en expansion qui s’exprime en tout et partout. C’est par lui que vous êtes naturellement porté à considérer chaque élément de votre expérience quotidienne dans sa part de Lumière et de beauté et d’accomplissement parce que, en lui-même, chaque instant est merveilleux, parce que parfait.

   Dans la présente phase, en cas de maladie, selon l’importance des symptômes, il peut convenir de consulter les autorités médicales de votre plan de conscience. Pourtant, dans la plupart des cas, une maladie soudaine ou l’aggravation d’une maladie préexistante peut fournir une explication très heureuse. En effet, chez un être en expansion spirituelle consciente, elle résulte presque toujours d’un ajustement des corps inférieurs, surtout du corps physique, aux accélérations énergétiques plutôt récurrentes et régulières. Présentement, l’être humain n’a pas le temps de s’ajuster à la dernière émission d’énergie qu’il s’en produit une autre.

   Avec le rajustement direct du système solaire sur le Grand cosmique central, tout rehaussement intense des énergies peut produire des fluctuations étranges, notamment de la fatigue et de la faiblesse, qui peuvent grandement secouer et plonger, plus ou moins longuement, dans les malaises ou la maladie. En général, les symptômes les plus communs sont : les maux de tête, la dépression, les nausées, les démangeaisons, les bouffées d’émotions, l’irascibilité, les troubles de mémoire, les difficultés de concentration, les douleurs musculaires et articulaires, les crampes, les bourdonnements d’oreilles, les problèmes de sommeil, les sensations de brûlure à divers niveaux, la vision floue, l’impression de flotter dans le vide. Pour atténuer les effets, accordez-vous suffisamment d’heures de sommeil réparateur, fréquentez davantage la Nature et procédez, en tout, à votre rythme.

   Nul ne devrait se servir de ce constat pour aggraver son cas, du fait qu’il n’est pas nécessaire qu’un être incarné éprouve des maux, même une maladie grave, chaque fois que l’énergie ambiante s’intensifie. Il n’empêche que les êtres très rationnels, trop éloignés de leur cœur, peuvent vivre, coup après coup, des épisodes d’expériences morbides, en raison de leur résistante, proportionnelle à la force de leur ego. L’énergie atmique ne peut pénétrer un être dans sa totalité que dans la mesure que la structure de ses corps inférieurs s’adapte à sa puissance, gagne en raréfaction ou en éthérisation.

   Les Ténèbres ne pourront perdurer bien longtemps. Peu à peu, l’Amour et la Vérité font leur chemin, commençant par révéler l’ampleur de la tromperie et de la peur à laquelle les Forces obscures ont eu recours pour maintenir les civilisations de la Terre en esclavage, par l’enfermement, pendant des millénaires. C’est au gré du dévoilement des diverses vérités que les Ténèbres pourront s’affaiblir et disparaître, de sorte que les peuples puissent réintégrer le Paradis originel et vivre dans la joie que la Vie est, essentiellement, en elle-même.

   Certains se plaignent qu’ils ne bénéficient pas des accomplissements du Monde nouveau, ce qui les amène à douter de son existence ou de la vérité des propos des messagers qui les annoncent. Dans l’ordre individuel, les accomplissements viennent dans la mesure qu’un être peut dépasser ses limites, abandonner ses vieilles croyances et accueillir des réalisations merveilleuses d’un genre tout à fait nouveau, complètement en dehors de ses conditionnements et de son entendement. Sans cette ouverture, il ne peut qu’en venir à croire que rien ne change, du moins pour lui.

   En cela, le seul fait de douter de l’existence du Monde nouveau ne contraint-il pas, en lui-même, à stagner et à régresser dans le monde ancien, plutôt qu’à découvrir les merveilleuses nouveautés de la Réalité nouvelle? S’inquiéter par rapport à l’avenir ou rester accroché au passé écarte des réalisations du moment présent en plus de conférer une mauvaise compréhension de ce qu’est réellement la Vie. Ces choix empêchent l’ajustement correct à la Danse de la Vie qui assure de pouvoir bénéficier des accomplissements et des synchronicités qui redonnent le goût de vivre, de saisir des connivences avec d’autres plans de conscience.

   Nul ne peut se relier à la Conscience universelle, qui est tout Amour et toute Vérité, que dans le moment présent, en acceptant la transcendance. C’est-à-dire qu’il doit quitter la linéarité pour s’élever dans la verticalité. La projection dans le passé ou dans l’avenir, comme les faux attachements, maintiennent dans l’horizontalité, ce qui empêche de rétablir le lien avec l’Énergie cosmique telle qu’elle s’exprime dans le moment et qui est, à tous égards, simplement magique!

   Pour la plupart, nous avons été éduqués dans un code fondé sur des valeurs strictes et étroites. Ainsi, pour nous guider, nous n’avions, apparemment, que le choix de reconnaître et d’appliquer ce qui devait se faire et d’éviter ce qui ne devait pas se faire, ce qu’il était convenu d’appeler le bien à faire et le mal à proscrire, sans plus de nuances. Nous avons reçu une éducation fondée sur les permissions et les interdits, non sur la liberté de conscience. Ajouté à d’autres faussetés, cette éducation a simplement réprimé et produit un asservissement et une obnubilation de la conscience individuelle, autant que collective.

   Nous retenons, parmi elles, la prétendue obligation de s’oublier pour se mettre d’abord au service de l’autre afin de s’assurer de ne pas être qualifié de peu charitable, même de grand égoïste. Ce qui a engendré l’un des plus grands déséquilibres, dans l’ordre du partage et de l’échange, rendant l’acte de donner plus facile et convenable que celui de recevoir, qui devait attester la bonté et la générosité d’une personne.

   Aujourd’hui, pour rétablir l’équilibre, au nom de l’Amour de soi, qui est le fondement de l’Amour d’autrui, il faut oublier toutes ces croyances et ces conditionnements et accepter, pour un temps, de se faire, presque, les plus grands égoïstes du monde. Car chacun est appelé à d’abord gérer sa propre vie, à accomplir son propre destin, avant d’intervenir de manière utile et efficace dans celle d’autrui, en se choisissant sans condition, en s’accordant la première place, en refusant de se soumettre aux attentes des autres. Nul ne peut donner ce qu’il n’a pas, comme il ne peut ni échanger ni partager ce qu’il ne s’est pas donné.

   Selon leur degré de sensibilité, certains trouvent la période de transition actuelle plutôt rude, ce qui est normal. Comment pourrait-il en être autrement dans une phase où il nous faut tous, sans cesse, nous remettre en question, parce que nous voyons nos fausses certitudes s’effondrer, nos repères disparaître, nos liens se transformer, quand ils ne se dissolvent pas pour toujours? Car il y a cette nécessité de compléter notre abandon du statu quo, quitter notre zone de confort, avant que nous en soyons tirés de force, en brisant les anciens schémas et les vieilles structures inconscientes, source d’emprisonnement. Il ne se trouve plus de salut ailleurs que dans un rapprochement avec son Centre divin, cette Instance sublime, qui sait tout des nouvelles réalités, en commençant par vivre amoureusement, confiant, abandonné, dans le moment présent. Puisque Dieu nous a tous pris en charge, pour nous ramener au Foyer originel de la manière la plus rapide et la plus appropriée à chacun, tout va finir par s’éclairer, en son temps, la Lumière se faisant progressivement au gré de son passage du mental au cœur et de son rythme d’intégration des énergies nouvelles.

   La magie, l’extraordinaire, se produit à chaque instant. Chacun ne peut le réaliser que dans la mesure que, cessant de se croire petit, carencé, impuissant et limité, il se réveille à la Splendeur et à la Gloire de sa Réalité divine. Pour la plupart, le problème réside dans le fait qu’ils attendent l’attestation de manifestations extérieures, pour croire à l’engendrement du Monde nouveau, alors que c’est à l’intérieur de chacun que tout se passe. Nul ne peut s’attendre à réaliser la magie qui l’accompagne, l’habite et l’entoure tant qu’il ne reconnaît pas la beauté infinie de chaque instant de la vie sur le plan où tout est et reste parfait pour l’éternité. Le changement commence à l’intérieur de chacun. S’élever sur les plans de conscience, cela représente une démarche intérieure, non extérieure, qui amène à échapper à la densité et à la dualité, ce qui soustrait de la vision la dissolution nécessaire des illusions, dans le plus grand des chaos.

   Toute amplification de la Lumière amène d’abord à déloger de nouvelles couches bien denses d’illusions, à dissoudre les obstacles qu’un être entretient et qui l’entravent. La Grande Lumière ne pourra pas se révéler complètement chez un être tant qu’il n’aura pas délogé de sa conscience tout ce qui lui oppose un filtre et l’obscurcit. La Lumière est là, et elle a toujours été là, au plus profond de chacun. Il ne reste qu’à la laisser émerger en acceptant de laisser aller ce qui la réduit.

   Au cours de votre histoire, vous avez accepté que s’installe toute une panoplie de gouvernements dans une étrange hiérarchie.   Pour mieux vous soumettre et vous garder en sujétion, certains de leurs chefs ont osé affirmer que, issus de familles choisies, ils régnaient de droit divin et pouvaient de ce fait prétendre au fait que, par leurs qualités, leurs descendants détenaient le règne de droit héréditaire. Puis ils ont élevé d’autres familles au rang de la noblesse et de l’aristocratie, pour s’assurer de s’entourer d’une cour soumise, obséquieuse, complaisante, généralement très obéissante. Ailleurs, des gouvernements, apparemment démocratiques, se sont divisés en partis politiques qui, au nom de la ligne de parti, ne tolèrent pas beaucoup la dissension. Dans beaucoup d’autres pays, vous avez plutôt laissé s’installer des personnages intelligents et astucieux, mais impérieux, dictatoriaux qui ont établi des régimes totalitaires, souvent violents.

   Si vous scrutez soigneusement l’attitude et le comportement de n’importe quel chef de vos différentes formes de gouvernement, vous en trouverez peu qui font preuve d’intégrité morale et qui sont vraiment au service du peuple, parce qu’ils sont avant tout des êtres narcissiques, imbus de pouvoir, de reconnaissance et de richesse. Ils se sont progressivement formés à une rhétorique de la langue de bois souvent déshonorante, parce que peu transparente, pouvant masquer la manipulation, la tromperie, le recours à la force, les sanctions, la culpabilisation qu’elle comporte, pour conserver leur contrôle sur les populations silencieuses, apathiques ou apeurées qu’ils prétendent protéger.

   Au cours des âges, ces gouvernements, protecteurs de castes richissimes, se sont régulièrement engagés dans des guerres fratricides pour accroître leur pouvoir et leur influence dans le monde en tentant de détruire leurs opposants ou rivaux, ceux qui divergeaient d’opinion. À cette fin, de manière insidieuse, ils ont formé leur population à la méfiance à l’endroit des gens différents par la couleur, la race, la religion et quoi encore, et, ils ont enrégimenté une part d’elle dans des armées qu’ils ont lancées, dans l’entretien de conflits presque incessants, dans des combats violents ou dans la défense de causes censément dignes et nobles, notamment dans la défense de leur pays ou des pays alignés ou dans l’élimination de présumés adversaires, diabolisés, donc souvent identifiés comme barbares, dangereux et sanguinaires. Ils sont souvent allés jusqu’à faire perpétrer des crimes graves qu’ils leur ont, à tort, attribués, pour augmenter l’hostilité de leur peuple à leur endroit.

   Il vous faudra un jour comprendre, et le plus tôt sera le mieux, que, à titre d’être libre et souverain, vous n’avez besoin d’aucun gouvernement, d’aucune police, d’aucune frontière. Vous avez surtout besoin d’Amour pour accéder à plus de conscience.  Surtout que tous ces paliers de gouvernement perpétuent l’injure ou le sacrilège de redoubler le Gouvernement divin et de le refouler à l’arrière-plan. Dans des populations conscientes, faisant preuve de maturité, convenablement formées à leurs responsabilités, l’entraide mutuelle pourrait amplement les remplacer. Personne ne peut le nier puisqu’aucun peuple n’en a encore fait l’essai. Aussi, presse-t-il que vous découvriez à quel point vos gouvernements vous ont induit en erreur, vous ont trompés, afin que vous les rejetiez et ne tolériez plus jamais leur contrôle sur vous, leur ingérence dans vos affaires.

   Vous ne pouvez plus soutenir les riches, les puissants et les hauts placés de vos hiérarchies terrestres, qui devraient s’unir pour maintenir l’ordre et la sécurité pour toutes les nations du monde, pour l’humanité entière, qui ne forme qu’Un Seul Être, mais qui n’acceptent de se soumette à rien d’autre qu’à leurs intérêts ou à leurs prétentions. Car ils vous ont asservis en vous confinant à des métiers, à des professions et à des rôles de subalternes pour vous contenir, saper vos meilleures énergies dans des emplois abrutissants, peu satisfaisants et valorisants. Ils ont achevé de vous soumettre et de vous accabler en vous lançant, à grand renfort de publicité ou de propagande, dans une consommation effrénée et dans des distractions infantilisantes qui grèvent toujours davantage vos avoirs et vous imposent parfois de vous trouver plusieurs emplois, ne vous laissant plus de temps pour la réflexion, l’introspection, l’intériorisation, la remise en question des valeurs sociales actuelles.  Ne reconnaissez-vous pas là un programme bien structuré et orchestré pour vous garder dans l’asservissement et la docilité?

   Alors que, de plus en plus, vous vous éveillez à la vérité de leurs fausses prétentions, de leur immoralité, de leur égocentrisme, de leur mesquinerie, de leur mercantilisme et de leur vénalité, démontrez-leur que vous n’êtes plus dupes de leurs stratégies en cessant de les supporter. Cependant, conservez-les dans votre amour, vous abstenant de les juger et de les condamner, même s’ils vous ont longtemps dupés, tyrannisés, torturés, appauvris et asservis. Ne méritiez-vous pas les gouvernements que vous avez laissé faire? En brandissant le Flambeau de l’Amour et de la Vérité, la Lumière qu’engendrera l’’éveil des consciences finira par faire son œuvre et par les déloger des postes qu’ils ont usurpés. Lorsque plus personne ne croira en eux et ne leur apportera son support, ils n’auront pas d’autre choix que de se remettre en question et de quitter une position qu’aucun autre qu’eux ne convoite et ne soutient.

   Le processus de votre Éveil a commencé dès votre choix d’apparemment vous séparer de Dieu, la Source unique de la Grande Vie cosmique, pour vous donner l’impression de vous individualiser, afin de prendre conscience de votre Réalité divine propre. Parce que, avant de vous donner l’impression de vous tirer de la Conscience de Dieu, en traversant le Voile d’Illusion, vous n’aviez aucune conscience de votre existence, vous ne pouviez que vibrer à l’unisson de l’Absolu. Car il vous faut comprendre que, vous éveiller, cela ne représente rien d’autre que de vous tirer de l’Illusion en lâchant prise à tout ce qui n’est pas en parfait accord avec la Vérité de l’Amour divin. Sauf que, en obnubilant ainsi délibérément votre conscience, vous introduisiez dans votre expérience le jugement, la culpabilité, l’amertume, la haine, le conflit et, bien sûr, la peur, bref, toute la déclination des états duels, donc opposés à l’Amour, cette énergie qui ramène et conserve tout dans l’Unité, ce dont il vous prendrait des éons à vous remettre, à redécouvrir la Voie du Salut. Vous aviez fait là le choix de jouer au cache-cache, un choix dont Dieu n’a jamais été responsable, car il n’avait jamais prévu, pour vous, dans son Plan créateur, la moindre douleur ni la moindre souffrance. Désormais, ce n’est que par l’Amour que vous pourrez parcourir la Voie du Retour au Bercail, parce que, plus fort et chaud que tout, lui seul peut consumer tout ce qui n’est pas ajusté à ce qu’il est et vous rétablir dans votre État de Perfection originel.

   Dans le cours des transformations du nouveau millénaire, il arrive certains jours où tout semble se compliquer, faire problème, se tourner contre soi, ce qui fait, de cette mauvaise passe, une éternité, surtout si les jours s’additionnent sans progrès apparents. On en vient à croire qu’on n’a plus de contrôle sur son destin, qu’on ne fait plus rien de valable, qu’on est une nullité ou une entité négligeable. Chacun gagne à éviter de s’inquiéter lorsque les changements le bousculent ou le perturbent ainsi, surtout ceux qui se présentent sans prévenir, car, par expérience, chacun peut assez facilement reconnaître que ce qui fait son statu quo ou maintient sa zone de confort ne représente pas forcément ce qui reste le meilleur pour lui et ce qui lui assurera un meilleur avenir. C’est dans l’adversité qu’il importe de se rappeler que, en plus d’être illusoire, tout est transitoire. Au-delà des apparences, bien peu de choses ressemblent à ce qu’elles semblent être. Tout finit par passer pour faire place à une réalité plus heureuse ou lumineuse. Un être peut écouter ses drames ou se tirer de ses dilemmes en se retournant sur lui-même et en cherchant à découvrir ce qui, en lui, fait obstacle au courant de la Vie, quel est son point de résistance, cet aspect sur lequel il ne veut pas encore grandir. Chose certaine, c’est surtout en pareil cas qu’il doit éviter de douter de lui, de se déprécier, de se culpabiliser, car la clé devient l’abandon dans le rappel constant qu’il n’est jamais seul. À tout moment, même au cœur de la nuit la plus sombre, surtout en pareille phase obscure, tout être peut trouver de l’aide auprès des Instances subtiles tutélaires.

   Certes, il existe de faux prophètes et de faux maîtres, ce qui vous appelle à faire preuve de discernement et de sagesse. Mais vivent aussi parmi vous des Êtres de lumière envoyés comme Guides terrestres. Ce serait mal connaître un Guide véritable que de croire qu’il puisse exercer sur vous un ascendant, imposer son pouvoir ou vous garder dans la dépendance. Vous devez éviter de confondre le lien subtil qui s’établit entre un disciple et un Maître, un lien d’Amour liant d’âme à âme, avec un lien de sujétion.

   Trop souvent, par vos jugements, vous pouvez vous laisser leurrer par leurs traits humains et leurs apparentes faiblesses, inhérents à l’incarnation ou relevant de la génétique, qui voilent souvent leur degré de Lumière. Alors, incapable de les sonder plus profondément, d’âme à âme, vous les rejetez ou vous les écartez, sous prétexte d’exercer votre liberté et d’incarner votre propre vérité. Ainsi, vous souscrivez au complot savamment ourdi par les Forces sombres qui veut vous faire croire que, désormais, vous avez suffisamment grandi en conscience pour avoir été laissé à vous-même dans votre projet d’ascension.

   Dès lors, dans votre vanité, au lieu de chercher à obtenir le Savoir et de vous disposer à les accueillir dans votre esprit et dans votre cœur, suite à des recherches superficielles, souvent en butinant d’un lecture à une autre ou d’un atelier à l’autre, avec le temps, vous en venez vous-même à vous croire un Être de Lumière, ce qui en amène plusieurs à tenter de se faire reconnaître comme tels par leurs pairs, en commençant à enseigner ce qu’ils ne maîtrisent même pas. Et plus ils obtiennent d’adhésion dans la foule, plus ils se sentent grandis, de sorte que, inconsciemment, ils cherchent à imposer leur grandeur au plus grand nombre, si ce n’est au monde entier, dans l’oubli que c’est ainsi que naissent les dictateurs et les tyrans.

   À titre d’être incarné, doté d’un fort mental et plutôt limités par les effets de la densité et de la dualité, vous êtes moins lumineux qu’éclatant. En effet, vous ne recevez les messages de vos Sages qu’à travers le prisme de vos idées toutes faites et vous ne voulez surtout pas entendre ce qui bouscule vos convictions. Et c’est ainsi que vous pensez apprendre et grandir en conscience à travers le changement.

   Il est grand temps que vous dépassiez vos prétentions et votre immense orgueil pour vous ouvrir à la véritable compréhension. Car vous dites comprendre, alors que vous ne faites qu’interpréter, surtout dans votre consommation éphémère des messages inspirés, du fait que, dans votre situation actuelle, pour la plupart, vous ne pouvez que dégager une notion bien relative de la Vérité.

   Lorsqu’un Sage essaie de vous éclairer sur une dimension différente de la vôtre, vous ne pouvez qu’interpréter son message, car votre intellect, par l’imagination, ne tarde pas à le colorer des approximations de votre expérience personnelle. Vous ne pouvez jamais détenir la certitude d’avoir compris totalement, puisque tout message du genre comporte plusieurs degrés de compréhension. Et si vous pensez le contraire, rangez-vous au rang des prétentieux, parce que votre esprit humain ne peut encore englober la Réalité divine, de sorte que vous ne comprenez pas au sens absolu. Vous ne pouvez que vous dire sur la Voie de la compréhension.

   Ce qui vous manque, c’est l’aptitude de vibrer à la fréquence du message parce que, dégagé des jugements et des interprétations purement mentales ou sensibles, vous en captez, par l’intérieur, toute la teneur. En outre, toujours trop pressé, vous ne savez plus rien approfondir, dans l’ignorance que chaque loi naturelle, comme chaque principe cosmique, demande à être parfaitement compris et maîtrisé, avant que vous songiez à en aborder d’autres.

   Dans la présente phase énergétique, vous ne devez pas vous étonner d’éprouver autant de malaises ou de maladies, dans votre véhicule physique. En raison des nouvelles actualisations de vos couches d’ADN, vous passez par un processus de reconstruction et de restructuration dans l’ordre micro cellulaire de votre organisme humain, afin de compléter votre passage d’une base carbonée à une base siliciée, donc d’un substrat dense à un substrat cristallin. Ce processus surcharge votre système nerveux et il épuise votre système immunitaire pour favoriser l’effondrement de vos anciennes structures cellulaires et assurer qu’elles se transforment en de nouvelles. Du coup, tout votre corps physique semble se dérégler alors qu’il veille à tout annuler de l’ancien pour tout reconstruire. Le codage différent de votre être ne peut se produire sans l’affecter dans tous ses aspects, avant que, pour ainsi dire, vous renaissiez dans une nouvelle forme, jusque dans votre physique. Ainsi, hors de conditions morbides attestées par les autorités médicales compétentes, vous n’avez pas grand-chose à craindre des transformations que vous subissez, qui peuvent vous inquiéter mentalement, vous perturber émotionnellement, même entraîner beaucoup de douleur, qui ne témoignent que de votre expansion de conscience et de votre passage dans un plan supérieur.

   La libération des reliquats de vos anciens liens émotionnels et affectifs qui ne vous servent plus s’achève. Le Voile d’Illusion, engendré par le champ d’énergie des Forces sombres, qui vous a porté si longtemps à vous croire un être individuel séparé de Dieu et à errer en vain, se dissout de plus en plus rapidement. Simultanément, il apparaît un champ d’énergie pur et neuf qui servira de fondement au Monde nouveau. C’est la Lumière de l’Amour qui, en provenance directe du Grand Soleil central, qui flamboie à travers l’obscurité afin de le faire disparaître pour toujours. La Volonté de Dieu a toujours été que chacune de ses créatures vive heureuse dans la délectation de la Vie cosmique.

   L’amour est la Clé de l’existence et de la conscience spirituelle parce qu’il apprend que tout est spirituel et sacré. Tout ce qui existe repose dans l’Amour, une énergie douce, aimable, compatissante, accueillante, indulgente, tant qu’un être reste au service de la Vérité. Il est et il a toujours été. Il s’agit de l’énergie unique et infinie la plus puissante de la Création. Rien n’existe hors de lui, de sorte qu’il ne peut aucunement être écarté, détruit, défait, affaibli ou évité.   Il n’accapare jamais, comme il ne se laisse jamais accaparer. Il n’impose pas et il ne demande rien.

   Ainsi, perdu dans les illusions, vous pouvez faire semblant ou vous faire croire qu’il n’existe pas. Vous ne comprenez pas que, en l’ignorant et en le repoussant, vous vous privez de votre propre bonheur. Dès lors, vous ne pouvez que lui substituer le doute, la peur et l’angoisse. Mais il finira bien par vous rattraper un jour, car il est d’une infinie patience, surtout, il est votre Essence. Il va continuer de vous attendre jusqu’à ce que vous choisissiez de l’accepter, de revenir à lui, car vous ne pourrez que finir par le faire. Du coup, une joie sans bornes vous envahira pour l’Éternité. N’est-il pas l’Essence de l’Être et la Source unique d’où provient tout ce qui existe et le Substrat à partir duquel tout a été créé?

Tout être devient digne de recevoir de l’aide dans la mesure qu’il s’ouvre à l’Amour et qu’il se conforme aux lois naturelles et aux principes cosmiques. Mais les connaissez-vous? Car, si vous ne les connaissez pas, vous ne pouvez pas les appliquer.

   Dans le passé, vous vous cherchiez toujours des choses à faire, à posséder, à connaître, parce que vous aviez peur du manque et de passer inaperçu, que vous deviez combler vos besoins primaires, que vous redoutiez de faire des erreurs et d’en souffrir de terribles conséquences, que vous cherchiez à obtenir la clémence divine et obtenir le Salut. Maintenant, vous devez plutôt apprendre à être, en commençant par engendrer ce que vous voulez être et expérimenter. Alors, vous gagneriez à comprendre que, dans les énergies nouvelles, ce qui détient de la valeur, c’est l’expérience personnelle de l’expression de vous-même dans tout ce que vous êtes, un Être infini. En la menant, vous comprendrez que rien ne compte plus que le Service de l’Amour rendu dans la joie sereine.

   Pourquoi laissez-vous des êtres qui ont vécu, dans leur passé, des expériences exceptionnelles, et qui continuent peut-être d’en vivre d’autres, tenter de vous instruire sur ce qui se passe dans les plans subtils. Et ils pérorent et ils pérorent en vain, dans un langage que vous ne pouvez pas comprendre, parce qu’il dépasse votre entendement, sur les résultats de leur exploration du plan astral et des plans supérieurs, sans trop expliquer les dangers de se projeter ailleurs que sur le plan animique. En plus d’être inutile, même dangereux, pour le moment, ce genre d’enseignement, que vous colorez forcément de vos interprétations, pour ne pas avoir vécu les mêmes expériences, peut en venir à vous bloquer la possibilité de vivre correctement ces expériences, lorsque le temps sera venu pour vous de les vivre.   Même qu’il peut retarder le moment où vous pourrez les vivre.

   Ce dont un enseignant avéré doit vous instruire, c’est des lois de la Nature et des principes cosmiques qui régissent l’ensemble de votre existence en incarnation, soit la manière de vivre au mieux sur ce plan, pour y apprendre à être pleinement dans l’Amour. Car, comme l’ascension dans l’Arbre de Vie, l’Échelle du Ciel, le suggère, vous ne pourrez penser à maîtriser un plan supérieur tant que vous n’aurez pas maîtrisé le plan terrestre ou matériel. Cette tentative ne pourrait que vous amener à vous couper de vos racines et à vivre en illuminé, soit dans la fuite en Dieu. Pour cette raison, la manière de bien vivre sur Terre, pour produire la Fusion du Ciel et de la Terre, n’est-ce pas ce que vous devez commencer par apprendre?

   De plus en plus, vous entendez parler de drames, de conflits, d’attentats et de désastres, si nombreux que vous ne pouvez plus réaliser tout le bien qui se produit sur Terre et la beauté qui y grandit, parce que les énergies de la présente phase ascensionnelle font ressortir ce qu’il y a de plus sombre et obscur, de plus faux et illusoire, de mieux caché ou voilé, pour l’exposer à la Lumière divine et le dissoudre. Ce qui se produit, en réalité, c’est une élévation du taux vibratoire, par des effusions d’Amour divin successives qui ne tolèrent pas son contraire, donc qui le déloge de ses cavernes et de ses profondeurs pour l’harmoniser ou l’éliminer, afin de rétablir le Paradis perdu, ramenant les êtres humains à plus de compassion, de solidarité, de fraternité, dans l’Unité. Alors, gardez espoir, parce que c’est dans la confiance en un avenir meilleur et une foi dans la possibilité de dépasser vos limites apparentes, sur un plan supérieur, un autre échelon de la multidimensionnalité terrestre, parce que, par votre confiance et votre foi, vous en accélérez l’avènement. Au-delà de l’amour sentimental et affectif, donc très intéressé, il existe l’Amour pur, une forme d’énergie impersonnelle et inconditionnelle, dépourvue d’attentes et de liens, en don constant, qui représente la Clé qui vous élèvera, vous unira et vous ramènera au Paradis originel.

Illusionnés, même hypnotisés, vous aimez croire que tout se partage entre le Bien et le Mal, alors que tout s’exprime simplement dans l’Être, selon un point de vue déterminé par le degré de conscience personnelle, donc par le palier que chacun occupe présentement dans la Spirale cosmique. Tant que vous vous cantonnez dans ce petit jeu de la prise de parti, soit du pour et du contre, vous entretenez les oppositions, vous augmentez la dualité, plutôt que de favoriser l’Unité. Et, personnellement, vous minez vos meilleures énergies par la négation d’une partie de votre propre réalité et par l’alimentation des paradigmes du vieux monde, au temps linéaire où il fallait tout voir en blanc ou en noir, parfois en gris, pour vous camper dans un camp plutôt que dans l’autre, ce qui vous lançait dans des choix réducteurs, souvent jusqu’à choisir des moyens extrêmes pour faire vaincre votre point de vue.

   Maintenant, il vous faut cesser de juger, prendre conscience que chacun, selon son point de vue, a raison dans sa vérité, même si elle reste encore limitée, parce qu’elle lui sert à se rapprocher, par la compréhension de ce qu’il s’attire, de la Vérité absolue. Dans tout ce qu’un être incarné croit, réside une facette de la Grande Réalité qui s’exprime dans le Cosmos, parce que tous les aspects de la Vie s’expriment entre deux pôles. Ce que chacun croit ou dit savoir ne représente jamais que la part de cette Réalité infinie qu’il parvient à percevoir, à ressentir ou à capter, selon les filtres qu’il maintient et qui diluent la Lumière totale.

   Dans ce processus évolutif de l’autre, vous n’avez jamais à vous engager, à prendre parti, à vous opposer, car, alors, vous vous engagez dans des schèmes réducteurs, vous niez une part de votre Essence spirituelle, vous tentez en vain de vous extraire de votre Entité collective avec laquelle vous ne faites qu’Un. Sans vous fermer à l’avis d’autrui, vous ne gagnez pas davantage à vous laisser convaincre qu’une vérité extérieure prévale sur la vôtre, lui soit supérieure, ce qui ne peut que vous dépersonnaliser ou vous dévoyer sur votre propre Voie ascensionnelle. Vous devez transcender les réalités contingentes et vous maintenir au-dessus de la mêlée, en exprimant sans cesse l’Amour, qui finit toujours par réconcilier les opposés apparemment les plus irréconciliables.

   De toute manière, en raison des nouvelles dispensations ou effusions de la Lumière divine, vous ne pouvez que commencer à constater que vous ne pouvez plus maintenir votre attention sur des réalités de basse vibration, par exemple vénérer des personnages, des théories, des idéologies qui entretiennent les vieux schèmes, servir des organisations et des gouvernements qui ont oublié le bien commun et qui ne se servent plus qu’eux-mêmes, qui propagent la division, qui entretiennent la séparation.   Comme vous ne pouvez plus maintenir de faux liens, de fausses croyances ou élaborer des plans qui visent à les perpétuer, car, plus ou moins rapidement, vous vous attirez des ennuis, vous vous dévitalisez, vous vous enlisez, vous vous enfoncez plus profondément dans vos petits drames. Vous ne pouvez plus que vous situer dans la Grande Lumière qui vous démontre, dans une perception spiralée et multidimensionnelle, que tout fusionne entre les deux Pôles de la Manifestation universelle.

   À l’intérieur du Plan divin, chacun peut accomplir de bien grandes choses dans la mesure que, retrouvant son unité avec l’Absolu, se libérant de ses fausses croyances et de ses jugements limités, abandonnant la lutte, élargissant la notion qu’il a de lui-même à la Véritable Infinité qu’il représente, récupérant son pouvoir créateur, il redevient Cela qu’il a toujours été, un Co-créateur avec Dieu. Or, co-créer avec Dieu passe par l’Alliance du Vouloir de la portion incarnée et du Pouvoir de la Monade spirituelle. En cela, le Pouvoir répond toujours au Vouloir dans la mesure que ses choix se conforment aux lois naturelles et aux Principes cosmiques.

   Souvent, vous vous êtes sentis seuls sur Terre, comme si tous les autres êtres vous avaient abandonné ou comme si le Destin s’acharnait sur vous pour vous perdre. Or, ne peut se sentir seul que celui qui s’y prend seul parce qu’il mésestime l’infinité du Pouvoir du Centre divin ou de l’Atome spirituel qui l’habite, qui détient pourtant une Puissance égale à celle de son Créateur. Souvent, le sentiment d’être abandonné à son sort habite celui qui s’obstine dans ses mensonges, ses fausses conceptions, ses faux liens, ses visées régressives, ses marécages, au lieu de rester à l’écoute de son âme, pour choisir de réaliser, en priorité, le Plan qu’elle a déterminé pour lui. Ou, interprétant tout à travers les filtres de son mental, il en vient à croire que le dialogue entre son âme et lui-même finit toujours par s’interrompre.

  C’est le problème de celui qui interprète tout au pied de la lettre, au lieu d’en saisir l’esprit ou l’essence. C’est le problème de celui qui ne sait pas interpréter le sens de ses expériences immédiates, ce qui assure que l’incompréhension s’épaissit.

   Quel intérêt le Centre divin aurait-il à cesser d’informer son protégé sur la meilleure Voie à suivre pour parvenir à son accomplissement? Pourtant, quel intérêt aurait-il à continuer de lui répéter un message si son protégé ne l’écoute presque jamais, soit s’il ne lui prête l’oreille que lorsqu’il sombre dans le plus complet désarroi?

   Au départ, il faut savoir que le Centre divin ne profère pas à travers de forts cris ses messages, il les murmure amoureusement, les répétant encore et encore. En outre, il ne s’abaisse jamais à parler le langage de l’être incarné, trop souvent plus à l’écoute de sa raison que de son cœur, puisque son rôle consiste à l’élever sans cesse sur les plans de la Conscience cosmique. Il appartient donc au Terrien de réapprendre un langage qu’il a déjà lui-même parlé et compris, celui qui lui a donné l’Être, qui fait qu’il Est Cela qu’il est. Il s’agit du langage des archétypes, des symboles, des intuitions, des ressentis, qui finissent toujours par devenir des faits d’expérience, agréables ou désagréables, chez celui qui n’a pas su capter, au bon moment, la direction qui lui était indiquée ou la planche de salut qui lui était tendue.

   À la source de tout ce qu’un être vit d’éprouvant ou d’effrayant, il n’y a jamais d’intervention perfide de son Centre divin, il n’y a jamais négligence ou abandon de sa part, il n’y a que l’opacité qui résulte de l’ignorance de celui qui se débat seul dans un monde qu’il tente de contrôler, ce qu’il ne parviendra jamais à faire, parce qu’il ne représente qu’un Vouloir au service d’un Pouvoir dont, en général, les aspirations diffèrent grandement.

   Vous savez que vous êtes un Être d’Amour et de Vérité, en quête de la Grande Sagesse, si vous vous désintéressez toujours plus des schèmes du vieux monde, si vous aspirez à une existence de Vrai Bonheur, si vous percevez l’intensification des Énergies divines qui enveloppent la Terre et si, jour après jour, vous agissez comme un Artisan de Paix, un Veilleur silencieux confiant dans le Destin du monde, ce qui stimule votre intention d’agir toujours mieux en Porteur incarné de la Lumière spirituelle. Il y a une raison à votre présence sur Terre au présent moment très crucial de son histoire, c’est que, malgré ce que vous pouvez penser de vous, nul autre ne pourrait jouer aussi bien et aussi efficacement le rôle qui est le vôtre.

   Aussi, ne laissez plus jamais le doute, la peur ou les inquiétudes vous remettre en cause dans vos compétences et dans votre qualité d’Être, ce qui est le moyen le plus astucieux des Forces sombres, qui redoutent votre influence, de limiter la puissance de votre rayonnement. Pour vous sentir moins seul dans la part des responsabilités de transmutation qui vous reviennent, restez uni à votre Centre divin, ressentez-vous comme une parcelle intégrante de l’Être collectif qu’est l’Humanité, fusionnez souvent en pensée avec l’intention ultime du Plan divin et celle de tous les autres Porteurs de Lumière. Au-delà des apparences ou des illusions, il n’existe que la Réalité de l’Absolu, dans laquelle la Création entière vibre, sans cesse, d’une existence extatique ou béatifique, de la Vie même de Dieu. Pour cette raison, ne prenez plus jamais les mirages pour la réalité, demandez plutôt à votre Centre divin de vous ramener dans cette Réalité d’Éternelle Félicité.

   Dans la Réalité divine qui vous donne l’existence, il ne manque rien, tout y est parfait. Vous avez choisi de traverser le Voile d’Illusion parce que vous vouliez prendre conscience de votre existence en tant qu’être individuel. Mais vous vous y êtes pris si mal et vous vous êtes égarés à ce point que vous en êtes venu à vous croire séparé de votre Source éternelle et des autres créatures, alors que vous ne faites toujours qu’Un avec le Tout. À cause de la dualité, les créations illusoires du mental, votre aventure dans la densité a fini par devenir un véritable cauchemar, tellement vous y avez souffert. Vous avez un jour plongé dans l’Illusion parce que vous croyiez obtenir quelque chose que la Réalité divine ne pouvait pas vous offrir. Sauf que, dans ce non-être, vous avez engendré l’horreur absolue d’un monde peuplé d’ombres et de diables et de multiples réincarnations pour expurger des karmas qui ne cessaient de s’accumuler parce que vous ne parveniez plus à liquider, d’une vie à une autre.

   Par bonheur, le Ciel a fini par entendre vos cris de détresse et vos appels au secours, et il vous a destiné une Cohorte d’âmes fortes et bénévoles, de Montreurs de Voie, pour vous aider à vous rappeler la manière de réintégrer le Foyer originel, cette Maison de Délices où il n’existe nul manque et où il n’y a jamais besoin de solutions de rechange, puisque tous vos désirs y sont immédiatement comblés. Cette Dispensation divine s’est accompagnée d’un Pardon intégral de vos errances passées, ce qui incluait l’annulation de vos karmas, une invention des faux maîtres qui avaient choisi de vous dominer et de vous asservir, en prolongeant votre enfermement dans les plans inférieurs de la Conscience cosmique.

   Maintenant, il ne vous reste qu’à vous réveiller, qu’à prendre conscience que vous n’habitez plus la troisième dimension, que vous n’avez plus rien à souffrir , à connaître ou à trouver, qu’il ne vous reste qu’à accepter que vous avez été recueilli de nouveau dans la Demeure du Père-Mère, à la manière de l’enfant prodigue, et que tous les vôtres, qui n’ont jamais quitté de plan d’éternelle Félicité, s’apprêtent à lancer la longue célébration de votre Divine Victoire, soit de votre Retour dans la Réalité divine.

   Gardez-vous de donner de la force aux images et aux rumeurs qui vous proviennent du monde extérieur, si illusoire, en refusant tout doute, toute peur, toute perte d’estime de vous-même. Doté de liberté, même d’un droit souverain, vous pouvez toujours refuser de croire que vous vivez dans un monde dangereux où une multitude de dangers vous menacent, alors que, en réalité, vous vivez au Sein même de l’Absolu, un gage de sécurité constante. Reprenez votre pouvoir personnel et ne vous fiez plus qu’à votre Conscience intime, qu’à ce qui représente la vibration la plus élevée de Cela que vous représentez, un Fils de Dieu tout-puissant. Dès lors, sans votre propre consentement tacite ou explicite ou hors des transgressions qui résultent de votre ignorance, vous ne pouvez jamais être menacé, attaqué, être diminué, subir une perte, risquer ceci ou cela.

   Cessez de nier et de vous renier, centrez votre attention sur ce qui va, plutôt que sur ce qui ne va pas, sur ce qui est possible plutôt que sur ce qui est impossible; sachez vous aimer, vous apprécier, vous féliciter… et remercier sincèrement la Vie pour ses si nombreux bienfaits, ce qui n’engendre que leur multiplication. Vous devenez ce que vous croyez être et vous réussissez ce que vous croyez pouvoir.   En ce moment, pour vous être libéré des entraves de votre conscience limitée et pour avoir récupéré vos forces intimes, votre périple ascensionnel a repris sa vitesse de croisière naturelle. Vous vivez dans une énergie qui vous favorise en tout, dans la mesure que vous évitez de laisser vos pensées et vos sentiments vous ramener dans vos peurs et vos doutes du passé, ce qui ne peut, plus que jamais, vous compliquer l’existence. Plus vous évoluez dans une Énergie pure, plus vous devez vous démontrer vrai et amoureux, agir en pleine conscience.

   Tout redevient possible pour celui qui aspire à retrouver son origine céleste. Mais il doit comprendre le sens de ce que signifie l’énigme de naître et de renaître de nouveau, ce qui n’est pas à prendre au pied de la lettre. L’être humain vit dans un monde virtuel, un monde d’Illusion, qu’il prend pour la réalité. Pour avoir oublié le bonheur de son Pays d’origine, dont il ne garde qu’une vague nostalgie, il ne pense plus qu’à satisfaire ses besoins primaires, moins ses besoins existentiels, convaincu que la science va finir par lui donner ce qu’il cherche, y compris l’immortalité physique. Quelle erreur que d’en venir à penser qu’il pourra finir par remplacer l’irremplaçable par la multiplication des éléments accessoires. L’Essentiel, reste le Ciel, soit le Retour au Foyer originel, au Paradis terrestre, par la Fusion du Ciel et de la Terre. En cela, la Clef des Clefs reste l’Amour, l’Énergie divine même de la Vie, qui incline sans cesse vers le changement, la transformation, le renouveau. Car c’est l’Amour qui permet d’Être vraiment, soit de vibrer au rythme même de la Grande Vie, dans laquelle rien ne manque, dans laquelle Tout Est, à chaque instant! Mais cette Vérité reste trop simple pour un mental qui n’apprécie que les complications et les inutiles supputations. C’est à croire qu’il n’y a que les êtres de cœur qui finiront par saisir le message et opérer, en toute facilité, leur Salut. Tout est la Manifestation de l’Amour de l’Absolu. Il n’y a que celui qui le comprend qui peut réintégrer le Bonheur infini de se conformer au Plan divin, un Grand Jeu amoureux qui n’a pas d’autre finalité que de révéler tous les aspects de l’Absolu à travers une Éternité particulière.

   Chaque chose et chaque être détiennent un but dans l’ensemble planétaire, même dans l’Économie cosmique. En cela, il n’y a pas de meilleur ni de pire, de grand ou de petit, d’être avancé ou d’être moins évolué. Tout est exactement là où cela doit être afin que les changements qui s’imposent, dans le Mouvement éternel, se produisent à la bonne heure. Chacun peut mener une existence heureuse dans la mesure qu’il sait étendre la reconnaissance de son Être à la Réalité plus vaste, même infinie, qu’il représente, à un moment où tous les possibles redeviennent possibles, à un moment qui permet d’accomplir de bien grandes œuvres, qui assure d’Être pleinement de nouveau.

   Votre quête de sens à votre vie exprime votre aspiration à retrouver votre état divin originel, cet état sublime auquel, dans le monde d’illusion, vous n’avez plus accès. En tant qu’être humain incarné, vous vous retrouvez dans un tel état de limite et de fermeture que le concept même de l’Amour de l’Absolu, surtout à votre endroit, vous échappe au point que vous avez du mal à y croire. Dès lors, vous vous retrouvez dans un état de désir indicible, plutôt soucieux et angoissé, qui peut vous mener au désespoir lorsque vous appuyez trop sur votre sentiment d’être minuscule, impuissant, dépourvu, insignifiant, de bien peu de valeur dans le Grand Schéma global de la Création.

   C’est ce qui explique que, pour compenser, regagner un peu d’estime de vous-même, à défaut de pouvoir vous aimer et vous apprécier à votre juste valeur, vous avez développé un ego, parfois surdimensionné, qui vous pousse de la concurrence à la rivalité afin de parvenir à vous percevoir et de vous faire reconnaître comme un être valable, spécial, noble, apte, compétent, dans votre tentative désespérée d’échapper à l’apparente réalité de votre complète insignifiance.

   Pourtant, vos dérives et vos errances n’ont jamais pu empêcher que la Flamme divine de l’Amour infini de votre Père-Mère continue de briller, vous ramenant peu à peu la Lumière dont vous aviez besoin pour vous tirer ce cauchemar de votre propre création et remonter à votre Foyer originel de manière à y retrouver son amoureuse étreinte. L’Amour divin vous a toujours accompagné, mais dans votre sentiment de séparation, vous préfériez l’oublier, même l’ignorer, plus enclin à participer aux peurs et aux distractions de votre création imaginaire qui, dans le peuplement si varié que vous avez fini par engendrer, ont fini par vous convaincre qu’elles étaient réelles et valables, malgré leurs apparences souvent menaçantes.

   Mais ce cauchemar, dans lequel ont si longtemps alterné les petits bonheurs et les grands drames, achève dans le compte à rebours du Grand Réveil qui va, plus ou moins bientôt, se produire, parce que, à votre insu, la Lumière d’Amour et de Vérité, qui a fini par traverser le Voile d’Illusion, et qui ne cesse de croître, va produire la transition de votre planète et de tous les objets et de toutes les créatures qu’elle héberge. Et cela se produira d’autant plus vite que vous reconnaîtrez que vous vivez dans un monde qui n’est qu’une fiction qui a fini par se densifier, mais qui se dissoudra dès que le dernier des vôtres cessera d’y croire.

   Tout dépend du regard de chacun, car ce qu’il regarde ne compte pas, n’a pas de réalité. Ainsi, dans la même chose, la même situation ou le même événement, chacun peut y voir l’horreur ou l’ineffable, le néant ou l’absolu, le diable ou Dieu, le mal ou le bien ou simplement, le Plan divin qui se déploie, la Création qui poursuit son But. Tout est dans l’œil de celui qui regarde, dans le plan de l’Illusion, parce qu’il s’est extrait de l’extase de l’Amour divin.

   Votre degré d’Amour pur, donc d’Amour vrai et sincère, impersonnel et inconditionnel, est le gage de recevoir l’estampille du passeport qui permet de franchir un nouveau Portail, dans la Spirale ascensionnelle. Alors, si vous aspirez au Bonheur vrai et si vous ne vous occupez pas d’autre chose, veillez au moins à grandir sans cesse en Amour, à redevenir l’Amour, à redécouvrir l’Amour que vous êtes.

   La Réalité divine représente votre Foyer véritable, même éternel, mais vous avez mis tant d’effort à engendrer le Voile d’Illusion et à vous convaincre de l’avoir quitté pour mener vos expériences individuelles  — ce qui n’est pas le cas — que vous ne pouvez que reconnaître, par l’absurde, dans cette réussite éclatante, qui entretient en vous un sentiment de séparation d’avec l’Absolu ou de coupure avec le Ciel, l’étendue de votre Pouvoir inné, de sorte que, pour le reste de votre aventure, vous pouvez imaginer ce qu’il vous est possible d’accomplir. Car vous détenez autant de pouvoir pour engendrer les illusions que pour vous rétablir consciemment dans votre Réalité primordiale et pour accomplir toutes les magies du monde.

   Quand vous mettez beaucoup de temps dans les manifestations égoïques et égoïstes insignifiantes ou dans l’entretien des apparences, à défaut d’accomplir ce que vous êtes venu faire sur Terre, souvenez-vous que vous devenez l’otage ou l’esclave de ce que vous laissez monopoliser votre attention, vous asservir. Et plus vous entretenez l’illusion de ce faux bonheur, plus vous vous écartez du Bonheur véritable.

   L’Ancien Testament, d’inspiration patriarcale, est révolu; le Nouveau Testament a été tellement falsifié que vous ne pouvez plus y reconnaître l’inspiration de Jésus. Alors, il ne vous reste qu’à trouver, au plus profond de vous, le Troisième et Dernier Testament, celui qui vous révélera la Révélation pleine et entière de l’Être. Vous croyez beaucoup savoir, dès que vous accédez au moindre petit filet de Lumière, mais cet apparent savoir n’est qu’épaisse ignorance, inculquée de génération en génération, qui vous prive de la seule quête qui compte : celle d’Être tout simplement, celle de reconnaître Qui-Vous-Êtes vraiment dans votre Réalité divine intangible. Vous n’êtes vraiment que lorsque vous Êtes pleinement, plutôt que partiellement. Vous êtes un Christ vivant, soit la fusion de la Sagesse du Père divin et de l’intelligence de la Mère céleste dans la Matière. Mais vous n’êtes pas votre corps, et la Terre n’est pas votre Demeure finale, elle est un champ d’expérience pour vous redécouvrir dans votre Gloire et votre Puissance infinies. Vous vous élevez de plus en plus vers la Porte lumineuse de la Jérusalem céleste, pour y entrer comme chez vous, car vous n’en êtes jamais sorti, en abandonnant votre faux savoir et en retrouvant votre Être.

   C’est lorsque vous renoncez à la résistance, aux peurs, aux doutes, aux fausses croyances, que vous pouvez reconnaître votre Puissance innée et concevoir des solutions à vos problèmes que vous ne pouvez même pas imaginer, parce que le Vrai Savoir ne réside pas dans l’entendement, que vous savez limité, mais dans l’intuition et les ressentis qui émanent du cœur. Tant que, par incompréhension, vous vous cantonnez dans les tentatives de contrôle et les jeux de domination, vous ne pouvez absolument pas accéder à votre Être. Vous ne pourrez que vous complaire dans d’interminables recherches tant que vous n’acceptez pas simplement d’être pour comprendre Qui Vous Êtes et accepter de le redevenir, mieux de l’Être. Vous êtes déjà ce que vous cherchez à être, alors laissez-le être et vous tirer de toutes vos quêtes inutiles et allez à la rencontre de votre Essence incarnée. Cessez de vivre dans l’abnégation de Qui Vous Êtes pour être pleinement Qui Vous Êtes et vous ne tarderez pas à faire la différence entre l’Enfer et le Paradis.

   En ce moment, vous avez le sentiment d’être dépourvu de but dans la vie parce que vous continuez de poursuivre des buts individuels très égoïstes alors que ce à quoi vous êtes appelés, c’est à partager votre Savoir et à aider vos semblables à la traîne, afin d’unifier l’humanité dans une communion d’intention libérée des fausses croyances, de la peur des différences, des délimitations arbitraires, des frontières fictives, des allégeances religieuses, politiques et nationales désuètes. Tout engagement partiel ou individualiste, motivé par le bon plaisir, qui vous porte à n’agir que lorsque cela vous convient, vous lie à l’ancienne Terre et vous écarte d’autant de la Terre nouvelle. Vivre dans le Monde nouveau, cela signifie choisir d’instant en instant une nouvelle forme d’existence dégagée de la peur, de l’égocentrisme, de la quête de survie, de l’appât du gain et de l’envie de pouvoir, des attentes d’autrui, pour les remplacer par les réalités qui vous tiennent vraiment à cœur et qui peuvent changer toute votre vie, sans plus jamais choisir de retourner en arrière, parce qu’elles vous aident à grandir en Amour, à servir le bien commun, à favoriser partout l’Unité, à révéler la version la plus élevée de Qui Vous Êtes.

   Dans l’énergie présente, choisir l’inconscience et le maintien du statu quo revient à vous engendrer une réalité quotidienne toujours plus difficile, jusqu’à l’extrême s’il le faut, afin que vous vous réveilliez aux exigences du Monde nouveau. Tout va concourir à réduire l’emprise de l’ego, qui porte toujours davantage à l’autosatisfaction, et à ouvrir le cœur, afin qu’il s’y trouve une place pour les autres. Car l’âme de chacun, qui est pure intelligence de la Source divine connaît et impose le respect des nouvelles règles de des nouvelles lois, qui assurent l’expansion de l’Amour, afin que chacun sente et reconnaisse qu’il ne fait partie que d’Un Seul et Même Être. Nul ne peut plus vivre dans l’inconscience et négliger la part de responsabilité qu’il détient dans l’accomplissement de la collectivité humaine, car Un est pour Tous.

   Tant que vous vivez sur Terre, vous sacrifiez beaucoup à votre personnalité, que d’autres appellent l’ego. Et il est si difficile de faire autrement que, même celui qui croit vivre à l’écoute de son âme, se met plus souvent au service de ses sentiments, de ses émotions, de ses pulsions ou de ses réactions viscérales que de ses ressentis ou de son intuition. La confusion dans ce domaine perdure plus longtemps que ne le voudrait celui qui aspire à la libération de toutes les servitudes, à l’accession à sa Maîtrise spirituelle. Et c’est ce qui explique que, plus ou moins consciemment, un être reste davantage à la remorque de ses désirs ou de ses réactions primo primi qu’à l’accomplissement de ses aspirations supérieures qui, seules, font vraiment sens. Tant que la personnalité règne en maître, chacun reste un serviteur ou un esclave, plus qu’un être libre, car il vit dans l’illusion des apparences, auxquelles il accorde une réalité qu’elles n’ont pas et n’auront jamais. Car tout ce qui est accordé à l’entretien des apparences et d’un faux bonheur ne mène pas au Paradis, mais enfonce chaque jour un peu plus dans la densité et la dualité, ce qui explique la perpétuation en vain des drames, des peurs, des souffrances, bref de tous les maux. Un beau jour, chacun gagne à se demander à quel point il investit dans les apparences par rapport à ce qu’il investit dans la Quête de l’Être, car il y trouvera la réponse à ses difficultés et à ses problèmes récurrents. Si un être investissait vraiment dans ce qui compte, la réalisation des aspirations de son âme, il ne se libèrerait rapidement des complications, parce que l’âme ne cherche qu’à ramener l’être incarné dans la Béatitude de la Vie réelle, qui est Amour, Vérité et Unité, dans l’Extase de son État originel.

   La spiritualité n’est pas un système religieux ni une philosophie spéculative, ni une tradition culturelle, elle n’a rien à voir avec les croyances, les cultes, les dogmes particuliers, elle exprime la manière innée d’être de celui qui se sait un élément intégral du Grand Jeu amoureux du Créateur.   Ainsi, elle ne représente rien d’autre que la fonction naturelle de l’être humain, son mode de vie naturel quand, au lieu de vivre d’illusions et d’impostures, toujours en quête de plaisir, il cherche à fusionner ses dimensions en se prenant en charge dans son corps, dans son âme, par son Esprit divin. Elle consiste simplement dans la reconnaissance que l’être humain ne vit pas une expérience spirituelle, mais qu’il est un être spirituel qui a choisi temporairement l’expérience humaine, ce qui lui impose un renversement de ses valeurs pour redécouvrir Qui Il Est Vraiment. Or, tout est spirituel, en tout et partout.

   En spiritualité, tout commence par la reconnaissance de son Centre divin, qui est sa Source unique, et tout se poursuit dans l’abandon à sa guidance. La spiritualité représente donc la redécouverte de sa Réalité véritable d’être composé d’un corps, d’une âme (le lien entre l’Esprit divin et le corps) et d’une Monade spirituelle ou d’un Atome spirituel, communément appelé l’Esprit de Vie, une Instance lumineuse dotée de tout Savoir, de toute Puissance, de toute Gloire, de toute Félicité, qui ne demande qu’à se révéler et à investir tout l’être incarné, au cours de ses expériences en incarnation.

   Un être sait qu’il a renoué ce lien avec son Esprit de Vie, qui transforme son état à tous égards, lorsqu’il se sent vraiment libre et qu’il vit en permanence dans la joie sereine. Car au fur et à mesure que cette Source d’énergie élève le taux vibratoire de l’être qu’elle habite, elle le délivre de l’ego, des faux liens, des résistances, des peurs, des fausses croyances, lui révélant la Réalité divine telle qu’elle est. La spiritualité redevient ce qu’elle aurait toujours dû être, un simple mode de vie des plus naturels, surtout par l’abandon à la Vie, l’expression de l’Amour, la compréhension de ses expériences du moment présent, l’intériorisation et la méditation. Elle rappelle que tout détient un sens et que tous les possibles restent éternellement possibles.

     L’homme est le Chef-d’œuvre de la Création. «Depuis quand nos désirs seraient-ils devenus la mesure du réel ? Et du reste comment ferait le réel pour se plier à la multiplicité contradictoire de nos désirs?»   «Seul le fantastique a des chances d’être vrai.» «La seule religion acceptable pour l’homme est celle qui lui apprendra d’abord à reconnaître, aimer, et servir passionnément l’univers dont il est l’élément le plus important.» «Dans notre conscience, à chacun de nous, c’est l’Évolution qui s’aperçoit elle-même en se réfléchissant…» (Propos inspirés de Pierre Theillard de Chardin)

   Être un Maître, cela signifie s’exprimer dans la liberté, la souveraineté, donc dans l’indépendance et l’autonomie, tout en restant solidaire et fraternel, ce qui revient à être pleinement plutôt que de jouer divers jeux. En conséquence, peu d’êtres humains peuvent prétendre à ce titre, même s’ils se l’attribuent ou s’en affublent, parce que, plus ou moins consciemment, ils sont encore pris dans des jeux, notamment dans ceux de la projection et de la réaction. Le Maître est dans l’Amour, ce qui lui assure d’être lui-même, de ne plus s’adonner à quoi que ce soit qui est du ressort des besoins et des émotions humaines, pour autant nul ne confond le sentiment (ordre de l’eau, chakra sexuel) et l’émotion (ordre du feu, plexus solaire), le dernier représentant un sentiment excessif par réaction, donc une perte d’équilibre. Or, un Maître ne connaît jamais de déséquilibre, si ce n’est qu’en apparence, dans un but salutaire pour ceux qui l’accompagnent.   Si vous vous observez objectivement, vous devrez reconnaître que, plus souvent qu’autrement, vous jouez encore à des petits jeux très humains au lieu d’être totalement vous et de ne plus accorder aucun crédit aux pensées conflictuelles que peuvent comporter les relations humaines. Et si vous entretenez encore des pensées conflictuelles, c’est parce que vous n’avez pas encore compris ou reconnu une vérité qui vous gêne, au plus profond de vous, dans le reflet ou le retour de certains êtres qui ne répondent pas à ce que vous maintenez ou supportez de votre propre image encore ternie, encore chargée d’éléments sombres. Vous gagneriez à entrer de plus en plus profondément en vous, sans vous chercher dans une vérité présumée, donc dans une croyance, soit dans une fausse certitude qui n’est pas une vérité.

   Aujourd’hui même, un monde nouveau s’offre à vous, multipliant par sept l’énergie du Grand Tournant de 2012, ce qui laisse entendre que des possibilités nouvelles, infinies, s’offrent à vous. Sauf que, présentement, deux matrices subsistent en juxtaposition, nourries par des égrégores différents : la première, qui représente la survivance de la trame ancienne, nourrie par la peur; et une deuxième, celle du Monde nouveau, alimentée par l’Amour pur, qui comporte une loi exceptionnelle, celle de l’État de Grâce, qui vous permet de collaborer avec le Créateur et les esprits de la Nature. En ce moment, vous devez choisir laquelle de ces deux trames vous voulez continuer de nourrir, parce que, dès que vous vous concentrez sur l’une d’elles, l’autre vous échappe, vous donnant l’impression de ne plus exister, de n’avoir jamais existé, de ne plus pouvoir exister. Si vous persistez à nourrir l’ancienne trame, vous vous condamnez à d’autres réincarnations dans un véhicule modifié, soit amélioré, mais qui n’éliminera pas tous les défis et toutes les souffrances. Si vous vous élevez dans la nouvelle trame, vous vous détacherez toujours plus du monde matériel, régi par la dualité, et supporté par l’Amour vrai, vous accéderez, à votre rythme, aux dimensions subtiles de votre propre Être divin. Dès lors, votre âme pourra intégrer des compétences nouvelles liées à la clairesentience, à la clairaudience et à la clairvoyance, même la projection animique, la décorporation (projections hors du corps), pendant que votre corps obtiendra des soins de Lumière pour l’aider à renaître et ressusciter, ce qui vous assurera de vivre dans la Vérité, Source de Sérénité et de Béatitude.

   Le Cosmos, comme l’Univers, vous parlent sans cesse, sauf que vous ne prenez, pour des messages de leur part, que ce que vous lisez ou entendez en mots, alors que les Instances supérieures parlent d’abord en vibrations, qui portent des messages sonores. Dès que vous écoutez attentivement le silence, vous parvenez plus ou moins bien, selon votre degré de conscience, à en percevoir quelque chose. Mais, pour y arriver, il vous faut préférer fréquenter la Nature, loin des rumeurs des villes et du monde, à écouter vos appareils de transmission, les médias, les autres, certaines organisations, vos pasteurs et prédicateurs qui, pourtant, comme vous, ont perdu le contact avec le Son du Verbe divin. Vous trouverez la Vérité de Dieu dans les sons et les archétypes, pas dans la voix de Maîtres, d’anges ou d’autres entités subtiles captée par votre audition subtile. Chaque fois que vous écoutez attentivement le silence, sans formuler de question ni exprimer d’attente, vous ressentirez détenir un lien avec le Tout et vous recevez déjà un message de l’Au-delà très pertinent pour ce qui vous concerne et, surtout, tellement plus sûr que les messages de vos guides et instructeurs terrestres. Vous finirez même par entendre le propre Chant de votre âme dans le Concert du Chant de l’Absolu.

   Les mots peuvent tout, ils peuvent tuer comme ils peuvent transmettre plus de Vie. Les mots peuvent blesser aussi sûrement que la pire des armes, comme ils peuvent agacer, blesser, rabaisser, semer le doute celui qui ne sait les traiter, les assimiler, les traiter, les accepter ou les rejeter. Les mots peuvent blesser autant par l’intention de l’émetteur que par l’interprétation du receveur. C’est pourquoi il faut accorder de l’importance à ce qu’un autre veut partager avec soi dans l’Amour, mais, le plus souvent, se ficher de ce que les autres projettent dans ce qu’ils ne veulent pas reconnaître d’eux-mêmes ou de ce qu’ils expriment à travers le filtre de leur compréhension limitée.

   Chacun gagne à se méfier des fausses informations ou des fausses interprétations que chacun, y compris lui-même, peuvent leur donner. Ainsi, on parle souvent du «Grand Événement» qui deviendrait de plus en plus imminent, qu’on annonce depuis des années, mais qui ne finit jamais par se produire. Et ce n’est pas que ce Grand Événement n’existe pas, mais qu’on lui accorde un sens et un impact qu’il n’a pas et n’aura jamais, car le Salut du Monde ne viendra pas de l’amélioration soudaine des conditions du monde de la densité, pour toujours fondé sur la dualité. En fait, le temps du Grand Événement arrive, justement, car il exprime que, tel que Jésus l’avait promis, le moment est venu, pour ceux qui sont prêts, de revenir à l’Amour. Car, en ce moment même, et déjà depuis quelques mois, l’Absolu bombarde le système solaire de sa Lumière amoureuse, ce que tout cœur ouvert peut reconnaître. À l’approche de l’équinoxe du printemps, une grande vague d’amour galactique parcourt les bras spiralés de la Voie lactée, engendrant un alignement de divers Portails stellaires cosmiques, enveloppant la Terre des fréquences du changement, dissolvant une large part du Voile d’Illusion ou les barrières dimensionnelles, pour ouvrir davantage la conscience de chacun et préparer son cœur à un nouveau mode de vie. Autrement dit, elle amorcera la révélation des secrets de la Transformation radicale à laquelle les habitants de la planète sont prêts.

   Quant à l’autre Grand Événement, prévu pour bien plus tard, il concerne l’Ascension collective de la planète et de ses habitants. Mais, pour qu’il se produise, il faudra que chacun attende que l’intensité de la Lumière divine habite suffisamment la planète Terre pour y avoir préparé toutes les consciences. Ainsi, pour le moment, chacun préférera croire que pour lui, si tel est son choix, l’Ascension peut se produire dans sa présente existence, comme cela reste possible pour tous ceux qui feront le même choix que lui. Sauf que nul être incarné ne peut produire ce phénomène spirituel, il ne peut que le laisser se produire en s’ouvrant à la Lumière divine et en entrant, tout abandonné, dans la Danse de la Vie. Car cette Lumière offre, pour celui qui sait l’accueillir, l’Amour inconditionnel, avec la Béatitude, tout en favorisant l’acceptation complète de ce que chacun est dans sa Réalité spirituelle. Il s’agit d’ouvrir son cœur et de vibrer à la fréquence de son Cristal intérieur pour qu’un être se redécouvre Cela-qu’il-est-vraiment et qu’il vive l’État de Grâce permanent.

   Sachez que, dans votre nouvelle mission, celle de produire en silence la contagion de l’Amour, vous n’êtes pas forcément appelé à poser de grands actes extérieurs, l’exploit ou l’héroïsme ne représentant généralement que des concepts intellectuels individuels sur la manière dont le changement devrait se produire. Vous pouvez être assuré que les vrais héros ne sont pas ceux que l’on vous fait célébrer, mais ceux qui, sans autre intention que de servir Dieu à travers eux-mêmes et l’humanité, accomplissent avec cœur leur devoir quotidien, centrés sur le moment présent. Ici, «avec cœur» signifie le cœur ouvert pour exprimer l’Amour inconditionnel en répandant partout la compassion, la compréhension, l’acceptation mutuelle et propager une Lumière d’Espoir à travers les drames du monde. Toute grande mission commence par la récupération de sa liberté et de son pouvoir intime, pour exercer sa souveraineté personnelle et produire toujours plus de Magie autour de soi.

   La vie devient ce que vous en faites selon que vous considérez davantage l’aspect négatif que l’aspect positif de chaque expérience dont les conséquences ne font que vous révéler votre degré de maîtrise de votre propre univers. Nous vous l’avons déjà souvent répété, considérer le monde dans ses aspects négatifs ou positifs ramène dans l’opposition de la dualité, ce qui sous-entend, la lutte au quotidien. Et que peut produire la lutte, si ce n’est plus de lutte, en changeant simplement le mal de place, puisqu’une leçon n’a pas été comprise et intégrée? Dans la vie, ne tentez plus, comme certains vous l’enseignent, de vous montrer positif, quand vous vivez un événement négatif. Démontrez-vous plutôt constructif, en considérant l’aspect négatif de chaque expérience pour saisir comment vous pouvez le rendre positif dans la compréhension et la dissolution de l’aspect sombre que vous entretenez. Autrement dit, voyez partout la Lumière divine qui fait son expansion, car, au-delà des apparences, rien d’autre qu’elle n’a jamais existé, n’existe et n’existera jamais. Tout est et devient Lumière pour celui qui sait la reconnaître dans chaque retour ou chaque conséquence qui exprime le degré d’adéquation ou d’inadéquation à la vie du moment. Mais tout retour, donc toute conséquence, agréable ou désagréable, résulte d’un choix personnel conscient ou inconscient. Dans la vie, le Bonheur de chacun est proportionnel au degré de conscience qu’il atteste dans le plan qu’il explore. L’univers de chacun reflète ce qu’il connaît de lui-même comme ce qu’il n’ose pas en découvrir.

   Nul n’a vraiment peur de la mort, il redoute plutôt la vie, parce qu’il ne sait pas vivre, tirer de la vie le maximum de ce qu’elle offre. Chacun est bien davantage effrayé par la puissance de sa Lumière que par sa part d’obscurité parce qu’elle l’invite à penser grand, plutôt à jouer le Grand Jeu de la Vie, à la manière de son Créateur. Pourtant, chacun naît et renaît dans un seul but, celui de manifester la Gloire de Dieu qui l’habite, ce à quoi aucun être humain n’échappe et ne pourra échapper. La Gloire de Dieu invite chacun à briller de toute sa Lumière originelle. Mais il faut beaucoup de courage et de ténacité pour parvenir à accepter de vivre le Plan divin de Lumière inscrit au plus profond de chacun parce que, dans la matière, les diversions et les distractions futiles sont si nombreuses.

   Les aspirations de votre âme contiennent votre projet de vie, à l’intérieur du Plan infini de l’Absolu, et elles vous révèlent le sens de la Vie, de sorte qu’elles représentent la seule réalité qui vaille la peine d’être vécue, d’une incarnation à l’autre. C’est à l’intérieur de chacun, non à l’extérieur, qu’elles s’expriment et se révèlent dans le silence ou le vide du mental. Rien n’importe vraiment que cela qui vibre au-delà du Voile d’Illusion. Dans la vie de chacun, tout changement dépend de lui et il commence par une transformation au moyen de la Lumière divine qui l’habite. C’est pourquoi il importe autant que, par l’Amour, il devienne conscient de sa force, de sa puissance, de sa Vérité. En cela, il gagne à se souvenir que le fait de ressasser les souvenirs de ses expériences sombres ou pénibles, de s’en plaindre, de ruminer ses problèmes, ne peut que le maintenir du côté sombre de l’existence et l’enfoncer toujours plus profondément dans la souffrance. C’est la raison pour laquelle, un beau jour, il lui faut décider de les oublier et, surtout, de se les pardonner sincèrement, puis de pardonner à tous, oui, jusqu’à l’oubli, de sorte qu’il ne subsiste plus le moindre obstacle à son expansion. En cela, celui qui affirme qu’il pardonne ou qu’il se pardonne, mais qu’il n’oublie pas, n’a jamais qu’à moitié pardonné, parce qu’il persiste à retenir quelque chose contre lui-même ou contre autrui.

   Une bonne manière de se tirer de la dualité, c’est de cesser d’étiqueter les expériences en bonnes ou en mauvaises, par référence aux notions de Mal absolu ou de Bien ultime. Chacun peut y parvenir en cessant de parler d’expériences sombres, par rapport aux expériences lumineuses, ce qui entretient autant la dualité. Il gagnera à plutôt parler d’expérience de basse fréquence, par rapport à celles de haute fréquence, à travers les plans de la Conscience cosmique. Tout se produit à l’intérieur d’une gamme dont chacun ne peut se tirer qu’en découvrant le secret de l’octave, soit de l’ajout d’une note supérieur qui permet de passer d’une gamme à une autre, soit d’une dimension à une autre. Peu de gens peuvent y arriver seul, c’est pourquoi chacun gagne à appeler l’aide d’un être situé plus haut que lui sur l’Échelle cosmique, soit un être qui connaît chaque pallier d’accès pour avoir exploré la Voie avant lui. Mais, comme il doit reconnaître les enseignants authentiques des prétentieux ou des faussaires, il doit recourir à son discernement, écouter longuement la voix de son cœur, prendre conseil auprès de son Centre divin.

   Vous vivez présentement le Moment des moments, celui de votre accès à un plan de conscience supérieur qui peut, pour toujours, vous libérer des aléas de l’expérience matérielle dans la dualité. Vous pouvez traverser les résidus du Voile d’Illusion au moment de votre choix, passer la ligne d’arrivée et passer à autre chose, comme vous pouvez préférer continuer d’y approfondir certaines lois que vous maîtrisez encore mal, puisqu’il s’agit d’un secteur de libre arbitre indéniable. Il n’est pas dit que ce dernier choix ne pourrait pas vous imposer une déportation dans un autre monde de densité égale à l’ancienne densité de la Terre. Sauf que le choix vous appartient de vous maintenir dans les illusions, source de faussetés et les demi-vérités, comme vous pouvez réintégrer le Monde de l’Amour et de la Vérité, en vous souvenant que tout choix comporte ses conséquences. Ce qui importe, c’est que, pour ceux qui en ont assez de la douleur et de la souffrance, il existe désormais une porte de sortie, qui donne accès au Monde nouveau. Elle se situe à l’intérieur de vous quand, pour avoir renoncé à la poursuite de votre expérience dans la densité, vous fermez les yeux au monde extérieur et à ses distractions multiples et plongez au plus profond de vous, afin de fusionner avec votre Lumière intime. Le Soleil diffuse un nouvel aspect de la Lumière divine, dont nul ne peut contrer les effets, mais qui inculque une puissante poussée ascensionnelle, ce qui pourrait désormais grandement compliquer les choses pour ceux qui s’installeront dans la résistance, la peur, le doute, l’hésitation. Car la Lumière consume ce qui s’oppose à elle. Il ne s’agit pas d’une menace de sanction divine, mais de l’expression d’une vérité inaliénable qu’un Nouveau Jour s’est levé et qu’il appartient à chacun de l’accepter de bon gré. Car la récréation est terminée!

   Dans son parcours expérientiel, il ne sert à rien d’ignorer le négatif, en tentant de l’écarter pour avancer sur une Voie dépourvue d’obstacles, de vexations ou de frustrations. Le principe n’a été que trop répété : ce qu’on tente d’ignorer continue d’assaillir ou de miner dans les profondeurs tandis qu’on renforce ce qu’on tente d’écarter. En toute circonstance, Il convient davantage d’observer ce qui se passe dans la neutralité, de rester parfaitement immobile et de se faire transparent comme un cristal, de sorte que les ondes lumineuses, aussi bien que les ondes sombres, passent à travers soi sans interférence, sans possibilité d’accrocher, car il s’agit là du seul moyen de maintenir son équilibre, de rester stable, d’éviter de compliquer quoi que ce soit. Plus un être se rapproche de la Vérité, plus il se trouve de gens pour réagir négativement à sa présence ou à son influence, portés à le discréditer ou à le déstabiliser, sous l’influence de leurs extensions rebelles, que certains appellent l’Homme de Fer ou le Double ténébreux, très et longtemps réfractaire à la Lumière. Sauf qu’aucune semence ou projection sombre ne parviendra à assombrir ou à noircir un être lumineux qui garde le cœur ouvert et qui s’abstient d’agir ou de réagir en pareil contexte. Au contraire, plus ses opposants s’ingénieront à l’accabler ou se débattront à l’obscurcir, plus leur propre noirceur leur reviendra parce qu’ils en sont la source, donc qu’ils en sont responsables. Pour assurer l’application spontanée ou naturelle de ce principe du boomerang, il suffit de maintenir son état de vacuité, de neutralité, de parfaite pureté, d’abstention de jugement, de sorte que son énergie personnelle reste limpide et fluide. Ainsi, vous conserverez vos précieuses énergies pour agir ailleurs, pour faire ou créer, pour supporter la Vie dans son expression, au lieu de l’entraver, de la réprimer ou de la détruire.

   L’idéal de l’être humain en incarnation, c’est de rétablir l’Unité entre son mental inférieur, son âme et son Esprit divin. Lorsque le pont est jeté entre les instances inférieures et les instances supérieures d’un être, il peut supprimer rapidement toute limitation, corriger toute lacune, accomplir merveilles après merveilles. Ce qui empêche l’explorateur du monde terrestre d’y arriver, ce n’est rien d’autre que son ego, qui s’est pratiquement arrogé l’hégémonie de son destin et qui bloque ou entrave ses créations. Le problème, c’est qu’il n’a pas appris à étudier ses pensées, à s’écouter parler ou se parler, à se regarder agir, à prendre conscience de ses émotions. Comme l’ego fait constamment obstacle aux nouveaux choix qu’ils tentent de faire, ils en viennent à ne plus croire en leur pouvoir créateur, reconnaissant plutôt un genre d’arbitraire de Dieu ou du Destin à leur endroit. Alors, ils finissent par se décourager et par retourner à leur existence d’esclave qui se contente de gagner sa vie à la sueur de ses bras et de satisfaire au mieux leurs pulsions primaires. L’ascension de la conscience implique un investissement sérieux, quotidien, celui du travail sur soi, pour reconnaître, abandonner et dissoudre ce qui s’oppose à son Vrai Bonheur. Nul être incarné ne peut redevenir ce Magicien et cet Alchimiste qu’il est, de manière innée, sans remettre son ego à sa place, c’est-à-dire sans en faire un levier, plutôt qu’un saboteur, un serviteur du plan de son âme.

   L’être incarné est porté à oublier la portée et les conséquences de ses créations, soit de ses actes et gestes, de ses pensées, de ses paroles, de ses sentiments et émotions. Chacun engendre, consciemment ou inconsciemment, les événements de sa vie, pouvant toujours jouer un rôle majeur dans leur déroulement, autant pour les adoucir que pour les compliquer. C’est dans l’accumulation des mauvais choix qu’il finit par s’attirer des drames, surtout quand il s’enlise dans le statu quo ou s’engourdit dans sa zone de confort. Tôt ou tard, chacun en vient à faire l’expérience d’une perte qui ne tient en rien du hasard, mais qui vient lui servir une leçon de sagesse, l’éveille à une plus grande vérité, lui impose de comprendre quels sont les buts les plus élevés. Pour celui qui la subit, la perte engendre un nouveau sentiment d’appréciation et de compréhension. Plaçant dans un mode de vigilance et de survie, elle le force à s’adapter aux événements, à se faire à l’imprévu, à se concentrer sur les besoins immédiats, à s’ouvrir au changement, à accueillir la nouveauté. Tout choc d’importance engendre un chaos passager très salutaire parce qu’il bouscule les habitudes et les modes de comportement de la vie quotidienne. Plus la perte est grande, mieux elle l’éveille aux véritables priorités de son existence en incarnation, le forçant à reconnaître ce qui compte vraiment et à choisir de vivre autrement le reste de ses jours. Elle sert toujours à corriger une aberration, une incohérence, un déséquilibre. Elle amène à rompre avec une vieille énergie, une énergie désuète. Et, même, souvent, elle tire de l’égocentrisme, rendant plus amoureux, plus compatissant envers autrui, plus attentif aux besoins d’autrui. Ce propos ne contribuera peut-être pas à atténuer la douleur des maux physiques et les souffrances morales de ceux qui ont tant perdu au cours des deux dernières décennies, au point parfois de les réduire au plus complet dénuement. Mais chacun aurait tort de ne pas saisir que toute perte vient lui rappeler qu’il est le créateur de son destin et que, en conséquence, il en est aussi le sauveur. Ainsi, toute perte, comme tout drame, devrait l’aider à s’élever, en conscience, dans un plan de plus grande clarté et l’incliner à opter pour des choix plus pertinents et plus dignes et à des comportements plus nobles. C’est souvent dans l’adversité qu’une être se décide enfin à se montrer à la hauteur des événements, se tire de la médiocrité, bannit la nonchalance, met un terme à son laisser aller, surmonte ses limites, se tire de son enfermement du passé, en plus de tirer les leçons amoureuses de ce qui lui arrive. Il se tire d’une existence qui a fini par devenir improductive, monotone, peut-être même morne qui l’amenait à régresser. Car il n’existe pas de mauvaise tempête, de mauvais coups du sort, il n’existe que des tempêtes parfaites adaptées aux besoins immédiats d’un être.

   Certains jours, en raison des événements troublants qui ne cessent de se multiplier, vous trouvez bien de continuer à vivre et de composer avec eux, parce que, au lieu de dépasser les contingences, vous vous abandonnes à un dialogue mental qui finit par dégénérer en vives émotions, notamment en peur. À ce moment, au lieu de devenir les phares que vous devez êtres, vous devenez des éteignoirs qui amplifient les maux du monde. Ne croyez-vous pas qu’il vaudrait mieux que, dans la sérénité de l’Amour, vous présentiez la signature énergétique de la Lumière que vous portez? Parfois, au lieu de vous abandonner à la Vie et de cultiver la neutralité qui empêche d’aggraver les faits, vous réagissez fortement aux situations, même qu’il vous arrive de vous opposer à elles, ajoutant à celle des autres votre propre résistance et ajoutant autant de complications. À ce moment, vous accomplissez une œuvre d’obscurcissement qui va tout à fait à l’encontre de votre désir de voir le Monde nouveau se manifester. Vous gagneriez à plutôt pardonner et à rayonner l’Amour afin d’apporter plus de clarté et d’espoir au monde.

   Au cours de chaque épisode de tourmente, vous pouvez prendre de la hauteur, élever votre conscience et intervenir à titre d’agents de changement, en maintenant votre volonté que la Vie prenne un tournant différent, celui de l’Amour, de la Vérité et de la Sagesse. Vous gagneriez à considérer vos semblables, avec le monde, d’un œil différent, soit à les englober dans la vision de la Conscience supérieure qui ne souhaite, pour chacun, qu’une existence meilleure, là où elle se trouve vraiment. Il est vrai qu’il n’est pas facile de maintenir cette vision quand les distorsions semblent se multiplier. N’est-ce pas le meilleur moment de vous rappeler que le Créateur sait ce qu’il fait et qu’il trouve en chacune d’elle le moyen de rapprocher l’heure de la Délivrance de ses enfants? Alors, chaque fois, ce sont de nouveaux pans du vieux monde qui s’effondrent et cèdent la place à la Nouvelle Réalité.

   Le plan de la densité, rempli de dualité, est ainsi fait que, dans sa démarche de Réalisation, chacun des vôtres passe par les expériences dont il a le plus grand besoin, pour ouvrir davantage sa conscience, s’éveiller à la Vie véritable, tandis que d’autres s’occupent de leur montrer la Voie à suivre. Quant à vous, vous avez le choix d’être du nombre de ceux qui nourrissent les points d’ombre plutôt que des agents du changement qui, inébranlables et indéfectibles, brandissent bien haut le Flambeau de l’Amour, la Clef suprême du Salut de l’humanité et de sa planète d’accueil. Ces derniers préfèrent voir en tout et en chacun la Lumière qui s’affermit, plutôt que de la présumée destruction inutile.

   L’âme de chaque être incarné est pure, elle ne peut être blessée, connaître de manque ou éprouver de besoin, elle ne connaît rien de l’urgence. D’une patience infinie, confiante dans la réalisation du plan qu’elle a élaboré avant sa naissance, elle attend que l’ego, dans ses résistances et ses luttes stériles, s’épuise, s’effondre, abandonne , abdique, ce qui permet enfin au cœur de s’ouvrir pour donner accès à la Lumière, élever dans cet état dans lequel chacun se souvient pleinement de nouveau.

   Puisque tout est en vous, si vous échouez dans vos créations ou si vous n’atteignez pas les objectifs que vous vous fixez, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même, car cela signifie que, consciemment ou inconsciemment, vous entretenez un blocage. Dès lors, il ne vous reste qu’à déterminer comment vous le produisez. S’agit-il d’un manque de confiance en vous, d’un manque de foi en la Vie, d’une peur inavouée, d’un point de résistance à la Vie, d’un doute tenace, d’une fausse croyance, d’un défaut d’adéquation à votre But ultime. Il peut y avoir de nombreuses explications. Le plus souvent, l’échec, le revers, l’inefficacité proviennent du fait qu’un être oublie qui est la Source véritable du Pouvoir en lui, d’où il néglige de travailler main dans la main avec son Centre divin. Ou il s’obstine à proclamer des réalités qui ne peuvent plus le servir, qui ne sont pas en phase avec la présente phase ascensionnelle, qui ne vont à l’encontre de ce à quoi son âme le destine. Le plus rassurant, c’est qu’il peut découvrir précisément ce qui cause problème en le demandant à Celui qui sait tout, en lui, sans tenter de lui forcer la main pour le moment de donner la réponse. Aussi, une fois la question posée, gagnera-t-il à rester à l’écoute, à rester à l’affût des signes… ou des murmures intimes.

   Même quand, dans sa forme humaine, les attitudes et les comportements d’un être semblent contrer l’Amour, il n’en reste pas moins un être unique, spécial et parfait dans la vision de Dieu, un être aussi digne que tous les autres de la considération et du plus grand respect   Il joue simplement son rôle fonctionnel, il suit son propre chemin de vie, de sorte que nul ne peut le juger, à défaut de connaître, autant ses antériorités que son destin. Mais il y en aura toujours qui, dans leur présumée perfection et leur apparent rôle de justicier, se croient impeccables au point de jouer au critique ou au redresseur de torts, se permettant de qualifier les actes de leurs semblables d’indignes ou d’incorrects et de les considérer eux-mêmes comme indignes. Pourtant, Dieu, dans son Amour, qui le retient de juger, le considère bien autrement et, à tout moment, il l’accueillera toujours comme son Enfant bien-aimé.

   Dans la présente phase, chacun gagne à s’aimer et à s’accepter tel qu’il est, à toujours conserver l’estime et la compréhension de lui-même parce que, lorsqu’il se juge négativement, se déprécie, doute de lui-même, il se décentre, il se met hors d’ordre, il se situe hors de l’Amour cosmique, d’où il ne peut plus se reconnaître dans Cela-Qu’Il-Est de toute éternité et plonger correctement en lui-même pour recevoir les nouveaux codes d’élévation qui parviennent à l’humanité.

   Malgré l’urgence des temps présents, la majorité des êtres humains continuent de s’investir, jour après jour, dans des activités banales et vaines, dans des calculs mesquins, dans des plans futiles, dans des arrangements minables, dans des choix terre-à-terre. Ils se laissent diriger par leurs sens jouisseurs, leurs désirs insatiables, leurs caprices aveugles, sans savoir à quoi ils devraient d’abord affecter leurs moyens, qui doivent bien, pourtant, servir une fin. N’est-il pas étrange que si peu d’entre eux pensent à s’informer, auprès de l’Instance compétente, parce qu’omnisciente, qu’est leur Conscience divine, de la raison pour laquelle ils se sont incarnés sur la Terre, ce qui reste un privilège plus qu’un droit ? Pourquoi ne s’interrogent-ils pas sur la Volonté du Ciel, pour ce qui les concerne, qui doit avoir préséance sur la leur, qui peut fort bien la leur rappeler. Tant qu’un être se contente de vivre pour combler, dans le monde d’en bas, ses besoins primaires, y assouvir ses pulsions inférieures, s’y édifier un paradis artificiel, y accumuler des biens périssables, qui ne pourront jamais le suivre, au jour du trépas, il se maintient dans la linéarité et il tourne dans un cercle vicieux, incapable de s’insérer dans la Spirale ascensionnelle qui pourrait le ramener dans le Bonheur sans partage, le Bonheur véritable. Le Salut commence par la conformité au plan de son âme et il s’achève dans l’expression de l’Amour.

   À chaque instant, vous agissez comme un aimant, vous êtes un aimant. Consciemment ou inconsciemment, vous attirez en permanence, à vous seul et par vous seul, ce qui correspond à vos pensées, à vos sentiments et à vos ressentis, à vos paroles, à vos actes. D’emblée ce phénomène nie toute possibilité que, au-delà du plan de votre âme, vous ayez une destinée précise, un destin inchangeable. Et il en est ainsi parce que vous ne vous êtes jamais demandé ce que vous devriez vraiment attirer parce que vous savez ce que vous voulez ou ce que vous devriez vouloir. Dans ces circonstances, c’est par clarifier ce point que vous gagneriez à commencer, si vous aspirez vraiment à vivre le genre de vie que vous souhaiteriez vivre. Car si vous vous posez la question sur ce que vous voulez attirer dans votre vie, vous ne tarderez pas à constater que, au gré des jours, vous vous limitez grandement, par rapport à toutes les potentialités de la Grande Vie, surtout par rapport aux nouvelles possibilités. Qui veut obtenir plus doit commencer par agrandir sa vision et ses capacités d’accueil, il doit être en mesure de dépasser ses limites apparentes, puisqu’il vit dans un champ de possibilités infinies.

   Quand va se produire l’Ascension? Mais, vous avez déjà fait votre ascension, il ne vous reste qu’à découvrir comment vous y êtes arrivé! Car l’Ascension peut se concevoir du point de vue de l’Atome divin en incarnation comme elle peut se comprendre du point de vue de l’Absolu.  Car qu’est-ce que l’Ascension, si ce n’est l’Absolu, le Grand Rêveur, qui au terme de son Rêve volontaire, se ramène à lui-même, réintègre son Centre originel. Comme pour se sentir moins seul dans son Infinité et son Immensité, un jour, l’Absolu a choisi de jouer à sortir de son Unité indissoluble, soit à devenir, apparemment, multiple. Alors, il a fait semblant de se diviser en un nombre incalculables d’Atomes de lui-même, d’égale essence, d’égaux attributs et de potentialités égales aux siennes, afin de contempler tout ce qu’il pouvait manifester sur différentes trajectoires et différentes fréquences. Ainsi, dans son Grand Rêve, son Grand Jeu amoureux de contemplation de lui-même, il s’est amusé à se donner l’impression d’Être et de se Faire en même temps.

   En cela, lorsqu’un Atome de lui-même revient au Centre éternel, au terme de sa mission, elle vit ce que l’entendement appelle l’Ascension, elle réintègre sa Source originelle. Ainsi, jusqu’au terme du Grand Jeu ou du Grand Rêve, avant de revenir à lui-même ou de réintégrer son Centre, qu’il n’a qu’apparemment quitté, dans son Rêve apparent, le temps d’en inventer un autre, chaque fois que l’un des Atomes de l’Absolu revient à ce Centre unique, celle-ci vit son Ascension, à l’intérieur du Grand Jeu d’Inspiration et d’Expiration d’un Rêve divin, qu’est la Création cosmique. Puis il y aura la Grande Ascension au moment où le dernier Atome en mission réintégrera le Centre divin de l’Absolu. En cela, l’Amour représente l’Énergie de la Projection primordiale et de la Réintégration finale dans l’Absolu, le carburant de tout le Circuit cosmique de la Création, qui propulse jusqu’au terme d’une mission particulière, comme au terme de toutes les missions, à la Fin d’une Éternité.

   La Grande Loi cosmique, qui résume et contient toutes les autres, requiert que, par son expansion, chaque être incarné restitue, autour de lui, au Cosmos ou à la Création totale, toute la Perfection et toute la Gloire de son Essence individuelle. En cela, elle tient chacun pour responsable de la manière dont il emploie ses dons innés, puisés à la Source unique de toute vie. Ainsi, dans la perspective de l’Unité, qui atteste le fait que l’individualité n’est qu’une illusion, vous gagnez à vous rappeler que ce que vous faites pour vous-même, vous le faites pour tous, que ce que réussissez pour vous-même, vous le réussissez pour tous. Par l’Amour et pour l’Amour, qui donne sans attente et sans rien demander, sans rien accaparer ni se laisser accaparer, car il sait intarissable ou inépuisable, vous avez accepté une mission qu’il va de votre Salut et de celui de l’humanité de réussir. D’autres peuvent l’ignorer, mais vous, désormais, vous le savez, ce qui vous invite à vous démontrer doublement responsable, à toujours faire les choix sages, donc efficaces et pertinents, qui s’imposent.

© 2017, Bertrand Duhaime (Dourganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Publié sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

7 Responses

  1. Jean-Luc

    Pas facile de trouver un ou des mots pour évoquer à quel point ce long article me parle, m’inspire,m’informe,me rappelle, me conforte,me secoue,me convient….Peut etre deux mots correspondent gratitude et amour!!!
    Merci M. Duhaime, cela fait un certain temps que je lis vos articles et celui ci mérite ce commentaire !
    Bien à vous.

    Répondre
  2. Guy

    Je n’ai fait que parcourir ces pensées et réflexions mais je sens que leurs lectures et intégrations constitueront un accompagnement précieux pour réaliser mon évolution.
    Infinie gratitude à vous “Dourganandâ”

    Répondre
  3. Michaela

    Quel cadeau vous nous offrez ! Merci pour cet accompagnement Bertrand, merci pour le temps que vous nous accordez. Merci de tout coeur pour ces mots réconfortants et eclaircissants.

    Répondre
  4. Veronique

    Un très grand merci pour ce sublime message et pour tout l’Amour que vous transmettez.
    Gratitude et reconnaissance vers vous cher Bertrand.
    À très bientôt

    Répondre
  5. Antoine

    Ce très long message me semble parler directement à mon Coeur, à mon Âme. Comme si Bertrand était, d’où il habite, une antenne qui canalise le message de mon Âme. Comme si, c’était Moi qui parlait à moi-même, le Grand Moi au petit moi. Il y a beaucoup d’éléments qui me font vibrer et illuminent mon chemin… Et aussi des informations quelque peu nouvelles qui alimentent ma pensée. Merci à ce frère.

    Répondre
  6. Joël

    Merci Bertrand pour ce précieux message qui me va droit au cœur et répond précisément à mon questionnement actuel.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.