OM, SURTOUT PRONONCÉ «AUM», LE VERBE CRÉATEUR…

Dans la Tradition hindoue et bouddhique, le Verbe primordial, le Logos suprême, le Grand Sceau cosmique, le Centre-Un, d’où tout vient, où tout passe et auquel tout retourne, qui révèle la Nature de Dieu.  Il succéderait au son «IOU», qui désigne l’Absolu lui-même dans toute sa réalité.  Il s’agit du Pouvoir vibratoire cosmique derrière toute énergie atomique plus prosaïquement appelé le «vrombissement créatif du Moteur cosmique».  On pourrait l’identifier au Cycle cosmique qui va de l’Alpha à l’Omega.  On le représente graphiquement par un point carré («sattva»), un croissant rouge («tattvam») et une espèce de trois bleu et stylisé (le Trident de la primauté sur les trois plans de conscience), muni d’un crochet ouvert ou fermé, figurant l’hameçon des âmes (vert).  Souffle de l’Absolu à travers l’Univers et dans les différents plans de la Manifestation, ce Son contient le cycle entier de l’existence cosmique éternelle.  C’est le Pont d’Unité entre le Ciel et la Terre, la Mélodie de la Sainte Alliance mystique, le Chemin court qui mène à Dieu, capable de tout harmoniser et équilibrer.  Il produit om-aumun choc en retour contre celui qui l’utilise de façon malveillante.  Mais pour celui qui s’en sert avec bienveillance, désintéressement, compassion, clémence, compréhension, en gardant l’idée de se purifier et de tout purifier, il produit des miracles.

On peut considérer le son A, comme l’Énergie solaire, rouge, active, émissive, mâle, électrique du Père divin, le Créateur originel, le Commencement.  Relié à l’Ère originelle d’avant l’Émanation, c’est le Feu primordial ou la Vie qui, se reflétant dans le foie, sort de l’indifférenciation, transmutant le plan physique.  Le U, prononcé ou, comme le Fils spirituel, l’Homme universel, la Lumière de vie ou l’Âme omniprésente, de couleur jaune, fusion du Père divin et de la Mère céleste.  C’est le son de l’Amour, l’énergie de cohésion et de liaison, l’énergie qui propulse vers l’avant, qui organise la Création et qui régit le plan mental.  Quant au M comme l’Énergie lunaire, bleue, passive, réceptive, femelle, magnétique de la Mère céleste, l’Océan cosmique à fertiliser, la Finalité de l’Œuvre universelle.  Son de l’expansion de la Création, de la mort ou de la renaissance, il s’en va à l’infini, donnant accès aux plans spirituels.  Énergie de l’achèvement suprême, il fait entrer dans l’Illumination.

Symboliquement, au niveau de l’être humain, la première lettre rappelle le cri primordial, le son de l’Enfant qui vient de naître;  le deuxième, la vie continue ou la durée de l’existence;  la dernière, le terme de la vie, l’expiration finale, la transition dans un autre plan de conscience ou la transformation dans un état d’être supérieur.  Et, dans son ensemble, toutes les lettres réunies, il reproduit le son qu’émet éternellement la Vache mugissante.  En Inde, elles désignent respectivement Shiva, le Temps, le mental, les extérieurs en succession et le Véda;  Vishnou, l’Espace, le cœur, les intérieurs en simultanéité, Deva;  et Brahmâ, le Possible, l’Unité en soi, les ensembles en coopération, le Ciel suprême.  Au niveau initiatique, associé au chakra frontal, il figure la syllabe initiale qui engendre le Fil d’or ou le Fil d’Ariane auquel le yogi recourt pour se hisser jusqu’à la Divinité afin d’y recouvrer sa plénitude et sa liberté hors de la Roue des Existences.

Car ce son permet à l’âme de remonter à sa Source divine, l’aidant à briser toutes ses chaînes terrestres pour retrouver le Pôle sublime du Moment d’Éternité.  Il libère de la douleur, de la souffrance et du remords d’avoir fauté, il écarte les malheurs, il dissout les obstacles, il éloigne les démons ou les convertit, il abrège les tourments de la terre et des enfers, il élimine le doute et il abolit le désespoir.  Il donne la vie, élève au-delà des oppositions apparentes, procure la vitalité et la santé, attire l’abondance, engendre les bonnes occasions, instille la joie et procure le succès.  Ce son active l’Énergie du Kundalini, la Shakti du «Pranava» logée en soi-même, qui permet de transcender les vingt et un plans de conscience de l’Échelle évolutive pour accéder à la Source de toutes les Lumières, au-delà des Quatre Temps.  Distillant l’Amour et l’Information, détruisant l’ignorance, l’illusion et le mal, il emporte dans l’Illumination totale de la conscience sublimée par l’ascension spirituelle progressive.  Il permet de purifier le corps, le psychisme et le monde environnant, élevant instantanément le taux vibratoire.  On peut l’associer au «bruit des grandes eaux» de la «Bible» «qui enseigne toutes choses».

Dans ce son prononcé au complet, d’un seul souffle, il n’y a ni destruction ni naissance, car il élève et maintient au niveau de la Réalité suprême.  Source de toutes les Saintes Écritures, ce chant de l’Unité indivisible est susceptible de fournir la rasade quotidienne de Nectar de l’Absolu.  Il émet la Lumière blanche de cristal qui engendre l’arc-en-ciel de l’Alliance.  Il exprime la plus haute Réalité spirituelle, la Force universelle qui exprime la plus haute conscience, l’état de Conscience cosmique. Il est le Support des Forces qui président à la création, à la préservation et à la transformation du Monde, fournissant la clé du passé, du présent et de l’avenir.  Aussi gagne-t-on à le répéter.  Chanté à haute voix, il purifie l’ambiance autour de soi, chasse les entités sombres, calme la tension et l’angoisse et cristallise les bonnes vibrations.  Murmuré à voix basse, il calme le mental, stimule à guérison et favorise la concentration.  Pensé mentalement, il assure la protection, libère de l’attachement, facilite la concentration, dispose à l’introspection ou à la méditation, fournit l’énergie intime qui libère et délivre l’âme.  Surtout, il libère de l’illusion de la mort comme néantement.

En réalité, la répétition de ce son fait vibrer le liquide céphalo-rachidien, la masse cérébrale, l’épiphyse et l’hypophyse, réorganisant toutes les molécules de l’organisme.  Il engendre le rugissement du Grand Feu, il rétablit l’Âge d’or et induit dans l’Âge de diamant, rapprochant les hommes, unifiant les peuples et apprivoisant les règnes.  Il accélère les communications par voie télépathique.  Appelé le Flambeau des Ténèbres, on le dit encore le Troisième Œil de Hamsa qui déchire les voiles d’imperfection et ouvre à la Langue universelle des vibrations.  Car, capable d’éveiller toute chose, il constitue l’Essence de la Réintégration ou de l’Ascension.  Ainsi, l’AUM devient le symbole de tous les sons les plus diversifiés, condensant toute la série possible de tous les mots imaginables, dans toutes les langues et les registres.  Traversant tous les mots et, de ce fait, tous les êtres, il se déploie dans un mouvement créatif perpétuel, universel, infini et illimité, supportant l’Univers manifesté.  Il figure le résumé de toute science et le réservoir du Savoir.  C’est la vibration de la Lumière primordiale qui constitue la seule réalité de la Manifestation.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur