L’INVOLUTION OU LA RÉGRESSION, L’ENVERS DE L’ÉVOLUTION…

   Le mot «involution», qui désigne la régression spirituelle, un souvenir de la Chute originelle, est un néologisme assez usité dans la documentation spirituelle.  Aussi convient-il d’en préciser le sens.  Il peut étonner comment les gardiens de la langue française tardent à accepter des mots qui comportent des aspects facilitants et éclairants qui simplifient l’expression.  Ainsi, contrairement à l’anglais, on n’acceptera pas le mot «mature», considéré comme un anglicisme, qui pourrait utilement remplacer l’expression «rempli de maturité», qui n’est que le contraire naturel du mot «immature», accepté dans tous les dictionnaires.  De même pour le mot «involution», qu’on ne peut trouver dans aucun dictionnaire, parce qu’on préconise l’emploi du mot «régression», son synonyme, qui exprimerait mieux le sens antithétique de la notion d’«évolution».   Mais là n’est pas notre propos, alors, passons… 

   Pour résumer, on peut dire que l’involution, ce mot que nous osons utiliser, désigne le développement inverse de l’évolution qui mène à une densification et à une régression, soit à un amoindrissement de la conscience jusqu’au développement de l’illusion de la séparation de l’Absolu.  Au premier chef, ce mot désigne la descente de l’Esprit dans la Matière au service de la Vie universelle dans le Grand Jeu amoureux du Grand Rêveur divin.  Il s’agit d’une manière de remplacer l’expression erronée de «chute originelle».  Quant à l’évolution, son opposé, elle désigne la suite graduelle de transformations cosmiques, qui vont dans un même sens, à travers des cycles, révélant des changements insensibles vers une forme plus achevée et parfaite.  Le mécanisme par lequel l’individu accède à perception juste de la réalité et de sa propre intégration au Cosmos unificateur.  Développement progressif et perfectionnInvolutionement de toute la manifestation, impliquant un progrès ordonné.  Franchissement progressif des niveaux de conscience dans la quête d’identification avec l’Étincelle divine et de fusion avec Dieu.  Transformations successives de la conscience.  Quête d’une union toujours accrue avec son Grand Soi pour faire l’expérience d’états de conscience plus élevés, raffinés ou achevés.  Impulsion vers un objectif supérieur.   On comprendra que, pour passer de l’involution à l’évolution, il faut passer par la conversion ou le retournement de conscience, un phénomène cosmique qui est en train de se produire à l’échelle systémique, pour assurer la Résurrection et l’Ascension.

Ainsi, dans son périple évolutif, l’être humain «involue», au sens qu’il émane comme Esprit de la Source suprême, puis il se revêt d’une âme pour descendre dans la matière, s’entourant successivement de couches protectrices, de manière à s’insérer, sans danger, dans un corps de chair ou de matière.  Puis se produit une inversion :  l’être humain évolue, remontant consciemment à travers les plans de conscience qu’il a déjà traversé, en sens inverse, pour réintégrer la Source suprême.  Dans ce contexte, l’Évolution représente le Jeu amoureux de l’Émanation ou la Manifestation de l’Esprit dans les plans mental et physique.  Pour se produire, elle requiert un engagement ferme, une discipline et l’attention (le fait d’être témoin de ses pensées, de ses émotions et de ses actions) et l’alignement de la volonté humaine sur la Volonté divine.

Au cours de ses lectures spirituelles, on notera que certains auteurs introduisent entre eux une confusion dans les termes, entre les mots «involution» et «évolution».  En principe, l’Émanation désigne le processus qui, au sortir de la Source divine, mène de l’Alpha (le Point d’émission) à l’Omega (le Point de réintégration).  Elle exprime donc une phase de densification ou de cristallisation progressive (involution) suivie d’une phase de subtilisation, d’éthérisation ou de raréfaction progressive (évolution).  En termes alchimiques, elle implique une phase de «coagula» et une phase de solve.  Mais certains auteurs appellent la phase évolutive «involution» et la phase involutive «évolution».  Question de point de vue.  Mais, dans ses lectures, en pareil cas, on veillera à éviter de semer en soi la confusion.  En principe, l’involution implique une désagrégation, un retour aux éléments fondamentaux, une impulsion vers des motifs inférieurs, ne conduisant pas vers le néant, mais vers la Substance primordiale ou le Principe originel de la Manifestation.

L’Involution correspond à l’Expiration de Dieu, soit à la Projection du Cosmos et des Mondes.  L’Involution consiste toujours à un processus de régression en ce sens qu’en s’écartant du Centre immobile, les vibrations s’abaissent progressivement, d’où les êtres et les choses se densifient.  Les réalités s’enchaînent dans une Hiérarchie synarchique.  En tout ce qui existe, il ne se trouve qu’un seul et même Principe fondamental, l’Être-Un, lui-même inconditionné, mais conditionnant toutes choses.  L’Être-Un contient toutes choses, enveloppe toutes choses et s’enveloppant lui-même sous la multiplicité des formes, qui se recouvrent les unes par dessus les autres.  L’Être-Un agit à la Source, au milieu, à la périphérie, partout.  Il est omniprésent, omniscient, omnipotent, omniagent, simple, indivisible, parfait.  Chacune des formes constitue en lui à la fois le détail et le tout, car Tout est en tout.  Le Macrocosme se résume dans le Microcosme: il s’y réfléchit, de façon inversée.  Ainsi régressent le Cosmos et les Mondes, les couches s’enroulant et se déroulant autour d’un Centre éternel, immobile, immuable, pour former les orbes des Mondes.  Dans le Cosmos, tout est sphérique.  Synonymes: loi de l’Involution-Formation, loi de la Chute, loi de la Descente, loi de la Projection, loi de la Construction, loi de la Formation, loi de l’Émanation.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur