L’HARMONIQUE DISTINGUE LES SONS HARMONIEUX DES SONS INHARMONIEUX

L’harmonique désigne l’état de certains sons, de certains rapports ou assemblages de sons caractéristiques, en harmonie.  Son musical simple dont la fréquence est un multiple entier de celle d’un son de référence, appelé le son fondamental.

La loi des Harmoniques précise qu’un son fondamental s’ajoute des sons accessoires dont les fréquences sont dans des rapports simples et définis avec lui.  Cette loi s’exprime par la Corde sonore cosmique.  Ajouter les deux observations suivantes.  Ce qu’il est indispensable de savoir du son, c’est qu’il organise le Monde sensible, du fait qu’il reflète le nombre.  Avec la harmoniquecouleur, le son contrôle ou influence un certain aspect de la Manifestation cosmique.  Les âmes réfractaires ne peuvent s’harmoniser avec les courants d’énergie du son et de la couleur : voilà pourquoi elles ne parviennent plus à évoluer.  Par analogie, la Corde sonore représente parfaitement l’Idée du Cosmos en entier et celle de ce qu’il contient.  Elle révèle l’Unité de la Manifestation, portant la correspondance de l’Infini à chacune de ses extrémités.  D’une longueur indéfinie, elle constitue à la fois l’Axe infini de l’Hélice cosmique et l’Hélice cosmique elle-même.

En cela, la gamme de la Corde sonore révèle les modalités successives de l’Émanation, fondant les Sept Cieux, les Sept Esprits planétaires et les Sept Planètes sacrées.  Son octave définit l’Unité cyclique, modèle et type de toute manifestation, de l’Émission à la Réintégration du Cosmos, soit de l’Alpha à l’Omega.  La Corde sonore donne sept tons en bécarre, exprimant l’Âme : sept tons en dièse, exprimant la Matière ou le Corps, le Substrat tangible, concret et palpable;  et sept tons en bémol, exprimant l’Esprit de Vie.  Ces vingt et un tons, ajoutés à la tonique, donnent vingt-deux, le nombre des signes (ou lettres) de l’Alphabet solaire traditionnel.  En voici le registre et la signification :  au début est le 0 ou le Silence;  en 1, vient UT ou DO, la tonique, le Temps;  en 2, RÉ, la seconde, le Mouvement;  en 3, MI, la tierce ou l’Âme;  en 4, FA, la quarte, l’Esprit;  en 5, SOL, la quinte, la Forme;  en 6, LA, la sixte, la Lumière;  en 7, SI, la septième, la Matière;  en 8, DO supérieur, l’octave, l’Espace;  en 9, le Silence plein, la neuvième, le Bruit ou la Vie.

Au plan de la Réalité et du Renversement, de la tonique à l’octave, on obtient 18 (1+8=9) et 81, de l’octave à la tonique;  de la seconde à la septième, on obtient 27 (2+7=9) et 72, de la septième à la seconde;  de la tierce à la sixte, on obtient 36 (3+6=9) et 63, de la sixte à la tierce;  de la quarte à la quinte, on obtient 45 (4+5=9) et 54, de la quinte à la quarte.

En cela, le Nœud du milieu de la Corde sonore constitue le lieu de passage ou de transition du plan visible au plan invisible, le point central correspondant à l’Infini.  Cela laisse entendre que tant que la fibre humaine ne vibre pas à pleine courbe (à plein cintre), pour s’être délibérément épurée, l’être humain n’a atteint qu’en partie le but de ses efforts.  Alors, il doit refaire ses devoirs dans l’École de la Vie.  En revanche, si la Corde vibre à son plein, c’est-à-dire rayonne de vie et de d’amour, l’âme, maîtresse de l’octave et du septénaire, sur la Corde universelle, passe sur le Pont cosmique pour entreprendre, après la Voie évolutive, la Voie cosmique.

En fait, la Corde sonore révèle d’abord que l’UT ou le DO (1) révèle l’Unité immuable et indivisible, que tout procède de lui (gamme) et que tout retourne à lui (octave).  C’est la puissance.  Ésotériquement, le DO est la note de musique de la Terre et du centre-racine de la colonne vertébrale.

Le RÉ (2) est au DO comme le reflet de la puissance.  Ésotériquement, le RÉ est la note de musique du Soleil et du centre de la rate (centre sexuel).  Le MI (3) donne la quinte et la reproduit trois fois dans l’octave.  C’est la Clef de tous les modes musicaux et de leur double progression (dièse et bémol).

Le MI donne la quinte mineure par le tiers de la corde de SOL.  Le Mi désigne l’Harmonie, le Centre des douze Lieux zodiacaux, le Lieu du Verbe et de l’Appétence.  C’est en lui que se recomposent les lieux homologiques compatibles et complémentaires.  Par lui, la ligne horizontale sépare les deux mondes : il définit le cycle et il naturalise l’âme, éprouvée par le LA (5).   En plus de définir le cycle, il révèle le lieu de naissance et celui de la mort (au sens de transition d’un plan à un autre), car il évoque le mouvement sans cesse renouvelé des retours périodiques.  Ésotériquement, le MI est la note de musique de Mercure et du plexus solaire.  C’est en lui que se recomposent les Lieux homologiquharmonique-1es compatibles et complémentaires.  Il définit le cycle et le lieu de la naissance et de la mort (transition), le mouvement sans cesse renouvelé des retours.

Le FA (4) apparaît à la quarte de la corde de SOL.  Il ne parle pas sur la Corde sonore : sa vraie racine est l’Unité (UT ou DO).  Il donne plutôt Do à la quarte, tandis que son second quart fait parler le SOL à l’octave et que son troisième quart fait parler le deuxième SOL.  Ésotériquement, le FA est la note de musique de Saturne et du centre cardiaque.

Le SOL (5) est fait de deux tierces.  La corde sonore de SOL donne 31 au premier cinquième (SOL) et MI au second, puis redonne 31.  Ésotériquement, le SOL est la note de musique de Jupiter et du centre laryngien (gorge).

Le LA (6) donne la tierce mineure t, au sixième, reproduit l’octave de même hauteur que le RÉ.  Le LA est à MI ce que le RÉ est à DO (reflet et puissance).  La note LA exprime le Milieu de l’ondulation double, séparant les deux mondes, l’invisible et le visible.  Il éprouve les âmes dans leur subtilité (leur degré de spiritualisation).  Ésotériquement, le LA est la note de musique de Vénus et du centre frontal.

Le SI sort en bémol et il résulte du sixième de la corde de SOL par la tierce mineure.  Il est en correspondance directe avec la Porte du Père, le Créateur, le lieu métaphysique et réel de l’Émission et de la Réintégration.  C’est le milieu de la gamme qui sépare les deux mondes, visible et invisible.  Voilà la note qui juge et éprouve l’âme.  Ésotériquement, le SI est la note de musique de la Lune et du centre pituitaire.

Le DO supérieur donne l’Octave de la corde de SOL et il correspond au nombre 240.  Cette note de musique marque le retour à l’Unité primordiale, l’accomplissement final.  Ésotériquement, le DO supérieur correspond au centre coronal.

Enfin, par le MI supérieur (10), la Corde sonore vibre à son plein, révélant que la Vie circule dans tout le Cosmos, du Centre à la Périphérie.

On peut utilement compléter cette lecture en se référant à la «Loi du Son».

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur