Chaque être humain détient le pouvoir de transmuter ou d’exorciser ses peurs en ouvrant le dialogue avec le Bon Berger, le Rayon vert émeraude, parfaitement pur, en lui.  Dans un élan de son cœur sacré, le Christ n’a-t-il pas dit : «Vous tous qui souffrez, venez à moi et déposez votre fardeau.  En échange, je vous imposerai un joug (c’est-à-dire, j’établirai avec vous un lien) doux et léger!» Lorsqu’il apprit à l’homme l’existence du Bon Berger ou Bon Pasteur, Jésus faisait référence à la Déité rectrice du centre cardiaque, le centre de l’amour clément et compatissant, de la prospérité infinie, de la croissance spirituelle, de l’expansion infinie, dans lequel s’opère la transmutation lumineuse de la haine et de toutes les misères humaines.  C’est à ce niveau de conscience que l’homme peut aspirer à davantage de vie et qu’il peut s’élever toujours plus haut ou aller plus loin dans son Accomplissement spirituel.

peurMais Jésus a bien fait comprendre que l’échange impliquait un partage réciproque des énergies de la Vie.  Ainsi, il nous a appris qu’il fallait éviter de mélanger le vin vieux (les vieilles idées et les pulsions involutives) avec le vin neuf (les idées nouvelles, le sens de l’aspiration spirituelle, le sens évolutif, l’ouverture au changement, l’aptitude au progrès intérieur), car il tournerait à l’aigre (ferait souffrir dans le déchirement entre deux maîtres, le passé et le nouveau, l’Adversaire et Dieu, l’involution et l’évolution, l’attraction matérielle et l’attraction spirituelle).  Il nous a également bien fait comprendre qu’il fallait complètement vider une urne et de bien la nettoyer avant de commencer à la remplir.  Il jugeait du reste préférable qu’on ne se serve pas de ses vieilles urnes.

Ces propos inspirés nous font comprendre que si nous voulons obtenir des changements évolutifs, dans notre vie, nous ne devons pas lutter avec nos tendances mauvaises.  Nous devons plutôt les laisser se dissoudre par l’affirmation de leur réalité contraire.  Nous devons surtout accepter la réalité constructive et créatrice, en nous concentrant régulièrement sur elle, jusqu’au moment où nous parviendrons à fusionner complètement avec elle.  Il ne faut jamais regarder la main desséchée, mais la main saine.  Il faut porter toute son attention sur ses talents et sur ses qualités et sur les potentiels évolutifs de la vie au lieu de se complaire dans ses pensées moroses et de s’apitoyer sur son sort.  L’homme ne peut pas servir deux maîtres en même temps: le bien et le mal.  Qu’il se laisse happer par le mal, qu’il s’abandonne au bien tout-puissant, en l’affirmant sans cesse.  À ses affirmations commençant par «je suis…», qui identifient son Essence spirituelle, il doit accoler des mots de pouvoir positifs, non des épithètes ou des qualificatifs négatifs.  Il y a toute une différence entre dire «je suis alcoolique» et «je suis sobre».  Le «je suis» détient un puissant pouvoir de manifestation : aussi faut-il toujours l’employer avec des adjectifs capables de produire l’émerveillement.

Puisqu’il est supporté, dans l’invisible, par un Auxiliaire divin, capable de se charger de ses fardeaux et de les harmoniser dans l’Ordre cosmique, l’homme peut lui confier, de façon inconditionnelle, intégrale, définitive, toutes ses misères.  Il n’a pas à se demander comment la merveille se produira, elle se produira à coup sûr, dans les mêmes termes et conditions qu’il aura mené sa transaction spirituelle.  Aussi, lorsqu’il lui  donne ses misères, l’homme doit-il bien saisir qu’il s’en est complètement libéré dans l’immédiateté, sans garder le moindre lien avec elles,  bien que la démonstration de sa libération ne lui sera faite que dans l’espace et le temps.  Dans la dynamique cosmique, les phénomènes se produisent instantanément, au niveau de l’Essence, comme la photo s’imprime immédiatement sur la pellicule de l’appareil photo, mais ils ne se manifestent que progressivement dans la sphère dense du demandeur, du fait qu’ils doivent descendre des Royaumes supérieurs, de la Lumière blanche de cristal à la lumière rouge de cristal.  Ce processus doit suivre toute la gamme chromatique de l’arc-en-ciel — l’Arche d’alliance ou le Pont cosmique. C’est comme le développement du négatif de la pellicule photographique qu’on fait faire plus tard.

La technique de transmutation des peurs

Matériel requis :

— Une grande bougie (verte de préférence);

— un carton d’allumettes;peur1

— une planchette de bois (assez épaisse);

— un bol de métal assez grand;

— des feuilles de papier blanc (8 sur 11 po ou 20 x 28 cm);

— trois grandes enveloppes blanches (environ 4  x 8 ½ po ou 10 x 21 cm 1/2);

— une paire de ciseaux;

— un stylographe noir.

Commencer par identifier toutes les peurs que l’on sait porter et que l’on peut spontanément reconnaître.  Pour les autres, on pourra profiter de ses nuits de sommeil pour demander à son Maître intérieur (Dieu-en-soi ou la Conscience cosmique) de les révéler de façon bien ressentie et évidente (ce qu’il fera sous forme de songes, dans la période nocturne, ou d’intuitions ou d’événements concrets, dans la période diurne).  Demander également de comprendre la nature et la cause, lointaines ou inconscientes, de ses peurs.

Méditer ensuite pour découvrir la vertu constructive à acquérir, pour remplacer ses peurs, de manière à bien les ressentir et bien les formuler.  Alors, écrire ses peurs en triplicata (en trois exemplaires, en prenant soin de n’écrire que d’un côté de la feuille).  Écrire d’abord la peur, sauter un espace et écrire ensuite la vertu à accepter et à développer.  Passer un espace et identifier une autre peur, en passant encore un espace pour écrire la vertu correspondante à accepter et à développer.  Procéder ainsi de suite de manière à écrire toutes ses peurs, de façon claire, nette et précise.  Remplir autant de feuilles, d’un seul côté, qu’on a besoin.  Reproduire la liste de ses peurs en trois exemplaires, comptant la première liste pour une liste (donc en faire uniquement deux autres).

Une fois que l’énumération de ses peurs est complétée, prendre une première liste, découper la description de chaque peur, puis la description de chaque vertu correspondante.  Lier ensuite chaque peur avec sa vertu au moyen d’une attache métallique.  Faire de même pour toutes les descriptions des peurs et des vertus.  Prendre ensuite une première enveloppe et y insérer toute cette liste de peurs et de vertus, prenant soin ensuite de la sceller.  Procéder de la même manière pour la deuxième liste de peurs et de vertus pour les insérer, dûment découpées, dans une deuxième enveloppe.  Procéder enfin de la même manière pour la troisième liste de peurs et de vertus pour les insérer, dûment découpées, dans la troisième enveloppe.  Bien sceller toutes les enveloppes.

Note: En fait, vous devrez répéter votre «rituel de transmutation» (ou «d’exorcisme») de vos peurs trois fois, dans l’intervalle d’un mois, pour symboliser que vous désirez les transmuter d’abord physiquement, ensuite psychiquement, puis spirituellement, avec la collaboration de votre Maître intérieur.  Vous aurez donc besoin, chaque fois, d’une nouvelle liste complète de vos peurs et vertus.

Au moment choisi pour opérer la transmutation de vos peurs, alors que vous êtes seul et paisible, dans le grand silence, faites d’abord brûler de l’encens de rose  (l’essence préférée du Bon Berger) dans la pièce où vous voulez opérer.  Si vous possédez une petite table, placez-la quelque part de manière que vous puissiez placer de chaque coté, face à face, deux chaises, l’une pour vous asseoir vous-même, l’autre pour symboliser la présence de votre Maître intérieur, que vous inviterez à prendre place sur la chaise placée devant vous, de l’autre coté de la table.

Disposez ensuite sur la table, la planchette de bois, posez sur elle le bol de métal (ou tout récipient réfractaire au feu).  Vous pourriez au préalable couvrir la table d’une nappe blanche, si le cœur vous en dit.  Vous placez alors la planchette et le récipient réfractaire sur la nappe, à votre droite ou à votre gauche, selon que vous êtes droitier ou gaucher.  Placez ensuite la bougie verte devant vous au milieu de la table et la pochette d’allumette à coté.  Allez alors chercher l’une de vos enveloppes, et une seule, pour l’avoir à votre disposition.  Maintenant, assoyez-vous confortablement, détendez-vous et méditez un peu sur le travail mystique d’exorcisme que vous allez faire, appelant l’aide de votre Maître intérieur et du Bon Berger, très reconnaissant à l’avance des merveilles que vous savez devoir se produire.

Vous voila prêt à procéder au brûlage par transmutation de vos peurs.  Alors ouvrez l’enveloppe.  Allumez votre bougie et disposez de votre allumette éteinte dans votre récipient réfractaire.  Étalez tout le contenant de votre enveloppe devant vous soigneusement, de façon sécuritaire toutefois, donc pas trop près de votre chandelle ni du récipient, prenant soin de ne pas dégager vos peurs et vos vertus des attaches métalliques.

Prenez une première description d’une peur, lisez-la bien, ressentez bien de quelle misère vous allez vous délivrer, en la confiant à votre Maître intérieur, par votre Bon Berger, puis passez-la à la flamme de votre bougie, symbole de votre Bon Berger, pour illustrer le don intégral de votre peur à la discrétion et dans le pouvoir libérateur de votre Déité d’émeraude.  Jetez promptement, mais de façon sécuritaire, le feuillet de votre peur dans le récipient réfractaire, le laissant se consumer entièrement.  Lisez ensuite le feuillet de la vertu correspondante, que vous acceptez désormais comme seule agissante dans votre vie, prenant toute la place de la peur qui se consume.  Placez ce feuillet dans votre enveloppe.  Pour illustrer que c’est le seul don que vous gardez à partir de ce moment.

Procédez de même, lentement, de façon très consciente, pour chaque feuillet de peur et de vertu.  Si vous en avez trop, n’en brûlez qu’un petit nombre pour l’instant et poursuivez la cérémonie un autre jour, dans les mêmes conditions de décor et de décorum.  Une semaine ou un mois plus tard, reprenez tout le rituel pour disposer de la deuxième enveloppe, rigoureusement de la même manière, même si ce n’est pas dans le même ordre.  Une semaine ou un moins plus tard, reprenez tout le rituel pour disposer de la troisième enveloppe.  Conservez les enveloppes contenant les feuillets de vos vertus acquises quelques mois avant de les brûler d’un coup, tout ensemble.

Avant de refermer le rituel par un vibrant «Merci, je rends grâce», méditez encore un moment, plein de gratitude et de louange, sur les présents de vie que vous venez de vous donner, par l’intermédiaire de votre Maître intérieur et de votre Bon Berger.  Demandez qu’ils vous délivrent complètement de vos ressentir archaïques et désuets, des cadavres qui encombraient votre conscience et bloquaient le flot des énergies divines.  Puis retirez-vous dignement après avoir démonté la scène de votre opération.

Note: Avant la cérémonie, prenez soin de verrouiller vos portes et de débrancher votre appareil téléphonique pour éviter d’être dérangé pendant votre exorcisme.  Lorsque Dieu nous visite, sous la forme de notre Maître intérieur et de notre Bon Berger, il mérite bien de recevoir la primauté de toute notre attention et d’occuper tout notre espace intérieur et extérieur.  A la fin du cérémonial, envoyer vos bénédictions à l’endroit de toutes les créatures du Cosmos, notamment tous vos frères humains, leur souhaitant, avec l’aide de Dieu, la même libération que vous avez reçue.  Cette pensée généreuse ne pourra que vous rapporter des bienfaits au centuple.  Toute requête purement égoïste est reprouvée par les Puissances cosmiques.  La vie dit: «UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN! VIVEZ DÉSORMIS EN PAIX.  DANS LE CALME, LA TRANQUILLITE ET LA SERENITE!»  DIEU VOUS DIT: « APAISE-TOI  ET SACHE QUE JE SUIS,  CAR JE SUIS CELUI QUI SUIS. »

 

  

Une liste des peurs les plus communes

Abandonner (La peur de s’…ou d’être abandonné)

Accidents (peur des…)

Action (peur d’entrer dans le feu de l’…)

Admiration (peur de ne pas recevoir d’…)

Affirmer (peur de s’)

Amour (peur d’aimer ou d’être aimé)peur2

Anéantissement  (peur de l’)

Animaux (peur des… –préciser lesquels individuellement)

Arbitraire (peur de l’… de la vie)

Argent  (peur de l’… ou de manquer d’)

Ascenseur (peur de prendre l’)

Automobile (peur des moyens de transport )

Autonomie (peur d’assumer son)

Autorité (peur de l’ …ou d’assumer son)

Autres (peur des)

Avenir (peur de l’)

Avion (peur de monter en)

Bandits (peur des)

Blesser (peur de… ou d’être blessé)

Cadavres (peur des)

Chair (peur du corps de…  ou de l’œuvre de…)

Changement (peur du)

Chutes (peur de faire des)

Compliments (peur de recevoir des)

Contenance ou contrôle (peur de perdre)

Déplaire (peur de…ou de ne pas plaire)

Déranger ou de s’imposer  (peur de)

Diable ou Satan (peur du)

Dialogue (peur d’entreprendre un)

Domination (peur d’être dominé)

Donner (peur de)

Douleur et souffrance (peur de la)

Eau (peur de l’)

Échange (peur de l’…)

Échec (peur de l’)

Éclairs et tonnerre (peur des)

Effort (peur de l’)

Émotions (peur des émotions des autres ou de ses propres émotions)

Enfants (peur des)

Enfer (peur de l’)

Engraisser (peur de gagner du poids)

Erreur (peur de commettre une)

Espaces (peur des grands… ou des espaces clos ou fermés)

Esprits (peur des)

Étrangers ou des autres races (peur des)

Être soi-même (peur d’)

Excréments et détritus (peur des)

Explications (peur des)

Exploitation (peur d’être exploité ou abusé)

Fantômes (peur des)

Favoritisme (peur du)

Feu (peur du)

Foules (peur du public)

Hommes (peur des)

Handicapés (peur des)

Hauteurs (peur du vertige)

Humiliation (peur de l’)

Inconnu (peur de l’)

Infidélité (peur d’être trompé)

Injustice (peur de l’)

Infirmités (peur des)

Invisible (peur de l’… ou de Dieu)

Jugements (peur d’être jugé)

Jurons, sacres, blasphèmes, gros mots (peur des)

Maladie (peur de la)

Manque (peur de la limitation)

Monstres (peur des…)

Mort (peur de la… ou des morts)

Noir (peur du…)

Nouveauté (peur de s’ouvrir à la)

Obéissance (peur de l’)

Partager  (peur de)

Partialité  (peur de la… de dieu)

Péché  (peur du)

Perte (peur de la… ou de perdre un être cher)

Peur (peur d’avoir)

Perception des autres (peur d’être deviné, lu, démasqué, perçu)

Perdre au change (peur de)

Plaire  (peur de ne pas… ou de déplaire)

Plaisir (peur du)

Policiers (peur des)

Possession (peur d’être possédé)

Prendre sa place (peur de)

Progrès (peur du…ou de la technique)

Public (peur de se déplacer parmi le)

Réaction des autres (peur de la)

Recevoir (peur de)

Reconnaissance (peur d’être reconnu…ou de recevoir de la)

Respect (peur de manquer de…ou de ne pas recevoir de…)

Revenants (peur des…et des maisons hantées)

Ridicule (peur du)

Saleté et de la malpropreté (peur de la)

Séduction (peur de ne pas séduire ou de ne pas être magnétique)

Sexe (peur de l’autre)

Sexualité (peur de la…ou des relations sexuelles)

Silence (peur du)

Solitude (peur de la)

Tremblements de terre (peur des)

Tromper (peur de se… ou d’être trompé)

Vent (peur du)

Vérité (peur de la)

Vertige (peur des hauteurs)

Vieillards (peur d’entrer en contact avec des)

Vieillir  (peur de… ou peur de rider)

Viol (peur du)

Vivre (peur de…refus d’accepter la vie)

Voleurs (peur du vol)

Vomissure (peur de la)

Vulgarité (peur de la)

© 1990-2015 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *