LE SYMBOLISME DES POISSONS LES PLUS FAMILIERS…

Globalement, on associe au poisson les notions d’amour, de naissance, de fertilité, d’abondance jusqu’à la profusion, d’harmonie, de prodige, de providence, de magie des eaux, de prévision, de régénération, résurrection, de vie éternelle.  On le considère souvent comme l’ennemi du Soleil dans la littérature sacrée.  Il évoque l’être lancé dans l’existence illusoire qui cherche le Royaume des cieux hors de ce monde, l’être plongé dans les eaux de l’indistinction, plutôt dissolvantes.  Il symbolise la multitude, la variété et la diversité des potentialités de la Vie universelle.  On l’associe à la magie naturelle de la vie, à la bonté de cœur, à un être qui partage son identité avec ses proches.  On le relie également à l’ouverture cosmique, aux mémoires antérieures, aux ondes lumineuses.  En astrologie, les Poissons identifient la Porte double du Ciel.  On place alors le poisson involutif la tête vers le bas et le poisson évolutif la têtepoissons-du-monde vers le haut.  On dit que, de leur eau, se déverse quelques gouttes sur la Vierge, leur signe opposé.  Dans le yoga, on relie le poisson au centre sexuel, énonçant qu’il meurt pour un goût.  Relié à la Substance primordiale, il entretient l’idée de l’androgynat.  Il identifie le signe de la Renaissance, au confluent des deux Mers.  Au début de l’ère chrétienne, le poisson identifiait Jésus, le Maître qui initia la grande ère des Poissons.  Pour les Yürüks de Turquie, il évoque la période de l’adolescence.  En Alchimie, il désigne le premier état du noyau solide qui se forme au moment de la coagulation de la matière liquide.

En psychologie, chaque espèce de poisson correspond à une image symbolique tirée des profondeurs du Soi et de l’inconscient collectif, d’où on lui attribue le rôle de fournir une forme spécifique à reconnaître et à apprivoiser au plan du conscient.  Ils révèlent un contact avec des formes archaïques de la vie humaine.  Aussi, plus ils paraissent frétillant, mieux ils révèlent un état d’âme sain et joyeux.  Autrement, ils éclairent des éléments de son destin qui préoccupent parce qu’on ne détient pas encore les moyens de saisir une situation.  On ne parvient pas à comprendre une réalité qui se passe très près de soi ou en soi.  En psychologie comme en métaphysique, ils sont des gages de révélation, de sagesse et de fécondité.  Pas étonnant qu’aux Indes on assume que Vishnou ait pris la forme d’un poisson dans sa première incarnation, figurant le Soleil dans sa phase embryonnaire alors qu’il ne constituait qu’une modeste accumulation de matière.       En résumé, le poisson exprime symboliquement la nécessité de nager à son rythme dans les eaux de la Vie.  Il invite à plonger dans les profondeurs de son être pour faire affleurer à la conscience des éléments significatifs qui, une fois repérés, pourraient amener une grande délivrance.  On dit qu’il capte la négativité humaine pour la dissiper dans l’eau, permettant à l’Humanité de vivre plus en paix.

Consommer de la chair de poisson correspondrait à assimiler au niveau conscient une énergie provenant des profondeurs de son psychisme.  Dans la Cabale, il éclaire la faculté de se mouvoir dans les Eaux de Mem.

 

POISSON D’ARGENT : Le poisson d’argent est relié à l’action magnétique de la Lune, révélant les bons circuits énergétiques qui agissent en soi ou autour de soi, exprimant généralement une puissante attraction personnelle sur les autres ou sur son environnement.  Il évoque également l’inspiration spontanée, des perceptions sensibles accrues, une grande force psychique, sa capacité d’émerveillement, son goût des lieux enchanteurs, ses contacts avec les plpoisson-d-argentans invisibles, les grandes réalisations de l’esprit.  Il annonce qu’un aspect de sa dimension intérieure se prépare à se révéler à soi.  Il évoque parfois les promesses que l’on fait ou que l’on reçoit, une aventure extraordinaire qu’on vivra bientôt, une expérience nouvelle qui prend forme.  Il suggère l’entrée dans des ambiances qui entraîneront dans une ouverture intérieure, secrète et mystérieuse.  Peut-être s’agit-il d’une manifestation des êtres de Lumière, spécialement des anges?

POISSON DE RIVIÈRE : Cette variété de poissons éclaire les ressources intimes propres à améliorer immédiatement son destin, les valeurs bénéfiques qu’on peut échanger avec ses semblables, les forces magnétiques et créatrices de la vie, l’équilibre à atteindre pour vivre sainement ou sereinement son quotidien.  Elle exprime souvent la force de persuasion qui émane des bons mots bien choisis pour faire comprendre son point de vue.  Elle peut également annoncer des gains multiples ou des réussites souhaitées.poisson-d-or

POISSON D’OR : Le poisson d’or est relié à l’énergie électrique du Soleil, au pouvoir créateur, à la vitalité, à la volonté agissante, à la joie entraînante, au dynamisme à toute épreuve, au désir de suivre la bonne route pour évoluer, à la protection tutélaire des forces diurnes de la vie.  Il évoque une évolution lumineuse dans l’aise et la grâce.

POISSONS INVERSÉS : Les deux poissons inversés symbolisent la participation à la marée du Cosmos, du Grand Univers et l’appartenance à la communauté de tous les hommes de la Terre, comme la goutte d’eau qui est agitée par l’océan.  Ils évoquent le monde de l’indistinction, de l’indifférencié, du noyé, du confondu, par effacement des particularismes, au profit de l’illimité, pour suivre le trajet du zéro (de l’Alpha) à l’infini (l’Oméga).  Il s’agit du Poisson supérieur uni au Poisson inférieur.  Ces deux créatures évoquent la dynamique du Tai Chi, la complémentarité du visible et de l’invisible, de l’énergie Yin et Yang, des cycles, des saisons.  Ils laissent entendre que chaque saison de la vie reste inséparable des autres saisons, chacune postulant son opposé complémentaire.  Ainsi, pendant qu’au Nord, le printemps, fils de l’hiver et père de l’été, croît, au Sud, l’automne, fille de l’été et mère de l’hiver, croît aussi.  Les quatre saisons se suivent pour se compléter, opposées deux à deux, entre deux pôles froids et une zone médiane toujours chaude.  Toute la magie christique, celle du Fils, soit de la Création, s’opère ainsi, au cœur, reliant le haut (le père)  et le bas (la Mère)  de même que tous les opposés apparents, toujours compatibles et complémentaires, révélant le Tout dans son action évolutive.  Voilà l’Œuf cosmique qui enseigne la complémentarité parfaite, en termes d’égalité, des deux polarités créatrices.  Fusion du Ciel et de la Terre.  Immortalité et mortalité.  Renouvellement des cycles.

poisson rouge : Il évoque l’opulence, des aventures plaisantes, des expériences fructueuses.  Paradoxalement, on le relie aux émotions changeantes et aux pensées sensuelles intenses ou aux pensées spirituelles.  En bocal, il peut trahir un sentiment de limitation ou d’emprisonnement.

POISSON SUPÉRIEUR : Dans la Cabale, c’est une désignation de Mars.

POISSON VOLANT : C’est l’exocet, relié à Mercure, le Messager des Dieux.  Il annonce un voyage extérieur ou intérieur, une inspiration soudaine, une communication rapide et efficace, des contrats commerciaux fructueux, etc.  Il indique qu’on se sent émotionnellement libéré, donc poisson-volantdépourvu d’inhibitions.  Il évoque l’aptitude à renouveler sa motivation ou sa foi de manière à rebondir.  On a appris à se servir de l’énergie sensible à son avantage.  On réussit facilement à s’extraire des courants négatifs éprouvants.  L’émotion passe dans un mouvement rapide à la pensée rationnelle.

POISSON SUR UN PLAT : Image chrétienne du repas eucharistique.

POISSONS (Banc de) : Il évoque une phase de vie productive et rentable, une accentuation de sa prospérité, des perceptions psychiques multiples, de multiples solutions pour accéder à l’abondance.  Il convie parfois à mener une étude de ses valeurs profondes et réelles.

POISSON (Entrée dans le) : Entrée dans la Nuit cosmique pour affronter la mort sans mort afin de mieux renaître.  Période de gestation intérieure salutaire.

POISSON (Manger du) : Assimiler au niveau conscient une énergie provenant des profondeurs de son psychisme.  Fait toujours de bon augure annonçant la prospérité ou la fertilité.

POISSON (Pêcher le) : Extraire des éléments de l’inconscient en laissant jouer les forces spontanées et en recueillant leurs résultats fortuits.  Faire remonter à la surface des éléments utiles des profondeurs de son psychisme.

ANGUILLE : Poisson d’eau douce osseux, à corps allongé comme un serpent et à nageoires réduites, mais à peau visqueuse et glissante, qui va pondre dans la mer des Sargasses.  Curieusement relié au hibou, par les correspondances cosmiques, il se signale par le fait que, retiré de son milieu aquatique naturel, il met beaucoup de temps à mourir.  Il symbolise une mutation dans l’être plutôt difficile à saisir.  Maîtrisant l’art du camouflage, il réussit anguilleà tout voir sans être vu et à prendre la fuite au bon moment, en cas de menace.  On l’associe au pouvoir de l’électricité, d’où il illustre l’être qui se met à la quête de sa Source spirituelle en sondant les profondeurs de son inconscient.  À cause de son habitude de se loger sous les pierres, il exprime la dissimulation et il signale des difficultés qu’on ne peut surmonter par une intervention rapide.  Il invite à vérifier des aspects cachés de la réalité et à tenir bon dans ses entreprises.  Il suggère qu’on a du mal à s’engager, qu’on s’insère mal dans la vie ou qu’on n’apprécie pas suffisamment ce qu’on possède, négligeant de s’en servir convenablement.  Pourtant, en fait, ce poisson constitue l’emblème du Soleil naissant ou de la Manifestation primordiale émergeant des eaux.  Dans le folklore populaire, il annonce des nouvelles soit agréables soit contraires, des déceptions, des tromperies, une trahison.  En psychologie, on lui donne une connotation sexuelle, le reliant au pénis de l’homme.

BAR : Poisson de mer qu’on peut dire sociable puisqu’il vit en bancs parfois immenses le long des côtes rocheuses.  Il révèle une prédilection pour l’embouchure des cours d’eau où il se tient à la limite de l’eau de mer.  Carnassier très vorace, il se nourrit de poissons plus petits que lui.  On le sait assez sédentaire, mais il migre vers le large en automne.  Outre le symbolisme général du poisson, cette espèce identifie un être qui se prépare à retourner à ses origines primordiales.

BROCHET : Poisson d’eau douce très vorace, aux mâchoires garnies de dents très nombreuses, de la famille des ésocidés, aussi appelé reqbrochetuin des rivières.  Il symbolise le Soleil qui purifie l’inconscient et qui réintègre tout en lui au terme de son cycle de manifestation.  Il contribue à éveiller à la Lumière divine, indiquant la direction de la Source primordiale.  On lui attribue une image de malignité.

CARPE : Poisson d’eau douce de la famille des cyprinidés habitant les eaux profondes des rivières et des étangs, se plaisant dans la vase et les eaux stagnantes, suçant sa nourriture par sa gueule recourbée vers le fond sans choisir ni regarder ce qu’il fait, mais qui mord rarement à l’hameçon.  Souvent associé à la prévision, à la fortune et aux manifestations d’apparence miraculeuses ou providentielles, il symbolise la jeunesse, la force, la bravoure, l’endurance, la défense de ses intérêts, la prospérité. Il exprime l’amour vrai témoigné avec courage.  Il invite à mettre son ego de côté, à rabaisser ses prétentionscarpe orgueilleuses, pour éviter de gâcher ses relations amicales ou amoureuses.  Dans certains pays d’Orient, il sert d’emblème au vœu de longévité.  Au Viêt-Nam, on en fait une effigie domestique pour se protéger contre les incendies.  En Chine, il symbolise la supériorité intellectuelle, le courage, la persévérance et la virilité.  Au Japon, il illustre l’état d’acceptation et de non-résistance qu’un individu doit adopter devant la mort.  Chez les Bambaras, il figure la prospérité matérielle, la fécondité terrestre et l’évolution spirituelle.  Les Japonais et les Chinois ont sélectionné certaines espèces de carpes pour l’ornement des bassins d’eau et ils en ont obtenu un grand nombre de variétés rouges, dorées, blanches et noire absolument magnifiques.

La carpe est l’un des poissons les plus répandus dans le monde.  On lui reconnaît une vitalité et une résistance légendaires.  Elle symbolise donc, en réalité, la vigueur, le courage, la persévérance, la discrétion et la longévité.  On dit qu’elle peut facilement se transformer en mortels.  Emblème des garçons virils, on lui attribue encore un présage de succès dans des examens ou de fécondité.  Chez les Bambaras, elle figure aussi la vulve de la fillette dont on va exciser le clitoris.  Dans le registre populaire, elle annonce un succès affectif ou professionnel.

CARPE D’OR : Au Viêt-Nam, elle identifie un esprit malfaisant.

CYPRIN: Il s’agit du poisson rouge, une variété de carpe d’Asie, qui symbolise l’équilibre entre l’esprit et les émotions.  On le relie à la paix, à la beauté, à l’harmonie et à la prospérité.  Il illustre un bonheur serein.

DAURADE (DORADE) : Poisson téléostéen vivant dans la Méditerranée et le Golfe de Gascogne.  Par ses reflets dorés, il évoque les aspects solaires, donc actifs et joyeux de l’inconscient;  par ses reflets argentés, il figure les aspects lunaires, donc réceptifs et sereins de l’inconscient.

ÉGLEFIN : Poisson de mer, un membre de la famille de la morue, mais plus petit, qui vit dans la mer du Nord, où il a évolué en une espèce unique (melanogrammus), porteur, selon le point de vue, de la trace du pouce du diable ou de la marque de saint Pierre.  On distingue ce poisson de fond de ses voisins par la taille de son corps fusiforme, d’environ 30 à 60 cm, doté de trois nageoires dorsales sur une bande noire (gris pourpre sombre) surmontant un ventre gris légèrement rosé.  Il démontre comment, dans des conditions particulières ou une détermination personnelle, une espèce (ou un être) en vient à se distinguer des autres, pour le meilleur ou pour le pire (en évoluant ou en régressant).  On l’appelle encore aiglefin ou aigrefin, cabillaud et haddock.

espadon

ESPADON : Poisson des mers chaudes et tempérées dont le museau (mâchoire supérieure) est allongé comme une lame d’épée.  Modèle de fidélité conjugale, il vit solitaire et contemplatif en cas de perte de sa partenaire.  Il symbolise la projection vers le futur et la défense ardente de ses valeurs.

ESTURGEON : Poisson ganoïde marin de grande taille à bouche ventrale et à cinq rangées longitudinales de plaques sur les flancs qui remonte les fleuves pour esturgeonpondre.  En fait, il passe un ou deux ans dans les estuaires après l’éclosion achevant sa croissance en mer.  Par son incroyable capacité de ponte, la femelle symbolise d’abord la fécondité.  Quant au mâle, il symbolise la fidélité conjugale.  Mais, dans un sens mystique plus large, ce poisson symbolise le retour aux origines.  Il exprime aussi la faculté de sonder les deux mondes, le plan concret et les plans subtils.  C’est l’Ancêtre qui guide l’âme à travers la Caverne des âges et la ramène à sa Source divine.

EXOCET : C’est le poisson volant, un poisson des mers chaudes aux nageoires pectorales développées en forme d’ailes lui permettant d’effectuer de très longs sauts planés hors de l’eau.  Il symbolise la conscience qui tente de s’extraire de l’indifférenciation.  Il suggère parfois de faire des efforts pour élever sa conscience, pour maîtriser ses émotions ou ses pulsions instinctives.  Dans la conception populaire, on dit qu’il prévient d’une fausse promesse.  Voir à Poisson volant.

FLÉTAN : Grand poisson plat des mers froides, de la famille des pleuronectidés, à grande bouche au corps allongé et à queue fourchue, qui habite les flétan-téléchargementeaux profondes, dont une espèce, le flétan blanc, peut atteindre, par une croissance relativement lente, une longueur de 2 m 50 pour un poids record de 300 kg.  Il symbolise le Protecteur de la vie qui confère la force et assure la stabilité.  Par les correspondances cosmiques, il est associé à l’ours terrestre.

GOUJON : Petit poisson des rivières limpides de la famille des cyprinidés qui se complait dans les eaux peu profondes.  Il évoque les réalités de l’inconscient qui se préparent à émerger à la conscience ou celles de l’invisible qui se préparent à surgir dans la conscience.  Mais il s’agit toujours d’aspects solaires, donc chaleureux, joyeux, amoureux.

hareng

HARENG : Poisson à dos vert-bleu, à ventre argenté, abondant dans toutes les mers, qui voyage en bancs énormes à l’époque du frai.  Relié à la Lune, il identifie les aspects évolutifs ou involutifs

LOCHE : Petit poisson de rivière ou d’étang de la famille des cobitidés qui porte des barbillons à la bouche.  Relié à la Lune, il symbolise les errances sereines de l’imagination, la rêverie douce, l’esprit romanesque, la sentimentalité superficielle.

MAQUEREAU : Poisson marin osseux, au corps fusiforme, à dos bleu-vert zébré de noir, au ventre nacré, s’approchant des côtes au printemps et en été.  Lié à la Lune, il symbolise les états seconds et visionnaires, les envolées imaginaires, qui rechargent d’énergie et supportent les élans d’affection ou de créativité.

 

MERLAN : Poisson marin osseux des côtes, de la famille des morues, à trois nageoires dorsales et deux anales, mais dépourvu de barbillon à la mâchoire inférieure, qui vit par bancs.  Il symbolise la générosité de la Nature, la simplicité de la Lune, la réceptivité aux influences célestes.

mérou

MÉROU : Gros poisson osseux marin des côtes caractérisé par son aspect massif et par sa grande bouche.  Il symbolise la fertilité lunaire.  Il attire l’attention sur un élément de l’inconscient qui prend actuellement des proportions démesurées et qui peut engloutir ses meilleures énergies.  Ou est-il devenu si évident qu’on ne le voit plus?  On doit porter attention à ce qu’on profère.

 

MORUE : Poisson de grande taille des mers froides pourvu d’un barbillon à la mâchoire inférieure.  Il symbolise la lumière de la mer, donc l’assistance de la Mère divine.

murène

MURÈNE : Poisson téléostéen des fonds rocheux, à corps long, mince et cylindrique, dépourvu de nageoires abdominales, très vorace, voisin des anguilles.  On en retrouve dans toutes les mers chaudes, surtout dans les crevasses des récifs coralliens où il se camoufle.  Il symbolise les pouvoirs de l’inconscient difficiles à saisir.  Il annonce souvent une intuition fulgurante ou une grande mutation de sa conscience.

OMBLE : Poisson physostome appelé saumon de fontaine en Europe, mais truite au Canada, qui se signale par ses petites écailles colorées et son ventre rose.  Il symbolise la sagesse secrète et la nourriture spirituelle, la liberté, la souplesse.  Il nage dans la Mère, ne faisant qu’un avec elle.  Il désigne toutes les influeomble-de-fontainences solaires qui agissent dans l’inconscient.  Il invite à célébrer la vie, à apprécier partout la beauté, à rester dans le mouvement du renouvellement.

PERCHE : Poisson vorace, de taille moyenne, qui vit dans les cours d’eau douce à faible courant, mais fuyant les torrents, passant facilement de l’eau trouble à l’eau claire.  Il réussit à se camoufler grâce à sa coloration particulière par laquelle il se confond avec la végétation aquatique.  En été, ce grand batailleur, plutôt agressif, nage à la surface, se défendant en attaquant par derrière.  Il symbolise l’adaptation à l’environnement et l’aptitude à trouver ce dont on a besoin.  Astucieux et fuyant, parfois effronté, il illustre la nécessité de la communication et de la participation dans la société.  De comportement grégaire, il est doté d’une grande sensibilité aux odeurs et d’une excellente vue.  Il témoigne d’une grande dextérité parentale.  Il incarne la fertilité et il évoque l’activité menée conformément à son rythme personnel.  En psychologie, il évoque l’appétit génésique.

PIRANHA (PYRAYA) : Petit poisson carnassier très vorace des fleuves de l’Amérique du Sud, surtout dans l’Amazonie, aimant vivre en bandes.  Ésotériquement, il symbolise l’Esprit de justice des fleuves, au service des cours d’eau et de la vie qui l’habite.  Il témoigne du pouvoir du groupe pour mettre les ennemis en pièces.  Il illustre l’aptitude à utiliser tout ce qui est mis à sa disposition.  En rêve, il peut évoquer la terreur inconsciente qu’engendre une région redoutable ou un peuple irréductible, autant au sens concret qu’au sens figuré.  En psychanalyse, il peut correspondre à la crainte de l’acte sexuel avec la femme, cette peur de pénétrer un vagin denté.  Dans son aspect inversé, il évoque la sauvagerie.

PLIE : Poisson téléostéen plat des eaux salées, de la famille des pleuronectidés, facilement reconnaissable par le fait qu’il porte les yeux à droite, sur sa face supérieure.  On le voit parfois remonter l’estuaire des fleuves.  Cette variété de sole porte souvent le nom de carrelet.  Il évoque le disque de la Lune, miroir du Soleil.

RAIE : Grand poisson sélacien cartilagineux à corps aplati, mais à nageoires triangulaires très développées, soudées à la tête, qui vit, en général, près des fonds marins.  Apparenté au requin, il présente une gueule armée de plusieurs rangées de dents triangulaires.  Sur les lits sablonneux, graraieveleux ou vaseux, il passe la majeure partie de son temps couché à plat sur le fond, n’aimant guère nager en eau libre, bien qu’il puisse le faire avec une élégance et une aisance que lui envieraient bien des poissons, s’élançant comme s’il volait entre deux eaux.  Associé à Mars, ce poisson symbolise la rigueur de la causalité, la vitalité latente, l’évolution dans l’ordre et l’harmonie.  Il évoque l’aptitude à nager lentement dans son monde émotionnel.  Il témoigne d’un usage efficace de la taille dans la défense de sa vie.  Il invite à comprendre les différences et à les accepter.

RÉMORA : Poisson téléostéen des mers possédant sur la tête un disque formant  une ventouse qui lui permet de se faire transporter par d’autres créatures marines, notamment par les cétacés avec lesquels il développe des connivences extraordinaires.  On l’appelle souvent le pilote.  Il symbolise la guidance et le support tutélaires du Maître intérieur qui a établi avec son hôte une alliance éternelle.

REQUIN : Poisson sélacien de haute mer au corps fuselé dont la bouche s’ouvre à la face ventrale et se termine par un rostre pointu, présentant des fentes brachiales sur le côté du corps et une nageoire caudale hétérocerque.  Cet animal marin au corps allongé, de grande taille et très puissant, présente une bouche largement fendue qui lui permet de s’adonner à sa voracité et à sa férocité, d’attaquer pour survivre.  Il offre la particularité d’être un chasseur ou un prédateur vivipare et placentaire.  Son nom lui-même le rend suspect, provenant du mot latin requiem par allusion à la mort rapide qu’il provoque, comme le dit Le Petit Robert.  Pourtant, lorsqu’il se regroupe en meute, il repousse les poissons vers la rive permettant aux populations du littoral de les requincapturer pour assurer sa subsistance.

Dans la Hiérarchie de la Création, le requin symbolise le radar de la faculté psychique et il détient la vibration de la vérité au niveau du monde aquatique.  Il exprime les qualités du chef de file détenteur d’une grande force de caractère pour donner ses directives et les faire exécuter.  Il révèle l’exercice d’une sagesse rigoureuse pour répondre aux diverses nécessités de sa vie, particulièrement adroit à trouver la bonne réaction dans les moments d’urgence.  Il constitue une centrale de réception d’informations universelles de manière à orienter les projets planétaires et personnels de façons constructive.  Il appelle à fournir des échanges lumineux dans les périodes sombres de manière à s’allier à un groupe d’âmes-sœurs pouvant aider à réaliser son plan de vie.  Il suggère de se mettre à l’écoute des impulsions spirituelles émises par la Vie universelle.  Il invite à ne pas chercher un sauveur qui prendrait la responsabilité de sa vie et libérerait de ses dettes karmiques, mais à le faire par soi-même.  Il recommande d’apprendre le pardon qui permet de transcender les griefs, la bigoterie, le sectarisme et la haine.

En lien avec la Sagesse du passé, le requin apparaît comme un Dieu de la Mer qui veille sur les limites de la Terre.  On lui attribue la faculté de changer de forme et l’aptitude à bouger constamment.  Selon les cultures, comme on ne peut jamais le prendre en faute d’inattention et qu’il sait se défendre lui-même, on le considère comme le Gardien de la famille, le Sauveur et le Protecteur du milieu marin.  Il rappelle que certains doivent, sans remords, se charger de faire du grabuge pour que les autres comprennent, par le jeu du miroir, ce qui se passe en eux.  Il demande qu’on cesse de cultiver cette illusions que, parce qu’on évolue en conscience, on est parvenu à la perfection, donc qu’on détient déjà toutes les vertus.  Très adaptable, il enseigne les modalités de la survie.

Ceci posé, à propos du requin, n’est-il pas étrange que certaines fraternités spirituelles considèrent cet animal comme une créature dirigée par un Ange noir?  Des recherches récentes en milieu océanique ont d’ailleurs démontré qu’on exagérait grandement sa férocité, comme celle de tout animal qu’on méconnait, ce qui donne lieu à des superstitions malencontreuses en raison de leur persistance.  Pas surprenant que dans le langage populaire, il décrive un être à l’inimitié sans scrupule, arriviste à tout prix, excessivement rapace ou gratuitement destructeur.  Il désigne encore souvent une personne cupide et impitoyable en affaires.

SARDINE : Petit poisson marin de la famille des clupéidés, voisin du hareng, au dos bleu-vert et au ventre argenté, se déplaçant par bancs.  Il illustre mieux que tout poisson la fertilité intérieure, la multiplicité des désirs surgis d’une imagination vive, la fusion dans l’indifférencié.  Il évoque surtout les aspects lunaires de la vie psychique.  Associé à la vie de famille, il symbolise la parfaite synchronisation sur l’onde de l’âme de groupe.  Dans son aspect négatif, il illustre une situation qui ne laisse place à rien d’autre, pouvant évoquer une impression d’être comprimé dans son espace personnel, un état de tension extrême qui coupe le souffle  ou un état de saturation intérieure.  Associé au menu fretin, il illustre les désirs par trop petits ou la dépersonnalisation au profit du groupe.  Il peut souligner qu’on se sent piégé par les circonstances.

SAUMON : Gros poisson migrateur au corps fusiforme qui abandonne la mer et remonte le fleuve dans lequel il est né au moment du frai.  Après son éclosion, il vit deux ans dans les cours d’eau douce, allant achever sa croissance en mer pendant plusieurs années.  Ayant atteint sa pleine maturité, il remonte enfin son fleuve d’origine pour y pondre ou s’y reproduire, puis il meurt d’épuisement pour avoir parcouru un aussi long et périlleux périple jusqu’à la source de son cours d’eau d’origine.  On lui associe les qualificatifs d’inspiré, de solitaire, de patient, de courageux, de persévérant, de saumondéterminé, de sage, de clairvoyant, d’inspiré, de libre, de souple.  Considéré comme un symbole solaire, il exprime la maîtrise de l’inconscient et la claire mémoire du lieu de la Source de ses origines.  Autrement dit, il illustre la quête du Sage qui, étant parvenu à identifier le but de l’Initié, finit par réintégrer la Source originelle au terme de son expérience terrestre.  Emblème de Science sacrée, mais au sens très étendu de Science universelle, du fait que, dans ses migrations, il vit tantôt dans l’eau douce tantôt dans l’eau salée, on le considère également comme une nourriture spirituelle.  En résumé, il symbolise l’être qui s’abreuve à la Source même de la Sagesse, annonçant un accroissement de la richesse concrète ou de la richesse spirituelle.  Il nage dans la Mer (dans la Mère), ne faisant qu’un avec elle, rappelant la renaissance du Savoir spirituel.

Le saumon apparaît comme un gage de régénération et de rajeunissement.  Il illustre la compréhension des messages intuitifs et il révèle la détermination de parvenir à la victoire malgré l’adversité.  Il atteste qu’on dirige bien ses sentiments, évitant qu’ils dégénèrent en émotions.  Certaines traditions l’identifient comme le plus vieil animal de la terre.  En Irlande, on le range parmi les animaux primordiaux à titre d’initiateur planétaire.  Il figure la dernière manifestation triennale de Tuan Mac Cairill.  Pêché par un serviteur de la reine du pays, il le servit à manger  à sa souveraine.  Mais le Dieu s’incarna finalement en elle sous la forme de Tuan.  Il enseigne que, pour devenir sage, il faut remonter le fil de sa vie, voyageant dans sa conscience, jusqu’au moment de sa naissance originelle, le seul moyen de réintégrer la Source divine.  Il représente une promesse de jeunesse dans la mesure où on sait maintenir une attitude d’ouverture et d’innocence.  Par son apparition, il traduit l’urgence de s’unir à son Enfant intérieur pour redécouvrir le goût de bondir, de danser, de s’amuser, de partir à l’aventure.  On dit qu’il nage dans le Puits de la Sagesse, situé à la Source de toute vie.  Ce Puits sacré est entouré de neuf noisetiers qui dispensent la connaissance et la sagesse.  Les points rouges qu’on aperçoit sur sa peau rappellent justement qu’il a  lui-même mangé de la Noix de la Sagesse.  Il distille l’élixir de vie qui permet au vieillard de retrouver la jeunesse et au jeunot de découvrir et d’apprécier la sagesse des aînés.  Il invite à découvrir le sens de la vie et le but véritable de l’existence, rappelant qu’on ne peut se régénérer qu’en retournant d’où on vient, à la Source créatrice.  Mais il faut commencer par remonter le courant de ses émotions, pour se dégager des illusions et de la confusion, ce qui permet de gagner en clarté intérieure et en intuition.

Dans son aspect négatif, le saumon dénote un manque de sagesse résultant d’un excès de sérieux, de sévérité, de gravité, comme on les rencontre trop souvent chez les adultes.  Peut-être s’agit-il plutôt d’une détermination qui frise l’obstination et maintient dans la tension continuelle?  Probablement qu’on produit trop d’efforts pour atteindre ses buts.  Peut-être qu’on compte trop sur les autres pour trouver la sagesse à sa place ou qu’on applique dans la vie la vérité des autres?  Chose sûre, il faut choisir une approche de la vie plus détendue et plus ouverte.  Le saumon ne lutte jamais contre le courant bien qu’il mette tout en œuvre pour le remonter.  Mais ce qu’il met en œuvre, c’est précisément la connaissance qu’il a de ce courant, choisissant les secteurs de réversibilité qui lui permettent de nager sous le courant de surface.  On aurait intérêt à découvrir ses trucs.  Mais il n’hésite pas à sauter les chutes d’eau dangereuses pour atteindre son but.

Le secret du saumon pour se rapprocher de la Source de la Sagesse consiste à nager le plus simplement du monde dans la Rivière de la Vie qui mène à l’Océan de l’Être.  Sa sagesse lui vient de son intime participation à la Vie totale.  Mais il a d’abord développé cette sagesse en vivant dans l’instant présent.

SAUMON ARGENTÉ : Dans les temps actuels, il représente le poisson qui remonte la rivière du temps personnel et qui manifeste la jeunesse au cœur de la vieillesse afin que la sagesse des Anciens redevienne accessible à l’enfant de la Terre (Dieu-Homme).

SAUMON AVEUGLE : Pour les Celtes, il s’agit du saumon d’Assaroe, la plus vieille créature du monde.  Presque figé dans la glace de son étang, à l’aube des temps, un aigle lui vola ses yeux, ce qui le rendit aveugle.

SÉBASTE : Poisson des grands fonds, de la famille des scorpénidés, où il se nourrit de jour, s’en retirant par protection la nuit, notable par ses écailles irrégulières roses, rouges ou orangées, qui n’est nul autre que la dorade, aussi appelée rascasse du nord, chèvre, scorpène, perche rose ou perche de mer.  Poisson hideux à tête à protubérance osseuse, aux yeux exorbités, à grande bouche dont la mâchoire inférieure est proéminente, doté de plusieurs nageoires épineuses, qui se déplace lentement, souvent en bande, ce qui le rend facile à capturer.  Il peut atteindre 55 cm chez le mâle et 70 chez la femelle.  Il exprime la prudence et la protection par le nombre.

SOLE : Poisson marin plat et ovale de la famille des anacanthiniens, couvert d’écailles fines, vivant sur les fonds sablonneux et peu profonds à proximité des côtes où elle se confond facilement avec son environnement.  À partir de l’éclosion de l’œuf, l’alevin se transforme progressivement en apprenant à se mouvoir susoler le flanc, car il se déplace plus par contractions de ses muscles qu’en agitant ses nageoires rudimentaires, ce qui amène son œil gauche à migrer vers le côté droit pour se placer près de l’œil droit sans vraiment s’aligner sur lui.  Il symbolise l’être qui sait s’animer de toute son énergie interne pour avancer dans la vie au lieu de recourir à des moyens spécialisés.  Il évoque encore d’adaptation parfaite à son environnement.

SQUALE : Groupe de poissons qui porte aussi le nom de chien de mer, composé d’environ cent quinze espèces, comptant des requins de toutes tailles aux formes des plus variées, notamment l’aiguillat commun, l’espèce la plus répandue, un petit poisson agressif de 80 cm à 1 m 10, à peau rugueuse grise ou brunâtre sur le dos et pâle ou blanche sur le ventre, qui chasse en énormes bancs de représentants du même sexe.  À titre de meneur né, il illustre la forte, la persévérance et, parfois, la férocité.  Il illustre la fraternité des pairs, dans le bien comme dans le mal.

TANCHE : Poisson d’eau douce de la famille des cypripèdes, à peau sombre et gluante de couleur vert doré qui se plaît dans les fonds vaseux.  Il symbolise les réalisations terrestres fondées sur l’amour ou les délices du cœur.

THON : Poisson marin de grande taille de la famille des scombridés qui vit surtout dans l’Atlantique et la Méditerranée, caractérisé par une athonrête dorsale qui se prolonge jusqu’à la queue.  Ce poisson à dos bleuté et à  ventre argenté constitue un excellent nageur en raison de sa morphologie particulière (corps effilé légèrement ovale).  Relié à la Lune et au buffle, il symbolise l’habilité à faire des incursions dans son psychisme pour en repérer les éléments sains ou nuisibles ou la propension exagérée à se lancer dans des errances psychiques.  Il peut attirer l’attention sur des éléments archaïques ou rigides du psychisme.  Il évoque une expérience de vie consistante ou enrichissante, mais pas forcément inspirante.  Il enseigne à découvrir la paix dans le silence.

TRUITE : Poisson physostome carnassier de la famille des salmonidés qui vit dans les eaux pures, vives, fraîches, bien oxygénées.  Il symbolise les influences solaires qui agissent dans l’inconscient.  Il illustre l’être  qui sait célébrer les joies de la vie, se nourrit d’aliments sains, s’abreuve aux sources pures, vit en harmonie avec les cycles de la Nature, s’occupe de son bien-être physique (hygiène)  et de son évolution spirituelle.  Il suggère truiteencore un mental illuminé au service de l’intuition.  Cet être naturel et spontané témoigne d’un esprit vif et d’un cœur candide.  Les taches de sa peau révèlent son lien indestructible avec les étoiles, les Guides tutélaires de l’humanité.

 

TURBOT : Poisson plat des mers au corps rhomboïdal presque rond, disons ovale, dont le côté portant les yeux est coloré.  Relié à la Lune, son symbolisme se rapproche de celui de la sole.

VAIRON : Petit poisson physostome de la famille des cyprinidés, au corps presque cylindrique, vivant dans les eaux courantes.  C’est l’un des plus petits poissons des lacs, des rivières et des ruisseaux, très grégaire, belliqueux pour ce qui concerne le mâle, utilisé comme appât pour la pêche au vif.  Il symbolise la pullulation ou la multiplicité, illustrant la variété infinie des formes de la Nature.  Il illustre tous les aspects lunaires.  Il démontre le pouvoir de la protection du groupe dans lequel il faut néanmoins maintenir son individualité.  Il évoque une expérience reliée à la taille et il établit un lien avec la jeunesse.  Il appelle à comprendre les expériences des ses pairs (compagnons ou égaux).

© 2009-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur