LES HAUTS LIEUX, DES PORTAILS D’ÉNERGIE COSMIQUE…

Le Haut Lieu désigne un site qui dégage une énergie vibratoire importante, bienfaisante et régénératrice et qui rehausse le sens des valeurs.  Souvent, le Haut Lieu est à la fois reconnu par une communauté et souvent matérialisé par une superstructure ou une forme naturelle qui permet de le repérer facilement dans le paysage.  Il existe des Hauts Lieux rattachés à des religions ou à des faits religieux, comme Jérusalem, Rome, La Mecque, Bénarès, le mont Fuji Yama, mais, au sens initiatique, celui-ci implique d’abord une signification symbolique ou mythique et il se prête à un investissement collectif qui revêt un caractère plus ou moins sacré.  Il condense le sacré qui s’y manifeste avec insistance en permanence.  Il peut être couplé à des lieux d’une ancienne, par exemple du culte roman, ou se trouver dans un certain périmètre particulièrement vibrant.  En Europe, il coïncide souvent avec un espace de vénération druidique ou celtique, matérialisé par des dolmens, des menhirs, des blocs de rochers spécifiques, une source ou une fontaine.  En Amérique, il se dresse généralement sur un site énergétique natuMonolitherel vénéré de longue date par les membres des Premières Nations.

À la vérité, il existe deux sortes de Hauts Lieux : les hauts lieux naturels et hauts lieux chargés.  Les premiers sont alimentés par les courants telluriques, véritables «Kundalini terrestres», sorte de système nerveux de l’écorce planétaire. Ils résultent de la différence de potentialité entre deux pôles dissemblables et suivent principalement le réseau tracé par les cours d’eau souterrains et les lignes de faille.  Les hauts lieux chargés relèvent des créations humaines, préméditées ou involontaires. Il s’agit d’édifices et de sites naturels, par exemple de grottes, où des Initiés se sont livrés à des opérations cryptiques dans l’intention d’imprégner la pierre ou le sol, de les doter, en quelque sorte, d’une imprégnation spirituelle. Et cela afin d’éveiller de futurs adeptes, de travailler leur inconscient, afin qu’ils puissent retrouver plus facilement le sentier des anciennes traditions mystiques ou des antiques connaissances. Il fallait que le flambeau puisse sans cesse être repris dans une succession disciplique.  À l’inverse, il importait parfois que l’intérêt de certains lieux soit préservé de la curiosité gênante des profanes ou des imposteurs et apprentis sorciers, des prétendus mages, des pseudo-initiés, des marchands de Temple ou des adeptes insuffisamment éclairés, aventuriers irresponsables lancés sans préparation adéquate sur un sentier ou l’autre de la Quête spirituelle.

On devrait se rendre dans un Haut Lieu ou se relier à lui dans la sérénité, donc la paix dans l’âme.  À cette fin, il faut bannir la colère, la haine, l’impatience, la peur et tout ce qui fait serrer les mâchoires et fermer le cœur.  Tout comme dans d’autres lieux sacrés, telles les églises, les basiliques et les temples, on y entre avec respect, évitant d’y manger ou de s’adonner à des activités trop profanes.  Quand on dit «entrer dans un Haut Lieu», le terme est correctement choisi.  Car pour atteindre le centre de ce lieu, il faut passer par des portes subtiles, souvent matérialisées par un porche, une arche de verdure, des arbres ou des rochers disposés de façon particulière.  On peut faire une offrande au lieu : petites pièces de monnaie lancées dans une fontaine, bouquet de fleurs sauvages posé sur une pierre ou un autel, petits cailloux ramassés au cours de son périple pédestre ou prière dite avec conviction.  Au terme de sa visite, tout Haut Lieu se quitte sur un acte de gratitude à la manière qu’on quitte des amis après une visite ou après un bon repas. De temps immémoriaux, une pratique ravivée au Moyen Âge, les Lieux sacrés ou les Hauts Lieux sont devenus des endroits où les gens venaient se ressourcer et capter les énergies telluriques de la planète ou les vibrations cosmiques du ciel. Baignés par ces courants, les êtres humains repartaient régénérés au sens physique, psychique et spirituel du terme.

Il semble qu’aujourd’hui, ces lieux particuliers aient, malgré la modernité, conservé leur spécificité  Et ils la laissent sentir à condition que l’être qui s’y présente cède la place à sa sensibilité psychique et à son ressenti profond.  Certains diront qu’ils n’y ressentent pas grand-chose, voire rien.  Pourtant, la majorité des gens ont pu ressentir un fort bien être dans une maison inconnue au point de vouloir s’y installer ou ils ont, au contraire, éprouvé un étrange malaise les obligeant malgré eux à abréger la conversation.  Dans un Haut Lieu, toute personne ressent forcément un degré ou un autre d’attraction ou de répulsion et cela suffit pour justifier son passage en pareil site.  Par la suite, le travail de transformation se poursuit parfois pendant des années.

Quand on ne peut pas se rendre physiquement dans un Haut Lieu, on peut toujours s’y rendre en pensée ou demander de s’y rendre par les plans subtils pendant son sommeil, au cours de la nuit, pour s’imprégner de ses effluves telluriques et spirituelles.  En y allant et en y retournant, on finit par accumuler des énergies bénéfiques qui peuvent régénérer son être, transformer sa conscience et accélérer ainsi son évolution.

Parmi les hauts-lieux les plus célèbres et les plus fréquentés, on peut notamment nommer et illustrer…

ANGKOR-VAT AU CAMBODGE

Angkor-Vat-Cambodge

 

 

 

 

 

 

 

BÉNARÈS EN INDE

 

 

Bénarès

 

 

 

CARNAC, EN FRANCE

 

Carnac

 

 

 

 

 

 

 

CHARTRES, EN FRANCE

 

Chartres

 

 

L’EVEREST, EN ORIENT (Himalaya)

 

Everest

 

 

 

 

 

 

 

 

FATIMA, AU PORTUGAL

 

Fatima

 

 

LE FUJI YAMA, AU JAPON

Fuji Yama

 

 

 

 

 

 

 

 

JÉRUSALEM, EN ISRAËL

 

Jérusalem

 

LE LAC LOUISE, EN ALBERTA, AU CANADA

 

Lac Louise-Alberta

 

 

LA MECQUE, EN ARABIE SAOUDITE 

 

LA-MECQUE

 

LOURDES, EN FRANCE

 

Lourdes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE MACHU PICHU, AU PÉROU

Machu Pichu

 

 

LE MONT SHASTA, AUX ÉTATS-UNIS

Mont Shasta

 

 

 

 

 

 

 

LE MONT SAINT-MICHEL, EN FRANCE

 

Mont-Saint-Michel

 

MONTSÉGUS, EN FRANCE

 

Montségur

 

 

 

 

 

 

 

NAZKA, AU PÉROU

 

Nazca-Pérou

 

 

LES PYRAMIDES D’ÉGYPTE

 

Pyramides-Égypte

 

 

 

 

 

 

 

 

RAPA NUI, ÎLE DE PÂQUES 

 

Rapa-Nui-Ile-de-Paques

 

RENNES-LE-CHÂTEAU, EN FRANCE

 

 

Rennes-le-Château

 

 

 

 

 

 

 

 

ROME, ITALIE

 

Rome

 

SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE, EN ESPAGNE

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STONE HENDGE, EN GRANDE-BRETAGNE

 

Stonehenge

 

 

SAINT-PIERRE-LES-BECQUETS, AU QUÉBEC, CANADA

 

St-Pierre-les-Becquets

 

 

TEOTIHUACAN, AU MEXIQUE

 

 

 

Teotihuacan

 

 

© 2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *