LES ANGES NOIRS, DES FORCES SOMBRES…

   Les Forces adverses ou négatives désignent les forces qui s’opposent au progrès et à l’évolution.  Il s’agit des Forces reliées au Grand Adversaire de Dieu, les Légions des Ténèbres.  Les Forces des ténèbres apprécient peu la Lumière qui leur reflète leur nudité et leur incohérence.  Tapies dans les Ténèbres, avec l’énergie du désespoir, elles peuvent émettre de façon aussi soudaine qu’inattendue des ondes violentes dans l’intention de décourager un chercheur et de le détourner de sa voie évolutive.  Ce type vibratoire se reconnaît précisément à son caractère impérieux qui tente de pousser à une décision rapide, extrême, irrationnelle, irrévocable, pour l’écarter le plus possible de son but en semant en lui la dispersion, ce qui mène à la confusion.

   Les Forces adverses ou négatives attaquent toujours au défaut de la cuirasse : dans la sensualité ou la sexualité, le passionné;  dans sa vanité, l’orgueilleux;  dans sa morgue ou son cynisme, l’arrogant;  dans son affectivité, l’émotif;  dans son acquisivité ou dans sa possessivité, le matérialiste.  Ce sont elles qui interviennent dans les drames où un sujet ou un groupe semblent avoir perdu toute maîtrise d’eux-mêmes, comme dans le cas d’un drame passionnel ou d’hystérie collective.  Souvent, dans les textes sacrés, la force négative désigne simplement l’énergie magnétique force-sombreou lunaire.  Dans son sens involutif ou préjudiciable, elle évoque un déséquilibre qui émane de la dualité.  Elle fonde le libre arbitre et elle permet d’évoluer par le développement de ses facultés propres et par les prises de conscience personnelles.

   Dans leur aspect de Forces de l’Ombre, ces entités identifient un Ordre mondial d’œuvre sombre désireux de tenir l’Humanité sous son joug.  Par l’effet de la loi des Correspondances, un sujet lui fait des ouvertures par ses pensées, ses paroles, ses actes et ses sentiments inharmonieux.  Ces Forces noires avaient pour mission de démontrer aux êtres évoluants ce qui est contraire au Plan divin pour que chacun centre son attention sur la Vie divine et précise ses intentions évolutives.  Ces Forces sombres sont régies par les Anges de l’Ombre ou Anges noirs, les serviteurs de la Mère céleste.  Il s’agit d’une expression qui trahit la réalité des Anges des Ténèbres qui veillent pour le bien de l’Humanité et de la Terre, puisqu’ils obéissent au Grand Gouverneur du Monde.

  À l’heure prévue par la Hiérarchie, les Forces de l’Ombre interviennent avec autant d’application et d’exactitude que les Anges de la Lumière.  Ils font surgir les problèmes et les difficultés, œuvrant dans les ténèbres, chargés de pénétrer les nappes souterraines, là où fermentent les marécages terrestres.  Ils incitent à produire déchets sur déchets pour que les odeurs nauséabondes parviennent jusqu’au plan où s’est installée la Conscience.  Selon les hauteurs de leur niveau, ils cherchent à se repaître de ces immondices ou grossièretés ou ils trouvent les moyens de recycler et d’épurer ces souillures gênantes.  Ils contribuent activement à réveiller les forces vives en chacun pour amener à transmuter les défaites personnelles en victoires et les hontes, en gloire.

   En fait, ils échafaudent des plans machiavéliques avec chaque être évoluant.  Ils placent chaque être face à ses propres illusions et à l’épaisseur de son ignorance.  Serviteurs déguisés de Dieu, comme toutes les entités subtiles, ils ouvrent les portes des formes négatives dans la Matière pour aider à grandir par la formation du discernement et de la sagesse dans un contact avec les opposés apparents.  Facilitateurs des expériences douloureuses, compagnons fidèles des moments pénibles, ils s’activent pour se faire attentifs aux moindres désirs d’un sujet, ce qui lui donne l’apparence d’un tentateur et d’un corrupteur.  Comme on dit, les pensées négatives facilitent l’implantation des Forces obscures et elles attirent les petits dieux têtus qui aiment se repaître des doutes, des peurs et des sentiments négatifs.  Mais, à leur insu et à leurs dépens, ils travaillent tous pour assurer le triomphe de la Lumière.  Car ils amènent à établir la preuve que la Lumière peut-être émise jusque dans l’Ombre la plus complète.

   Dans leur aspect de Forces du Mal ou du Néant, ces entités désignent maladroitement un aspect de l’Énergie cosmique.  Il résulte du mésusage du libre arbitre chez les formes de vie qui disposent de cette faculté, mais qui sont encore piégées dans leurs relents d’égoïsme.  Ceux qui ont recours à cette modalité de l’énergie ne doivent pas être considérés comme des ennemis, mais comme des êtres en cheminement encore peu évolués.  Ils sont des frères de l’Obscurité qu’il ne convient pas de juger, ni de mépriser, ni de rejeter, ni d’haïr.  Surtout qu’il ne faut pas en voir partout.

   Les Forces du Mal ou du Néant n’ont aucun pouvoir sur ceux qui refusent leur influence du fait qu’ils emploient des méthodes de sensibilisation et de suggestion stériles parce qu’elles sont calqués sur celles de la Lumière.  Le mal se retourne contre lui-même pour se détruire, incapable de limiter la Lumière qu’un être acquiert dans son expansion.  Le discernement, fondé sur la prudence, doit amener à se fermer à certains appels des étoiles, même s’ils paraissent parle lumineusement de paix et d’amour, alors qu’ils visent tout le contraire, sans éveiller trop la méfiance.  Ils contribuent involontairement à amener les êtres évoluants à se forger des armes d’intuition et de limpidité pour établir la distinction entre l’affectivité et l’amour pur.  Chacun gagnerait à se fermer à tous ceux qui offrent de grands cadeaux et qui font des promesses d’évolution rapide puisque le Messie unique, porteur du salut, réside dans le cœur de chaque humain.

   Dans leur aspect de Forces occultes, ces entités identifient des créatures non humaines, qui ne résident pas dans le plan matériel, mais qui ont pris part à l’exercice des pouvoirs centralisateurs sans pouvoir être inquiétées, agissant à partir des plans du libre arbitre.  Mais elles manipulent l’Humanité, sachant fort bien diviser et désinformer pour mieux régner.  Elles poursuivent des desseins délibérément trompeurs et meurtriers, menant des agressions sans visage et ourdissant des complots dévastateurs.  Mais, dans les sphères évolutives, la Force créatrice, qui émane de la Source unique, résulte de l’équilibre parfait des forces électrique (mâle) et magnétiques (femelle).  Les Forces positives font tout ce qu’elles peuvent pour favoriser et accélérer l’Évolution, tandis que les Forces négatives en font autant pour induire la peur, ce qui retarde la retarde.  Ces deux forces ne sont que les deux aspects primaires du Dieu-Un qui œuvrent en harmonie dans la Conscience de l’Unité.  Elles permettent que les cycles se déroulent conformément à leur rythme normal de sorte que rien ne se produise trop tôt ni trop tard.

   C’est parce que l’être humain est perdu dans la conscience de la polarité ou de la dualité qu’il perçoit ces forces comme bonnes ou mauvaises, du fait qu’il n’a pas atteint la vision unifiante du plan causal.  C’est ainsi qu’il qualifie de force occulte toute énergie qui, comme tapie dans l’ombre, semble secrètement agir contre lui.  Dans nombre de cas, la force occulte ne désigne qu’une force cachée, secrète ou mystérieuse.

   Quel que soit le nom qu’on leur donne, les Forces sombres ou négatives n’ont rien d’effrayant en elles-mêmes.  C’est ce qu’on ressent à leur endroit et ce qu’on en fait qui fait foi de tout.  Ces Forces régissent la moitié du monde et du Cosmos puisqu’elles appartiennent à la Hiérarchie de la Mère céleste, occupant la moitié de l’Arbre de Vie (parfois appelé l’Arbre séphirique).  Elles représentent la force qui cristallise, permettant de garder le monde ferme, stable, solide et dense tout le temps que des êtres évolutifs en ont besoin pour mener leur expérience de connaissance d’eux-mêmes.  Dans l’image de la Montagne initiatique, elles illustrent le versant sombre par rapport au versant lumineux, les deux aspects de la polarité qui permettent d’explorer les extrêmes de l’Énergie cosmique, afin de découvrir le point d’équilibre ou le Juste milieu.  Ainsi, elles ne s’opposent qu’en apparence aux Forces de la Lumière qui représentent l’aspect raréfiant ou subtil de l’Arbre de Vie.

   C’est la raison pour laquelle Jésus, comme aucun Maître véritable, n’a jamais invité à tenter de détruire les Forces négatives, qui ont leur rôle fonctionnel à jouer, il a simplement invité à apprendre à leur commander en proférant : «Arrière, Satan!».  Cette expression sert de commandement pour avertir une entité qu’on ne la craint en rien, qu’on reconnaît son rôle dans l’Économie cosmique, d’où on la sait à son service, de sorte qu’elle doit obéir à ses ordres au lieu de tenter de nuire.  Elle invite cette entité apparemment adverse à jouer son vrai rôle de levier évolutif à titre de force qui suscite les obstacles pour renforcer et permettre de mieux établir sa maîtrise sur tous les aspects de son univers.  Bien sûr, dans ce registre, pour devenir efficace auprès d’une entité de ce genre, il faut toujours se situer au niveau de l’énergie atmique ou christique et il convient de se faire accompagner de Michaël, surtout au début.

   Les Forces sombres ne veulent de mal à personne, loin de là, puisqu’elles sont les alliés de tous.  Elles ne menacent que ceux qui les ignorent et les redoutent.  Toutefois, celui qui craint les aspects sombres de son propre être, parce qu’il ne les a pas apprivoisés et domestiqués, peut s’inventer des monstres qui, par le seul fait qu’il les nourrit, par ses culpabilités, ses craintes, ses regrets, ses remords, ses expressions négatives diverses, peuvent devenir des vampires.  Or un monstre ne redoute rien de plus que d’être exposé à la Lumière.  Car si la Lumière peut ajouter de la lumière à l’Ombre, l’Ombre ne peut jamais diminuer la Lumière.  Tandis que la Lumière désigne la Réalité de l’Être-Un, l’Ombre représente l’absence de Lumière, en raison de la présence d’un voile ou d’un obstacle, donc une force sans pouvoir propre puisqu’elle est issue du Néant.  Là où il y a de l’Ombre, il suffit de mettre le degré suffisant de la Lumière pour qu’elle disparaisse.

   Par Décret divin, les Forces adverses, peu importe leur nom, sont devenues inopérantes depuis 2008, ayant été mises hors d’état de nuire.  Mais la Source divine ne les a pas détruites : elle les a envoyées vers un autre terrain où elles peuvent jouer pleinement leur rôle dans des mondes au début de leur évolution.  À la Fin des fins, elles réintégreront toutes la Lumière divine, recevant les honneurs qu’elles se seront attirées pour avoir accepté de transmuter la mauvaise part, la part la plus lourde du Destin évolutif.  Dans le Cosmos, il n’y a ni bien ni mal : il n’y a que l’Être en contemplation de lui-même qui, dans un Grand Jeu amoureux, exprime et valide ses concepts dans une relation en miroir ou en réflexion de Sujet et Objet (Alpha et Omega).

    En passant, cet exposé n’invite pas à œuvrer avec les Forces sombres, car cela n’est possible sans danger que pour un Maître d’un haut degré de conscience, mais à les comprendre et à les respecter et, surtout, à cesser de les craindre.  Elles doivent rester le levier qu’elles représentent de manière innée, car Dieu ne peut s’être créé des adversaires plus puissants que lui, destinés à anéantir son Oeuvre cosmique.

© 1998-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.