L’ÉNERGIE, LE FONDEMENT MÊME DE LA VIE SUR TOUS LES PLANS…

Étymologiquement, le mot «énergie» provient de deux racines grecques, «en» qui signifie «dans» et «ergon» qui signifie «action» ou «travail».  Ainsi, on ne peut définir l’énergie autrement que comme la puissance d’action qui origine du Noùs (du Souffle divin), la force vitale qui maintient le rythme des vibrations composant un élément et, d’élément en élément, anime tous les êtres, tous les Univers, le Cosmos entier.  Toute énergie qui se manifeste dans la Nature, autour de soi, est une force vivante, intelligente, raisonnable.  Le taux vibratoire de chaque être est émané de l’Esprit, inculqué par l’âme.  Il est conditionné par le type de pensée de l’être individuel.  Quant à chaque type d’énergie, qui n’est qu’un aspect ou une modalité de l’Énergie primordiale, il rénergieévèle l’aspect vital de l’être, la prépondérance de l’aspect volonté.  En observant bien l’énergie, on se rend compte qu’elle est toujours, simultanément, principe et personne, polarités positive et négative de l’Esprit.  Cette polarité positive devient négative quand la polarité négative s’individualise.

 C’est par l’énergie subtile, la force vitale, appelée «pranâ» que l’être humain se maintient en vie.  Il capte cette énergie par la respiration et par la consommation d’aliments sains et frais (les moins cuits, raffinés et apprêtés qu’il est possible).  Il l’accroît par l’agir conscient.  En effet, les forces de la personnalité, qui émanent d’abord de l’Individualité (l’Atome divin en soi), peuvent se transmuer en énergies supérieures par la purification.  D’où l’importance de bien respirer, de bien manger et de développer sa conscience.  Ce sont trois facteurs de santé et de longévité.  L’énergie est partout disponible.  Et, elle n’a qu’une seule Source, suivant la pensée de l’individu.  Plus un être poursuit des aspirations élevées, plus il attire à lui d’énergie pour les manifester, telles qu’il les conçoit.  À l’état pur, l’énergie spirituelle est un courant tellement puissant qu’elle peut provoquer des douleurs vives, dans le physique, et des souffrances aiguës, dans le psychique.  Elles peuvent même, incontrôlées, détruire le véhicule physique ou la substance mentale.  Il faut les manier adroitement.  Il vaut mieux choisir un guide et suivre ses directives pour apprendre à s’en servir avec autorité, audace, mais une grande sagesse.

Tout est énergie subtile ou dense.  Elle existe partout autour de soi et en soi.  Elle est présente dans les formes, les pensées, les paroles, les sentiments et les actes.  Elle est le principe de l’être et de l’agir.  Tout être, comme tout état d’être, constitue une modulation particulière de l’énergie, activée ou ralentie.  Tout est énergie et génère de l’énergie.  Tout est vivant et tout émet de l’énergie.  L’être humain est doté d’instruments prodigieux pour détecter les différentes énergies.  En les appliquant à saisir les informations utiles qu’elles comportent, il peut s’accorder à elle, les faire dévier ou les modifier, de manière à se les rendre propices.  Bien plus, et ce n’est pas peu dire, il peut se mettre en contact ou en harmonie avec toute énergie physiquement présente ou non, dans le passé, le présent et l’avenir.  Mais l’énergie est une arme à deux tranchants qui peut entraîner dans les hauteurs de la Lumière ou dans les profondeurs des Ténèbres, les plans denses, opaque, sombres ou inférieurs de la Lumière, puisque les Ténèbres désignent une réduction presque totale de la Lumière.  Sans elle, rien n’existe, mais elle demande à être bien dirigée et organisée pour être constructive.  Nul n’y parvient sans un long et patient entraînement mené à l’intérieur de lui-même.

Les néophytes ont toujours tort de s’empresser et de chercher des raccourcis.  Ils devraient savoir qu’en appelant ou en entrant en contact avec une énergie puissante, tous leurs dynamismes internes seront accélérés, autant les mauvais que les bons.  L’être humain est une globalité: son être ne peut réagir à la pièce ou par compartiments.  Aussi, le désir profond d’attirer à soi de puissantes énergies, pour développer de grandes facultés, peut être légitime, mais dangereux.  Ces énergies infiniment pures devront rapidement purifier ses véhicules, pour se frayer un chemin.  Mais si elles rencontrent trop de résistance, comme elles sont neutres, impersonnelles, mathématiques et impassibles, elles pourront survolter le sujet ou le détruire tout à fait.  Si elles ne le détruisent pas, elles lui feront si puissamment mirer ses faiblesses qu’il pourra se déprimer ou se décourager dans son cheminement.  Enfin, on peut définir l’entropie comme le phénomène par lequel l’énergie se dégrade constamment en chaleur.  De l’Essence, l’énergie devient successivement son, lumière, couleur, chaleur, avant de se densifier en matière.

Des courants d’énergie de toutes sortes encerclent l’Univers et chacun peut puiser en eux autant qu’il le veut.  Par exemple, si un être désire accroître sa vitalité déficiente, il peut s’adonner à quelques respirations profondes en s’imaginant entrer en relation avec le Maître de la Vitalité et avec tous les gens qui en débordent.  À tout moment, chacun peut se remplir jusqu’à satiété de n’importe quelle énergie qu’il sent en lui en carence par ce simple moyen.  Toute l’énergie à laquelle il aspire reste disponible à chaque instant, du reste inépuisable.  En fait, l’énergie circule comme un courant d’eau, certaines se propageant en ligne droite (énergie solaire ou électrique) et d’autres, en tourbillons (énergie lunaire ou magnétique).  Mais le courant ne peut pénétrer le rocher.  Ainsi, l’énergie entoure tout être, mais elle ne peut le pénétrer s’il ne le lui permet pas.  Alors, elle le contourne pour poursuivre son cours.  Pour entrer en contact avec une énergie particulière, il faut la choisir.  Elle agit en chacun selon la façon qu’il réagit à elle et selon le degré de conscience qu’il a de sa présence.

Chacun gagne à réagir à l’énergie plutôt qu’à la subir.  Il peut en devenir l’observateur, apprendre à la diriger plutôt que de réagir à son action.  Il s’agit pour lui de se faire présent à ses pensées et à ses sentiments, de choisir ce qui le rend heureux plutôt que ce qui le rend malheureux.  On pourrait comparer l’énergie à un code subtil : il n’existe pas deux codes énergétiques identiques.  Pour chacun, la meilleure manière d’augmenter rapidement son taux vibratoire consiste à faire, dans le présent, ce qu’elle ressent le mieux.  Le fait de faire ce qu’on aime ou d’apprendre à aimer ce qu’on fait détermine la qualité et l’intensité de son énergie.  On peut encore augmenter ses énergies en pensant à ce qui élève, par exemple en se concentrant exclusivement sur ce qu’il y a de bon dans un être, dans une situation, dans la vie.

Lorsque l’énergie devient si dense qu’on perd son calme ou sa centralisation, ce qui peut toujours se produire à un moment ou à un autre, on se met hors de servicénergie-spirituellee, comme un appareil électrique que l’on débranche.  C’est ce qu’il faut faire lorsque trop de faits se produisent simultanément, qu’il y a trop d’information à considérer, trop de gens à qui parler, trop de réalités qui se présentent.  Alors, on devient survolté.  Et ce dont on a besoin par-dessus tout, c’est de repos ou de sommeil.  Chez l’être pensant, l’énergie suit sa pensée, d’où il importe qu’il sache bien respirer, visualiser et penser.  Il doit savoir orienter l’énergie selon un rayon spécifique.  Il gagne à la diriger vers ce qu’il veut plutôt que vers ce qu’il ne veut pas, vers ce qui lui plaît plutôt que vers ce qui lui déplaît.

Si chacun observait davantage les réactions qu’il éprouve dans ses relations, il s’éviterait bien des problèmes et il s’assurerait une plus grande efficacité.  Pour ces raisons, quelques observations peuvent aider.  Chacun devrait savoir que, lors d’une rencontre, celui qui se penche en avant ou se projette vers l’avant, disperse ses énergies en les donnant à autrui ou il tente d’empiéter sur l’espace psychique de son interlocuteur.  Celui qui se penche en arrière ou se projette vers l’arrière cherche à fuir l’intensité énergétique de l’autre ou il compte couper le contact avec lui.  De même lorsque l’un des interlocuteurs croise les membres, surtout les bras, il se sent menacé : il exprime qu’il se retire de l’échange ou le redoute.  En se tenant bien droit, les épaules bien posées, un être exprime l’équilibre entre la puissance et le ressourcement.  Alors, il échange vraiment, de manière efficace, maîtrisant l’énergie ambiante.

Enfin, pour entrer en contact parfait avec son Être intérieur, chacun gagne à s’asseoir droit, bien détendu, les pieds posés bien à plat sur le sol, les jambes légèrement écartées, et à respirer régulièrement en détendant les épaules.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *