Étymologiquement, le zodiaque exprime la «figure des êtres vivants», rappelant que le ciel  a été arbitrairement divisés en constellations qui portent, pour la plupart, des noms d’animaux, parfois mythiques ou légendaires.  Il s’agit ainsi de la Roue de la Vie ou du Cercle qui englobe tout.  Chaque constellation occupe un secteur de la sphère céleste qui se répartit sur 8,5 degrés de part et d’autre de l’écliptique, donc limitée par deux petits cercles de cette sphère, parallèles à l’écliptique, et dans laquelle on voit se déplacer le Soleil, la Lune et les planètes principales du système solaire, sauf Pluton.  Ainsi, il s’agit d’une notion illusoire qui rappelle simplement le trajet imaginaire du Soleil, dans le ciel, tel qu’il apparaît de la planète Terre.

En fait, le Soleil ne fait partie d’auczodiaqueun signe du Zodiaque, il semble simplement en faire partie lorsqu’il passe entre notre sphère et les constellations, à un moment donné ou à une saison particulière.  Le Soleil ne doit pas être considéré comme un point autour duquel se meut le Zodiaque ni qui se meut dans le grand cycle zodiacal, car cela fausse les notions astrologiques et entretient une part de la Grande Illusion cosmique.

Pour tout dire, notre planète est fortement influencée par environ soixante-dix planètes dans le système solaire, qui exercent une influence plus planétaire qu’individuelle, où l’individu constitue une partie intégrante de l’Humanité.  Mais l’individu émane également des énergies, à partir de ses qualités, qui influencent son environnement et la Terre.  Il faut donc tenir compte des grandes énergies et de leur origine et modifier certaines perceptions pour mieux comprendre la vie dans ses influences variées.  Aussi faut-il s’ouvrir aux sources d’émanation et aux causes éternelles de la vie, de façon intuitive, qu’aux effets de ces sources sur la création éphémère pour comprendre la vie totale.

Les douze constellations du Zodiaque reçoivent elles-mêmes de nombreux courants qui proviennent d’autres sources qui fusionnent avec leurs courants propres.  Ainsi, l’individu et l’Humanité reçoivent principalement des influences de la Grande Ourse et des Pléiades ;  de Sirius, l’étoile du Chien ;  des sept systèmes solaires dont le Soleil fait partie ;  des sept planètes sacrées et des cinq planètes non sacrées ; des  sept centres planétaires et des sept centres de force de chaque homme ;  des douze constellations.  Mais il faut tenir compte d’autres énergies qui influencent la vie planétaire, sur Terre, entre autres de Bételgueuse, d’Antarès, d’autres soleils et de systèmes solaires reliés au Zodiaque.

En lui-même, le Zodiaque réfère au monde mental, au monde des sphères stellaires, au plan de l’intuition.  Il indique le chemin vital en précisant les étapes sur le double plan du corps et de l’âme.  Il révèle la Loi suprême et le Mental cosmique.  D’après la Cabale, il est régi par Hockmah.  Les signes du Zodiaque évoquent chacune des douze parties qui s’étalent sur trente degrés de longitude et en lesquelles le Zodiaque est divisé à partir du point vernal.  Ils constituent le Cercle des animaux symboliques, une zone imaginaire de la voûte céleste, large de seize à dix huit degrés, qui inclut la voie de la Lune et celle des planètes, comprenant en son milieu l’écliptique ou voie du Soleil.

Cette ceinture céleste, divisée en deux moitiés égales par l’écliptique et ù se passent les mouvements apparents du Soleil, aux diverses époques de l’année, se divise en douze parties égales, en raison des douze mois de l’année.  Elle se divise donc en trente degrés, marqués par des constellations, appelées signes du Zodiaque.  Le Zodiaque détermine l’Année de Platon ou l’Année cosmique, soit les 25 920 années que met le point vernal pour parcourir tous ses signes ou constellations.

Ce concept est né de la constatation que les différentes extériorisations de la sensibilité proviennent de nombreux rayons d’énergie cosmique dont la projection dans le monde matériel, à l’état pur, a donné sa forme aux différentes espèces animales, d’où proviennent les noms des signes.  Dans sa nature émotionnelle, l’homme conserve donc une partie des énergies de l’animalité dont il provient, et il devra apprendre à s’en extraire comme l’a fait Hercule à travers ses exploits.  Ces séquelles de l’animalité sont révélées par l’étude du Zodiaque.  Mais, pour bien les comprendre, il faut rétablir deux signes anciens, le Cancer, qui est en fait le Crabe, et le Scorpion, qui est en fait, l’Écrevisse.  Et, dans certains cas, il faut en ajouter un treizième, le Serpentaire (Ophiuchus).

Par référence au Tarot, le premier signe du Zodiaque, le Bélier, correspond à l’Empereur ;  le Taureau, au pape ;  les Gémeaux, aux Amoureux ;  le Cancer, au Chariot ;  le Lion, à la Force ;  la Vierge, à l’Ermite ;  la Balance, à la Justice ;  le Scorpion, à la Mort ;  le Sagittaire, à la Tempérance ;  le Capricorne, au Diable ;  le Verseau, à la Tempérance ;  et les Poissons, à la Lune.  Dans les Traditions égyptiennes et hindoue, ils correspondent respectivement à Amon et Mesha ;  Apis et Vrishaba ;  Horus et Mithuna ;  Hermanubis et Katataka ;  Momphta et Simha ;  Isis et Kanya ;  Omphta et Tula ;  Typhon et Vristshira ;  Nephte et Dhanus ;  Anubis et Makara ;  Canopys et Kumbha ;  et Ichton et Mila.

Les signes du Zodiaque proclament respectivement : «Je suis!» (J’avance et je régis du plan mental.) ;  «J’ai!» (Je vois la Lumière.) ;  «Je pense!» (Je reconnais mon autre moi effacé.) ;  «Je sens!»  (Je construis une maison de Lumière que j’habite.) ;  «Je veux!»  (Je suis Cela qui est moi.)  «J’analyse!» (Je suis la Matière, la Mère de l’Enfant.) ;  «Je suppose!» (Je choisis la Voie royale.) ;  «Je désire!»  (Je suis le Guerrier triomphant.) ;   «Je vois!»  (Je vois les buts toujours à dépasser.) ;   «Je fais!»  (Je me perds dans la Lumière, mais je lui tourne le dos.) ;   «Je connais!»  (Je suis l’Eau vive des assoiffés.) ;  et «Je crois!» (Je quitte le Royaume pour revenir et sauver.)

À cette nomenclature, l’Initié spirituel ajoute «Ophiuchus» ou le Serpentaire, ce qui change toute la donne du sens des signes astrologiques conventionnels.  En outre, il corrige un déphasage dans le temps que, souvent, les astrologues ne connaissent même pas, de sorte qu’on ne peut s’étonner de la fausseté ou du décalage de leurs propos.

Pour ce qui a trait au Serpentaire, il s’agit d’une constellation, placée entre la Balance et le Sagittaire, qui manie l’énergie vitale et qui est capable de soulever le serpent d’Esculape qui refuse de ramper dans la boue terrestre.  C’est la constellation d’origine des Reptiliens et des Illuminati, qui dirigent le monde à partir de Ras Al Hague et Cebarai (Alpha et Béta d’Ophiucus, avec main mise sur la constellation du Dragon) raison pour laquelle ils ont occulté ce signe du Zodiaque.

 

ÉLABORATION

Les douze signez du Zodiaque se divisent en signes cardinaux, fixes (ou stables) et mutables (ou communs).

Les signes cardinaux sont le Bélier (à l’Est), le Cancer (au Nord), la Balance (à l’Ouest) et le Capricorne (au Sud), révélant les indices d’activité et d’initiative.  Ces signes mettent en action les forces latentes et provoquent les changements nécessaires.  Au milieu du ciel, la Balance figure le point d‘équilibre ou la voie du Juste Milieu, donc l’idéal à atteindre.  Ces signes donnent les travailleurs de ce monde, les dirigeants de l’industrie et les lanceurs des entreprises mondiales, guidés par l’acquisivité et la fortune.  Signes créatifs, ils figurent les portes qui conduisent aux grandes fonctions.  Sur le plan collectif, ils président à des événements considérables affectant toute la planète pour la durée d’un cycle évolutif.  Se rapportant à des ensembzodiaque d'Asieles, donc à la conscience collective de l’Humanité, ils mènent vers la Conscience cosmique, recélant le Mystère de la Vie.  Par leurs rayons horizontal et vertical, formant une croix alignée sur les points cardinaux, ils déterminent le mouvement des deux principales portes du Zodiaque : celle de l’Émanation et celle de la Réintégration.  Ils sont collectivement responsables de la convergence des énergies des signes mutables et des signes fixes pour opérer la synthèse générale.  Il s’agit de l’incidence Volonté-Esprit.  Ces signes-pivots tournent sur eux-mêmes comme une porte, recevant un sens mystérieux découlant des quatre points cardinaux.

Les signes fixes sont le Taureau, le Lion, le Scorpion et le Verseau, révélant des indices de fermeté, de stabilité, de solidité, de rigidité.  Les rayons qui en émanent éveillent la nature-désir donnant la vitalité et la persévérance dans l’action.  Ils déterminent les aspects de concentration, de patience, de conservatisme, d’attention, de précision, de fidélité, d’ardeur et de zèle.  Ils donnent des êtres qui manquent d’aptitude pour le monde du commerce, mais sur qui on peut compter pour s’accomplir ou faire avancer les choses.  Il s’agit de la classe laboratoire qui fait des expériences pour parfaire les procédés et perfectionner les modèles qui seront plus tard employés dans la fabrication des prototypes.  Signes de méditation et de médiation, ils fondent la Conscience systémique, cachant le Mystère de l’Âme au sens d’Entité consciente.  Ils déterminent les points de crise (l’interrogation évolutive puissante) suite aux changements d’ordre intérieurs, déterminés par les signes mutables.  Il s’agit de l’incidence Conscience-Âme qui donne les signes de maintien.

Les signes mutables sont les Gémeaux, le Sagittaire, la Vierge et les Poissons, tous des signes doubles exprimant l’adaptation et l’esprit remuant.  Leurs rayons fondent le pouvoir mental et spirituel, la faculté d’invention, qui donnent un but à l’action et un mobile aux nobles aspirations de la vie.  Ils évoquent la vie éthique dans l’innocuité.  Ces natifs, lanceurs d’affaires, récoltent les fruits du travail des autres signes.  Ces rayons prédisposent à l’instabilité, aux habitudes vagabondes, à l’esprit dépensier, au ballotement par le courant des circonstances.  Aussi, ces êtres sont-ils portés à se laisser dominer par les contingences extérieures, à sombrer dans l’indolence, répugnant à l’action physique énergique, devant être secoués par le fouet de la nécessité pour décider d’agir.  Bons exécutants, ils s’appuient sur les autres, car ils manquent d’énergie pour affirmer leur propre individualité.  On compte parmi eux les inventeurs de petites commodités, les améliorateurs de l’environnement et les écrivains de fictions sans objet.  Ces signes relèvent de l’aspect dissolution du Cosmos, présidant à la Conscience purement planétaire, cachant le Mystère de la Forme, de la Descente en incarnation.  Ils visent à produire un courant de vie constant et un changement périodique (dans le temps et l’espace) pour fournir un champ adéquat d’expérience à l’épanouissement de la vie et à la Conscience christique.  Ils marquent de grandes périodes de changement dans la vie planétaire, dans un règne de la Nature ou chez un être humain.  Il s’agit de l’incidence Activité-Forme.

Maintenant, on remarquera que, pour les signes du Zodiaque, on parle tantôt de signes fertiles, de signes stériles et de signe semi-productifs.

Les signes fertiles indiquent un accroissement, une invitation à la modération et à la retenue, car ils sont très prolifiques, exubérants, extravertis, expansifs.  Il s’agit du Cancer, du Scorpion et des Poissons.  Les signes stériles indiquent un amoindrissement, une invitation au dépassement et à l’ouverture, car ils sont naturellement régressifs, limitatifs, intravertis, réductifs, compressifs.  Il s’agit du Bélier, des Gémeaux, du Lion, de la Vierge, du Sagittaire et du Verseau.  Enfin, les signes semi-productifs indiquent une stagnation, une neutralité, une invitation au mouvement, car ils sont naturellement ambivalents, versatiles, alternant entre l’inversion et l’extraversion, donc menacés d’involution, d’immobilisme et de densification.  Mais ils sont très réceptifs dans leur passivité.  Il s’agit du Taureau, de la Balance et du Capricorne.

En Astrologie, on parle encore du signe ascendant et du signe d’axe qui coloriIent différemment les aspects de la personnalité chez deux personnes du même signe.  Le signe ascendant diffère pour tous, mais le signe d’axe est toujours le même pour les natifs d’un même signe.

Par signe ascendant, on entend la constellation qui marque l’horizon oriental du ciel au moment de la naissance, couvrant en moyenne une période de deux heures.  Ce signe renseigne sur la qualité du corps physique, sur le degré de vitalité d’un sujet et sur les valeurs matérielles qui influencent le mental.  Pour cette raison, il est éminemment utile pour comprendre les questions de santé physique et mentale.  Par son Recteur ou Gouverneur, il détermine notamment l’affinité minéralogique.  Il éclaire encore sur la capacité de résistance en cas de difficulté et sur les aptitudes pour s’insérer dans le monde matériel (enracinement dans le milieu et liens avec l’environnement).

Par signe d’axe, on évoque la constellation qui est placée en face du signe de naissance (exemples : Bélier-Balance, Taureau-Scorpion, Gémeaux-Sagittaire, etc.) qui marque le point vers lequel un sujet évolue et qui lui sert de pondération pour trouver son centre d’équilibre vital.  Il renseigne particulièrement sur les qualités et les défauts acquis, mais projetés sur autrui.  En quelque sorte, il figure l’autre plateau de la balance invisible qui doit révéler le fléau, le point de stabilité, le juste milieu.

 

© 2009-2015 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur