LE MONDE NE SE DIVISE PAS VRAIMENT EN NATUREL ET SURNATUREL:

LE SURNATUREL EST UN NATUREL INVISIBLE; LE NATUREL EST UN SURNATUREL VISIBLE…

Pour plusieurs, quel sujet rébarbatif que celui du surnaturel.  Mais il faut bien l’aborder puisqu’on gagne à tirer de ce mot une leçon de vie éclairante qui peut faire toute la différence dans son parcours évolutif.

En principe, pour échapper à la dualité, il faut considérer la Création comme une Réalité spirituelle ou naturelle, mais non comme une Réalité partiellement spirituelle et partiellement naturelle.  En effet, il n’existe aucune différence entre le Noyau intime de la Source divine et ses manifestations, apparemment multiples, jusqu’à sa périphérie.   En effet, tout procède de l’Énergie divine unique qui, pour ainsi dire, en s’écartant du Foyer central, perd de son intensitangeé, donnant l’impression de se densifier, de se cristalliser et, dans l’écartement ultime, de prendre la forme de la matière solide.  Mais la matière et l’Esprit sont de même source, de même origine, une Réalité unique et indivisible qui exprime la Vibration divine de la Source unique dans une continuité vibratoire.  Ainsi, toute part de l’Esprit peut devenir matière, comme toute part de la matière retournera tôt ou tard à l’Esprit, ce qui démontre que toute réalité reste sacrée, peu importe sa manière de se manifester.

À proprement parler, le mot «surnaturel» évoque ce qui est considéré comme échappant au monde naturel, comme en dehors du domaine de l’expérience et au-dessus des lois de la nature.  Il comprend ce qui ne relève pas de l’ordre naturel des choses et ne peut être expliqué par lui.  Dans les religions, dans un sens particulier, il s’agit plutôt du résultat produit par la grâce, un acte gratuit de Dieu, soit que Dieu révèle ou accorde pour élever à un état supérieur.  Comme attribut de Dieu, ce mot exprime que l’Être suprême préside à l’expression de la Vie invisible et qu’il  transcende le Cosmos, à savoir qu’il est situé absolument au-dessus de toute nature créée ou possible.

Mais le mot «surnaturel» peut prendre d’autres sens plus subtils.  Par exemple, comme nom commun, il désigne le «sacré», le «religieux», l’«extraordinaire» ou le «fantastique», «ce qui dépasse l’entendement ou les sens», même la «magie».  À prime abord, on distingue le surnaturel de ce qui semble s’y opposer, les éléments de la Nature, qu’on définit comme l’ensemble des êtres et des choses qui constituent l’Univers physique, qui inclut ou exclut la transformation de l’homme, et qui est évoqué sous le nom de réalité.  Il peut encore s’agir de la Force universelle qui s’exprime par un ensemble de lois visant à maintenir l’ordre des êtres et des choses, une Force qui semble animer l’Univers et qui se manifeste par divers phénomènes célestes (météorologiques) et terrestres (telluriques).  Enfin, on peu y trouver le sens de l’ensemble des caractères fondamentaux qui définissent les êtres, compte tenu que la matière serait de l’Esprit cristallisé.

Comme on le voit, le mot «surnaturel» peut regrouper l’ensemble des phénomènes, réels ou fictifs, agréables ou désagréables, dont la science ne connaît ni les causes ni les circonstances, d’où le commun des mortels ne peut pas les reproduire à volonté, contrairement au «paranormal».  Pourtant, à l’inverse de la croyance générale, il obéit à des lois, mais l’être moins conscient ne le sati pas ou ne les connaît pas, de sorte qu’il ne peut pas les appliquer.  C’est justement ce qui fait d’un être humain un sage que de les connaître et de pouvoir s’en servir, à des fins évolutives, autant pour lui que pour autrui.

Jules Supervielle a joliment dit : «Avec son air naturel le surnaturel nous entoure.»  Mais cela prend un être réaliste, ouvert aux réalités subtiles, pour comprendre un tel propos.  On pourrait croire que cet auteurl était inspiré, car en spiritualité, on dit justement que tout est naturel ou que tout est spirituel, pour éviter de cultiver la dualité.  En réalité, le Cosmos représente une réalité naturelle qui est composée d’une partiapparitione qui échappe à l’appréhension et à l’entendement de certains, «ceux qui ont des yeux pour voir, mais qui ne voient pas», et d’une partie concrète, tangible et palpable, que tous peuvent percevoir.  Dans ce contexte, la Création représente une réalité continue dont les divers plans de conscience, toujours plus denses, dans l’éloignement de la Source divine unique et originelle, expriment une continuité, ne faisant partie que d’une seule et même réalité indissoluble.

De ce fait, l’Initié n’a pas besoin de la notion du surnaturel pour expliquer les faits insolites que certains appellent des miracles ou des prodiges, par manque de compréhension des lois naturelles et des principes cosmiques.  Il n’a pas davantage besoin de cette notion pour se situer dans l’Univers, quelle que soit la position qu’il occupe dans l’Échelle évolutive.  En outre, il cherche moins à comprendre le surnaturel qu’à rendre le naturel plus vrai et compréhensible.  Mais il retient constamment en mémoire que la cause de l’existence des réalités concrètes, dites naturelles, ne se trouve pas dans la nature, mais dans l’Esprit universel.

À ce propos, Satprem corrobore : «Il n’y a pas de surnaturel : il y a des naturels successifs.»  Autrement dit, ce qui apparaît surnaturel pour le profane, l’endormi ou l’inconscient reste tout à fait naturel, donc explicable, pour celui qui sait, puisque, partout, des lois agissent dans un ordre divin rigoureux, à tous les niveaux de l’existence.  Dans certains cas, c’est de traduire cette explication en mots qui devient souvent difficile et hasardeuse parce que par leur limitation, ils peuvent réduire ou trahir la réalité telle qu’elle est en elle-même.

Dans le même sens, Sri Aurobindo Ghose a dit : «Le surnaturel est un naturel que nous n’avons pas encore atteint ou que nous ne connaissons pas encore, ou dont nous n’avons pas encore maîtrisé les méthodes.  Le goût universel du miracle est le signe que l’ascension de l’homme n’est pas terminée.»  En effet, la Source divine n’entend rien cacher aux êtres humains, il garde simplement certaines réalités temporairement cachées, derrière le voile des illusions, en attendant que ceux-ci le dissolvent ou le traversent et parviennent ainsi à s’en servir sans abus et sans danger.

Avec le développement de la science, beaucoup de gens pensent que l’intérêt pour le surnaturel tendra à disparaître, obtenant d’elles beaucoup de découvertes et trouvant par elle de plus en plus d’explications.  L’idée n’est pas nouvelle puisque, au XVIIIe siècle, Guy de Maupassant écrivait déjà : «Le surnaturel baisse comme un lac qu’un canal épuise;  la science à tout moment recule les limites du merveilleux.»  Au siècle dernier, Marcel Aymé encourageait à ssurnatureluivre la pente du déclin du spirituel en disant : «Le surnaturel n’étant pas d’un usage très pratique ni régulier, il est sage et décent de n’en pas tenir compte.»  Pourtant, si on y pense bien, avec tous les ravages de la science et de la technologie, un être sage pourrait être porté à penser le contraire, sans quoi l’humanité, dans ses expériences d’apprenti-sorcier, s’expose à se détruire et à disparaître.

Dans le monde contemporain, croire au surnaturel paraît irrationnel semble être le partage de l’illuminé pas trop enraciné dans son monde : c’est l’affaire d’un naïf, d’un superstitieux, d’un esprit archaïque et primitif puisque, jusqu’à ce jour, la recherche empirique a pu apporter des explications à de nombreuses réalités qui, autrefois, restaient des mystères, repoussant toujours plus loin les limites de l’inconnu.  Il s’est même formé des groupes d’athées et de sceptiques pour inviter à refuser de prendre au sérieux ce que la science ne peut démontrer.  Par bonheur, s’il est un proverbe français qui dit : «Chassez le naturel et il revient au galop», Serge Beucler a osé l’inverser en rappelant : «Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup.»  Nous pouvons profiter de cette observation pour signifier une toute autre vérité à travers une extrapolation d’idée ou un élargissement du propos.

© 2011-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.