UNE APOLOGIE DU REPOS DU SEPTIÈME JOUR

Est-ce par nostalgie, je n’en sais trop rien, mais ce que j’aimerais le rétablissement du devoir de repos au septième jour de la semaine pour répondre la la Sainte convocation divine!  Pas de travail, pas de circulation lourde, pas de bruit, un retour au calme et au recueillement complet de la vie naturelle!

Dans la Thora juive ou la  Bpique-niqueible chrétienne, le Décalogue stipule : «Tu travaillera six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  Mais le septième jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.»  Dans la Sourate Al-Joumou’a (62) – Verset 9 du Coran, il est dit : « O vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien, meilleur pour vous, si vous saviez ! »  Mouslim rapporte en outre que le Prophète, Mohammad, (sallallahou alayhi wa salam) aurait dit : « Que ceux qui négligent la prière du Vendredi cessent de le faire, sinon Dieu apposera le scellé sur leurs cœurs et ils finiront par être distraits de Sa pensée. » Enfin, Abou Daoud précise que l’esclave, la femme, l’enfant et le malade ne sont pas soumis à cette obligation d’aller à la mosquée pour la prière du vendredi.

Au Canada, le dimanche, comme jour férié, a été aboli dans les années 1970, avec l’ouverture des centres commerciaux.  On vient tout juste (2015), à l’essai, de permettre de faire commerce vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans certains arrondissements de Montréal très fréquentés par les touristes.  En Europe, il ne subsiste que la nécessité de fermer les magasins un jour par semaine et d’assurer un jour de congé aux travailleurs après six jours de travail.

À mon avis, dans un monde aussi trépidant et stressant que le nôtre, il est plutôt dommage que les gens aient perdu le sens sacré du Septième Jour de la Création qui, pendant très longtemps, imposait aux croyants des diverses religions de consacrer une journée de la semaine à Dieu.  Pour les Juifs, qui auraient initié cette coutume, sur commandement divin, cela se passait le jour du sabbat, soit le samedi.  Avec l’arrivée du Christianisme, pour éviter tout amalgame avec le Judaïsme, la nouvelle religion a préféré déplacer l’application de cette injonction au dimanche.  Quand la religion musurepos-dans-nature=bain-de-soleillmane s’est à son tour imposée, à partir du VIIe siècle, les membres de cette religion ont préféré choisir le vendredi, pour éviter toute association avec les deux autres religions.  Mais, dans les deux derniers cas, il s’agit, évidemment, de choix arbitraires qui ont fait perdurer les divisions des enfants de la Terre, pourtant tous issus du même Dieu unique.

Si plusieurs personnes se rappellent de la coutume antique de devoir marquer un temps de repos, une fois par semaine, pour honorer Dieu, peu savent la véritable signification de cette directive du Ciel.  En effet, loin d’être une pratique anodine, son observance porte un sens éminemment spirituel.   Le Septième Jour de la Création marque le Jour de Grand Repos.  Mais que signifie ce «Grand Repos»  Il renvoie à l’instant où le Créateur, ayant complété son Cycle de la Création, ce qui signifie avoir pourvu à toutes choses pouvant combler les désirs, les besoins et les aspirations évolutives des créatures, a cessé volontairement d’intervenir dans le monde humain, doté de libre arbitre,.  Dès lors, il abandonnant à l’Homme total, l’Adam-Ève, l’Androgyne primordial, la conduite et la responsabilité de l’Univers qu’il habite, chargé qu’il était, de par son destin ontologique, à entretienne, à achever, à illuminer, soit à l’humaniser et à le spiritualiser, à titre de Co-créateur, sous sa direction discrète.  Car, au-delà de la marge de manœuvre de l’Homme total, il prévaut un Plan divin intangible géré par la Providence.  Ainsi, le Septième Jour mettait fin au règne de la Nature pour ouvrir celui de la responsabilité et de la culture humaine, appelé à façonner le monde à l’Image et à la Ressemblance de Dieu.

Depuis ce jour heureux, l’Homme peut déployer son action propre et démontrer son inventivité, son originalité, déployer toutes ses potentialités, mais apparemment livré à lui-même.  Ainsi, ce jour ineffable, mémorable, rappelle le moment du Grand Rendez-vous inscrit depuis toujours et qui produira la réalisation de la Pierre philosophale, la Résurrection, comme résultat de l’Alliance éternelle.  Il est appelé à mettre fin à la matérialité et à la dualité, ce qui est en train de se produire, en ce cycle d’Ascension.

Qui connaît csentier-natureette vérité sublime ne peut avoir qu’une aspiration, celle d’assumer son destin avant toute autre préoccupation.  Et, pour en garder vive la mémoire, malgré les séductions de la vie mondaine et les sollicitations du matérialisme,  il ne peut que s’accorder un jour de repos et de méditation par semaine.  Que ce jour réponde à son propre choix, il n’y a pas d’interdiction.  Sauf que ce que l’énergie émergeant du monde serait puissante si tous les êtres humais pouvaient se rallier et ramener la pratique d’un jour commun consacré au Grand Repos.

Car ce Jour déterminé par le Créateur lui-même comme important, parce qu’il exprime le retour à la réflexion et à l’intériorisation, sources d’équilibre, de retour à la droiture et à la pratique de la verticalité, permettra un jour d’éclairer le Cercle intensément vivant ou d’identifier le moment où la Ligne droite deviendra un Cercle parfait, faisant disparaître haut et bas, gauche et droite, masculin et féminin, ombre et lumière, toutes les oppositions.  Alors, la Multiplicité se fondra dans l’Unité et la Source divine se regardera ou se contemplera elle-même.  Ce sera le moment de la Parousie ou de la Réalisation christique, l’accomplissement de la Création dans sa splendeur incomparable, l’accès à l’Éternité.  Il exprime l’équilibre, la droiture et la verticalité.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.  

 

A propos de l'auteur

Une réponse

  1. LEBEGUE Chantal

    Le meilleur jour, à tous les points de vue, est incontestablement le Dimanche,
    jour du Soleil et jaune or, de la réussite dans les projets.
    Ce jour-là comporte tous les dons de l’ Esprit-Saint.
    Une lettre écrite le Dimanche radie l’ honnêteté, la générosité, la fidélité ; elle
    apporte honneur, élévation, célébrité, puissance.
    Mon Mari – dans l’ une des Demeures du Père – disait souvent : le Dimanche est
    le jour du Seigneur !
    Merçi pour cette Belle Synchronicité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.