PARADOXALEMENT, LE SECOURS DIVIN INCONDITIONNEL EST CONDITIONNEL, AU SENS QU’IL RESPECTE LES PRINCIPES COSMIQUES…

   Chaque être individuel est aussi indispensable au Tout que le Tout lui est indispensable.  La moindre parcelle soustraite au Tout, ce qui ne peut se produire, sèmerait le chaos dans le Cosmos.  Ainsi, chaque être est, à sa manière, dans sa mesure et sur son plan, par son rôle fonctionnel, une entité inséparable du Tout.  Chaque être humain est une réalité éternelle dans le cœur et la pensée du Créateur.  Chacun d’entre eux est divin, à titre de fils ou fille de Dieu et d’héritier du Cosmos.

  Bien qu’elle démontre l’unicité et la préciosité de chaque être, cette vérité élimine en même temps toute possibilité de sombrer dans la vaine gloire, la vanité, du fait que chaque être livré à lui-même et par lui-même, n’est rien par lui-même.  Sans son Étincelle divine, il n’est rien et ne peut rien.  Il ne trouve de pouvoir que dans lasecours-divin Force divine qui l’habite, jamais dans son ego, son petit moi, sa personnalité.

   Si Dieu a créé l’être humain à son image et à sa ressemblance, s’il en est le Père-Mère, s’il l’a créé expressément pour faire évoluer à travers lui le monde visible et invisible, par la conscience, chacun ne peut que reconnaître et accepter, autant dans son cœur que dans sa tête, que sa Source ne lui refusera jamais son aide, mais qu’il accordera toujours son assistance à celui qu’il a établi, en quelque sorte, comme coadjuteur dans le déploiement de sa Réalité.  Et encore plus certainement si l’être humain qui l’appelle cherche à évoluer dans le sens de sa Volonté immuable ou de son Plan éternel et avec son concours.  Car il est probable que l’Énergie divine ne puisse suivre un projet, un objectif ou un but qui irait à l’encontre du Destin de l’ensemble.

   Comme chacun le sait, pour être Dieu, l’Être-Un ne peut qu’être omniprésent, omniagent, omniscient et omnipotent, se démontrer parfait et agir dans l’Ordre, bref il ne peut que détenir, jusqu’à la quintessence ou à la sublimité, tous les attributs qui peuvent exister.  Concevant l’être humain à partir de l’un de ses Atomes spirituels, il ne peut avoir placé dans son centre intime que l’ensemble de ses potentialités à titre de lien entre le Ciel et la Terre, entre le Royaume éternel et le Royaume de la densité ou de la matérialité.  Dieu est parfait comme l’être humain est appelé à l’être, mieux dit à le découvrir.

   Mais la Source suprême ne peut être qu’immuable et imperturbable.  Ne pouvant faire de favoritisme, ne pouvant accorder ni faveur ni privilège, ne pouvant faire ni acception ni exception du moindre être, les considérant dans l’égalité, il ne peut intervenir dans la vie individuelle d’un être doté de libre-arbitre sans une demande expresse de sa part.  Il ne peut qu’émaner son Énergie subtile dans la neutralité, sans l’imposer à qui que ce soit.  En revanche, lorsqu’elle trouve un être particulier prêt, disposé à recevoir son secours, il est obligé d’agir, de se manifester en lui, de le prendre en charge à la manière du Soleil qui ne peut s’empêcher de briller lorsque le ciel est clair et que, dépourvu de nuages, il ne fait pas obstacle à son rayonnement.  Autrement dit, Dieu n’est pas obligé d’intervenir dans une vie particulière, mais il ne peut que s’y exprimer naturellement si la voie, en lui, est claire.

   Souvent, l’être humain ne tire pas correctement les conséquences du fait que la volonté immuable de Dieu, c’est que chacune de ses créatures soient heureuses.  De la manière qu’il a conçu le monde, les univers et le Cosmos, toute évolution pourrait se produire dans l’harmonie parfaite.  Même que, lorsqu’il n’en est pas ainsi, c’est qu’une cause extérieure au Vouloir divin s’exerce par une contrainte ou un contrôle pour empêcher qu’il en soit ainsi.  Par conséquent, lorsque l’Onde de Vie n’est pas déviée ou bloquée, tout ce qui arrive à un être particulier ne peut qu’être souhaitable, intéressant, justifié, agréable et produire invariablement le meilleur que tout ce qu’il pourrait imaginer dès qu’il accepte sans réserve la tutelle divine qui veille à le ramener à la Source originelle.  C’est du reste la seule manière qu’un être puisse choisir d’évoluer s’il désire se faciliter la tâche, raccourcir son périple expérientiel et revenir promptement au Royaume éternel pleinement conscient de sa Réalité divine.

   Tel que Dieu a conçu le Cosmos, soit dans l’Ordre et la Perfection de l’Amour, l’être humain ne peut jamais imputer à Dieu le fait que l’Ordre originel ait été perverti.  Cela s’est produit par la superposition de son libre-arbitre dans sa hâte d’expérimenter la densité et la dualité.  Cela a pu se produire dans l’ignorance des conséquences de ses choix prématurés, lors de son passage au Paradis terrestre, mais cela ne lui enlève en rien la responsabilité des misères, des douleurs et des souffrances découlant de ses pensées erratiques et de ses sentiments négatifs.

   Mais il a été dit : «Aide-toi et le Ciel t’aidera.»  Ainsi, Dieu n’interviendra jamais à la place d’un être humain, même s’il l’appelle à l’aide, s’il tente par là de se décharger de la nécessité d’explorer par lui-même ses virtualités intimes afin de parvenir à se connaître (ou reconnaître) parfaitement dans sa totalité.  Pourquoi le Créateur se mêlerait-il de se servir des instruments, des moyens ou des facultés dont il a investi un être, de toute éternité, en lieu et place de celui qui en a été doté?  À l’inverse, il se fera toujours un devoir d’aider celui qui, par son ignorance, s’est placé dans une impasse ou n’en peut plus, dans la mesure où celui-ci acceptera de tirer les leçons de son expérience dans l’ombre.

   Tel que le Cosmos est conçu, pour tout être évoluant, la solution idéale résiderait dans le fait de vivre l’esprit d’enfance, soit de mettre les attentes vaines ou illusoires de sa personnalité de côté et de s’en remettre inconditionnellement, en tout,  à l’Intelligence et à la Sagesse de la Source divine.  Il est certain que, dans la foi et la confiance dans son Créateur, il parviendrait plus rapidement et sûrement à bon port.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur