IL Y A PROGRÈS ET PROGRÈS…

 

Le progrès exprime diversement le mouvement en avant, la progression dans le temps, le développement en bien, l’évolution de la civilisation, l’ouverture de la conscience.  En spiritualité, il exprime l’avancement dans la connaissance de la Vérité ou la fusion progressive dans la Lumière divine.

Il y a progrès et progrès.  Car on ne peut dissocier conscience et progrès.  Le vrai progrès exprime un sentiment d’harmonie et de résonance avec la pulsation cosmique de l’Évolution vibrant à la fréquence de la Conscience parfaaerial-mexico-nightite.  Ainsi, il implique un degré accru de fusion avec sa Conscience divine, beaucoup plus que l’invention de moyens pour s’enrichir, améliorer son confort et son bien-être et se faciliter la vie dans le quotidien.  Et cela commence avec la reconnaissance et l’acceptation d’être déjà parfait dans sa constitution divine originelle.

Au sens métaphysique, le progrès est ce qui favorise l’évolution ou l’ascension spirituelle, non ce qui tend à rendre la vie plus facile pour le plaisir de gagner du temps parce qu’on s’active de façon fébrile, mais stérile.  Il n’y a pas de progrès à inventer des gadgets qui favorisent la sédentarité, le confort outré, l’asservissement à la technique, la sensualité éhontée, la paresse mentale, la dispersion de la conscience.

Tout progrès ne s’opère que par une certaine opposition, tout au moins par la négation de ce que l’on veut dépasser.  Deux est le moteur du développement différencié, donc du progrès.  L’idéal à atteindre, c’est de se connaître et de connaître suffisamment les autres pour être en mesure de s’ajuster et de réagir de façon favorable dans toutes les circonstances de la vie, ce qui révèle un haut degré de maîtrise personnelle.  Cependant, les problèmes et les difficultés qu’on rencontre chaque jour ont ceci de on qu’ils forcent à trouver des situations inventives, ce que la majorité des gens ne feraient pas s’ils n’étaient pas confrontés à l’opposition et à l’adversité.  C’est seulement ainsi qu’ils développent leur volonté d’agir, s’assurant le progrès dans leur cheminement mental et spirituel.

On peut accomplir de grands progrès et retirer de grands bienfaits en rayonnant l’amour dans des gestes de bonté, de compassion et de bonne volonté envers tous les êtres.  Mais on progresse encore davantage, par la motivation que l’on se forme, en reconnaissant, en comprenant et en surmontant les aspects régressifs de son être.  L’expérience de la vie amène chacun à tourner et à retourner autour de certains faits particuliers, à la fois agréables et désagréables, comme autour d’une spirale croissante, jusqu’à ce qu’on ait compris les leçons qu’ils comportent.  Et une fois la leçon comprise, le fait se reproduit une dernière fois pour qu’on comprenne qu’on l’a maîtrisé et qu’on n’a plus à craindre qu’il se reproduise.  Aucune circonstance de vie ne se produit au hasard, elle répond à une loi dont il faut comprendre les bonnes intentions : celles d’aider à se connaître et de se maîtriser toujours davantage.  Il faut s’accorder à elle, coopérer avec elle et se montrer reconnaissant pour les occasions de progresser qu’elle fournit.

La majorité des êtres humains vivent encore dans le plan de la conscience purement humaine, celle de l’animal mentalisé, surtout préoccupés par leur subsistance, leur plaisir,  leur confort et leur bien-être.  Peu d’entre eux aspirent à s’accomplir dans leur globalité, dans l’intérêt des aspects physique, mental et spirituel.  Alors, ils doivent subir la pression contraignante de la Nature qui s’efforce de les amener à maîtriser leur être.  Ayant conscience d’eux-mêmes, ils sont appelés à coopérer consciemment avec le processus de l’évolution.  Et, plus ils le font, plus ils vivent d’une manière totale, recevant de grandes bénédictions.  Chacun d’entre eux doit apprendre à se prendre en charge et à se faire le créateur de son propre destin.  Il doit découvrir que le but de la vie est d’évoluer en ouvrant sans cesse davantage sa conscience et en participant à l’accomplissement du Plan divin.  Il y arrive en transmutant ses émotioprogrèsns et ses pensées en l’or pur de sa nature spirituelle.

Pour chacun, l’une des choses les plus importantes à réaliser, c’est la véritable perspective de la vie afin de ne pas gaspiller de temps et d’énergie dans des efforts inutiles.   Cette véritable perspective rappelle que l’être humain a été lancé sur le courant de la vie pour prendre pleinement conscience de sa nature, en tant qu’Atome divin, ce qui se fait sur le Sentier de l’Amour.  Ainsi, progresser, c’est s’accomplir graduellement dans cette perspective, non accomplir des prouesses techniques.  Le progrès s’accomplir au gré de la destruction des fausses valeurs et de la construction des valeurs véritables, annonçant l’abondance, le bien-être, l’amour, le succès par le Savoir.

L’être humain est sans cesse confronté à des difficultés et à des problèmes.  Tout pas vers la Lumière est aventureux, requérant de l’audace calculée.  Aucune expérience, si enrichissante qu’elle soit, n’est définitive.  Il faut donc cesser de définir le progrès comme une avancée constante pour le comprendre au sens d’évolution à son rythme conformément à ses moyens personnels.  Chacun a le droit de faire une halte pour se reposer ou se ressource.  Il a aussi le droit de régresser pour prendre un nouveau départ ou retrouver son élan.  On peut en conclure que le progrès consiste à diriger le mouvement évolutif de manière à améliorer sa situation, à accroître la connaissance de soi-même, à confirmer sa maîtrise personnelle.

© 1991-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur