LE MODÈLE, UN ÊTRE QUI INSPIRE EN SILENCE, DONC SANS S’IMPOSER NI DÉPERSONNALISER…  

   L’exemple ou le modèle désigne celui qui amène les autres à s’inspirer de sa motivation et de sa conduite pour élargir leur conscience.  Ainsi, l’«exemple vivant» désigne l’être qui rend témoignage à la Vérité par sa manière d’être et de se comporter, d’où elle peut servir de modèle.  Effectivement, l’exemple aide mieux à montrer la voie que le verbe qui tente de convaincre.  En fait, les gens ne sont pas très doués pour obéir, mais ils le sont pour imiter, ce par quoi ils s’influencent les uns les autres.  Même s’ils pensaient le contraire, ils apprennent surtout en imitant, ce qui commence dès l’allaitement, qu’ils en soient conscients ou pas.  Les autres sont plus sensibles à ce qu’un être lumineux fait, à sa façon de vivre, qu’à ce qu’il dit, mais qui n’est pas forcément démontré.

   En raison d’une éducation morale impérieuse, plusieurs personnes croient que l’invitation à servir de modèle impose d’adopter une attitude sérieuse et sévère, un comportement austère et rigide, un mode de vie ostensiblement vertueux, marqué par la gravité, la condescendance bienveillante et de se lancer dans un zèle missionnaire qui implique le sentiment d’outrage modèledevant l’erreur apparente.

   Pourtant, la première qualité d’un modèle, c’est de s’effacer dans le silence et le secret et de se comporter avec simplicité, en restant toujours lui-même.  Même que, en général, le véritable modèle agit en toute humilité de façon tellement naturelle, spontanée, intègre et authentique qu’il ne réalise même pas en être un.  Et c’est bien l’idéal à atteindre que de suivre sa propre voie, en incarnant sa propre vérité, en se dégageant de toute attente, de tout orgueil spirituel et de tout prosélytisme.

   C’est en toute simplicité que le modèle vit d’abord et avant tout sa Lumière avec courage.  Il ne cherche pas à vivre en reclus, mais ouvertement.  Il parle naturellement de ce qu’il sait sans monter sur une tribune et se mettre à gesticuler de façon fanatique.  Il exprime modestement ce en quoi il croit, ce qu’il vit.  Ce faisant, il amène les autres à s’éveiller.  Il parle, mine de rien, lorsque son ressenti lui dit de le faire.  En vivant sa Lumière, chacun attire à lui d’autres personnes tout aussi intéressées à vivre de la même façon, faisant que de plus en plus de gens font comme lui.  Le plus souvent, un être montre la voie à autrui non pas en parlant, mais simplement en ayant le courage de travailler en maintenant et en vivant sa propre fréquence vibratoire.

   Celui qui aspire à devenir un modèle gagne à prêcher davantage par l’exemple silencieux que par la parole tonitruante.  Lorsqu’un être démontre, sans ostentation, mais en toute simplicité, qu’il est capable de manifester ce qu’il veut dans la vie, il devient un miroir dans lequel bien des gens choisissent de venir se voir.  En commençant à montrer qu’il peut infléchir les lois de la Réalité, il peut mécontenter certaines personnes qui envient ce qu’il se donne ou pensent que, en se donnant, il leur enlève quelque chose.  Mais c’est ainsi qu’il permet aux principes divins de travailler dans son corps, de s’ancrer sur la planète, devenant un exemple vivant de la Lumière à l’œuvre.  Alors, il permet au dessein inné de la Lumière de passer à travers son véhicule pour devenir un exemple vivant de ce qui est possible, de ce que les autres peuvent faire.  Peu à peu, il supprime les limitations pour soi et pour les autres.  Mais le modèle ne doit parler que de ce qu’il maîtrise, autrement il risque d’être déstabilisé ou de se discréditer.

   Pour tout dire, servir de modèle implique moins une attitude extérieure particulière que la sincérité avec soi-même et avec les autres.  Cela commence par le fait de suivre en tout moment les suggestions de sa conscience en faisant fi de l’opinion d’autrui.  Ainsi, le modèle n’essaie jamais de paraître parfait dans son expérience quotidienne, mais de constamment manifester le meilleur de lui-même.  Par la manière simple et joyeusement sereine dont il vit, sachant tout prendre avec amour et humour, il apporte la preuve de l’excellence des principes et des valeurs qu’il incarne.

   Pour le reste, sans tension, il n’a qu’à maintenir sa motivation de se corriger ce qu’il pense qui doit l’être, dans sa manière de vivre, de manière à permettre à sa lumière de grandir et de rayonner d’elle-même, permettant à qui sait la voir ou la capter, au-delà des apparences, de s’en imprégner.  Servir de modèle, c’est une affaire de contagion subtile et discrète, sans rien imposer.  Pour rayonner la lumière acquise, il n’est pas besoin de paroles, d’attitudes particulières, de comportement compassé.  L’énergie d’une personne, si elle est constructive, encourage de soi ceux qu’elle touche dans sa quête d’expansion de sorte qu’il en vient à éprouver le besoin d’évoluer, ce qui requiert l’abandon des fausses croyances et des comportements malsains.

   Pour celui qui sait vraiment, parce qu’il est un véritable sage, il dispense son service dans l’impersonnalité et l’inconditionnalité, sans attente, intervenant avec amour, compréhension, discrétion et pudeur.  Mais, puisqu’on entre dans un Monde Nouveau, on entend de plus en plus parler du «nouveau modèle» de rayonnement.  Ce nouveau modèle désigne tout chercheur motivé à se réaliser qui sait agir en être subversif, mais doux et pacifique.  On le dit «subversif» parce, sans le vouloir, il détonne dans son milieu par sa capacité d’agir autrement des autres, d’aller à rebours de leur quête matérialiste et jouissive au gré des aléas de la dualité.

   En fait, il s’agit d’un véritable amoureux de la Vérité, qui doit collaborer à dissoudre les vieux paradigmes, en se détachant de la mentalité grégaire ou en s’extrayant de la pensée collective.  C’est dans la méditation qu’il sait pouvoir explorer des royaumes supérieurs de sagesse et de joie puisque c’est le moyen privilégié pour capter des idées nouvelles qui, pour l’instant, ne pourraient pas être acceptées par tout le monde.  Malgré les oppositions, il apprend à devenir conscient des niveaux d’information et de conscience plus élevés en s’ouvrant à son âme qui lui fournit une direction pleine de nouvelles pistes.  Ainsi, il accélère son évolution personnelle entrant toujours plus avant sur la voie du service planétaire.

   À sa manière, le nouveau modèle collabore au changement qui se prépare comme canal d’amour, de lumière et de guérison, ensemençant le Monde de nouvelles formes-pensées, d’idées nouvelles.  Il découvre qu’il fait partie d’un groupe formé pour explorer et accroître la conscience de l’Humanité.  Par ses pensées élevées, il contribue à engendrer une atmosphère générale tout autour de la Terre, comme source d’idées qui aident les autres à s’aimer davantage.  Le nouveau modèle doit apprendre à sentir la communauté formée par tous ceux qui partagent cette connaissance pour réaliser une grande œuvre évolutive.  Il rend accessible les nouvelles pensées à ceux qui veulent s’élever, leur faisant comprendre que leur libération passe par la formation de nouveaux centres d’intérêt en se centrant sur son Être supérieur, son développement spirituel, par l’expression de l’amour.

   Ainsi, le nouveau modèle cultive constamment en lui l’image de sa grandeur, son intérêt universel, son désir d’entraide sur la Terre.  Il collabore à rayonner la paix, la clarté, l’amodèle-1mour et la joie pour les faire fleurir dans el vie de tous.  Il développe un sentiment de fraternité et de solidarité pour tous ceux qui se centrent sur l’évolution personnelle et l’élargissement de la conscience.  Il apprend à transcender les luttes de pouvoir pour élever les relations humaines au niveau du cœur et de l’âme, privilégiant les contacts qui procurent la joie et la paix intérieures.  Il s’exprime de façon plus aimante, s’ingéniant à appliquer mille manières agréables de vivre en osmose avec ses amis, mais aussi avec les autres, ne se limitant pas à ses semblables, à son groupe d’appartenance, pour contribuer à la pollinisation de la planète par des idées suaves.

   Le nouveau modèle ne cherche pas à agir, à faire, à performer, à s’assurer du crédit, à savoir toujours davantage, à gagner la célébrité ou la notoriété, à accumuler les biens ou à devenir riche, à posséder ou à dominer les gens, il aspire simplement à être pleinement.  S’étant donné dans son intégralité, sans condition et sans attente à la Lumière de l’Absolu, il vit sa vie au jour le jour, dans la joie sereine, centré sur le moment, sans juger d’agréable ou de désagréable ce qu’il lui arrive, puisqu’il sait que c’est ce qui, dans l’Ordre divin, peut le mieux le porter dans l’état supérieur auquel il aspire.

   Jusqu’à récemment, en spiritualité, le modèle désignait celui qui amenait les autres à s’inspirer de sa motivation et de sa conduite pour élargir leur conscience.  On le présentait comme suit.

   En toute simplicité, le modèle vit d’abord et avant tout sa Lumière avec courage.  Il ne cherche pas à vivre en reclus, mais ouvertement.  Il parle naturellement de ce qu’il sait sans monter sur une tribune et se mettre à gesticuler de façon fanatique.  Il exprime modestement ce en quoi il croit, ce qu’il vit.  Ce faisant, il amène les autres à s’éveiller.  Il parle, mine de rien, lorsque son ressenti lui dit de le faire.  En vivant sa Lumière, chacun attire à lui d’autres personnes tout aussi intéressées à vivre de la même façon, faisant que de plus en plus de gens font comme lui.  Le plus souvent, un être montre la voie à autrui non pas en parlant, mais simplement en ayant le courage de travailler en maintenant et en vivant sa propre fréquence vibratoire.  Ainsi, il amène les autres à s’inspirer de sa conduite pour élargir leur conscience.

   Chacun gagne à prêcher davantage par l’exemple silencieux que par la parole.  Lorsqu’un être démontre, sans ostentation, mais en toute simplicité, qu’il est capable de manifester ce qu’il veut dans la vie, il devient un miroir dans lequel bien des gens choisissent de venir se voir.  En commençant à montrer qu’il peut infléchir les lois de la Réalité, il peut mécontenter certaines personnes qui envient ce qu’il se donne ou pensent que, en se donnant, il leur enlève quelque chose.  Mais c’est ainsi qu’il permet aux principes divins de travailler dans son corps, de s’ancrer sur la planète, devenant un exemple vivant de la Lumière à l’œuvre.  Alors, il permet au dessein inné de la Lumière de passer à travers son véhicule pour devenir un exemple vivant de ce qui est possible, de ce que les autres peuvent faire.  Peu à peu, il supprime les limitations pour soi et pour les autres.  Mais le modèle ne doit parler que de ce qu’il maîtrise, autrement il risque d’être déstabilisé ou de se discréditer.

   Encore récemment, on présentait le «modèle nouveau», une autre notion désuète, à peu près dans ces termes:  le modèle nouveau désigne le candidat motivé à se réaliser, un subversif doux et pacifique, un véritable amoureux de la Vérité, qui doit collaborer à dissoudre les vieux paradigmes, en se détachant de la mentalité grégaire ou en s’extrayant de la pensée collective.  C’est dans la méditation que le modèle sait pouvoir explorer des royaumes supérieurs de sagesse et de joie puisque c’est le moyen privilégié pour capter des idées nouvelles qui, pour l’instant, ne pourraient pas être acceptées par tout le monde.  Malgré les oppositions, il apprend à devenir conscient des niveaux d’information et de conscience plus élevés en s’ouvrant à son âme qui lui fournit une direction pleine de nouvelles pistes.

   Ainsi, il accélère son évolution personnelle entrant toujours plus avant sur la voie du service planétaire.  À sa manière, il collabore au changement qui se prépare comme canal d’amour, de lumière et de guérison, ensemençant le Monde de nouvelles formes-pensées, d’idées nouvelles.  Il découvre qu’il fait partie d’un groupe formé pour explorer et accroître la conscience de l’Humanité.  Par ses pensées élevées, il contribue à engendrer une atmosphère générale tout autour de la Terre, comme source d’idées qui aident les autres à s’aimer davantage.  Le nouveau modèle doit apprendre à sentir la communauté formée par tous ceux qui partagent cette connaissance pour réaliser une grande œuvre évolutive.  Il rend accessible les nouvelles pensées à ceux qui veulent s’élever, leur faisant comprendre que leur libération passe par la formation de nouveaux centres d’intérêt en se centrant sur son Être supérieur, son développement spirituel, par l’expression de l’amour.

   Ainsi encore, il cultive constamment en lui l’image de sa grandeur, son intérêt universel, son désir d’entraide sur la Terre.  Il collabore à rayonner la paix, la clarté, l’amour et la joie pour les faire fleurir dans el vie de tous.  Il développe un sentiment de fraternité et de solidarité pour tous ceux qui se centrent sur l’évolution personnelle et l’élargissement de la conscience.  Il apprend à transcender les luttes de pouvoir pour élever les relations humaines au niveau du cœur et de l’âme, privilégiant les contacts qui procurent la joie et la paix intérieures.  Il s’exprime de façon plus aimante, s’ingéniant à appliquer mille manières agréables de vivre en osmose avec ses amis, mais aussi avec les autres, ne se limitant pas à ses semblables, à son groupe d’appartenance, pour contribuer à la pollinisation de la planète par des idées suaves.

   Dans la présente perspective de l’Ascension, la notion de modèle à complètement changé, du fait que, plus personne n’a de mission, surtout pas celle de sauver autrui, d’exprimer de la compassion, de le prendre en charge.  En fait, chacun va bientôt découvrir les résultats que son degré de Lumière a produits puisque, en ce moment, beaucoup de réalités parviennent au seuil critique de la transformation.  Chacun va subir le Jugement dernier, à savoir qu’il devra accepter de se voir tel qu’il est plutôt que comme il se pense, veut êtremodèle-frères-soeurs, veut être perçu.  À cette fin, en raison de l’Œuvre des éléments, chacun va bientôt connaître un moment où les circonstances de sa vie vont se modifier grandement, ne pouvant rester le même, en raison du choix de la planète de s’élever.  Dés lors, ayant tout perdu de ce qui n’a pas de valeur, ses repères et ses fausses certitudes, jusqu’à lui-même, il n’aura plus qu’une solution, celle de se tourner humblement vers l’Absolu et vers l’Amour qu’il est par lui.  Il ne lui restera rien d’autre à quoi s’agripper qu’à l’Amour divin.

   Dans cette perspective, chacun doit lui-même se prendre promptement en main, nul ne devant se soucier du destin de l’être ordinaire, cet endormi bien-aimé, même s’il fait partie de son couple, de sa famille, de son cercle d’amis ou de ses relations, parce qu’il détient un droit absolu  à ses choix, à ses expériences et à son rythme évolutif.  Sans jugement de valeur, par «être ordinaire», nous identifions très clairement ici ceux qui s’occupent exclusivement de leur survie, attachés à leurs êtres chers, à leurs possessions, à leur réputation, à leurs plaisirs, à leurs motivations, à leurs habitudes, à leurs occupations, à leurs conditionnements, à leurs croyances, à leurs conceptions de l’existence, à leurs illusions, à tout ce qui a engendré l’oubli de Qui il sont, ce qui résulte de leur maintien dans l’enfermement et dans les limitations, en raison de leur ignorance présumée.  Il désigne ceux qui cherchent à avoir, à faire, à jouir, à briller, à réussir, même à imiter, à aduler, à performer, au lieu d’être.  Ceux-là se contentent de mener leur vie à bien, se concentrant uniquement sur ce qu’ils ont à faire, sans se douter une seule seconde de la raison de leur présence sur la Terre.  Ils cherchent à entretenir des relations humaines et sociales harmonieuses, en cherchant ce qui est agréable plutôt que le contraire, pour mieux jouir le plus longtemps possible de l’existence dans de bonnes conditions, non pour évoluer.

   La majorité des gens qui vous entourent n’ont pas l’occasion de vivre ce que vivent les Être éveillés.  Et il y a toujours beaucoup moins d’éveillés que d‘endormis sur votre planète.  Par rapport au prochain destin des endormis, vous ne pouvez que vous abstenir de juger et d’intervenir en portant sur eux le regard neutre de la compréhension spirituelle, sans procéder à des évaluations, à des comparaisons et sans exprimer de compassion ni de pitié.  À leur côté, vous devrez vous satisfaire d’être ce que vous êtes, sans rien dire ni rien divulguer.  En effet, votre seule présence éclairera ce qui doit l’être, chez ceux qui sont prêts, sans que vous deviez vous impliquer autrement, si cela s’impose.  Ce qui s’annonce, c’est le Retour au Royaume originel, qui n’est pas de ce monde, ce qui concerne chacun et lui seul.

   Chacun gagne à s’habituer à laisser chacun vivre ce par quoi il doit passer, sans interférer, dans le respect de ses croyances, de ses choix, de sa liberté, même s’il venait à considérer son rayonnement comme une menace et un danger et devenait cruel avec lui.  Chacun doit comprendre que la Lumière met toujours fin à quelque chose, autant en lui qu’autour de lui : ne chasse-t-elle pas l’ombre et, du coup, ne dissout-elle pas les illusions, dans sa révélation de la Vérité ou de la Réalité?  Mais il y en a qui ne veulent pas de cette réalité plus lumineuse, même si elle devra s’imposer, parce que leur aspiration, leurs croyances et leurs convictions les forcent à se cantonner dans l’enfermement et les limites.

   Alors, si un autre tolère votre présence dans son environnement, il serait de votre intérêt de vous contenter strictement d’être là, de vous concentrer sur ce que vous avez à vivre, de rayonner simplement et humblement l’Amour que vous êtes.  Pour tous, l’action de la Lumière se produira en son temps, à son heure.  Pour le moment, la peur, le doute, le mode de vie d’un autre peut engendrer chez lui de la résistance.  Alors, vous verrez des gens souffrir, et d’autant plus qu’ils s’opposeront à ce qui se passe dans l’invisible, mais cela ne vous concerne en rien.  De ce fait, vous ne sauriez intervenir auprès d’eux sans risquer de votre propre péril.  Alors, sachez vivre votre vérité et passer outre les maux, les récriminations et les jérémiades de ceux qui se maintiennent dans la sphère de l’enfermement.  C’est sûr que, comme vous, s’ils ne cèdent, dans la présente provocation cosmique, qui appelle à la conscience, ils vivront des changements qui vont les bouleverser.  Ne voyant pas ce que vous voyez, par le choc en retour de leur résistance, dans la montée de la Lumière, ils pourront connaître des moments douloureux et souffrants.  Mais, pour l’heure, vous ne pouvez plus les instruire ni les aider que par votre propre engagement à pousser plus loin votre expérience, pour leur ouvrir subtilement la voie.

   Comme les divulgations de ce que les dominateurs et les prédateurs vous ont imposé vont se poursuivre, des protestataires, des rebelles, des révoltés, des révolutionnaires de tous acabits vont solliciter que vous participiez à des manifestations publiques de protestation, souscriviez à des pétitions, fassiez de la délation ou ajoutiez votre concours à des dénonciations.  Considérer que, dans le Système de Dieu, il existe des réalités à dénoncer relève d’une vision pervertie de la personnalité.  Pour un être incarné, cela revient à se considérer la victime de ce qui arrive.  De ce fait, il se considère comme le propriétaire de ce qui l’agresse, un propriétaire qui pourrait soudainement exercer du contrôle sur la vie.  C’est agir comme celui qui est malade et ne peut guérir parce qFemale doing yoga and meditation outsideue, croyant que ses malaises font partie de lui-même, il parle de «sa» méningite, de «son» mal de tête, de «sa» rage de dents, de «sa» hernie, de «son» opération… et de «son» médecin!  Ainsi, il s’approprie ses malaises, les faits siens, d’où il entretient les résistances, les renforce même.

  Ce n’est que lorsqu’il saisit l’incidence de la Causalité, le Juste Retour des oeuvres, et qu’il cesse de réagir ou d’interagir avec les conditions du monde de la densité, constamment pris dans la dualité, que l’Intelligence de la Lumière, qui dirige le Plan cosmique, peut orienter sa vie dans l’Ordre de la Grâce, le confiant à la Providence omniprésente.  La Causalité ramène naturellement tout dans l’ordre et l’harmonie à la meilleure heure, au moment le plus opportun.  Nul ne peut vivre l’Absolu s’il fait interférence à la Lumière.  Autrement dit, il ne peut rien surgir de libérateur de la peur ou de l‘agressivité qui amène à réagir, à lutter et à résister au lieu de s’abandonner.  Celui qui comprend qu’il n’est pas l’obstacle qu’il rencontre sur son chemin et que celui-ci ne peut l’atteindre d’aucune manière, celui-là entre dans l’impunité.  La transcendance, le dépassement qui résulte d’une élévation de la conscience, amène à échapper à une dimension d’existence plus dense, ce qui amène à échapper à son influence.  Dans la vie, nul n’est appelé à s’opposer au mal, à lutter contre lui, à le comprendre, à en disserter, à le décrier, il n’a qu’à laisser œuvrer la Grâce en se réfugiant dans l’Amour et la Lumière.  Cela à quoi un être s’oppose, il le renforce.

   Dans une ère d’égoïsme, d’égotisme, d’individualisme et d’indépendance, le modèle est devenu une notion désuète.  On craint qu’il amène les autres à le prendre, lui un être extérieur, comme point de référence, ce qui peut amener à établir de la dépendance, à se déresponsabiliser ou à se dépersonnaliser. Curieusement, chacun veut se montrer unique et original, mais sans détonner au point d’être rejeté.  Il est vrai que chacun doit vivre sa vie à sa manière, à son rythme, selon sa vérité, soit selon sa compréhension et ses moyens, pour inventer son propre modèle d’être, laissant les autres faire de même, sans jamais juger de leurs choix et de leur conduite.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.