MILLE ANNÉES DE BONHEUR SANS FIN?

Dans l’«Apocalypse» de Jean, un chapitre du «Nouveau Testament», le millénaire de grâce (ou de grâces) désigne l’avènement de l’ère du Verseau, plus précisément une période de mille ans ou plus pendant laquelle régneront, sur la Terre rénovée, la paix et la prospérité, après le Grand Jugement de la Fin du Monde.  Pour les Chrétiens,  cette croyance fait référence à la seconde venue du Christ et à l’établissement de son Royaume sur la Terre, comme le prévoit le livre de l’Apocalypse, présumément écrit par le disciple Jean.  On sait que, symboliquement, le chiffre mille désigne une longue période indéterminée, souvent même, l’éternité.

Au cours du millénaire de grâce, les âmes qui doutaient de Dieu auront été dirigées ailleurs, amenées là où elles pourront donner libre cours à leur noirceur.  De ce fait, les autres âmes pourront plus facilement rendre leurs hommages au Dieu unique, d’où les mystères se dissiperont dans la lumière du Soleil.  Puisque la connaissance créatrice et l’esprit d’invention s’insinueront facilement dans les consciences, les êtres pourront facilement vivre dans l’amour et voir Dieu directement.  Chaque entité incarnée distinguera le rayonnement de l’énergie qui enveloppe les créatures vivantes.  La vie se  manifestera par une douce entente ou concorde entre les êtres vivants et les entités en provenance de la Lumière.  Comme l’a dit Isaïe dans la Bible (11, 6-9) : «Alors le loup habiteGRÂCEra avec l’agneau, et le tigre reposera avec le chevreau ; veau, lionceau et bélier vivront ensemble, et un jeune enfant les conduira. Génisse et ourse paîtront côte à côte, ensemble s’ébattront leurs petits ; et le lion, comme le bœuf, se nourrira de paille. Le nourrisson jouera près du nid de la vipère, et le nouveau-né avancera la main dans le repaire de l’aspic. Plus de méfaits, plus de violences sur toute ma sainte montagne ; car la terre sera pleine de la connaissance de Dieu, comme l’eau abonde dans le lit des mers.»

Mais la perspective millénariste déborde la conception purement chrétienne, se retrouvant dans d’autres religions.  De nombreuses cultures du monde partagent les mêmes convictions au sujet de la transformation imminente du monde impliquant la fin d’une ère et la création d’un âge où la souffrance humaine et la violence seront éliminées. Ainsi, les savants occidentaux utilisent couramment le terme pour généralement l’appliquer à tout nouvel âge de la sainteté, de l’harmonie et de la perfection terrestre.  Le «millénarisme» est utilisé comme mot pour décrire les croyances au sujet d’une apocalypse imminente, le salut du monde ou, mieux, la création d’un paradis terrestre.  En spiritualité, on ajoute la nuance qu’il s’agit d’un retour à ce paradis, conçu comme le Royaume originel ou la Maison du Père-Mère. Ces croyances ont traversé l’histoire humaine et elles sont toujours partagées par des millions de personnes aujourd’hui.

Issue de la Tradition juive, la pensée millénariste s’est présentée dès le début du Christianisme.  En effet, certains chercheurs ont suggéré que, dès l’origine, cette religion s’était liée à des groupes partageant cette conception, comme les Esséniens.  Comme le christianisme s’est développé dans une communauté stable, au cours des siècles après Jésus, l’activité millénariste est devenue, principalement, un mouvement social, d’abord associé aux mouvements de la Réforme, tels que le Montanisme et, au cours des XIII et XIVe siècles, à des mouvements radicaux et au Joachimisme franciscain.  Avec les bouleversements provoqués par la Réforme protestante, au XVIe siècle, le millénarisme s’est amplifié, d’où on a l’a constaté, par exemple, chez les Anabaptistes.  Au XVIIIe siècle, en Angleterre, des mouvements indépendants comme celui qui s’est formé autour de Joseph Mède) et les Piétistes allemands ont préconisé la vision millénariste. Parmi les groupes protestants contemporains groupes qui croient en cette conception, on retrouve les Adventistes du Septième Jour, les Christadelphiens, les Témoins de Jéhovah et les Frères de Plymouth.  La plupart des millénaristes croient que cette ère grandiose suivra la seconde venue.  En revanche, d’autres prétendent que le nouveau millénaire passera par une période d’amélioration progressive dans le monde qui se terminera par la Seconde Venue du Christ.

Dans l’histoire récente, la vision millénariste, surtout apocalyptique, au sens de catastrophes annonçant la fin du monde, plutôt qu’une Révélation de l’Absolu, a donné lieu à des épisodes troublants, ponctués de violence, qui ont amené les gens à redouter les millénaristes, surtout ceux qui ne sont pas reliés à des institutions religieuses établies.  On pense ici aux Davidiens, les disciples d’une secte adventiste dissidente, fondée en 1934, qui ont convié leurs membres à un suicide collectif.   Cette secte a estimé que les prophéties bibliques concernant l’Apocalypse devaient s’accomplir dans les années 1980, puis dans les années 1990.  Ainsi, en 1993, les agents fédéraux ont tenté un raid sur le groupe établi à Waco, au Texas, pour repérer des armes illégales.  Les Davidiens ont interprété l’enquête comme un signe de l’imminence de l’Apocalypse, d’où une fusillade a éclaté, dans laquelle quatre agents et un certain nombre de Davidiens ont trouvé la mort.  Après une impasse de 51 jours, les agents fédéraux ont eu recours à des gaz pour forcer les occupants du camp à sortir, mais un incendie a éclaté qui a tué des dizaines de membres de la secte.

Puis il y a eu le cas du mouvement japonais des «Aum Shinrikyo» (Vérité Suprême), membres d’une certaine secte bouddhiste taoïste (taoïste) qui mêlaient les doctrines chrétiennes avec la voie mystique tantrique du yoga, qui a causé des méfaits.  Cette secte croyait que l’Apocalypse devait se produire en 1999.  Au milieu des années 1990, le groupe comptait des dizaines de milliers de membres au Japon, en Russie, en Allemagne, aux États-Unis et dans nombre d’autres pays. Toutefois, de nombreux membres a quitté le groupe en 1995.  Cette année-là, les dirigeants du groupe ont été accusés d’avoir tué douze personnes suite à la libération de gaz neurotoxique dans une station de métro à Tokyo, dans une tentative apparente d’accomplir les prophéties apocalyptiques.

Enfin, en 1997, trente-neuf membres d’un groupe religieux ont commis le  suicide à Heaven’s Gate, près de San Diego, en Californie, en mars 1997.  Ces sectateurs croyaient qu’ils pourraient ainsi accéder à un vaisseau spatial gigantesque, localisé dans la traînée de la comète Hale-Bopp, leur permettant d’être transportés dans un monde supérieur avant que la Terre ne soit anéantie.  Bien que ces groupes aient présenté des points de doctrine différents, dans une synthèse de croyances, ils n’en partageaient pas moins des idées communes relativement à un sentiment de fatalisme à l’endroit d’un monde considéré comme tout à fait mauvais et condamné, ce qui animait en eux un désir d’évasion et de salut planétaire.

Certains redoutent que l’aube du troisième millénaire puisse motiver d’autres groupes s’appuyant sur des croyances apocalyptiques du genre à adopter et à appliquer des scénarios violents, à des dates différentes, selon les références particulières de chacun, comme la fin du calendrier Maya.

© 201216, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur