LE SYMBOLISME DU LIVRE, AVEC SES ACCEPTIONS DANS LA SPIRITUALITÉ MONDIALE…

Dans le présent contexte, le livre désigne cet assemblage de feuilles imprimées, réunies en un volume relié ou broché, symbolise diversement l’étude, la connaissance, la science, le savoir, la sagesse, la révélation, la manifestation du monde.  Avec les technologies modernes, il perd de sa popularité, souvent remplacé par une édition électronique, ce qui n’enlève rien à ce moyen de se divertir pile-de-livresou de s’instruire.   En spiritualité, on le relie généralement à l’ensemble des connaissances de l’Univers;  au secret divin qui n’est révélé qu’à l’initié;  à la connaissance des principes de la Loi et à leur application dans la vie quotidienne.

 Ainsi, le Grand Livre contient la Science initiatique qui permet, avec ses méthodes, ses clés et ses rituels, de reconnaître l’essentiel du secondaire et de tout résoudre.

À sa vue, le livre suscite des états d’âme variés, entre autre l’intérêt et la curiosité.  En rêve, on comprend tout de suite avoir établi un contact avec la pensée planétaire, avec le mouvement universel ou avec ses archives akashiques qu’on veut comprendre.  Car il évoque généralement un aspect de sa vie de tous les jours pour clarifier son expérience présente, révéler les méandres de son passé, établir un lien avec ses ancêtres, éclairer une situation future.  En général, il contient les actions, les paroles, les sentiments et les pensées retenues dans la mémoire du temps.  On doit le relier au plan mental plus qu’aux plans spirituels.

L’être humain constitue le seul livre qu’il écrit lui-même.  Mais les multiples pages que ce livre contient comportent la somme de toutes ses expériences, des transformations de sa conscience, de tout ce qu’il a vécu jour après jour, voire vie après vie.  Il faudrait se demander si cette image n’est pas apparue pour souligner qu’on s’est permis d’apprendre des leçons sans avoir recouru à l’esprit de sagesse qui permet de les comprendre.  Si c’est le cas, on pourrait être prévenu qu’on a capté des forces dont on est incapable de mesurer le déferlement et qui pourraient exposer, à l’extrême, à l’anéantissement.

En fait, on n’accède pas au savoir par la lecture des livres, mais par la contemplation de la vie.  Non pas qu’il y ait du mal à lire.  Mais à trop recourir à la lecture, pour obtenir toutes les connaissances dont on croit avoir besoin, on structure son mental à l’extrême et on l’entraîne à la rigidité.  Pour obtenir tout ce dont on a besoin d’un livre, on en choisit un, puis on l’ouvre «au hasard», se laissant guider par son intuition.  Il suffit d’en lire un paragraphe ou une page.  À lire davantage, on encombre son mental de données pour l’instant inutiles.  On devient une bibliothèque ambulante, la tête bien garnie, mais sans compréhension réelle, parce que celle-ci ne peut ressortir que du vécu.  Ainsi, on endort son discernement, cette faculté naturellement capable de faire la différence entre ce qui est bon pour soi et ce qui ne l’est pas.

En général, le livre souligne une période de calme et de paix d’esprit.  Il indique un progrès lent et régulier vers un but.  On augmente ses connaissances, on s’informe, on se renseigne, on accroît sa sagesse, on nourrit son intellect.  Souvent, il éclaire un champ de prédilection ou de compétence.

En rêve, la lecture donne un reflet de la situation psychique du rêveur et elle indique ce qu’il veut connaître.  S’il tient un livre précis, il aurait intérêt à le lire ou à le relire,pile-livres1 car il porte pour lui un message qui lui permettrait de rétablir des liens salutaires.  Autrement, ce thème illustre une plongée dans le Livre de la Vie, aussi appelé les Archives akashiques.  Le plagiat de l’extrait d’un livre donne l’impression que le rêveur se sent limité dans son milieu, se sent coincé ou espionné par son entourage, vit avec eux des rapports faux.  Dans ce cas, il faut reconnaître qu’une affaire doit être tirée au clair.

En spiritualité, un livre entrouvert évoque l’Unité sauvegardée malgré la multiplicité apparente.  Un livre ouvert délivre un précieux message dont le contenu est intuitivement saisi par celui qui le scrute.  Il suggère un cœur ouvert et la facilité à livrer ses pensées et ses sentiments.  En Alchimie, il dévoile la matière première fécondée ou travaillée.  Un livre fermé réfère à la matière vierge, au cœur secret, au secret conservé, au voilement de la pensée ou des sentiments.  En Alchimie, il identifie la matière extraite de la mine, mais non encore travaillée, soit la substance minérale brute.  Quant au livre poussiéreux, il réfère généralement à sa voie ou à son plan de vie qu’on a oublié.  Il contient les chapitres antérieurs de sa vie.  Le livre d’enfant ou le livre de contes peut évoquer des souvenirs de sa propre enfance.  Mais il peut éclairer un désir de fuir la réalité et de se retirer dans un monde fantaisiste.  Ce genre de livre éclaire un message relié à sa croissance psychologique pour permettre d’accéder à plus de maturité.  Il permet d’intégrer un aspect infantile de son comportement, développé dans son enfance et maintenu jusqu’à aujourd’hui.  Il fournit une explication des causes profondes de ses inquiétudes, de ses peines, de ses émotions, de ses angoisses, de ses conflits, avec leur solution.  Il invite à accueillir amoureusement son enfant intérieur, à l’apprivoiser, à lui promettre de s’occuper de lui plus souvent.  Dans cet exercice, on peut s’aider en recourant à des photographies prises dans son enfance.  Voir à librairie, bibliothèque, volume, encyclopédie, etc.

 

LIVRE DE LA CONNAISSANCE : Le livre de la dualité qui reste illisible et secret à celui qui n’est pas initié.

LIVRE DE LA NATURE (Le Grand) : En Alchimie, il désigne le Livre scellé par sept bandes, les marques des sept opérations successives qui permettent de l’ouvrir, chacune d’elle brisant un des sceaux de fermeture.  Il désigne la matière première à l’état brut, tout juste extraite de la mine.  Il renferme la révélation des sciences profanes et des mystères sacrés.

LIVRE DE LA SAGESSE : Il symbolise les valeurs lunaires supérieures colligées à la suite des expériences de toutes sortes.  Ce livre de valeur exceptionnelle contient les résultats des grands courants de la pensée compilés dans la conscience collective de l’humanité.  Il sert de manuel de référence pour ouvrir le discernement afin de comprendre ce qui est juste et bon pour soi.  Il offre les solutions les plus lumineuses que l’on puisse imaginer pour éclairer sa présente phase de vie.  En rétablissant le contact avec cette expérience universelle, on peut recevoir des messages intuitifs inattendus ou inusités, qu’on peut appeler des éclairs d’illumination.

LIVRE DE LA VIE : Il désigne le Grand Livre que le Gardien des Manuscrits tient dans la salle des Registres akashiques.

LIVRE DE SAINT-PIERRE : Les Archives akashiques.

LIVRE DE THOT : Le Tarot.

LIVRE DE VIE : L’inscription d’un nom dans ce livre équivaut au salut de celui qui le porte, mais la radiation de ce nom annonce sa perte.  C’est le Registre akashique de son Moi réel.  Il vise à éveiller la responsabilité par l’application de la Causalité.  Voilà l’instrument par excellence pour mieux se comprendre afin de mieux avancer dans la vie.  Il s’agit de savoir où le trouver pour le consulter.  Car il représente tout le potentiel de son Identité profonde, en plus du film de ses vies antérieures et de son destin karmique.  En établissant un contact avec ses ondes lumineuses, on obtient un accès à ses multiples expériences antérieures.  Il est gardé par l’Ange de la Présence, le médiateur entre son petit moi et son Moi réel.  Par affinités ou correspondances, il peut aller capter pour soi des messages provenant d’âmes évoluées qui ont vécu des expériences analogues aux siennes.  Mais cela n’est possible que dans la mesure où elles sont liées à son trajet évolutif.  Ce livre sacré contient la Sagesse de la Vie spirituelle, le Savoir de l’Esprit de Vie.  Dans l’Apocalypse, placé au centre du Paradis, il figure l’Arbre de Vie.

LIVRE DES MORTS : Dans la Tradition égyptienne, il s’agit du recueil de textes fournissant les paroles appropriées pour aider à élever un défunt dans la bonne grâce des insLIVRE-DES-MORTStances tutélaires supérieures et à l’aider à monter au Ciel, au moment du passage dans la Salle de la Vérité, présidée par l’Assemblée des 144 dieux, régis par le Dieu du Jugement.  Ce livre contient des formules sacrées dont a besoin le mort pour se justifier lors du jugement et pour implorer les dieux lors de sa traversée des Enfers et lors de son accès à la lumière du Soleil.  Aussi le plaçait-on à ses côtés dans sa tombe.

LIVRE DES MUTATIONS : Dans la Tradition chinoise, il s’agit du Yi-King.

LIVRE DES SCEAUX : Il s’agit du Livre des Lois du Créateur, relié avec des plumes de corneilles.

LIVRE D’OR : Anciennement, cette expression désignait le registre sur lequel étaient inscrits en lettres d’or les noms des familles nobles.  Par dérivation, elle définit désormais un registrgolden-book-grimoiree destiné à l’inscription d’invités célèbres ou à recueillir des commentaires élogieux.  Il apporte généralement une preuve d’estime ou d’amour dans une phase de vie où l’aspect spirituel devient important.  Il renforce son sens du sacré.  Il recommande le respect de soi ou des autres.  Il exprime la Loi divine.  Par sa lumière, il promulgue un édit spirituel ou il délivre une prophétie.  Il contribue à rétablir la paix et la sérénité par une inspiration claire.

LIVRE DU MONDE : Cette expression réfère à l’Unicité du Message divin primordial.  Symbole de la Rose+Croix, il désigne l’Archétype dont les divers Livres révélés ne sont que des spécifications ou des traductions en langage intelligible.  Il identifie l’Intelligence cosmique, la Manifestation découlant de son Principe.

LIVRE DU TEMPS : Autre nom des Archives akashiques.

LIVRE SACRÉ : Voilà le livre qui contient les secrets de la Terre, un cosmos qui dit tout du corps, de l’âme et de l’Esprit, et sur lequel on doit faire porter son étude.  Il y coule une sève qui révèle que le bas peut aussi s’appeler le haut, le Ciel fusionnant avec elle et manifestant un Christ.

LIVRES SIBYLLINS : Dans la Rome antique, le peuple consultait ces livres, qui contenaient les messages des sibylles ou oracles, dans les situations exceptionnelles, pour y trouver les réponses divines à ses angoisses.  De nos jours, ils désignent des écrits énigmatiques, mystérieux, hermétiques, obscurs, soit des livres dont le sens caché est difficile à saisir.

© 2009-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *