LE GUERRIER PACIFIQUE MANIE SIMPLEMENT L’ARME SUPÉRIEURE DE L’AMOUR SPIRITUEL…

Tous le savent, le guerrier désigne un combattant ou un soldat, toute personne dont le métier consiste à défendre une possession, une personne, un droit, un titre, un territoire.  Aussi est-il étonnant que, dans la spiritualité, on trouve, assez répandue, cette expression d’apparence antithétique de «Guerrier pacifique».

Il faut dire que, dans ce cas, le mot «guerrier» ne retient que l’ardeur, l’audace et le courage du guerrier, car il s’agit en fait d’un héros de la Lumière.  En réalité, le Guerrier pacifique, un être éminemment évolutif, oppose en lui-même l’énergie de l’Illumination à l’ancienne énergie de l’obstination à entretenir les anciennes valeurs  Il cherche à détruire l’ennemi en lui-même, jamais à l’extérieur de lui..  Ce combat oppose l’action à l’inertie, l’éveil au sommeil, amenant à préférer l’amélioration de son être à l’ignorance qui mène au refus complet de se transformer.  À travers ses victoires successives, il vit de façon pratique, concentré sur l’instant présent, dénué de soucis, toujours serein, armé de la patience et de la sagesse du Maître en devenir. guerrier-pacifique

C’est ainsi que, par son exemple, sans prosélytisme, il attire peu à peu vers lui d’autres êtres humains timorés ou apeurés, désireux de savoir ce qui se passe dans sa vie ou de connaître ce qu’il possède, dont ils se sentent dépourvus.  Il provoque des changements étonnants, sans prêcher ses certitudes à tout vent ni les imposer.  Il suit simplement sa voie, montrant aux autres qu’il peut vivre en paix sur cette planète tout en vivant sa vérité.  Il devient en mesure d’engendrer des miracles apparents parce qu’à un autre niveau, il vit uni avec Dieu et avec ses frères et sœurs d’évolution.

Parfois, à l’expression Guerrier de Lumière, on préfère celle de Guerrier pacifique.  Par là on insiste sur le fait que cet être lumineux peut vaincre l’ennemi intérieur sans combat, ce qui révèle la quintessence de son art guerrier.  Dans sa quête, il combat son ego dans l’intention de produire un changement personnel qui l’amène à être plus conscient.  Il accorde une confiance absolue en Dieu et dans son but, se rappelant sans cesse que ce qui seul compte, c’est de vivre un vrai présent, non des illusions.  Préférant l’être à l’avoir, il accorde tout le temps nécessaire à croître en sagesse, ne se prononçant jamais sur le temps qu’il devra mettre pour apprendre à bien penser, parler, ressentir et agir.  Avec patience, constance et courage, il apprend à faire de la place à son Témoin silencieux qui surveille à l’intérieur de lui et qui peut l’inspirer.   Son épée est formée par ses deux mains collée, qu’il tourne vers lui-même, dans une projection d’énergie, pour s’harmoniser, le seul moyen d’harmoniser un autre ou un contexte vital, mais il ne la pointe jamais vers autrui.

Lorsqu’on se présente comme un Guerrier pacifique, certains peuvent comprendre qu’on est un être qui cherche la paix, qui s’oppose à la violence et à la guerre et qui fait le choix de ne pas se battre même lorsqu’on est provoqué.  Et, de fait, il peut souvent être souhaitable de privilégier l’esquive des ennuis, de tenter de mettre un frein à une situation envenimée, quitte à ce que l’ego en prenne un coup.   Dans le monde de la dualité, on ne peut pas toujours s’attirer uniquement des situations paisibles.  Aussi, ce titre de gloire ne doit-il pas empêcher de faire des vagues, quand c’est nécessaire, pour faire savoir qui on est et où on fixe ses limites.

C’est ainsi que, même si on est un Guerrier pacifique, si un conflit éclate et qu’on est attaqué ou frappé, il faut savoir se défendre.  L’invitation du Maître Jésus à tendre l’autre joue, lorsqu’on est frappé à une moitié du visage, porte un sens symbolique.  C’est une invitation à développer un nouveau point de vue sur une situation pénible qu’on a vécue pour en comprendre la genèse.  Mais, sur le moment, il faut commencer par assurer son intégrité, ce qui démontre son goût de vivre.  Après, on cherchera à comprendre ce qui s’est passé et comment on s’est attiré cet événement malencontreux.  Mais, dans l’immédiat, il ne faut pas toujours se laisser prendre pour un naïf dont les autres peuvent abuser, ce qui, précisément, encouragerait une escalade de l’abus.  Chacun gagne à faire preuve de courtoisie et de gentillesse, mais il faut aussi faire preuve de fermeté.

C’est probablement pour cette raison que, depuis que le processus de l’Ascension a été accéléré, on recommande de remplacer des dernières expressions par celles d’«Ouvrier» ou d’«Artisan de Lumière», de «Chercheur spirituel», d’«Athlète spirituel», de «Monteur de Voie», voire mieux, de «Maître de Lumière» ou d’«Ange d’or».  Heureusement, dans peu de temps, les Élus, ceux qui ont choisi d’accompagner la Terre dans son élévation spirituelle, seront délivré des séquelles de leurs vies antérieures et mis à l’abri des entités de vibrations lourdes.  Mais entre-temps, il faut vivre avec son temps et prendre les moyens licites et légitimes pour s’en tirer indemne.  En cela, même si on est pacifique et pacifiste, la violence trouve sa place quand tous les autres moyens ont échoué.

***

Dans la «Cabale», le Guerrier réfère à «Geburah» (sphère de Mars) ou, par voilement, au Scorpion qu’il régit.  On l’appelle encore le Guerrier divin ou le «Vainqueur du Démon».  Ainsi, le Guerrier couronné sur son char, tel qu’illustré dans le «Tarot», donne l’image magique de Mars.Yoga-Namaste

Ailleurs, par Guerrier de Lumière, il faut entendre celui qui sert dans l’amour pour se libérer de son karma ou pour s’extraire de la Roue des Existences, et qui élève sans cesse, de ce fait, son taux vibratoires et celui de la planète.  Il ne détient aucune autre arme que la puissance de son rayonnement amoureux et il place au centre de sa quête la compassion.  Parfois, on appelle ce Guerrier de Lumière, l’Ange d’or ou le Guerrier pacifique.  Dans cette dernière expression, il témoigne du fait qu’il peut vaincre l’ennemi intérieur sans combat, ce qui révèle le sommet de son art guerrier.  Dans sa quête, il combat son ego dans l’intention de produire un changement personnel qui l’amène à être plus conscient.  Il accorde une confiance absolue dans son but, se rappelant sans cesse que ce qui seul compte, c’est de vivre un vrai présent, non des illusions.  Il accorde tout le temps nécessaire à croître en sagesse, ne se prononçant jamais sur le temps qu’il devra mettre pour apprendre à bien penser et ressentir.  Avec patience, constance et courage, il apprend à faire de la place à son Témoin silencieux qui surveille, à l’intérieur de lui, et qui peut l’inspirer à tout moment. Le guerrier spirituel, ne laisse pas les hostilités du monde pénétrer les couches de l’harmonie et l’amour intérieur.  Sur ce point, il ne cède jamais.  Depuis peu, on préfère substituer à cette dernière expression celle de «Chercheur» ou d’«Athlète spirituel».

Les Guerriers de la Paix composent les Légions de Sereta et Sananda, les Régents du Rayon Jumeau, et ils sont dirigés par Michaël.

L’expression allégorique Guerriers de l’arc-en-ciel réfère aux entités incarnées qui ont complètement intégré et maîtrisé le système de leurs chakras.

Quant aux Guerriers de l’Énergie, ils forment la cohorte de ceux qui, par leurs dons et leur élévation de conscience, peuvent transférer une énergie d’un point à un autre, par le Treillis cosmique, pour aider les êtres évoluants et la planète.  Ils représentent des vecteurs d’aide, appelés «aidants» ou «facilitateurs», capables d’influer sur leur environnement ou sur les gens par leur taux vibratoire très élevé.

Sous un autre nom, le Guerrier spirituel désigne le «Guerrier de Lumière», un Guerrier pacifique.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur