L’ALLPHA ET L’OMÉGA, L’ORIGINE ET LE TERME, LE SERPENT DE LA MANIFESTATION QUI SE MORD LA QUEUE…

téléchargementtéléchargement1Alpha1

Dans la Tradition mystique, l’Alpha, une lettre grecque, le «A», désigne la Semence divine, le Point de départ de l’Émanation et du trajet évolutif.  Quant à l’Omega, aussi une lettre grecque, le «Ö», la dernière de l’alphabet grec, la vingt-quatrième, elle réfère, en général, à un terme, par exemple à la fin du périple évolutif et au Point de Réintégration dans la Source divine.  Il s’agit du fruit par opposition à la semence.  Il implique souvent le geste d’héroïsme par excellence, le Sacrifice des sacrifices.   Ainsi, dans l’historie antique, Alpha et Oméga renvoient, par analogie seulement, à nos lettres A et Z, qui ouvrent et ferment l’alphabet arabe, ou à ou à notre expression «de A à Z».

L’expression Alpha et Oméga ou l’entité Alpha-Oméga désigne Dieu en tant que Principe et Terme de l’Évolution, rappelant que toute créature est issue du Créateur, qu’elle y est bien-aimée, qu’elle retrouvera le chemin du retour vers lui, en tant qu’Être évolué et complet, accueilli dans la bienvenue chez lui.  Dans ce contexte, les lettres Alpha et Oméga symbolisent le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin, évidemment, sans oublier ce qui se déroule ou se produit entre les deux extrêmes.  Il s’agit du Tout qu’on peut percevoir dans ses deux aspects polaires (masculin et féminin, électrique et magnétique).  Au plan systémique, elle désigne le signe du Bélier, le Feu sacré ou la Puissance de l’Amour créateur, qui commence et finit la Roue du Zodiaque ou les Rondes créatrices, pour lancer éternellement un nouveau cycle évolutif toujours plus achevé.  Elle évoque l’Émanation de l’Un et le Retour de l’Un, le développement cyclique et la résorption de la Manifestation dans son Point originel.

Pour certains exégètes, ces deux lettres expriment la Clef de l’Univers en tant que Totalité : globalité de l’Être, de la connaissance, de l’espace et du temps.

Pour certains Chrétiens, elles identifient le Christ, le Maître de Tout, le Témoin fidèle de la vie, le Point de culmination de l’Évolution créatrice.   En général, pour traduire cette expression, on recourt aux formules «Il est, il était et il vient», «le principe et la fin» ou «le premier et le dernier».  Cela symbolise l’éternité du Christ, qui : est au commencement de tout ; on peut songer notamment au premier chapitre de l’Évangile selon saint Jean;  et est jusqu’à la fin du monde (voir à ce propos l’Apocalypse selon le même auteur).  Dans la Bible, au «Livre d’Isaïe», (44:6), on lit justement : «…Je suis le premier et je suis le dernier, et hors moi il n’y a point de Dieu…»  Et dans l’Apocalypse (1 :8) : «Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant.»  Dans le Nouveau Testament (Apocalypse 21 :6), il est encore écrit : «Tout est réalisé désormais. Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. Moi; je donnerai gratuitement à celui qui a soif l’eau de la source de vie (…).»  Puis, dans l’Apocalypse (22 :13) : «Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.»  Il n’étonne pas que, par extension, dans le symbole d’Athanase, la Trinité chrétienne soit présentée comme l’Alpha et l’Oméga.  Ce symbole apparaît toujours à la base du cierge pascal de l’Église catholique, allumé la nuit de Pâques, pour symboliser la présence du Christ au cœur du monde.  Il y est associé à une croix, au millésime de l’année et à cinq grains d’encens enfoncés dans la cire. Il apparaît aussi dans le «chrisme», le monogramme du Christ, comme l’indique l’image d’accompagnement.

Dans la Tradition juive, «Aleph» (première lettre de l’alphabet) et «Thaw)» (dernière lettre de l’alphabet) évoquaient déjà la plénitude absolue, soit la perfection, même qu’il est plus que sûr qu’il soit passé de la synagogue à l’Église chrétienne par la traduction de l’hébreu au grec.   Cette expression et semblable au symbole rabbinique de la «Shekinah» : «aleph-thaw» (première et dernière lettres de l’alphabet hébraïque) ainsi qu’aux lettres d’ouverture et de fermeture du mot «emet», qui se traduit par «vérité» et qui est considAlpha-Omegaéré comme l’attribut principal de Yahvé.  Étant donné le climat culturel de l’Asie mineure, il dut influencer l’auteur de l’Apocalypse, à partir des lettres empruntées au monde hellénistique.  En précisant «Je suis le premier et je suis le dernier», l’Être-Un évoquait moins un classement qu’une expérience, à savoir qu’il était là au tout début du monde ou de l’humanité et qu’il serait encore là à leur fin, ce qui était une manière de rappeler sa supériorité sur les autres divinités que les êtres humains pouvaient adorer à l’époque.

Dans les papyrus magiques, l’universalité du monde et la divinité étaient exprimées par ce résumé de l’alphabet grec.

Pour les mystiques, l’Alpha et l’Omega désignent la Source de l’Ordre de Melchisédech.  En vérité, ces lettres peuvent identifier les membres des Flammes jumelles ascensionnées de la Conscience christique cosmique.  Avec «Oméga», l’Alpha maintient l’équilibre de la Polarité masculine et féminine de la Trinité dans le Grand Soleil central du Cosmos.  Dans la figure de l’Androgyne primordial, «Alpha» représente le Père et l’Origine de Tout (le Point d’Émission), tandis qu’«Oméga», la Mère, désigne l’Accomplissement des Cycles (le Point de Réintégration).  Réunis, ils illustrent la Conscience de Dieu exprimée par l’intermédiaire de la Création Esprit-Matière.  Ils constituent les Dieux Père-Mère de la Voie lactée.  Ainsi, par le Christ universel, le Verbe se fait chair.

Au sommaire, l’Alpha et l’Oméga désignent Dieu ou l’Esprit pur comme le Premier Être et comme la Source de la polarité créatrice en qui tout, dans le Cosmos, fusionne ultimement de nouveau, au terme de l’Expérience évolutive.

 

© 2011-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *