En spiritualité, le mot «victoire» évoque la Création du Monde ou la participation d’un être de la Création à la Manifestation continue ou éternelle.  Dans un deuxième sens, elle illustre la pulsion de vie irrépressible, cette force inhérente à l’être humain, qui est une créature façonnée à l’image et à la ressemblance de son Créateur, qui le conduit à son plein épanouissement, soit à sa Réalisation spirituelle.  Dans la réalité contingente, la victoire se nomme réussite ou succès dans toutes ses entreprises;  dans la réalité des plans subtils, elle évoque le triomphe suprême de toutes les épreuves initiatiques d’un long parcours de vie.  Elle exprime l’idéal suprême de tout être évoluant.

Dans notre fableCouronne or en relief, où les rêves les plus fous deviennent possibles, c’est par l’ardeur, le courage et l’audace sans témérité qu’un être fait fuir la difficulté et qu’il parvient au Triomphe ou à la Victoire.  Dans la vie, pour sa sécurité et son accomplissement, chacun doit avoir confiance en lui et en lui seul.  Avoir confiance en soi seul, c’est placer le verdict de son Centre divin, capté par le ressenti ou l’intuition, au-delà de tout autre verdict.   Par exemple, l’être incarné doit refuser de faire des promesses, de prendre des engagements, de donner sa parole, de faire des serments, jurer sa fidélité à tout autre que lui-même.  Il s’agit là d’actes qui engendrent autant de liens accaparants, possessifs, vains et frauduleux.  C’est plutôt par ce que qu’un être vainc en lui-même que, du même coup, il remporte la victoire dans le monde extérieur.  Dans la troisième dimension, la Cause, d’origine subtile, précède toujours l’effet.

L’énergie de la Victoire, qui provient d’abord de Vénus, libère progressivement le sujet de ce qui le gêne, l’amenant à se libérer et à se réaliser dans la complétude, la plénitude, la perfection et la béatitude de l’Absolu.  Elle atteste de sa Maîtrise spirituelle.  Il s’agit de la redécouverte complète et consciente de ce qu’un être est de par son Essence spirituelle.  Elle illustre le dressage de l’ego, cette créature réfractaire du mental agité.  En ce sens, elle marque le triomphe que chacun remporte sur les anciennes énergies, ce qui l’amène à régler une crise existentielle qui a trop perduré.

La Victoire démontre qu’un être particulier a attisé en lui son l’énergie vitale.  Toute victoire atteste du fait qu’il a activé une part de son énergie de vie et qu’il a capté des pouvoirs, de sorte qu’il se sent chargé d’un surcroît de force.  Nul ne peut démontrer sa puissance qu’en affrontant l’énergie illusoire de manière à se démonter le degré de maîtrise qui est désormais sien.  Au primitif et au commun qu’il était, auquel il voulait du bien, il a ébranlé la résistance et il obtenu la soumission, l’amenant à dissoudre ses peurs dans l’attaque ou la mise sur la défensive.  L’attaque ne peut s’entendre que comme l’intervention du guerrier pacifique qui s’abandonne à la Lumière spirituelle.  Ainsi, dans son intervention, l’intention du sujet n’était pas de lui faire mal ni de lui causer du tort, mais de recourir à tous les moyens légitimes pour lui faire comprendre les erreurs issues de ses vieilles conceptions dépassées.

Alors, un jour, un être s’est armé de l’épée de la vérité, de l’armure de la connaissance et du bouclier de la sagesse pour refroidir le petit moi dans ses pulsions délétères, lui démonter ses piètres armes, inoffensives, l’amener à abandonner le combat et à faire la paix.  Si l’ennemi a battu en retraire, refusant de comprendre ses intentions, c’était son choix, aucune décision ne lui était imposée.

Tous les êtres incarnés ressemblent à des oiseaux en cage, bien peu d’entre eux connaissant quoi que ce soit des grands espaces.  Aussi, quand l’un d’eux s’aventure hors de lui-même, il éprouve d’abord du vertige, l’impression d’un grand vide.  Rien ne l’appelle à s’adonner à des performances : aussi devrait-il savoir se calmer et se détendre, cesser de s’agiter intérieurement, prendre le temps de vivre, respecter son rythme.  Il gagne à laisser cascensionouler les choses.  Mais chacun doit connaître ce vide avant de songer à se remplir.  Aussi peut-il délibérément engendrer en lui un vide pour permettre à la Vérité de commencer à le remplir.

Il faut savoir que tout le reste, comme l’effort et la lutte, le travail de bête de somme, est contre nature.  Chacun devrait laisser la Vie venir, couler en lui, sans résister, faire d’objections, élever de protestations.  Il devrait se laisser porter comme s’il n’avait plus besoin de penser ni de chercher.  Une grande plénitude ne tarderait pas à s’exprimer en lui.

C’est en se soumettant inconditionnellement à la Lumière qu’un être évolutif fait ses premiers pas dans la bonne direction, soit qu’il emprunte enfin le Sentier de l’Illumination.  Ainsi, à se laisser porter par le courant de la Vie, personne n’est blessé et tout le monde gagne.  La Victoire sert à démontrer que tous les impossibles apparents deviennent un jour possibles puisqu’il détient tous les attributs infinis de son Créateur divin.

© 2012-15 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur