LA VÉRITÉ SAUVE, LA VÉRITÉ INITIE, LA VÉRITÉ ILLUMINE…

Depuis que les channels ont commencé à pulluler, diffusant différentes théories plus ou moins véridiques, en provenance des Forces sombres de l’astral, il s’est élevé une polémique de nature à désinformer et à confondre, par rapport au sens de la liberté individuelle et de la notion de vérité.  Ainsi, chacun recommande aux êtres humains de suivre la voie de leur propre vérité qui, chez les faibles et les endormis, ne peut conduire qu’aux Ténèbres dans lesquelles certaines entités aimeraient bien les emprisonner.

Questionnement35De l’avis des Sages, la manière convenable de circonscrire la notion du Sentier évolutif devrait plutôt consister à recommander à chacun de suivre la vérité qui émane de son cœur, par l’intuition, qui n’a rien à voir avec les concepts mentaux, qui n’expriment que des hypothèses et des cogitations approximatives, souvent nébuleuses et erronées.  Mais, selon son degré d’enfermement dans la densité et la dualité, l’accès à cette Vérité divine, qui initie, parce qu’elle  est la même pour tous, n’est pas à la portée de tous, ne se révèle pas aussi facilement.  C’est la raison pour laquelle certains hautes consciences se sont incarnées en Phares de Lumière pour, non régir leur vie et faire les choses à leur place, mais pour leur fournir des balises sécurisantes les éclairant sur la direction du Sentier évolutif.

On croit que la Vérité se définit  comme la représentation mentale avec la réalité correspondante, soit  comme la connaissance validée, donc reconnue comme juste ou exacte, comme conforme à l’objet qu’elle évalue, ce qui lui conférerait une valeur absolue et ultime.  Dans cette perspective, elle résulterait d’un jugement objectif et impartial, la qualité qui permet d’obtenir une représentation fidèle de la réalité observée, l’exactitude, la conformité au réel.  Ainsi, en toute circonstance, la part de vérité des affirmations d’un être dépend de ce qu’il peut saisir de la totalité de la Réalité infinie et dont il peut rendre compte.

Pourtant, la Vérité échappe à la perception des sens et à l’analyse mentale, puisque, à titre de prototype ou d’archétype essentiel d’une réalité, elle vibre au-delà des phénomènes.  Autrement dit, pour qu’il y ait vérité chez un être incarné, sa perception doit parvenir à coïncider avec la réalité qu’il observe, parce qu’il est capable, par l’intérieur, de fusionner avec elle, de ne plus que former un avec elle, ce qui ne peut être le cas de l’homme ordinaire, si extériorisé, qui ne juge de tout que par les reflets partiels qu’il en saisit.

Ainsi, la Vérité, c’est ce qui est conforme à ce qui est réel ou ce qui lui correspond, non aux sens d’apparences densifiées ou cristallisées que captent les sens, mais au sens de Réalité subtile ou de Cause première, qui illumine et raréfie, parce qu’elle participe de l’Essence et de la Nature de l’Absolu et permet la fusion des extrêmes.   La Vérité est une, elle ne peut être multiple, parce qu’elle exprime la Réalité de l’Absolu immuable tel qu’il a été, est et sera.  C’est précisément ce qui assure qu’elle fasse passer un être humain de sa nature inférieure à sa Nature supérieure, à travers un changement progressif de sa conscience.

Il existe de nombreuses voies pour y accéder, mais elles y conduisent dans la mesure où un être choisit une de ces voies authentiques  et la suit dans le bon sens, au lieu de faire du sur place, de tourner en rond autour de lui-même, de la prendre à rebours.  Car, par nature, la Vérité éclaire, élève, affranchit, rapproche du bonheur, de sorte que la poursuite d’une voie qui ne produit pas ce résultat ne peut prétendre participer de la Vérité unique.  Dans ce choix, il doit discerner entre ce qui est vrai et ce qui porte les apparences du vrai, soit entre ce qui est, qui est validé par la pureté de son expression,  et l’interprétation qu’il fait de ce qui est, qui aboutit à l’élaboration d’hypothèses et à la formation de croyances.  Ce n’est pas parce qu’un être croit fermement à une idée qu’il est dans la Vérité.

Chez un être, le degré de perception de la Vérité dépend du degré d’accord de ses fréquences avec elle.  Autrement dit, elle dépend du degré de coïncidence de sa perception personnelle avec la réalité telle qu’elle est, ce qui dépasse les possibilités du jugement, un ressort de l ‘entendement.  Or la Vérité ne réside pas dans la part qu’un être peut juger, mais dans sa réalité même.  Celui qui cherche à connaître et à comprendre la Réalité cosmique approche sans cesse plus près du concept de la Vérité absolue, mais sans jamais l’atteindre vraiment, dans la mesure où il ne s’est pas engagé dans une direction erronée.  Ainsi, pour l’être humain, la Vérité ne peut que rester relative, et d’autant fourvoyante out libératrice, tant qu’il ne s’ouvre pas à l’intuition, plutôt qu’à la raison, pour capter la Réalité dans sa vibration même, sans déformation.

Certains aiment clore rapidement le débat sur la Vérité en proposant qu’il puisse exister plusieurs vérités, voire même une vérité pour chacun.  C’est un concept absurde qui découle de la vision dualiste et morcelle le Visage de l’Absolu, ce qui résulte d’une totale incompréhension du concept même de la Vérité.  En général, plus un être est intellectuel et imaginatif, plus il est sceptique sur ce qui échappe aux vérifications scientifiques, comme si toute intrusion de l’irrationnel dans la vie d’un être devait en faire un fou, un utopiste ou un illuminé, alors que l’être humaine est, par nature, un être psychique.  À l’inverse, plus il est intuitif et neutre, plus il se montre ouvert et mieux il accueille l’irrationnel, parce qu’il obtient une toute autre conception, tellement plus certaine, de la Réalité, parce qu’elle procède de sa Cause même, non de ses effets.

Pour tout dire, la Vérité tient de deux facteurs : de la clarté de l’intuition, qui est captée à l’intérieur, qui permet de dépasser les cogitations ou spéculations mentales, puis de la qualité de la pensée qui la pénètre et la transmet.  Car ce n’est pas celui qui cogite et spécule qui cerne le mieux la vérité, mais celui qui l’appréhende par l’expérience, le vécu dans ses tripes et tout son être dans sa la conformité de sa vibration absolue, même si, par la suite, elle reste difficile à exprimer en mots.

De ce fait, celui qui affirme que tout est vrai, même ce qu’un être peut croire faux, du fait que tout serait inclus dans le Tout divin, exprime une énormité, car cela ferait de la tentative de discerner ce qui est faux du vrai une perte de temps.  Il est vrai que, pour être mise en exergue, toute vérité a besoin de son contraire pour exister.  En cela, ce qui est vrai, c’est que, à chaque instant, chacun peut retenir les croyances qui lui sont utiles dans le moment pour progresser dans le Savoir ou la Sagesse, en choisissant d’abandonner celles qui l’amènent à stagner ou à tourner  en rond, avant de régresser, et qui se reconnaissent par le fit qu’elles entretiennent dans la dépendance et l’obnubilation au lieu de libérer, de rétablir dans la liberté.

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a une différence entre la Vérité et l’interprétation de la Vérité.  Toute vérité partielle rapproche de la Vérité unique tandis que toute fausseté en écarte, parce qu’elle résulte d’une interprétation subjective et partiale, d’un parti pris, d’une opinion préconçue, d’une résolution prise d’avance, d’une décision inflexible, ce qui représente un manque de conscience et une transgression de l’intégrité ou de l’authenticité.  Chose certaine, celui qui suit le sentier des apparences ne peut que s’illusionner et aboutir ailleurs que celui qui s’ouvre et plonge en lui, pour obtenir sur toute chose, par l’intuition, la vérité intégrale.  Surtout que, par la Causalité éthique, résultat de la loi d’Attraction, cette erreur de compréhension lui impose de payer le tribut de son choix arbitraire et mal éclairé en douleur, en souffrance, en misère et en retard évolutif, dans une leçon salutaire susceptible de le ramener sur le Sentier de la Vérité.

Bien qu’il n’existe pas de raccourci métaphysique, sur le Sentier de l’évolution, c’est là qu’un Instructeur incarné avéré peut faire toute la différence dans la vie d’un chercheur aspirant à connaître la Vérité puisque, sans détenir la vérité pour un autre, puisque la Vérité absolue est une, il peut partager avec lui des éclats de lumière sûrs, acquis dans sa propre expérience.  Autrement dit, il joue auprès d’un chercheur novice  le même rôle que joue un parent auprès d’un enfant en phase d’acquisition de l’autonomie et de l’indépendance, qui peut voler de ses propres ailes dès qu’il est devenu suffisamment informé, compétent et débrouillard.

Pour bien comprendre, on peut comparer l’expérience évolutive, qui vise à accéder à la Vérité par l’exploration de son monde intérieur ou de ses profondeurs intimes et le franchissement de Portails successifs, à une Sphère unique, image de la Totalité divine, qui serait formé d’un Noyau spirituel, formé d’Essence divine, donc d’une énergie extrêmement subtile, raffinée et ténue, qui, à la périphérie, présenterait une surface dense, résultat de la cristallisation de l’Énergie du Noyau central en raison de son écartement de cette Source unique.  Les êtres humains fouleraient le sol dense de cette sphère, à la périphérie extérieure.

Dès lors, pour retourner à leur Centre originel, le même pour tous, ceux-ci peuvent choisir de se diriger, à la verticale, vers lui, en franchissant les différents Portails spirituels, au gré de leurs initiations, qui les rendent plus subtils et légers dans tout leur être, par l’effet d’un rehaussement du taux vibratoire en provenance de l’Essence du Noyau central dont ils se rapprochent,  ce qui leur en permet le franchissement, jusqu’à ce qu’ils le réintègrent de nouveau et fusionnent avec lui.  À partir du point qu’ils occupent, selon leur plan de vie et leur fréquence vibratoire, chacun doit suivre sa propre trajectoire vers le Noyau central, le Cœur sacré de la Sphère divine, ce qui lui donne l’impression de détenir sa propre vérité, mais tout trajet, qui comporte des similitudes, n’en converge pas moins vers le même Centre divin qui représente la Réalité absolue ou la Vérité unique, d’où la vérité de l’un, légèrement modifiée, pour l’adapter à sa propre fréquence, peut lui servir.  En cela, aucun point d’expérience ne peut être en complète opposition éternelle avec un autre puisque tout est partie du Tout et que le Tout est Un.

Mais ces enfants prodigues peuvent tout aussi bien préférer explorer sans cesse, de vie en vie, la surface de la Sphère en la parcourant à l’horizontale,  pour en faire encore et encore le tour, afin de la connaître dans tous ses détails, s’exposant à finir par s’épuiser, se démotiver et décider de se fixer quelque part pour y mourir d’étiolement.  Alors, laissés à eux-mêmes, ils pourraient prendre des éons avant de découvrir la raison de leur incarnation dans la densité et la voix à suivre pour l’incarner, par leur créativité, dans le respect des lois naturelles et des principes cosmiques qui, constamment transgressés, même par ignorance, conduisent du malaise à la souffrance, et de la souffrance à la maladie, s’imposant une mort à petit feu.

Dans ce contexte, il est probable que certains, au lieu de choisir de tout expérimenter, pour tout apprendre par eux-mêmes, afin de découvrir le sens de leur périple obligé de l’Alpha à l’Omega, leur permettant de récupérer leur pleine conscience — ce qui est légitime, mais prend bien du temps — profiteraient de l’expérience des pionniers qui ont déjà parcouru le Sentier qui les a ramenés à la Maison originelle, les Maître illuminés ou réalisés, des entités subtiles, et de celle des Instructeurs qu’ils ont dûment formés et confirmés, qu’ils ont laissé sur la Terre, parce que, ainsi, ils s’éviteraient de repasser par des circuits d’expérience déjà explorés et qui, pour cette raison, n’apprennent rien à l’Absolu qui les a missionnés, dans son désir de valider, dans son Grand Jeu amoureux, tous ses concepts créatifs.

© 2013-15 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur