SAVOIR PROMPTEMENT PASSER D’UN ÉTAT NÉGATIF À UN ÉTAT CONSTRUCTIF

Dans la société contemporaine, au cours d’une journée, les gens connaissent plus de moments de tension que de sérénité.  Celui qui veut vivre en santé, augmenter ses jours et évoluer dans la joie paisible gagne à découvrir le moyen de passer d’un état à l’autre.

 

Les méfaits de la tension

 

La Tension décrit toujours un état de concentration excessive sur un sujet donné, un effort intellectuel intense, une application trop soutenue.  Un événement stressant provoque une réaction en chaîne qui s’amorce dans le cerveau et amène les glandes surrénales à produire du cortisol.  En retour, ce dernier produit active deux zones du cerveau : le cortex cérébral, qui élabore la réaction au stimulus, qui peut être, diversement, la fuite, l’attaque, l’immobilisation ou quoi encore, et l’hippocampe, qui tente d’apaiser la réaction.  Si la tension est trop forte ou se prolonge, l’hippocampe, saturé de cortisol, ne parvient plus à jouer son rôle régulateur.  Ainsi, le cortisol envahit le cerveau et s’installe du désarroi, voire une dépression.  On estime que la tension, devenue stress, est la raison de plus de quatre-vingt pour cent des consultations médicales.  De toue évidence, elle appelle à la détente et à TENSION l’adoption d’un mode de vie sereine.

Cependant, il faut savoir que. si le stress peut produire des blocages, dans une autre fonction, il peut rendre service à l’être humain.  Dans certains cas, loin d’être néfaste en lui-même, il devient même très utile, mettant en alerte et imposant de trouver une solution immédiate à un dilemme qui vient de se présenter.  On peut même affirmer en toute certitude qu’il a permis à nos ancêtres d’échapper à bien des dangers et d’assurer la survie de l’humanité.  Pour cette raison, c’est le stress permanent, celui qui n’a pas de fin parce qu’on ne lui trouve pas d’issue ou de résolution, qui peut miner les énergies d’un être.

La tension résulte du fait que l’on colore souvent négativement les énergies de sa vie, n’en captant pas sur le coup l’aspect salutaire, parce qu’instructif.  Alors, on ne dispose plus que des énergies enfermées dans les replis de ses incongruités mentales et émotives.  La Lumière divine continue à se déverser dans le cœur, mais elle n’est ni perçue ni utilisée.  Tôt ou tard, à cause de ce déséquilibre psychique, le ressort se détend.  Mais au lieu de jaillir en vitalité, la substance impure du champ magnétique se déverse en un flot putride, sous forme de dépression ou de désespoir, se répandant sur le sol, engluant la planète au lieu de se déverser dans les réceptacles de la vertu.  Elle est automatiquement canalisée vers de vieilles matrices encroutées, formées au cours des années qui ont précédé, par les liens et les contacts de l’ego avec les Forces des ténèbres qui s’insinuent partout dans la société.

La tension révèle toujours un conflit ou une frustration intime.  Elle retarde ou annule ce qu’un être appelle par la constriction des réseaux.  Elle bloque la réception intérieure et elle opacifie la conscience.  Alors, la personne attire à elle ce qui correspond à son taux vibratoire émotionnel.  Un sujet se tend lorsqu’il se hâte, tente de performer, ou qu’il entretient des pensées négatives.  Tout énervement, toute inquiétude, si minimes qu’ils soient, engendrent de l’énergie négative, ce qui explique l’importance d’une vie sereine.  L’état de tension colore le champ magnétique qui attire des problèmes pour les moments à venir.  La tension fait augmenter la pulsation cardiaque, raccourcit la respiration, prédisposant rapidement à la fatigue.  Y perdant contact avec le pouvoir, en lui, l’être humain sombre dans l’inquiétude, l’angoisse, la morosité, parfois le désespoir.  Lorsque le conscient est perturbé, il ne peut jamais donner un commandement assuré et efficace.

CALME

Les bienfaits du calme

C’est dans le calme qu’un être peut profiter au maximum de l’Énergie divine qui circule à travers lui, assurant l’élargissement de sa conscience et une meilleure connaissance de son être.  Alors, il peu bénéficier d’une vie remplie de vitalité, de jeunesse, d’amour et d’émerveillement.  Le calme permet de saisir le vrai sens de la vie et de mieux percevoir son but ultime.  Il amène à découvrir pourquoi sa vie est telle qu’elle est et il aide à préparer son ascension spirituelle.  Plus un être est calme, plus il lui est facile de recevoir ce qu’il veut et désire, car plus il lui est facile de se centrer sur son Soi supérieur.

 

Les bienfaits de la sérénité

La sérénité finit par installer un état de neutralité dans lequel l’être ne prend plus parti, même pas pour ou contre lui-même, car il n’en a pas besoin.  Dans la neutralité, tout être devient intouchable et invincible.  En cela, la sérénité évoque l’état de paix permanent de l’esprit qui ne se laisse plus déranger par les perceptions, les sensations, les émotions, les passions, la tension.  Dans la Tradition hindoue, elle évoque particulièrement la paix intérieure qui résulte de la maîtrise de l’agressivité.  En spiritualité, il s’agit de la faculté de conserver la paix intérieure de celui qui comprend que tout est juste et que tout ce qui arrive est  approprié, d’où il sait dire à tout moment : «Cela est!»

En général, on considère la sérénité comme un état permanent de calme permanent, de tranquillité, d’égalité d’humeur, un état fondé sur la compréhension et le dégagement de soi et sur un fonctionnement harmonieux du cerveau.  Elle exprime la compréhension spirituelle et une richesse intérieure qui élève au-delà des contingences matérielles et des fluctuations émotives du fait que, l’être étant comblé, il ne connaît plus le moindre trouble ni l’agitation.  Lanza del Vasto confirme: «La sérénité, c’est le sentiment qui accompagne l’impassibilité, qui couronne le détachement, c’est le contraire de l’indifférence et c’est le contraire de l’ennui.»  En fait, la sérénité, c’est l’état des êtres réalisés.  Mais, il se pourrait qu’il devienne bien fastidieux de jouer de la harpe sur son petit nuage, pendant l’éternité, à contempler Dieu face à face, comme nous le promettent les religions.  Aussi faut-il comprendre la sérénité comme un état très vibrant, donc dynamique et extatique, jamais ennuyeux.

Dans le quotidien, la sérénité naît du bonheur d’être comme on est, de savoir qu’on n’est jamais seul dans sa tâche évolutive et que, si on reste évolutif, on ne manquera jamais de rien.  Elle provient de la certitude que rien ne pourra vaincre sa foi en son idéal et ne pourra compromettre son accomplissement dans l’Unité.  Ainsi, on peut rester calme et tranquille même au milieu du chaos.  Elle procède de la sagesse qui révèle la Lumière spirituelle et qui confère une vision globale qui transcende les apparences.  Elle permet de percevoir l’ordre et l’équilibre qui existent en toutes choses.

Il faut bien comprendre que la sérénité, un état de paix divine ou céleste, ne découle pas du fait d’ignorer les problèmes, mais de celui qu’on ne les laisse pas engendrer en soi de tension, évitant de provoquer une situation plus complexe.  Il impose de se concentrer sur le moment présent dans la paix, au-delà des problèmes, en formant en soi des pensées constructives.  Il permet de présenter un nouveau visage qui esquisse un sourire de compréhension, ce qui amplifie son inclination à se sentir bien.serenite

Peut-être connaissez-vous la célèbre prière de la sérénité, composée par R. Niebuhr, une adaptation d’une supplique de Marc Aurèle, et si chère, notamment, aux membres de l’association des «Alcooliques anonymes».  Elle se lit comme suit : «Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer celles que je peux et la sagesse d’en connaître la différence.»  Il faut cesser de tant s’en faire puisque, ceux qui le désirent, finiront tous par accéder au Paradis.  Du reste, alors qu’il n’existe pas de raccourci évolutif, ils s’y acheminent déjà à leur rythme, selon leur compréhension et leurs moyens.

Heureux celui qui ne s’attache qu’au nécessaire et à l’essentiel, car il peut vivre constamment la sérénité en savourant chaque moment!  Mon on possède dans la matière et le psychisme, plus on peut posséder dans le cœur, ce qui amène à vivre constamment dans la sérénité.  Sous le pseudonyme de Louis-Ferdinand Destouches, la grande écrivaine, Céline, a dit ou écrit : «La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment; d’autres commencent et s’y prennent vingt ans d’avance et parfois davantage.  Ce sont les malheureux de la terre.»

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur