LA VALEUR SYMBOLIQUE DE LA ROUE

Fondamentalement, la roue désigne une pièce rigide et plate, de forme circulaire, qui tourne sur un axe qui passe en son centre.  Il symbolise d’abord la Loi cosmique inexorable, l’Énergie de la Vie, le Principe de la transformation évolutive, le Mouvement constant et éternel et, accessoirement, le changement, le progrès, l’avancement, le perfectionnement, le déroulement ordonné, l’écoulement permanent de la vie qui se transforme sans cesse.  Selon que la roue tourne vers la droite ou vers la gauche, elle souligne l’impulsion génératrice favorable (qui apporte le bonheur) ou défavorable (qui apporte le malheur).  Etroue si elle cesse de tourner, elle indique l’échec, la faillite, voire la mort.

      En Alchimie, la roue évoque le feu poussé au maximum grâce à un dôme réversible, une opération qui doit durer autant d’heures que la roue compte de rayons.

Au plan symbolique, la roue éclaire donc l’ensemble des forces et des impulsions qui règlent le phénomène de la vie, de la mort et de la renaissance dans les cycles éternels.  Elle identifie la vie qui tourne sur son axe, qui tranche les obstacles, qui détruit la dysharmonie, qui écarte le déséquilibre.  On l’associe au temps et au cercle de la vie.  Par sa rotation permanente, elle établit les cycles, les recommencements, les renouvellements.  Voilà la Vie active autour de l’Axe divin.  Elle illustre la totalité du processus des phénomènes du début à leur terme ou les changements tant négatifs que positifs de l’Évolution éternelle.

On ne parvient à comprendre la roue que si on se place en son centre, de manière à être situé à égale distance de tous ses points.  Symbole du monde en évolution, son moyeu, image du principe ou du Ciel, sert de centre immobile.  Ses rayons, qui marquent le rapport de la circonférence (la Terre) au centre (le Ciel), soulignent un rayonnement expansif, par exemple celui du Soleil central ou du Soleil physique.  Il est l’attribut de l’Homme total, le Médiateur cosmique.  Sa jante, en périphérie, représente le résultat, la manifestation qui en émane, avec sa limite.  Dans son mouvement, la roue ne touche jamais le sol que sur un point unique, ce qui illustre la brièveté de la vie en incarnation.  D’elle naissent l’espace et toutes les divisions du temps.  Globalement, elle illustre le tourbillonnement incessant de la Manifestation dont la délivrance ne peut être obtenue que par le passage de la circonférence au centre.  Elle exprime le changement et le retour des formes de l’existence, dans un devenir cyclique, qui permet d’établir une maîtrise sur le temps.

La roue éclaire le pouvoir de rouler tout droit, soit en ligne droite, sans détour, sur la Voie droite ou la Voie royale.  Elle traduit le déroulement de la révélation divine qui permet de rouler sur soi-même autour du Bien immuable.  Elle donne toujours l’impression d’une montée, suivie d’une descente, ce qui a donné naissance à l’illusion de la joie et de la souffrance.  En Alchimie, la roue figure le temps nécessaire à la concoction de la matière philosophale et, par suite, la coction elle-même.  Elle sert de véhicule au feu qui va et vient entre le Ciel et la Terre pour unir le divin et le profane.  Elle est donc associée au monde du devenir, de la création continue, de la contingence et du périssable.

Au plan pratique, la roue annonce des changements prochains dans sa manière de vivre.  Elle peut attirer l’attention sur des événements qui refont cycliquement surface, pour le meilleur ou pour le pire, quand ils ne sont pas résolus, intégrés ou harmonisés.  On peut croire que les événements vont s’accélérer, peut-être même se précipiter, dans sa vie.  Pour le moment, les choses évoluent bien et semblent tourner rond pour soi.  Si la roue ne marque pas l’usure du temps, elle appelle à opérer des changements ou des transformations qui permettront d’améliorer la fluidité  et la spontanéité.  Le moment est venu d’agir : ce n’est plus le temps de s’arrêter, de farnienter, de rester retiré, d’hésiter, de louvoyer.

L’expression «passer entre deux roues» évoque l’aptitude du candidat aux Mystères à s’infiltrer entre deux roues qui se touchent à tout moment.  Elle traduit son aptitude à trouver la Voie de passage entre la Terre et le Ciel et à la franchir.  La grande roue, ce manège de foire en forme de roue dressée, renvoie à la Roue de Fortune ou à la Roue de la Vie.  En général, elle annonce la réussite dans un projet particulier qui donne l’impression d’un succès définitif.  On peut avoir l’impression de tourner en rond ou passer par des hauts et des bas dans sa présente phase de vie.

La roue à rochet, une roue à dents taillées en biseau, de façon à ne pouvoir soulever un cliquet que dans un sens, parce qu’il s’immobilise dans l’autre sens, traduit une progression ou une évolution constante, ordonnée, ferme, régulière, méthodique ou une entreprise vouée au succès.  Elle donne l’idée d’une avancée irrévocable.

La roue de secours, une roue de rechange destinée à remplacer une roue dont le pneu est crevé ou endommagé, suggère de commencer à se trouver une alternative pour un projet qui est voué à l’échec ou à des difficultés dans le cours de sa réalisation.  Elle peut encore suggérer qu’on ne manque pas de ressources en cas d’échec.

La roue de loterie identifie une entreprise risquée ou hasardeuse.   La roue d’engrenage, ce dispositif ingénieux, annonce qu’un projet, parce qu’il est mené de façon méthodique et ordonnée, aboutira au succès.  Elle peut illustrer les multiples petits coups de pouce qui viennent de son entourage.  Voir à engrenage.

La roue motrice, cette roue commandée par le moteur, grâce à la transmission, et qui assure le déplacement du véhicule, éclaire généralement la qualité ou le degré de la motivation dans un projet.  Elle réfère au mobile principal d’une action.

*** 

ROUE À CINQ RAYONS : La Roue des Élémentaux (de l’Éther, source de l’Air, du Feu, de l’Eau et de la Terre).

ROUE À DOUZE RAYONS : La Roue du Zodiaque.

ROUE À FEU : Dans la Tradition celtique, la Roue qui s’exerce alternativement dans les deux sens et qui illustre le symbolisme de la double spirale de l’involution-évolution.

ROUE À HUIT RAYONS : La «Rota», la Roue cosmique, formée du «Quanta» et du Cercle de l’Infini, précisant les archétypes qui surgissent de la Totalité.  Elle est liée à la production de la Foudre et du feu et elle illustre le Monde cosmique.  Dans la Tradition bouddhique, c’est le Lotus, image de la Roue du «Dharma», avec ses Huit Sentiers.  En Alchimie, elle exprime la Quintessence.roue-4-rayons

ROUE À QUATRE RAYONS : La Roue des Quatre Vents ou des quatre points cardinaux.  C’est la roue la plus simple pour figurer l’expansion conforme aux quatre directions, le rythme quaternaire de la Lune et les quatre saisons des pays tempérés.

ROUE À SIX RAYONS : La Roue solaire des multiples renouvellements d’états.  C’est la Roue de l’Existence qui évoque les six classes d’êtres.  Dans la Tradition chrétienne, elle devient le «Chrisme», la projection horizontale de la croix à six branches.

ROUE À TRENTE RAYONS : La Roue des cycles lunaires.

ROUE CÉLESTE : Dans la Cabale, cette expression réfère à «Hockmah» («Chockmah»), le schème d’Uranus ou du Zodiaque.

ROUE COSMIQUE : Cette Roue primordiale donne l’image de la Création éternelle, de la Vie continue, qui sort de la Source divine et y aboutit, puisque tout en provient.  Elle va de l’Alpha à l’Omega.  C’est le Fil de la Vie sur lequel l’âme voyage joyeusement tout au long de l’Éternité, roue-cosmiquechoisissant les expériences et les plans de conscience où elle veut les vivre.  Cette Roue marque les multiples états de l’Être, la Création et le feu.

ROUE DE FORTUNE : Elle désigne la Dixième Lame ou Arcane du Tarot, qui illustre la Roue cosmique, la Vie sans cesse en mouvement, qui abaisse le fort roue-de-fortuneet élève le faible, une allégorie des vicissitudes humaines.  Sommairement, elle souligne le temps qui passe et qui modifie inexorablement une destinée.  Elle annonce une mutation ou une modification profonde, peut-être soudaine, de la présente situation.  La présente phase de vie contient des faits ou des réalités implacables contre lesquelles on ne peut rien puisqu’ils ne relèvent pas du libre arbitre personnel.  Sa situation pourrait bientôt être inversée.  Ce qui semblait aller de soi s’écroule ou ce qui n’allait pas se replace.  On peut compter sur une occasion inattendue qui ouvrira des horizons nouveaux.  On reçoit en juste retour le sourire ou la grimace du Destin.

ROUE DE FEU : Il s’agit du Svastika.svastika

ROUE DE LA LOI : En Orient, elle désigne indirectement Dieu, le Monarque universel, le Moteur immobile du Monde, le Maître de la Justice, qui fait tourner la Roue de la Vie.  C’est le Moyeu Vide, le point d’application de l’Activité céleste.  Voilà le Souverain universel non mu qui meut tout, seul, jamais transformé.  Elle devient le symbole de la Justice et de l’Ordre universel.  Elle figure encore la Roue de la Destinée humaine en tant que médiatrice entre le Ciel et la Terre, bien nul ne soit incapable d’inverser le sens de sa rotation.

ROUE DE LA NOTARIA : Voir à Roue du Moulin.

ROUE DE LA VIE : Aussi appelée le «Cercle du Devenir» ou le «Cercle de l’Existence», elle explique le Processus cyclique de l’Évolution, les Cyccercle-pointéles successifs de la Nature, la Ronde de l’Être vivant.  Illustrée par le Cercle pointé, elle fournit la synthèse de l’infiniment petit (microcosme) dans l’infiniment grand (Macrocosme), inversion l’un de l’autre.  On l’associe au Zodiaque.

ROUE DE L’EXISTENCE : Dans la Tradition bouddhique, elle est figurée par un homme atteint à l’œil par une flèche, symbole de la sensation provoquée par le contact des sens et de leur objet.  Fondée sur la notion des mutations incessantes, elle figure la succession des états multiples de l’Être.

ROUE DE MÉDECINE : Dans la Tradition des Premières Nations d’Amérique, elle exprime concrètement le Savoir et elle donne un caractère sroue de medecineacré à l’espace destiné aux cérémonies.  Elle mobilise toutes les énergies qui animent tous les êtres et qui entrent par la Porte de l’Est.  Elle symbolise la Vie qui évolue toujours et qui apporte à chacun de nouvelles leçons à apprendre et de nouvelles vérités à intégrer pour s’assurer d’avancer sur le Chemin de la Vie.  Elle souligne que toutes les leçons se valent, comme tous les talents, toutes les aptitudes, toutes les habiletés.  On l’accompagne d’un encens spécial qui aide à entrer en contact avec les énergies de la Mère-Terre.

ROUE DES EXISTENCES : Voilà le «Samsara», le Cours du commun de mortels qui entraîne dans le Cycle des réincarnations répétées.  Il s’agit de l’Existence matérielle dans le monde de l’errance et de la souffrance, qui fait le tour du «Cercle des apparences» ou du «Monde des renaissances»roue-des-existences.  Il désigne le Devenir de l’homme ordinaire avec sa suite d’existences ou d’incarnations successives, parce que son esprit est affligé et obscurci par d’innombrables constructions mentales qui l’amènent à vaciller sans cesse et à se recouvrir de la souillure tenace de l’attachement et des autres démonstrations possessives.  Conformément à ce Principe, l’homme se réincarnerait de façon cyclique (généralement tous les 144 ans, en incluant dans le calcul les années de sa vie terrestre), tant qu’il n’a pas liquidé tous ses karmas par sa recherche intérieure et la purification de ses mœurs.  Les Traditions occidentales ont transposé la Roue des Existences dans l’Ouroboros, le Serpent qui se mord la queue.

ROUE DES DOUZE ORGANES : Cette expression de la Tradition hindoue désigne le Zodiaque.

ROUE DU COSMOS : En spiritualité, elle désigne la croix droite.

ROUE DU DESTIN : Dans la «Cabale», elle est activée par «Binah» (Saturne).  Voir à Roue de Fortune.

ROUE DU MOULIN : Dans l’Alchimie interne de la Tradition taoïste, il s’agit du mouvement régressif de l’Essence et du souffle, qui doit conduire à s’unir dans le moyeu (le creuset), donc mener de la circonférence (la périphérie ou la matière) au centre (le Ciel).  Dans le Cycle de la Création, c’est le retour au centre de l’Être.  On l’appelle aussi la «Roue de la Notaria».

ROUE DU SOLEIL : Le Svastika.

ROUE EMBRASÉE : Cette expression mystique renvoie au Soleil.

ROUE ENFLAMMÉE : Cette roue de la Tradition grecque réfère à Ixion, un roi des Lapithes, qui reçut asile de Zeus sur le mont Olympe.  Pour y avoir manqué de respect à Héra, ce roi fut attaché à une roue enflammée en perpétuel mouvement.

ROUE INVERSÉE : Il s’agit du Zodiaque tel qu’il est conçu par l’adepte, un être extrait du troupeau humain et qui suit le Sentier du retour à la Maison du Père-Mère.  Celui-ci entreprend en effet un chemin évolutif, donc inverse à celui des membres de la masse, généralement sur la voie involutive.

ROUE KARMIQUE : Dans la philosophie orientale, elle symbolise la nécessité de régler les dettes de ses actions passées en tentant de ne pas en encourir de nouvelles.  Dans la pensée occidentale, on retrouve la notion de l’homme pécheur qui cherche à gagner la pureté afin de passer au niveau spirituel suivant.  Pourtant, cette roue n’existe pas dans le Système de Dieu, car il n’existe pas d’indignité, d’iniquité, de punitions, de remboursement de dettes ni de purification.  Il n’existe que des expériences plus ou moins planifiées dans le libre arbitre.  Il n’existe que le Cycle de la Vie avec ses expériences ponctuelles par lequel Dieu se reconnaît à travers les êtres.  Du reste, dans le Schème terrestre, toutes les dettes karmiques ont été annulées vers 1985, d’où il n’en reste que les souvenirs et les cicatrices.roue-racine

ROUE-RACINE : Cette expression mystique réfère au Soleil.

ROUE RAMANTE : Dans la Tradition celtique, c’est la Roue de bois, principal attribut de «Taranis», dont les druides se servaient pour la divination.  En fait, il s’agit de la Roue solaire ou Roue cosmique.

ROUES (Les) : Dans la Cabale, il s’agit des Anges de l’ordre des «Auphanim» («Ophanim») ou des planètes sacrées sur lesquelles se meut le temps.

ROUES DIVINES : En Orient, il s’agit des Sept Luminaires (Planètes) sacrés.

ROUES DU CHAR : Cette expression, qui rappelle le déplacement cyclique des astres, implique la fusion du Ciel et de la Terre.

ROUES ENTRELACÉES : Cette expression réfère à la sagesse qui permet à la fois d’unir et de séparer, de décrire un ensemble de choses, comme chaque chose en soi, de maîtriser aussi bien la synthèse que l’analyse.

ROUE TOURNANTE : Dans la Tradition celtique, on la retrouve à la porte de la Forteresse tournante du Monde souterrain, régie par «Curoi».  C’est le Moulin dans lequel les dieux résident, reconstituant les morts et les amenant à renaître.

© 2009-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur