QUEL EST LE SENS DE LA RÉDEMPTION?  Y A-T’IL DES ÊTRES INCARNÉS QUI ONT BESOIN DE SOUFFRIR POUR ÊTRE SAUVÉS?

Pour les Traditions chrétiennes, le concept théologique de la Rédemption ou du Rachat du péché originel, soit la rectification de toutes les empreintes négatives dont l’être humain est responsable depuis des millénaires, soit depuis la Chute originelle présumée, et spécialement le salut apporté par Jésus aux pécheurs de la Terre.  Dans la Tradition chrétienne toujours, avec une majuscule, la Passion recouvre les événements pénibles qui ont marqué la vie de ce dernier Grand Maître d’Ère, celle des Poissons, depuis son arrestation jusqu’à sa mort sur la croix et que l’on célèbre, à la fin du carême, du Jeudi saint à Pâques.  Nul n’avait demandé à Jésus de choisir la passion et la mort qui s’ensuivit, s’il mourut vraiment sur la croix.  S’il a choisi la mort, ce ne peut être que pour en démontrer l’illusion pour celui qui vit dans la conscience de l’Unité divine et de la Vie éternelle.  Dans ce contexte, ce qui compte, ce n’est pas tant la mort de ce Maître que sa résurrection et, plus tard, son ascension.  Alors, pourquoi, dans la Semaine sainte, insister autant sur l’aspect morbide de cette expérience?

En spiritualité, on n’accepte pas la notion de salut par procuration, soit par interposition de personne, d’un être doté de libre arbitre.  De ce fait, Jésus ne peut qu’être venu instaurer une nouvelle vie, par l’effusion d’une nouvelle énergie, et rappeler aux êtres humains comment se sauver eux-mêmes en simplifiant les enseignements relatifs au salut.  Du reste, s’il les avait sauvés, au sens que les Églises le disent, on en obtiendrait plus d’évidences dans les événements du quotidien.  En fait, personne n’a besoin d’être sauvé, puisque personne n’est perdu ou damné.  Par la densification progressive, l’être incarné ne s’est pas souillé ni damné, il a simplement sombré dans l’oubli de son origine divine.    L’histoire du salut, c’est une fiction inventée par de faux-dieux, reliés à Yaldébaoth, qui, pour des raisons intéressées, tenaient à garder l’humanité dans l’asservissement.  Tant qu’une entité maintient une collectivité dans la peur de la damnation éternelle datrois_croix_2ns des tourments atroces, elle peut lui faire croire, si elle est plus évoluée qu’elle, qu’elle représente son salut et qu’elle peut lui en enseigner la voie.

Passion et Rédemption?  Bien que chacun se sauve par lui-même, c’est en aidant à sauver les autres, par son exemple discret, qu’il se sauve lui-même.  Et un être individuel se rachète lui-même en acceptant les conséquences de l’attraction et de la causalité, en tirant les leçons salutaires de ses erreurs, évitant de les répéter.  Alors, dans le Schème de l’Évolution, le salut consiste à inverser la quête matérialiste et dualiste de l’incarnation pour réintégrer le Chemin du retour à l’Origine.

Sur le plan spirituel, la passion ne désigne qu’une phase initiatique qui ramène péremptoirement un être à son plan de vie, quand il risque de s’en écarter, d’où elle implique le sacrifice transformateur d’une forme de vie, qui fait passer de la mort (colère et confusion) à la résurrection (éveil à la Lumière spirituelle).  Il est amené à sacrifier quelque chose, c’est-à-dire à renoncer à ce qui le ralentit dans son évolution, lui fait obstacle, l’amène à régresser.  Car nul n’est tenu de sacrifier ce qui lui fait du bien, améliore son bien-être, ne lui nuisant en rien, et il n’y a rien de salutaire à le faire.  De même, nul n’est tenu à donner sa vie pour autrui, chacun n’est appelé qu’à partager ses meilleures énergies, si cela lui agrée.  Ce serait du dolorisme et du masochisme que de croire le contraire.  La loi dit : «Un peu de tout sans abus.»  Ainsi, c’est dans l’abus, le manque d’amour et l’impureté d’intention que réside le problème de la conscience humaine.

En conséquence, en spiritualité, la passion démontre un sacrifié conscient qui cherche le passage vers la Lumière, pour achever le Grand œuvre, dans la descente et la montée à travers les quatre élémentaux (croix) à la recherche de son Centre spirituel unificateur, au niveau du cœur, siège de l’âme.  Il les réanime progressivement, mais de façon accélérée, pour les transformer en lui-même et devenir un corps illuminé, devenant l’Agneau pascal ou l’Agni divin.  Il marque un moment de reconnexion dans l’Unité qui amène le deux (illusions de la dualité) à fusionner dans l’Un.  Dans la vie courante, la passion, qui assure la Rédemption, représente le sacrifice volontaire de ce qui encombre la Voie spirituelle et fait obstacle à l’Évolution pour qu’apparaisse la Lumière divine qui est déjà là, au plus profond de chacun.  Elle permet la purification de l’être qui lui permet de sortir de l’Illusion.

De là, dans le Schème de l’Évolution ou de la Création évolutive, le Salut, bien compris, consiste à ramener sur le Chemin du retour à l’Origine.  Au sens propre du terme, chacun se sauve en cherchant à s’accomplir par les bons moyens et les bonnes techniques, en entrant sur la Voie royale, en cherchant à faire ce qui est droit, en faisant le bien et en aimant de tout son être.  Il consiste à s’extraire de la Roue des réincarnations pour entrer dans la félicité du Paradis perdu.  Le Salut d’un être s’accomplit lorsqu’il tourne toute son attention vers ce qui seul peut lui donner la Vie véritable : l’Esprit divin qui l’habite.  Chacun trouve le salut en coopérant avec le Plan divin, donc en accomplissant la Volonté du Créateur, au lieu de s’y opposer par ses pensées négatives et limitatives.  Il commence par une conversion, un retournement de conscience, qui amène à porter son regard du monde extérieur vers le monde intérieur, où se dresse l’Arbre de Vie.REDEMPTION-SALUT

Dans ce processus évolutif, chacun doit se sauver lui-même de l’oubli du non accomplissement.  À chaque moisson, le salut est accordé à ceux qui ont retrouvé l’équilibre parce qu’ils se sont totalement harmonisés avec la Volonté de Dieu ou le Plan cosmique.  Mais, pour survivre à ce phénomène du Grand Tri, il faut savoir à qui et à quoi s’identifier : il faut se rendre disponible à entrer avec grâce (de bon gré) dans la définition créative de Dieu, en réorientant son existence en conséquence de son nouveau choix.  Ensuite, le sujet peut collaborer à la poursuite de l’Éveil planétaire pour aider ceux qui ont échappé au salut ou l’ont momentanément refusé.

Tôt ou tard, tous les êtres seront sauvés, même les plus réfractaires à la Lumière, par l’effet de l’Amour infini du Créateur.  La transformation qui ramène à la Maison du Père-Mère commence dès qu’un être découvre et comprend que la Source divine est Tout et qu’elle est d’abord Amour, et uniquement Amour, et qu’il n’existe aucun moyen de vraiment se séparer d’elle..  Alors, il doit cesser de croire à la séparation, à la condamnation, à la mort, donc de nier ses expériences.

Le grand humaniste Lanza del Vasto a dit : «La Conversion commence quand l’homme se détache des choses et des gens pour se tourner vers son propre côté d’ombre et sa propre substance, vers son âme, pour y porter la lumière de l’intelligence, la force de l’attention, la chaleur de la vie et de l’amour

Ainsi, dans le contexte précis d’une falsification par les Forces sombres, qui a produit l’enfermement de l’humanité, la Rédemption consiste d’abord à recouvrer l’universel dans l’individuel, à découvrir le spirituel dans l’expérience de la densité, à fusionner le Ciel et la Terre en soi, à se délivrer de la notion de séparation pour réintégrer l’Unité originelle, car la Réalité subtile unique est le seul Être et le vrai domaine de l’Être.

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.  

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.