LA RAISON, LE MEILLEUR LEVIER INDIVIDUEL OU LE PIRE ADVERSAIRE PERSONNEL…

La raison désigne les facultés intellectuelles considérées dans leur fonctionnement, l’aptitude à penser,  qui permet de bien juger et d’appliquer de jugement à son action, pour connaître et comprendre le réel et l’absolu, à travers les phénomènes, le monde de l’apparence et de l’accident, et qui distingue l’être humain des autres animaux.  Elle englobe encore la connaissance naturelle opposée à raison-raisonnementla révélation ou à la foi.  Ainsi, la raison désigne la faculté propre de l’être humain par laquelle il peut penser et elle recouvre l’ensemble des facultés ou des fonctions intellectuelles.

Pour sa part, le raisonnement réfère à la faculté pensante qui s’applique à connaître un être dans un processus logique.  Le raisonnement associe et compare les données pour déterminer les similitudes et les différences entre les êtres.  Le raisonnement analyse par thèse et antithèse pour parvenir à une synthèse.  Son rôle est moins d’accumuler les connaissances dans le mental, que de cerner l’Être, pour apprendre à mieux être.  Ce qu’il réalise tantôt par induction tantôt par déduction.

Le raisonnement inductif (ou structurel) constitue la fonction du mental qui prend connaissance.  Il progresse dans ses conclusions en s’attachant aux résultats, à partir de la cause, étape par étape, jusqu’à l’effet.  Le raisonnement inductif (ou génétique, fonctionnel, d’auto-existence) développe la faculté de connaître.  Il constitue la partie que la connaissance exprime et met en jeu dans la vie personnelle d’un sujet.  Il procède de l’idée première jusqu’à sa conclusion finale.  L’homme doit se servir des deux formes de raisonnement pour manifester son pouvoir de volonté et accéder à la pleine connaissance.

En général, le raisonnement représente une réflexion analytique de la part d’un sujet.  Son raisonnement conscient se passe dans sa conscience objective.  Mais une bonne part de son raisonnement, la plus importante’ du reste, se passe au niveau du subconscient.  Les deux instances sont nettement délimitées, ce que l’on observe dans la différence entre une analyse logique et une intuition.  Mais le raisonnement puise toujours dans la mémoire. la-raison-le-chat

En toute chose, l’être humain doit s’appuyer sur une expérience réelle et personnelle, quelles que soient l’universalité de son raisonnement et la manière dont son imagination peut se projeter dans le passé ou spéculer sur l’avenir.  Le raisonnement n’est possible qu’à partir des idées acquises par l’expérience.  Il y a une différence entre une réalité et une hypothèse ou entre une connaissance et une croyance.  La réalité et la connaissance se fondent sur des certitudes acquises par l’expérience.  L’hypothèse et la croyance sont bien hasardeuses.  Tout raisonnement résulte de l’association d’idées acquises par l’interprétation des sensations au cours des diverses expériences.  Autrement, toute connaissance serait sans fondement.

Le raisonnement, qui n’est rien d’autre qu’une réflexion, résulte de l’effet des vibrations qui sont mises en action dans la conscience objective.  À l’arrivée d’une impulsion ou impression vibratoire dans le cerveau, il s’établit entre la nouvelle impression et les impressions antérieures, en réserve dans la mémoire, identiques ou dissemblables, une attraction (une relation harmonieuse) ou une répulsion (attraction inharmonieuse) qui en provoque une troisième dans la conscience, soit parce qu’elle reconnaît une similitude ou une différence.  Cette reconnaissance engendre le processus d’analyse, de comparaison et d’examen, qui constitue, à proprement parler, le raisonnement.

La raison peut-être d’une grande utilité dans l’ordre de la réalité physique, car elle permet notamment, par le discernement, d’inventer des solutions pratiques, de prévoir des interventions efficaces, d’exercer une vigilance adéquate.  Mais, s’opposant au cœur et aux sentiments, elle ne tarde pas à devenir le Grand Adversaire des mystiques, devenant le pire ennemi de l’être toujours-raisonévoluant, quand elle s’exerce au détriment de l’intuition ou de l’inspiration.  On présume, probablement avec raison, que plus un être est intellectuel, moins il est intuitif, à moins de mettre sa raison au service de l’Esprit de Vie qui l’habite dans les domaines qui lui sont propres.  La raison rend sérieux, sévère, rigide, compassé, intransigeant, écartant de l’esprit d’enfance, parce qu’elle nie nombre de phénomènes subtils du fait qu’elle n’accepte, comme probantes, que les preuves concrètes.  En outre, elle rend difficile le silence intérieur complet avec ses discours constants, ses divagations à l’infini et ses errances étranges, rendant très sceptique et critique, en plus d’entraîner dans des discussions futiles qui font perdre vainement une précieuse énergie.  Instrument privilégié de l’ego, sa créature, elle voit partout des opposants qu’il faut terrasser à tout prix pour démontrer sa supériorité ou établir sa domination sur autrui.

***

Mais à quoi servirait de parler du raisonnement si on n’en étudiait pas certaines formes fallacieuses.  Car le raisonnement peut aboutir à des conclusions véridiques ou à des conclusions erronées.  Le langage courant éclaire sur divers types de raisonnements frauduleux, qui ne respectent pas les normes de la logique et de l’impartialité, feignant pourtant de conduire à une vérité.

Ainsi, on peut reconnaître le raisonnement affectif.  Il s’agit d’une forme de raisonnement plus inspirée par les sentiments que par la logique et qui accorde des préférences.  Dès le départ, il implique un parti-pris favorable ou défavorable pour une personne ou une situation.  Il devient rapidement subjectif et injuste.

Le raisonnement captieux comporte un argument erroné, mais il cherche à le cacher en captant l’assentiment par l’ajout d’artifices.  Par exemple, il peut inclure la volubilité, le ton de la conviction, l’indignation vertueuse, les émotions, la peur, etc.  Les prédicateurs américains et les motivateurs recourent souvent à cette technique de manipulation, comme le faisaient les curés d’autrefois en menaçant constamment de l’excommunication et de l’enfer.

En dérivant, le raisonnement captieux devient souvent spécieux.  C’est à dire qu’il n’a que les apparences de la vérité.  Chacun est porté à se servir assez régulièrement du raisonnement spécieux pour rationaliser et justifier ses conduites loufoques.  Conclure par exemple, comme le font certains films, que Jésus devait approuver la conduite des pécheurs publics parce qu’il les fréquentait ne repose pas sur des bases historiques bien solides.

Le raisonnement casuistique consiste en une manière subtile, mais erronée, de justifier un parti pris.  C’est notamment l’erreur de ceux qui croient dans le mérite de la douleur et de la souffrance pour se sauver parce qu’ils croient que Jésus est venu sauver le monde par ses souffrances.

Quant au raisonnement fallacieux, comme on le sait probablement, il s’agit d’une argumentation délibérément fausse, fourbe, perfide, hypocrite, trompeuse qui n’est présentée que pour tromper ou égarer.

Pour la culture, on peut ajouter que la Raison de l’Univers désigne le Moteur du Tourbillon universel, actionné par l’Énergie divine.  La raison pure évoque le mental supérieur, appelé intuition.  Dans la Cabale, la Raison suprême réfère à Hockmah (Uranus ou le Zodiaque).

Pour sa part, le rappel à la raison revient à un avertissement ou à une injonction que l’on donne à celui qui devient déraisonnable, entêté, indiscipliné.  Dieu ne punit personne, mais il rappelle à la raison par le jeu implacable de ses Lois.  Toute transgression est d’abord signalée par un malaise qui peut, progressivement, si on n’y porte garde, dégénérer en inquiétude, en angoisse, en douleur ou en souffrance, en maladie, pouvant aboutir à la mort.  Personne ne peut s’opposer indéfiniment au rappel à la raison de l’Esprit, en lui.  Le salaire de l’erreur obstinée, c’est la mort.  L’Esprit déserte alors le véhicule qui lui est devenu réfractaire et qui l’empêche de jouer son rôle.

 

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur