SAURIEZ-VOUS RÉSOUDRE L’ÉNIGME DE LA QUADRATURE DU CERCLE?

La quadrature du cercle réfère à un problème classique de mathématique, appartenant à la géométrie, qui a amusé des générations depuis l’antiquité, mais plus encore les gens qui fréquentaient les beaux salons, à la Renaissance.  Dans ces grands salons européens, au siècle des lumières, et probablement bien avant, les Initiés maçons pouvaient se reconnaître en lançant le débat de la quadrature du cercle. En outre, ils introduisaient ainsi dans les soirées un débat, à la fois spéculatif et ludique, qui pouvait durer longtemps, parce que, autant le dilemme de l’œuf de Colomb avait amusé, en son temps, les habitués de la Cour d’Espagne, autant cette énigme alchimique amusait la classe aisée de toute l’Europe et même ailleurs. Il faut savoir que le problème de la quadrature du cercle invitait à se demander si une réalité pouvait à la fois être carrée et ronde ou s’il était possible, par un quelconque procédé, que le carré devienne rond. En outre, cette question d’apparence oiseuse et futile permettait de reconnaître les personnes qui, par leur degré de conscience, pouvaient mériter d’être recrutées dans leur ordre spirituel et lancées sur la Voie de la Lumière.

La quadrature du cercle pose le problème de construire un carré qui détient la même surface qu’un cercle, apparemment un favaleur-reelle-du-piux problème que les géomètres anciens tentaient de résoudre en vain, ce qui en fit un symbole d’une impossibilité. En effet, cette expression désigne d’abord la communion du carré et du cercle, c’est à dire du masculin et du féminin, exprimée par le cinq formé schématiquement d’un demi carré supporté par un demi-cercle. Autrement dit, la quadrature du cercle réfère à un problème classique de mathématique qui appelle à construire un carré de même aire qu’un cercle à l’aide d’une règle et un compas (deux symboles maçons fondamenataux), ce qui oblige à résoudre la racine carrée de «pi» (3,1415…, résumée en 3,1416), ce qui se démontre impossible en raison de la trancendance de ce symbole grec, puisque ne sont constructibles que bien peu d’entre eux.  C’est l’énigme présumée sans solution qui a donné naissance à l’expression «cherccher la quadrature du cercle» qui signifie proprement, dans le langage coutumier, «s’attaquer à un problème insoluble».

Mais est-il si certain qu’il s’agisse d’un problème vain, stérile ou futile?  Car, en rejetant ladite thèse, les gens démontraient qu’ils ignoraient une réalité tout à fait possible, dans la mesure qu’ils s’élevaient au-dessus de son aspect purement scientifique, parce la ligne droite ne peut exister, tout étant sphérique ou spiralé dans l’Univers. C’est ce qui a toujours amené les Maîtres spirituels authentiques à dire que le chemin le plus court entre deux points est la ligne courbe, jamais la ligne droite.

En fait, la quadrature du cercle représente une allégorie qui rappelle que le ciel est rond, alors que la Terre est carrée. Il s’agit de faire tourner l’équerre (le Triangle ou le Ternaire divin, image du Projet cosmique) qui mesure le carré dans son plus grand diamètre pour obtenir le cercle. Puisque la Terre est une transformation (une modalité) du ciel, le cercle devient le carré. Mais le carré doit redevenir rond : au terme de son évolution, la Terre doit fusionner avec le Ciel. Dans ce contexte, on peut observer que lorsque le carré tourne sur lui-même, autour d’un point central, il produit un cercle égal à lui-même, par ses quatre angles égaux. Ainsi, l’Essence peut animer la Matière et la sublimer, la réintégrer dans une sphère.

En général, la référence à la quadrature du cercle donne une clef maçonnique du Grand Œuvre alchimique. Elle pose le problème de l’introduction de l’individu matériel dans la spiritualité du Cosmos (ou en Dieu, l’Absolu).

© 2014 Bertrand Duhaime (Douraganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Publié sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.  Merci de nous visiter sur le site : www.larchedegloire.com.  

A propos de l'auteur