RIEN NE PEUT PROTÉGER UN ÊTRE CONTRE SON INCONSCIENCE… 

En temps normal, une personne invoque la protection pour être mise à l’abri des incidents et des accidents comme une attaque, les mauvais traitements, les dangers physiques ou psychiques.  Elle peut encore appeler une aide particulière, en vue de favoriser le développement d’une activité, d’une entreprise, d’une affaire, d’un but, et qui pourrait se traduire en appui, en soutien, en intervention, en intercession ou en recommandation.  Quoi qu’il en soit, ce mot évoque, à divers degrés, la présence d’un sentiment d‘inquiétude ou d’insécurité qui relève d’un état de faiblesse, de petitesse, de vulnérabilité, d’incompétence, d’incompréhension, de confusion.  Il suggère un appel à un concours extérieur ou intérieur pour garantir, rassurer, réconforter, défendre l’intégrité ou préserver la vie.  Dans la vie courante, on pense garantir son immunité, son impunité ou son invulnérabilité en mettant de l’argent de côté, en fréquentant des personnages importants ou influents, en soudoyant les représentants de la justice, en achetant des parts en bourse, en seprotection procurant des valeurs, en signant des contrats d’assurance, même en tentant de contraindre le sort, d’infléchir la Justice immanente ou d’amadouer Dieu, par ses simulacres et ses prières.

 Au fond, il ne semble pas y avoir grand monde qui sache que, si Dieu existe, tout répond à la Causalité, qui exprime la Vérité éternelle et qui maintient l’Ordre cosmique, ramenant tout à l’équilibre et à l’harmonie.  Autrement dit, la majorité des gens semblent croire au hasard et à l’arbitraire d’un Être suprême, qui ne peut être qu’Amour pur, d’où ils tentent de leur échapper par tous les moyens qu’ils jugent aptes à les prémunir de l’injustice.  On le note surtout dans le fait que, dès qu’une personne est affligée d’un grand revers ou d’un coup dur, elle se considère comme une victime et elle cherche qui elle pourrait poursuivre pour se tirer de son mauvais pas ou pour renflouer sa perte.  D’autres préfèrent se réfugier dans un temple ou dans une église pour exprimer leur peur et leurs supplications.  Mais peu semblent comprendre que si un être peut se protéger contre les erreurs des autres, il ne peut se prémunir contre ses propres faux pas, à moins de s’amender à temps.  En pareil cas,  peu de gens pensent à analyser leur conduite pour y découvrir les effets de la cause qu’ils ont enclenchée dans la réaction de leurs gestes et de leurs actes.

En effet, la loi de l’Attraction, comme celle de la Causalité (aussi appelée Providence divine, Justice immanente, Semence et Récolte, Rétribution, Compensation, Retour à l’équilibre, Juste retour, Choc en retour, Coup de fouet psychique, Boomerang subtil, etc.) stipule que, selon leur intensité vibratoire, toute parole, toute pensée, tout ressenti et tout acte, conscients ou inconscients, ramènent tôt ou tard à leur auteur, leur effet rigoureusement exact, à moins qu’il ne soit annulé volontairement, le mal se détruisant par lui-même, tandis que le bien se multiplie au centuple, tout cela non pour punir, mais pour faire comprendre les principes de la Loi divine, donc pour donner une leçon de vie.  Par la loi des Correspondances ou de la Mutualité, cette sanction positive ou négative peut être amplifiée par l’alliance subtile de l’énergie individuelle avec celle d’autres entités qui accomplissent ailleurs le même genre d’acte au même moment.

Comme l’être humain est doté du libre arbitre, il peut choisir librement ce qu’il décide de lier ou délier sur la Terre et dans le Ciel, comme de ce qui reste ainsi lié ou délié, tant qu’il ne choisit pas qu’il en soit autrement, ce qui perdure au-delà du temps et de l’espace.  Ainsi, ce qui n’a pas été expurgé dans une vie, à un plan de la conscience, doit l’être dans une autre, dans le même plan de conscience.  En réalité, le Monde individuel, l’Univers et le Cosmos résultent d’une série de phénomènes constants liés entre eux par le principe d’Action et Réaction ou de Cause à Effets.  Pour le reste, un être individuel ne peut attirer dans sa vie que les résultats de ses actes conscients et inconscients et que les effets de la part de son pouvoir qu’il donne ou cède aux autres.  Nul n’a de pouvoir sur un autre à moins qu’il réussisse à le subjuguer, par la crédulité ou la peur, ce qui crée une ouverture psychique dans son univers, ouvrant à un parasitisme insidieux.  Dans le Système de Dieu, nul ne peut être associé à un accident ou à un incident auquel il n’a pas participé, consciemment ou inconsciemment, qu’il provienne de la Nature ou d’autres Forces cosmiques.

De ce fait, c’est dans son degré d’Amour pur, de pureté d’intention, d’intégrité personnelle et de pertinence dans l’acte qu’un être peut trouver un refuge sécuritaire capable de le couvrir contre tout inconvénient.  Comme roc solide ou comme refuge contre l’infortune, Dieu ne peut intervenir que comme un Tribunal de dernier recours et il ne peut aider que dans le respect de certaines normes, celui qui a oublié et n’a pas réappris ce qu’il a oublié et qui peut se placer dans le danger par son ignorance.  Dieu n’est pas responsable de l’ignorance d’un être qu’il avait créé, à l’origine, à son image et à sa ressemblance, donc doté du Savoir parfait et parfaitement conscient.  En cela, c’est ce que chacun pense ou sait de lui qui constitue sa protection suprême.  En fait, un être particulier fait appel à la protection parce qu’il se sent menacé et qu’il ne sait pas que, à titre de pire ennemi de lui-même, c’est lui qui se menace le plus sûrement par son manque de force, d’harmonie, d’intégrité et d’amour, par son manque de conscience.  Il manque de cette Lumière divine capable de l’informer sur tout ce qui concerne son destin parce qu’il s’est coupé de sa Source spirituelle pour avoir cherché trop longtemps à l’extérieur de lui ce qui n’existait qu’en lui.

La Lumière divine, qui vibre à la fréquence de l’Amour pur, constitue le meilleur moyen de se protéger.  Celui qui sait se remplir de cette Énergie cosmique, en se reliant à sa Source intime, et qui sait s’en entourer, en la rayonnant sous la forme d’une sphère hermétique autour de lui –ce qu’on appelle l’œuf aurique– n’a plus besoin de dresser d’autres barrières protectrices.  La Lumière spirituelle empêche spontanément tout ce qui est inférieur à son taux vibratoire de passer à travers elle, transformant tout ce qui la touche et l’entoure dans des vibrations plus élevées.  Ainsi, il rend naturellement la Lumière divine disponible à ceux qui gravitent autour de lui et qui peuvent la capter.  En outre, sachant écarter toutes les menaces extérieures, il peut se permettre de rester calmement centré sur son rôle fonctionnel, qui le guide vers son But ultime, gardant le cœur ouvert, rempli d’amour, de concorde et de compassion.  Plus un être ouvre son cœur, mieux il assure son immunité et son invulnérabilité;  plus il le ferme et le contracte, plus il s’expose à toutes les vicissitudes de la vie, en commençant par celles du monde ambiant.

L’être qui vit dans la légalité et la légitimité cosmiques jouit, pour ainsi dire, d’une protection automatique qu’on appelle l’immunité et l’impunité.  Un être s’attire des représailles spirituelles et des ingérences extérieures par ignorance ou par inconscience.  La Vie divine protège naturellement celui qui respecte les principes de la Loi cosmique parce que, alors, il reçoit l’appui de toutes les Forces cosmiques.  Qui vit dans la présence du Créateur devient inattaquable et il reste invincible.  Qui vit avec Dieu n’a jamais rien à craindre puisque, recevant l’appui du Tout, il forme toujours une majorité.  Qui vit avec Dieu n’a jamais rien à craindre parce que, recevant tout, il ne peut jamais manquer de rien.  Qui vit pour Dieu découvre que tous les autres, comme toutes les circonstances, lui servent de levier, même les forces sombres qui, malgré leur hostilité, ne peuvent contrer la Volonté supérieure de Celui qui régit tout et qui commande que tout le bien, tous les bienfaits et toutes les bénédictions accompagnent son Fils méritant.

Certains guides spirituels apprennent à leurs étudiants à se construire une armure protectrice (diversement appelée œuf aurique, écran, bouclier, coquille, cercle, cocon, enveloppe, sphère psychique, champ de force, etc.) pour échapper aux vibrations pernicieuses ou erratiques.  En cas de danger imminent, d’autres leur conseillent plutôt de s’isoler, de s’élever dans leur Chambre secrète et de se protéger par la visualisation d’une sphère d’énergie ou par la répétition d’un mantra (mot de pouvoir) spécifique.  Il s’agit de moyens merveilleux dans la mesure où l’adepte y recourt avec discernement.  En effet, à un certain degré de puissance, une armure protectrice peut subtilement engendrer la séparativité, à l’insu de son porteur, en écartant des âmes plus faibles et moins limpides qui se sentent mal en sa présence, bien qu’elles ne désirent pas moins évoluer avec son aide.  Alors, comme des papillons de nuit, ils peuvent s’y brûler ou, la redoutant, ils peuvent prendre la fuite.

En raison de la loi de l’Échange, nul ne gagnerait à ériger des barrières trop difficilement franchissables qui empêcheraient d’établir des contacts évolutifs et des relations enrichissantes.  L’ordre de la Lumière réside dans le fait de se donner aux Ténèbres, non de les fuir.  Surtout, on risque de faire dévier des vibrations négatives, au sens de néfastes, qu’on s’est soi-même attirées par ses actes, au lieu de les harmoniser.  À partir de ce moment, ces créations personnelles, dont on porte la responsabilité, pourraient nuire aux autres ou les déranger, le temps que, se multipliant par la règle de sept, elles prennent assez de force pour traverser son armure protectrice et servir leur salutaire leçon.  Toute technique comporte ses avantages et ses inconvénients.  À un certain stade du développement de son armure protectrice, l’adepte sincère pourrait préférer s’occuper de purifier ses centres inférieurs, surtout par la qualité de son aspiration spirituelle, de son intégrité et de sa pureté d’intention, en s’investissant dans le service amoureux.  Ce genre de service engendre un effet qu’on appelle souvent l’impact harmonisant.  Elle implique un investissement spirituel dans le service d’amour et de dévotion envers le Créateur, qui ne peut être mené que dans la sincérité, l’innocuité et la transparence.  Ici, par service d’amour et de dévotion, il n’est pas fait référence à la forme d’ascétisme hindoue, mais à l’acceptation spontanée de collaborer à l’accomplissement du Plan divin au meilleur de sa compréhension et de ses moyens.

Jusqu’à maintenant, les instructeurs spirituels recommandaient surtout de vivre dans un état de pureté qui permet d’élever son taux vibratoire, au lieu de trop investir dans une protection qui reste illusoire, si elle n’apprend pas à vivre de façon plus conforme aux principes de la Loi cosmique.  Ainsi, délivré de ses travers et de ses tares, n’attirant plus les vibrations hostiles, l’aspirant n’engendre que des effets bienfaisants et bénéfiques.  Nul ne peut éternellement se protéger contre ses erreurs personnelles.  En pareil cas, tôt ou tard, et mieux vaut tôt que tard, les énergies identiques et semblables se rassemblent et se renforcent, appelant les vibrations désordonnées que l’on a émises à revenir chargées d’une intensité décuplée qui pourrait éberluer, décontenancer ou foudroyer, si on a omis de les harmoniser.

À d’autres stades initiatiques, l’aspirant sur la Voie spirituelle pourra apprendre à absorber et à transmuter les vibrations mauvaises et les énergies destructives.  Parvenu au niveau de la Maîtrise parfaite, il apprendra à se servir d’un mot de pouvoir précis pour commander aux énergies adverses de faire demi-tour, pour retourner d’où elles viennent, ou de réintégrer l’harmonie, selon la nécessité évolutive du moment.  En général, la loi de l’Amour lui commande de délivrer un être négatif ou mauvais de ses fardeaux, à moins que celui-ci persiste dans la mauvaise voie, quitte à s’attirer une salutaire leçon de vie.  Vous comprendrez que la méthode du Maître spirituel ne peut vous être révélée ici, parce qu’elle ne peut être apprise qu’à celui qui, dûment purifié, ne suscite plus de réaction adverse.  De ce fait, il sait, ce qui écarte toute présomption possible, que ce qui est délibérément dirigé contre lui est agressif, gratuit et vise à lui nuire.  S’il se trompait dans son verdict et s’il tentait de faire dévier une énergie qui lui appartient, il pourrait retarder l’application de sa sanction, mais il s’exposerait à être frappé par une plus grande force, activée par la Justice immanente.  Il vaudrait mieux dire que, plus un être est pur et lumineux, plus il s’attire une sanction rapide et puissante.

Si vous avez bien compris, un être ne doit pas chercher à se protéger pour échapper aux répercussions de ses actes ou pour ériger des barrières entre lui et les autres, mais pour assurer sa sécurité, en cas d’imprévu, alors qu’il s’investit de son mieux dans son œuvre évolutive.   Comme la conscience agrandit le savoir et la vision, il vaut mieux développer sa conscience que de consacrer trop de temps à se protéger, car cela permet de voir venir et de réagir en conséquence de ce qui est capté.  À trop se protéger, sans chercher à développer sa conscience, un être réussit parfois à se former une armure puissante, mais qui masque, pour un temps, des failles énergétiques.  Il devrait éviter de s’illusionner sur son sort et se rappeler que, tôt ou tard, il trouvera chaussure à son pied.  Autrement dit, un jour ou l’autre, quelqu’un découvrira les fissures dans sa cuirasse et l’attaquera par là.  Blessé, comme humilié, il pourra être porté à mettre un terme à ces relations hostiles au lieu de voir à les harmoniser.  Plutôt, il gagnerait à clarifier ses relations, à s’imposer le respect de lui-même et, pour le reste, à éviter de se comporter de façon erratique.

À l’inverse, trop d’êtres humains ne comprennent guère la nécessité de protéger leur conscience et ils gardent ouvertes toutes les portes de leur univers personnel, comme celles d’un vulgaire moulin.  Ils ne comprennent pas que les autres, souvent déguisés en amis, peuvent en venir à leur créer un barrage d’énergie négative qui peut perturber l’équilibre de leur vie.  Chacun doit développer son champ d’énergie en armure protectrice hermétique pour faciliter son progrès sur la Voie de l’Évolution.  On avance dans la sécurité quand on est protégé contre les tentatives de nuire conscientes et inconscientes.  Chacun doit reconnaître que ses semblables maîtrisent à divers degrés l’énergie négative.  Sans vouloir faire peur, nous devons confirmer que plusieurs êtres sont plus vulnérables qu’ils le pensent aux manipulations subtiles de leur entourage et à celles des Forces ténébreuses qui recourent à un vaste éventail de tactiques et de procédés pour les maintenir dans l’illusion et l’esclavage.

En vérité, chacun est appelé à écrire son plan de vie et à le défendre contre les forces de l’Antéchrist (ou Antichrist) qui existe bel et bien et qui tente, par tous les moyens, de gêner ou de briser les nobles initiatives des Enfants de Dieu, aussi appelés les Artisans de la Lumière.  Tout être peut être assailli de façon vicieuse par des techniques subtiles de manipulation ou par les flèches qui volent depuis le Royaume de l’Ombre, cherchant à perturber la paix intérieure, circulant librement entre les hommes, dans l’atmosphère de la planète.  Celles-ci peuvent percer et déchirer l’enveloppe d’invisibilité naturelle, formée par l’aura, ce champ énergétique personnel, s’il n’est pas spirituellement renforcé.  Ces flèches servent notamment à entretenir la méchanceté lorsqu’un être accepte d’en affronter un autre dans une discussion, qui dérive rapidement en confrontation des egos.  Du reste, il s’agit de l’un des jeux subtils les plus fréquents parce qu’il surprend ceux qui ne sont pas sur leurs gardes et les enfonce dans la division.

Ici, il faut admettre que, depuis 2002, bien des forces sombres ont été écartées de la planète Terre et qu’il en reste bien peu qui oseraient tenter d’attaquer directement les êtres évolutifs que sont les humains, à part les Forces du Gouvernement noir.

Toutefois, si un être devait se trouver dans un tel bourbier, sa force d’âme ne suffirait pas, d’où il devrait compter sur des réserves d’énergie spirituelle en provenance de la Lumière divine, qu’il peut accumuler dans son aura par la communication avec Michaël, le Seigneur des Armées, et par un contact avec les Membres de la Fraternité de la Lumière, par la prière, par l’invocation, par la répétition de mantras, par l’entretien de pensées pures.  Il convient de renforcer, jour après jour, son alliance avec les Forces du Ciel, surtout en invoquant les Maîtres spirituels dans les moments difficiles.

En fait, tout être incarné peut jouir d’une protection triple.  La première protection réside dans la reconnaissance de l’immunité naturelle de l’âme, d’énergie christique, par la grâce de Dieu.  La deuxième découle de l’assistance des Anges et des Entités cosmiques auxquelles on s’allie par l’invocation répétée.  La troisième surgit de l’Ange de la Présence, communément appelé le Dieu intérieur ou le Soi supérieur, quand on lui demande de compléter la protection divine par le renforcement de son œuf aurique ou par le maintien de son être dans une Colonne de Lumière divine afin d’engendrer un dispositif d’énergie impénétrable.

Dans la vie courante, on doit apprendre à se protéger adéquatement en recourant à son discernement.  Dans certains cas, il suffit de garder son calme et de rester parfaitement neutre (ou blanc comme neige) au lieu de succomber à un accès d’hostilité ou de colère, par exemple lors du prononcé d’un jugement défavorable sur son compte de la part d’autrui.  Pourtant, dans d’autres cas, l’offensive devient nécessaire parce qu’elle procure une meilleure défense dans un ordre formel que les Forces des Ténèbres passent derrière soi.  Alors, pour agir avec efficacité, il faut comprendre ce qu’un Maître réalisé ferait, à sa place, s’il devait protéger ses énergies.  La solution réside dans le fait de se revêtir du Rayonnement impénétrable du Christ et de s’exécuter, évitant d’être imprégné du moindre sentiment de négativité, évitant par exemple de se laisser prendre dans la discorde ambiante.  Mais cette intervention ne doit jamais cacher un désir de lutte, de confrontation, de domination ou de vindicte.

En toute vérité, la véritable protection réside dans la puissance acquise dans l’abandon complet à la Loi harmonique de Dieu, l’Être-Un.  Elle se conçoit comme la fusion avec la Force de Vie, non comme une course fomentée par les idéaux de pouvoir.  Il s’agit d’un appel à appliquer toute sa motivation à la transmutation de son être par l’Amour pur, non d’une invitation à confronter les forces.  L’Amour pur permet de résoudre les contraires en les fusionnant dans l’équilibre du Juste Milieu et en tirant toute la puissance de cet état de fusion.  C’est en se purifiant par l’Énergie supérieure qu’un être illumine et anoblit tout ce qu’il approche et touche.  Et c’est dans ce fait qu’on découvre la puissance véritable.  Qu’on évite de se leurrer : la maîtrise de la puissance, qui assure la protection parfaite, s’obtient par l’abdication de toute velléité de pouvoir.  Nul ne peut maîtriser la Lumière infinie de Dieu que dans le dénuement complet du mental, support de l’ego.

La protection résulte de l’énergie qui surgit du plus profond de l’être et qui irradie, par la Lumière qu’il transporte, en brandissant le flambeau de la transmutation et qu’il ancre son énergie grâce à son lien avec la Famille spirituelle.  Rappelez-vous que la Lumière sacrée est éternelle, d’où les ténèbres ne peuvent la réduire ni la ternir.

Pour ceux qui sont de formation judéo-chrétienne, la Bible représente la protection par les termes de «bras de Dieu», de «rocher solide», de «berger tutélaire», de «vigne», de «lampe».  Le «Bras de Dieu» est particulièrement relié à l’aspect de la Force irrépressible.  Ainsi, il y est dit : «Ton bras est puissant, ta main forte et ta droite exerce l’Autorité suprême.»  Ailleurs, il est encore dit : «Le Dieu de tous les siècles est ton sûr asile, ses bras éternels te soutiennent.  Devant toi, il a chassé l’ennemi et il t’a dit : Extermine!»  Évidemment, dans le présent contexte, Dieu réfère surtout à Kamaël, bien que, comme lui, Michaël porte le titre de Dieu des Armées, mais avec une nuance.  Dans ce message symbolique, Kamaël, le Régent de la Causalité, le Maître de la Justice immanente, relié à la loi du talion, n’invite nullement un être à s’attaquer aux ennemis extérieurs.  Il invite à considérer comme ennemi toute pensée négative qui prend forme dans le subconscient, car, au sens spirituel, l’ennemi ne peut provenir que de sa propre maison.

Cependant, même dans le cas où on confronte un ennemi personnel, il faut savoir lui commander, sans crainte, avec douceur et fermeté : «Arrière Satan, et deviens mon levier!»  S’il arrivait qu’on soit pris de peur devant le visage terrifiant d’un juste retour déguisé, il conviendrait qu’on s’en remette à la protection du «Bras puissant de Dieu», qui peut mieux aider à vivre dans la confiance et la sérénité, pour exprimer la bienveillance à soi-même et à autrui.  Celui qui se fie et se confie à Dieu, l’Intelligence infinie, s’assure qu’il se charge de son fardeau et qu’il combat en sa faveur, dissolvant les taches intimes.  En pareil cas, on peut faire appel à Dieu en prononçant les mots suivants : «Le Bras puissant de Dieu s’étend sur les gens et sur les événements de la Vie.  Il régit la situation irritante que je traverse et il protège mes intérêts à l’intérieur des normes du bien commun et du Bien ultime.»  Par de tels mots, en prenant conscience du Pouvoir que Dieu détient, même à travers soi, on cesse de résister et de s’irriter inutilement, ce qui permet aux conditions adverses, qu’on ne nourrit plus par sa colère ou sa peur, de disparaître plus rapidement.  Dans une situation pénible, blessé dans leur ego, trop de gens cherchent à forcer la victoire, oubliant que le bien durable ne peut jamais ressortir de la contrainte de la volonté.

Il existe toujours ce deux poids et deux mesures : on veut toujours qu’un coupable qui a attenté à ses intérêts ou à sa vie soit rapidement sanctionné, mais si c’est soi qui a fait la même chose, on demande toujours un délai suffisant pour comprendre et s’amender avant d’être puni.

Dans l’ordre de la protection personnelle, les gens manquent d’attention, ce qui se révèle pourtant la clé de l’invulnérabilité.  Ils vivent comme s’ils étaient hypnotisés, ravis dans la Lune, remplis de stupeur ou avançaient sur le pilote automatique.  Le soir venu, ils se couchent si stressés, épuisés, excités ou surmenés, qu’ils ne se rappellent pas de tout qu’ils ont accompli au cours de la journée, encore moins de ce qu’ils ont fait la journée d’avant ou antérieurement.  Bien souvent, après les courses ou le travail de la journée, ils ont à peine réalisé ce qui s’est produit sur leur chemin de retour et sur la manière dont ils sont revenus à la maison.  Ils oublient que, à chaque instant, consciemment ou inconsciemment, ils sont appelés à faire des choix auxquels ils doivent penser, car ils auront des conséquences.

Comprenons que, celui qui ne porte pas attention à ce qui se passe, en lui et autour de lui, ne peut pas être considéré comme vigilant.  Pour un être humain, détenteur d’un pouvoir de co-création, le simple fait d’observer et de reconnaître les pensées qu’il entretient, les mots qu’il utilise, les émotions qu’il éprouve, les actions qu’il choisit de poser, tout cela contribue grandement à améliorer ses conditions de vie.  Quand un être prend le temps de noter les décisions et les choix qu’il fait, il en apprend beaucoup sur sa manière d’opérer.  Il ne tarde pas à constater qu’il se livre ou s’abandonne souvent à des fantaisies dangereuses ou à des illusions stériles.  Si le mental ne détenait pas un pouvoir créateur aussi puissant, il n’y aurait aucun problème dans ce fait, mais il se démontre fort productif.  On peut considérer le mental comme un dispositif qui crée sans arrêt.  Le sujet lui fournit les matériaux bruts et, lui, il produit ou il crée.

Alors, la question se pose : que voulez-vous produire ou engendrer dans votre vie, de la sécurité ou de l’insécurité?  L’esprit oublieux ne tarde pas à développer des faiblesses et à porter des handicaps, à défaut d’entraîner ses ressorts mentaux.  L’absence d’attention porte l’esprit à se fixer de plus en plus sur les aspects sombres, apeurants, haineux, coléreux, coupables de l’existence, ce qui ouvre la porte à la destruction personnelle.  Celui qui prend le temps de se regarder vivre, dans l’immédiateté, enrichit sa vie et il apporte généralement une grande contribution à l’humanité entière.  Au lieu de lui ajouter de l’ombre, il lui ajoute de la Lumière.

La façon d’agir d’un être parle de lui plus fort que ses pensées et ses déclarations.  Pas étonnant qu’il vive constamment dans la peur, qui peut se résumer à trois modalités : celle de ne pas obtenir ce qu’il veut;  celle de perdre ce qu’il possède déjà;  celle de ne pas arriver à joindre constamment les deux bouts.  Voilà qui révèle toute une foule d’inquiétudes inconscientes sous-jacentes.  Or la peur est le pire obstacle à la croissance et à l’expansion parce qu’elle crée une tension qui engendre des blocages et parce qu’elle attire sûrement ce qu’elle redoute, amplifiant les difficultés dans la vie courante.  La peur rend vulnérable à l’usage des moyens opportunistes des entités subtiles de nature sombre.  C’est la réaction des gens qui se prennent pour ses simples êtres humains du fait qu’ils ignorent leur puissance spirituelle.

Les gens se promènent le corps recouvert de cristaux, d’amulettes, de médailles en pensant qu’ils augmentent leur pouvoir de protection.  Ils s’attachent à des objets qu’ils croient pouvoir faire dévier le sort, ils assistent à des cérémonies, ils s’adonnent à des rituels dans l’espoir d’échapper aux aspects sombres de leur destin.  Pourtant, ils écarteraient quatre-vingt-dix pour cent de leurs problèmes s’ils reconnaissaient leur identité réelle et s’ils la mettaient à contribution.  L’être humain a bien peu de choses à faire, mais tant de choses à se rappeler, pour opérer son salut ou sa libération.  Et il devrait commencer par se demander, à chaque instant, si la pensée qu’il entretient, le sentiment qu’il nourrit, la parole qu’il prononce ou l’acte qu’il pose contribue à l’expansion de la Lumière ou à celle des Ténèbres.  Du reste, l’être humain porte une telle attention à son corps et au monde extérieur qu’il a oublié qu’il est un être spirituel lancé dans une aventure physique.

Dans le domaine de la protection, les gens tentent d’échapper à une expérience pénible de la mauvaise manière.  La majorité d’entre eux passent à l’attaque ou se défendent dès qu’ils se sentent menacés ou présument l’être.  Ils peuvent aller jusqu’à passer à l’attaque ouverte, par avance et par prévenance, afin de prévenir toute attaque, même s’ils ne sont pas vraiment attaqués.  D’autres s’en remettent à des moyens mystérieux comme les amulettes, les fétiches, les porte-bonheur, les images pieuses, les objets religieux.  D’autres se lient d’amitié avec des champions — des personnes fortes ou influentes — pour jouir de leur couverture.  D’autres prient le Ciel pour se protéger contre les hasards de la vie, les aléas de la Nature et l’arbitraire ou le favoritisme apparent du Ciel.  Pourtant, dans l’ordre de la protection, il ne faut jamais répondre à la force par la force, mais recourir à une arme supérieure, celle de l’amour pur, qui désarme le violent et dissout la négativité.  Quand la violence s’exerce autour de soi, il faut rester neutre, parfaitement indifférent, le temps que l’orage passe et se dissipe.  Selon l’intensité du contexte, le seul mouvement de crainte peut faire basculer la situation en sa défaveur, pouvant même exposer sa vie.  Il faut éviter de donner prise au mal ou de l’attiser par un geste prématuré ou inopportun.

L’invulnérabilité relève de la manière d’être et la protection surgit d’abord du fait de porter attention, d’être vigilant, de prendre garde à ce qui se passe en soi et autour de soi, dans le visible comme dans l’invisible.  Nul ne parviendra à la maîtrise s’il néglige de s’occuper de ses besoins fondamentaux et des règles de base de la vie.  L’être humain ne se sentirait pas si inadéquat et incompétent s’il se rappelait ce qu’il est, une divinité déguisée.  À ce moment, il ne se sentirait plus emprisonné dans les limites purement humaines.  Dès qu’un être réalise la puissance de son identité originelle, qui est immuable et inaltérable, le besoin de veiller constamment à se prémunir d’un danger possible ne reste pas longtemps la préoccupation principale de son esprit.  On peut parvenir à vivre dans un état d’invulnérabilité, malgré l’imprévisibilité, l’ignorance et l’inattention.  Mais pour devenir invulnérable, il faut développer sa maturité spirituelle.  Car l’enfant aspire à être pris en charge, tandis que l’adulte se prend lui-même en charge.

À titre d’entité spirituelle, chaque être représente un Esprit divin né de la Lumière qui manifeste l’amour sous la forme de la vie.  Déjà, à chaque instant, il détient l’invincibilité et l’invulnérabilité.  Ce qui lui manque le plus, c’est la conscience de son identité originelle.  Ce qu’il ne connaît pas ne lui sert pas et ne le sert pas.  C’est l’ignorance qui le prive des présents de son héritage spirituel.  Il devrait au moins se rappeler qu’il est le cocréateur de son sentier de vie.  Pour conclure, on peut dire que, pour chacun, la plus grande protection réside dans le fait de se reconnaître comme le Fils bien-aimé de Dieu qu’il est et de l’accepter.  En chacun, l’Esprit divin est invincible, indestructible, impénétrable et inattaquable.  Voilà en quoi réside le pouvoir.  Pour être protégé, il suffit d’éveiller le Géant qui dort, en soi même.

Le manque de protection, qui révèle un champ d’énergie affaibli et qui ouvre au parasitisme subtil et aux attaques psychiques, peut sprotection11e signaler par divers symptômes physiques et psychiques : maladie soudaine, maladie prolongée, maladie mentale, maux de tête fréquents, douleurs anciennes, faiblesse généralisée, fatigue chronique, problèmes du sommeil, cauchemars, chutes d’énergie inexplicables, accès de colère imprévisibles, irritabilité incontrôlable, dépression récurrente, sentiment d’être épié ou envahi, sentiment d’être menacé, habitude de vivre sur la défensive, impression d’être vidé, haut et bas dans le quotidien, besoin d’agitation ou de drame, besoin d’expérience extrême, dépendances diverses, fluctuation des émotions, crédulité excessive, ouverture à la manipulation, fanatisme à l’endroit d’un être (notamment une vedette ou d’un présumé héros), sensibilité extrême aux émotions d’autrui, fait de se heurter aux autres, manie de copier ou d’imiter le mode de vie de quelqu’un d’autre, peur irraisonnée ou phobie, fréquentes douleurs dans la nuque, oppression au niveau du plexus solaire et courbature aux poignets.

En cas d’attaque, justifiée ou injustifiée, le temps de comprendre, on peut toujours faire appel à l’Ange de la Présence.  Mais son intervention immédiate n’est pas toujours évidente, surtout si on en a fait un Géant endormi.  Alors, il convient mieux d’appeler ses Anges gardiens chargés de veiller sur son destin et d’assurer le déroulement de la vie jusqu’à l’heure fatidique de la transition.  Quant à Michaël, le Grand Archange, il reste le Protecteur universel à tous les niveaux, le Gardien de la Conscience christique.  Il est très efficace dans les cas d’attaques psychiques, de projections de sorts, de recours à la Magie noire, de manipulation secrète, de séduction cachée, de contrôle mental, d’hypnose à distance, de recours aux moyens radioniques, psioniques et psychotoniques, de transmissions d’énergie négative, des diverses manifestations d’agressivité, de méchanceté, d’hostilité, de prédation et de vindicte.

Note : Depuis 2012, plus un être incarné ne peut faire appel à une entité extérieure pour le protéger, devant assurer ce ministère par lui-même afin de découvrir qu’il en est parfaitement capable, ce qui, en plus de l’obliger d’éveiller ses facultés latentes, lui conférera plus de confiance en lui.  Il peut y parvenir en se maintenant en lien avec l’Absolu et en se voyant constamment entouré d’une grande sphère de Pure Lumière blanche de cristal (environ 9 mètres de diamètre).  Toutefois, il peut s’adonner à l’une ou l’autre technique de protection qui n’implique pas d’entité autonome extérieure à lui, autre qu’un aspect direct de l’Absolu.

 

© 2012-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur