LA MONADE REPRÉSENTE LE PRINCIPE ESSENTIEL OU ORIGINEL DE TOUT ÊTRE HUMAIN…

Monade spirituelle

Le mot «monade» est un terme d’origine grecque qui signifie «unité» et qui désigne, chez les Pythagoriciens, l’Unité parfaite ou suprême au fondement des réalités matérielles et spirituelles.  Chez Leibniz, un philosophe de la fin du XVIIe siècle, il s’agit de la substance simple, inétendue, indivisible, active, qui constitue l’élément dernier des choses et qui est doué d’appétition et de perception.  Dans la spiritualité contemporaine, on la définit comme la Présence du «Je Suis», entourée des sphères de lumière colorées, formant le Corps causal et on la considère comme le Pur Esprit ou le Père-Mère dans les Cieux.  On assure qu’elle résume la Trinité divine, contenant le Plan de la Volonté ou de la Puissance (le Père), celui l’Amour-Sagesse (le Fils) et celui l’Intelligence active (le Saint-Esprit).  Dans ce contexte, on la représente habituellement par le symbole qui précède.  Dans la Cabale, on l’associe à «Kether»  (la Couronne).  Pour les Chrétiens, c’est le Saint-Esprit.

Pour rappeler la théorie pythagoricienne, Diogène Laërce a écrit : «Le principe de toutes choses est la Monade. Venant de la Monade, la Dyade indéfinie [l’Illimité, la matière], considérée comme matière, est sous-jacente à la Monade qui est cause. De la Monade et de la Dyade indéfinie viennent les nombres, des nombres les points [des nombres dérivent les grandeurs, dont l’élément originel est le point], des points les lignes, des lignes les figures planes, des figures planes les figures solides, des solides les corps sensibles [connus par les sens], dont les Éléments sont au nombre de quatre : Feu, Eau, Terre, Air.»

Dans l’ordre humain, la Monade se confond avec l’Étincelle divine ou l’Atome spirituel, une personnification de la Flamme de Dieu pour l’individu.  Cette Monade divine supérieure est constituée de la Préchartejesuis-219x350sence «JE SUIS», elle domine le Centre christique ou atmique et elle s’entoure des sphères de lumière, les 7 rayons sacrés.   Elle représente le Joyau sublime ou le Trésor divin.  Elle confère la conscience individuelle, l’individualité, du fait qu’elle représente à la fois un point de vue unique, original sur le monde et une totalité close, impénétrable aux autres consciences individuelles ou individualités, tant qu’ils ne fusionnent pas avec elle par l’intérieur.  On peut lui attribuer une multitude de désignations, notammen l’Aide intérieur, l’Ange gardien, l’Auxiliaire intérieur, Brahmâ, le Çà, le Christ personnel, le Compagnon invisible, le Dieu dans l’homme ou le Dieu intérieur, la Force créatrice, le Guide spirituel, l’Instructeur, la Lumière intérieure, la Monade divine, le Soleil spirituel, le Moi suprême, le Nautier intime, le Pilote secret, la Puissance irrationnelle, le «Purusha», le Sujet transcendantal, la Sur-âme, le Surmoi, «Tylgjur», la Voix secrète, le Vrai Soi, etc.

Par l’image de l’Étincelle divine ou de l’Esprit, il s’agit de ce Rayon de lumière, porté par Krishna aux hommes, qui provoqua la mentalisation de l’entité humaine, encore à son état d’animalité.  Comme Rayon du mental, il agit par l’intermédiaire de l’Unité mentale ou l’Intelligence divine dans le corps mental.  Il donne le germe latent du mental, graduellement stimulé en l’homme, pour qu’il devienne manifestement un être mentalisé ou intelligent.  CE symbole souligne l’aspect d’un Germe de vie immortel qui vibre dans la pensée humaine et qui exprime son potentiel d’immortalité et d’éternité ou le Noyau de toute âme vivante, de nature androgyne ou bipolaire.  On l’appelle diversement l’Esprit de Vie, l’Atome divin, la Monade spirituelle, la Lumière pure originelle qui confère l’Unité de Conscience.  Ce Fragment sacré de l’Être divin, que chaque être humain porte en lui et transporte avec lui, lui parle du Royaume des cieux, son Foyer spirituel, élabore son contrat de vie et le comble d’Amour pur.  Dans l’Égypte ancienne, on l’appelait le «Sah».

Par l’image de l’Atome divin ou comme Atome primordial, elle réfère à la même réalité de la Conscience cosmique en tant que Point infinitésimal de conscience ou que Racine divine de l’être, ce Principe divin distinct diversement appelé le Maître intérieur, le Seigneur personnel, le Régent intime, qui accompagne l’être humain tout au long de son parcours évolutif.

Giordano Bruno explique : «Dieu est la Monade, source de tous les nombres. L’absolument simple, fondement simple de toute grandeur et substance de toute composition ; supérieur à tout accident, infini et immense. La nature est nombre nombrable, grandeur mesurable et réalité déterminable. La raison est nombre nombrant, grandeur mesurante, critère d’évaluation. À travers la nature Dieu influe sur la raison. La raison, à travers la nature, s’élève vers Dieu.»

***

La Monade divine désigne le Soi supérieure, l’Esprit, l’Essence, l’Unité de conscience, l’Individualité, l’Ego divin, le Dieu en soi, le Soi dupérieur, le Maître intérieur.  La Monade humaine comprend tout le champ magnétique du moi, avec ses sphères d’influence héréditaires, environnementales et karmiques, qui constituent la conscience de soi se reconnaissant comme humaine.  C’est le point de référence de la conscience inférieure, marquée par un manque de conscience, à partir duquel toute l’Humanité doit évoluer vers la compréhension du Moi réel comme manifestation du Moi christique.  Dans la Cabale, la Monade spirituelle identifie Kether, la Couronne suprême de l’Arbre séphirique.  La vision de la Monade spirituelle individuelle est conférée par Malkuth, le Royaume de la Terre.

© 2013-15, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur